esther

Author Archives: esther

Doit-on écouter son entourage dans la recherche amoureuse ?

La recherche amoureuse est parfois un travail de longue haleine. Et l’entourage aime souvent s’investir et vous conseiller, faire part de ses opinions sur vos futur(e)s partenaires potentiel(le)s.

Mais faut-il forcément lui faire confiance ?


L’entourage amical

L’entourage amical ne perd pas une occasion de vous demander si vous avez fait une rencontre intéressante et souvent souhaite en connaître les moindres détails. Mais de leur discours, il faut savoir trier le bon grain de l’ivraie.

Les mauvais conseils

Avant de dire du bien de vos ami(e)s, commençons par apprendre à vous en méfier !

D’abord, nous l’avons toutes et tous expérimenté, leur insistance, leur curiosité, certes partant de bonne intention, peut s’avérer un peu usante et vous n’avez pas toujours envie de répondre.

Malheureusement, il est parfois difficile de noyer le poisson. Simplement dire « quelqu’un, mais rien de sûr », risque fort d’attirer bien des questions ! Qui ? Comment ? Comment il/elle est ? Dans ce cas-là ? Affirmez-vous !

Un simple « Je n’ai pas envie d’en parler », poli mais ferme, suffit généralement à faire comprendre qu’il serait bon d’opter pour un autre sujet… Le mieux est d’ailleurs, dans ce cas-là, de le lancer vous-même ! Le « Parle-moi de toi plutôt, comment ça se passe ces derniers temps ? », ou équivalent, est généralement très efficace !

Mais si vous abordez le sujet, sachez filtrer les avis et conseils qui ne manqueront pas d’arriver, à l’un stade ou l’autre de votre rencontre.

D’abord, bien entendu, n’écoutez rien concernant le physique de la personne : vos goûts sont les vôtres. D’ailleurs, si l’apparence de votre « crush » n’est pas le type de vos camarades, ils ou elles devraient simplement signaler que, justement, ce n’est pas leur type. Sans en faire plus. Simple question de courtoisie !

Ensuite, ne prêtez pas attention aux techniques alambiquées pour écrire, proposer un rendez-vous, vous habiller ou vous comporter de telle ou telle manière. Quand on est célibataire, hélas on l’oublie souvent, le but n’est pas tant de séduire que de trouver la personne qui vous aimera tel(le) que vous êtes.

Bien entendu, on part du principe que vous ferez un minimum attention à votre apparence avant un rendez-vous mais en dehors de cela, suivez surtout votre instinct, ou vos envies. La vie, c’est bien l’opposé de planifier le futur !

Et l’étape prochaine, le ou la leur présenter, viendra bien assez tôt…


Les bons conseils

L’entourage amical peut être de bon conseil, cependant. Il risque de vous encourager à toujours un peu foncer, et cela n’est pas forcément un avis à suivre, pour la raison évoquée plus haut.

À l’inverse, il peut être bon, si vous avez tendance à vous « enflammer » un peu trop vite, de prêter attention à leurs appels au calme, ou à la sérénité. Cela vous évitera justement de commettre les erreurs de base de la séduction (et notamment la tentative de charmer à tout prix), et de suivre votre propre rythme et personnalité.

Une petite exception toutefois : sachez-vous méfier de la copine ou du copain célibataire qui trouve tout le monde « pas à votre hauteur »… Et qui a peut-être surtout envie de ne pas rester le ou la célibataire de votre duo. Aimez qui vous aimez !

À l’inverse, il peut exister des signaux dangereux que vos amis et amies, par leur place extérieur dans l’histoire, sauront peut-être mieux décrypter.  

Un exemple typique : la personne qui aime se compliquer la vie (ou pire, celle des autres) et qui vous fait tourner en bourrique, un coup très disponible, un coup plus du tout.

Quand on a « flashé » sur quelqu’un, on peut avoir tendance à se laisser emporter par ce manège qui peut être une vraie perte de temps.

Sachez écouter ce ou celles qui vous disent quand cela va trop loin. Ou qui décryptent les signaux dangereux : maladies psychiques, troubles de l’alcool ou de stupéfiants, situation personnelle inextricable (coucou, le monsieur marié qui ne veut pas divorcer !), etc.

Parfois, il peut être trop facile, pour soi, de se cacher la vérité. Les opinions des personnes qui vous connaissent bien peuvent alors être très précieuses.

Autre avantage, certes un peu plus négligeable. Les idées pour proposer un rendez-vous ! Comme dit plus haut, ne laissez pas votre entourage rédiger à votre place des textos ou élaborer des stratégies complexes pour ferrer votre proie.

Mais il peut être bon, pour faire mieux connaissance avec quelqu’un, et sans malaise, de préférer d’autres activités au sempiternel dîner ou café en terrasse. Des idées d’expos, de soirées, de festival, d’événement ? Un bon plan balade, en ville ou à la campagne ? Voilà le genre de propositions que l’on a plus facilement à plusieurs qu’en solitaire !


L’entourage familial

Un peu plus complexe à gérer, mais tout aussi courant que le précédent : l’entourage familial a lui aussi souvent son mot à dire sur votre recherche amoureuse. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

Les parents

Commençons par les parents. Depuis l’adolescence, nous savons qu’ils sont curieux de savoir si nous avons rencontré l’amour et ce, qu’ils abordent le sujet ou non…

Mais si certaines préventions pouvaient les empêcher de trop se mêler de notre vie sentimentale quand nous étions plus jeunes, ils prennent généralement de plus en plus de liberté à mesure que nous avançons en âge. Et cela peut ne pas toujours être évident.

Disons-le tout net : les parents ne sont pas de bons conseillers pour gérer notre vie sentimentale.

Même quand nous nous entendons bien avec eux, même quand ils nous comprennent et que le dialogue est facile, la situation, à mon sens, est bien trop délicate. Car le problème, ici, ce ne sont pas les parents en tant que tels. C’est le fait qu’au fil de la vie, avec eux se nouent toujours un nombre important de non-dits et surtout de dynamiques sur lesquelles il est très difficile d’avoir prise.

Une conversation innocente ne l’est jamais totalement, à plus forte raison quand elle touche à la question de l’intimité. Et à vos parents, vous ne pouvez pas tout dire, contrairement aux véritables ami(e)s. Donc, ils n’ont pas toutes les clés pour, même de bonne foi, s’avérer bons conseillers.

À cela s’ajoute la question générationnelle, qui n’est pas à négliger. Surtout à notre époque, qui va si vite. Les modes de vie, les attentes, les difficultés, les relations, les familles : tout a changé et, même s’ils se tiennent « à la page », il est fatal que des choses leur échappent, et les empêche, même nantis d’une grande compréhension, de vous accompagner sur ce chemin.

Tenez-les donc au courant des évolutions de votre vie, si vous le souhaitez, et pourquoi pas de vos questionnements en la matière, mais n’attendez pas d’eux la lumière dont vous pourriez avoir besoin.


Les enfants

Plus délicate est la question des enfants ! En effet, vos parents ont de grandes chances d’avoir compris qu’ils ne seraient pas de bons conseillers en la matière, et auront la délicatesse de ne pas insister.

Mais quel que soit leur âge, vos enfants sont, par définition, plus innocents que vous ! Et si vos parents peuvent être, parfois, compliqués, vous n’avez pas lieu de douter que vos enfants veulent véritablement votre bien… Et leur jeunesse et leur enthousiasme arbore souvent l’apparence, sinon de la raison, au moins de l’élan que l’on recherche lors d’une rencontre.

Toutefois, là aussi, sachez vous garder de cette solution, car elle n’en est pas vraiment une. D’une part, pour leur équilibre comme pour le vôtre, pour celui de votre futur conjoint, mieux vaut garder sur ces sujets une grande part de discrétion.

Cela semble aller de soit, mais je ne parle pas ici tant du fait de discuter de votre vie sentimentale avec eux que de l’impact, sur vous, de ce qu’ils peuvent dire, plus ou moins innocemment. D’autant que, on le sait, les enfants voient tout, et visent souvent juste quand ils évoquent le sujet sans que, vous semblait-il, vous n’ayez rien laissé filtrer de votre parcours.

Toutefois, là aussi, les enfants ne sont pas des bons conseillers. Il peut certes être important de savoir, par exemple, s’ils apprécient telle ou telle personne qui pourrait devenir leur beau-père ou belle-mère. Mais ils sont loin d’avoir toutes les données en tête, et surtout jugent un peu rapidement.

S’ils les haïssent, c’est à considérer ! Mais cela est extrêmement rare. De plus, vos enfants auront toujours envie de vous garder pour eux, et à leurs yeux il est rare que quelqu’un puisse égaler leur autre parent.

Certes, de nos jours, adolescents ou jeunes adultes savent souvent faire la part des choses. Toutefois, tout comme vos parents, leur opinion, que ce soit sur la personne ou sur votre relation avec elle, ne peut être que partielle et donc, comme le veut l’axiome, partiale.

Écoutez-les, mais n’oubliez jamais de faire la part des choses et, si tout à coup leurs propos vous choquent, vous déplaisent ou vous semblent franchir une barrière qui n’a pas à être franchie, à couper court à la conversation… En leur rendant la pareille et en leur faisant confiance, à votre tour, pour gérer leur propre vie amoureuse !


Conclusion

Certes, mon propos peut paraître un peu radical sur l’entourage familial et je voudrais ici éclaircir mon propos.

D’une manière générale, il est toujours bon d’écouter, avec attention, ce que les gens que vous aimez et qui vous aiment ont à dire. Mais l’important est de garder, dans votre tête, une barrière qui ne laisse entrer que ce qui pourra vous servir, à vous, maintenant.

Cela est d’ailleurs aussi valable pour les ami(e)s. Même bien intentionné(e)s, ils et elles diront des bêtises verront à côté, ne prêteront pas attention à un détail qui pour vous compte beaucoup, plus qu’ils ou elles ne peuvent l’imaginer.

Retenez donc qu’écouter est important, mais qu’écouter n’est pas la clé, et que jamais personne ne vous connaîtra mieux que vous ne vous connaissez vous-même.

Enfants cherchent beaux-parents désespérément.

Après un divorce ou une séparation, l’idée que l’on refasse sa vie peut être délicate à envisager vis-à-vis de ses enfants.

Certains parents ont peur de les blesser et hésitent avant de leur présenter leur nouveau compagnon.

Pourtant, pour de nombreux enfants, l’idée de savoir un de ses parents seul peut être douloureuse, et nombreux sont ceux qui rêveraient de voir leur mère ou leur père rencontrer quelqu’un…

Comment aider un parent à refaire sa vie ?  Voici quelques pistes pour l’aider à se projeter dans une nouvelle relation, et peut-être à rencontrer quelqu’un de bien avec qui s’épanouir.


Rester dans son rôle d’enfant 

Lorsque l’on a quitté le cocon familial et construit sa propre vie, notre regard sur nos parents change. Et si, enfant, il était difficile d’imaginer ses parents séparés dans d’autres relations amoureuses, c’est désormais ce que vous leur souhaitez très sincèrement.

Avant de le/la harasser de contacts et de lui organiser des rendez-vous à tout va, il est très important de passer par une phase d’écoute.

En effet, certaines personnes ne souhaitent pas refaire leur vie et se portent très bien seules. D’autres n’ont aucune envie de voir leurs enfants s’immiscer dans leur domaine sentimental, et il serait contre-productif de les brusquer.

La clé est donc dans un premier temps d’écouter et d’essayer de savoir si votre parent souffre ou non de sa solitude.

Si votre mère vous explique qu’elle est ravie de pouvoir faire des excursions avec ses copines et qu’elle n’a aucune envie d’avoir un nouvel homme dans sa vie, rien ne sert d’insister.

Si, au contraire, vous réalisez qu’elle s’interdit de rencontrer quelqu’un ou que l’organisation de sa vie l’en empêche, et que vous sentez que cela la rend malheureuse, alors il est important de l’aider à lever ces barrières une à une.


"

Témoignage :

“Lorsque j’ai entendu parlé d’une agence matrimoniale haut de gamme, j’ai tout de suite pensé à mon père. C’est un homme très occupé, polytechniciens de formation, qui a toujours travaillé pour des grands groupes internationaux et qui a longtemps mis sa vie sentimentale de côté.


Quand j’ai contacté l’agence Esther Keller, ils m’ont expliqué comment étaient sélectionnés leurs membres et comment les rencontres étaient organisées. J’ai tout de suite été agréablement surpris par leur écoute et leur compréhension des problématiques que rencontrait mon père. Il les a rencontré par la suite, trois ou quatre rendez-vous ont été organisés avant qu’il ne rencontre sa compagne actuelle. »

Marc  25 ans 


Les obstacles à une nouvelle vie

La culpabilité envers ses enfants peut être l'une de ces raisons. Dans ce cas, il est très important de lever les tabous et de dire à votre parent ce que cela représente désormais pour vous. : il serait dommage que votre père ou votre mère s’interdise une relation sur un malentendu.

La peur est très souvent la principale barrière psychologique : celle d’être déçue, celle de souffrir une nouvelle fois, la peur de ne pas plaire, de bousculer ses habitudes ou de ne plus avoir l’énergie pour s’investir dans une vie à deux.

Ce sont parfois aussi des problèmes plus organisationnels comme un manque de temps ou un cercle d’amis et de rencontres trop restreint..

Dans tous les cas, conseillez à votre parent de faire un point afin de savoir où il en est, ce qu’il veut vraiment, ce qu’il ne veut pas, et incitez-le à revoir son agenda afin de se libérer du temps (sur ce sujet, lisez l’article « Se donner du temps pour la rencontre »


Lui laisser toutes les cartes en main

Gardez toujours en tête qu’il ne sert à rien de forcer quelqu’un vers une nouvelle relation. Si elle n’est pas volontaire dans la démarche, le résultat sera forcément catastrophique.

Plutôt que d’agir à sa place, la meilleure attitude est de lui présenter un éventail de solutions et de lui expliquer leurs avantages et leurs inconvénients, puis de lui laisser du temps pour mûrir sa décision et faire le pas.

Parmi les solutions, les sites de rencontres sont aujourd’hui très prisés . Leurs atouts : le nombre de profils (quasi illimité) et la rapidité :de prise de contact. Cependant, c’est souvent une solution de facilité contre-productive : les personnes se retrouvent vite submergées de contacts qui ne leur correspondent pas et finissent par abandonner leur recherche prématurément, convaincues qu’elles ne trouveront jamais et qu’elles perdent un temps précieux.

Pour éviter cet écueil, il est certainement préférable de se lier avec des personnes de façon plus indirecte, via des associations culturelles ou sportives par exemple. Cela leur permettra de rencontrer des personnes avec qui ils auront naturellement plus d’affinités… L’inconvénient : cette option est chronophage et évidemment beaucoup plus incertaine.

Faire appel à un site de rencontre haut de gamme tel que le nôtre permet précisément de gagner un temps précieux et de limiter le risque de rencontrer des personnes peu fiables, aux attentes éloignées de celles de votre parent.

Les hommes et les femmes inscrit(e)s chez nous sont retenu(e)s sur des critères de sérieux et d’engagement, ce qui vous garantit de rencontrer des personnes ayant un mode de vie et des valeurs similaires aux vôtres.

Autre atout majeur d’avoir recours à nos services, nos membres sont guidés par des professionnels à la fois investis et bienveillants.

Chaque rendez-vous est réfléchi, préparé, puis débriefé afin d’affiner au mieux notre sélection en fonction de vos attentes. La certitude, en somme, de perdre le moins de temps possible et d’optimiser les chances de rencontrer une personne avec qui s’épanouir pleinement.


"

"

Témoignage :

“ Après son divorce, mon père a eu de nombreuses aventures sans lendemain. C’est un bel homme, pilote de ligne, qui a beaucoup d’aisance auprès des femmes… Mais rapidement ces relations à court terme ont fini par le peser et le rendre taciturne.


En réalité, il recherchait autre chose, une personne avec qui partager sa vie et avec qui avoir des projets. Quand j’ai compris qu’il souffrait réellement de cette solitude, j’ai contacté Esther Keller qui m’a présenté son agence et sa méthode. J’en ai parlé à mon père qui a pris contact avec eux. Il a été écouté, accompagné et a rencontré la perle rare dès son premier rendez-vous ! »

Julie  34 ans 


Conclusion

Il est naturel de vouloir aider un parent très occupé, parfois trop sollicité, à prendre du temps pour soi. En tant qu’enfant, il y a une distance vis à vis de leur vie sentimentale à respecter, et il ne vous appartient pas de prendre les devants à leur place.

Cependant, vous avez une relation privilégiée avec lui qui vous permet de le guider vers la solution qui lui correspond le plus.

Si vous souhaitez leur parler de nos services, n’hésitez pas à prendre contact en amont avec nous afin d’avoir le plus d’informations possibles concernant notre méthode, et afin de cerner si elle peut être adaptée au mode de vie de votre parent.

La seule règle à retenir étant : écoute et bienveillance en toutes circonstances !


1

Faut-il avoir recours à la chirurgie esthétique ?

Une question qui tracasse beaucoup de femmes (et dans mon expérience infiniment plus que les hommes), c’est la nécessité, ou non, de faire appel à la chirurgie esthétique. Eh bien, c’est décidé, répondons à la question !

Une question intime

Avant toute chose, précisons que, bien-entendu, la chirurgie esthétique est une question personnelle, voire intime. Il n’existe pas de réponse générique, valable pour tout le monde, en tout temps.

Laissez-moi toutefois vous faire part de ce que m’a appris mon expérience au sein d’une agence matrimoniale haut-de-gamme…

Le visage

Première hypothèse : quelque chose, dans votre apparence physique, votre visage notamment, vous gêne depuis longtemps. Cela peut être un nez que l’on voudrait plus comme ceci, ou des pommettes que l’on préférerait moins comme cela.

Là, plus que sur les autres questions, il serait vraiment présomptueux de prétendre apporter une réponse unique. Ces préoccupations ont à voir avec l’image de soi, voire avec son identité.

J’ai vu des femmes procéder à ce genre d’opération et en être tout-à-fait satisfaites et soulagées, d’autres se trouver illico d’autres problèmes.

Il peut être utile toutefois d’en discuter auprès d’un tiers. Attention, je ne dis pas que vous avez un problème psychologique ou qu’il faudrait faire une thérapie longue ! 

Simplement qu’il ne faut jamais considérer une opération chirurgicale comme quelque chose d’anodin que cela se prépare, notamment auprès d’un tiers de confiance, extérieur à votre entourage et votre famille (et qui ne soit pas non plus un chirurgien esthétique !) pour en discuter. Un(e) visagiste professionnel (le) peut être, à ce titre, une autre excellente solution.

D’une manière générale, il faut vous faire confiance. En fait, pour moi, la réponse n’est pas Oui ou Non… Mais Oui à une chirurgie bien faite……(à l’image du centre La Renaissance à Marrakech). Et catégoriquement Non aux autres !

Une bonne opération, au fond, est une opération qui ne se voit pas. Vous « améliorer », c’est-à-dire vous sentir plus belle, et bien dans votre peau, c’est toujours bon, d’après moi.

Mais je sais que les opérations esthétiques qui se voient trop, voire qui défigurent ou rendent inexpressives, bref, excessives ou mal réalisées, peuvent plutôt déplaire aux hommes.

Prudence donc, et sachez vous méfier autant des chirurgiens qui disent « Oui » à tout… Que des amies, toujours prêtes à vous encourager. Comme en bien d’autres matières : oui au plaisir, mais attention aux excès !


 L’âge

Une autre question épandue est celle de l’âge. Il est redouté par toutes les femmes à ma connaissance et il semble presque inévitable de se poser la question à un moment ou un autre. 

Là aussi, bien entendu, il s’agit d’une question personnelle. Toutefois, je me dois de vous dire que je trouve que cela peut être utile… à condition que l’effet soit subtile. Visible pour vous, mais pas forcément pour les autres.

Les hommes, nombreux, auprès desquels j’ai évoqué cette question ou, plus nombreux encore, qui m’en parlent spontanément, sont assez unanimes : ils préfèrent clairement une femme « au naturel ». Telle qu’elle est.

Ou, très souvent aussi : « refaite… Mais surtout pas trop ! » Ils savent qu’elle a vécu, comme eux. Ils estiment que les petites rides  font partie de leur personnalité, sont le signe qu’elles ont ri, pleuré, eu des émotions. Ils peuvent même trouver cela, je vous l’assure, tout à fait charmant !

D’ailleurs, ils savent qu’eux-mêmes ne sont pas « parfaits ».

Voilà pour les discours. Pour autant, trouvent-ils un visage (ou un corps) vieilli et abîmé par les années plus attirant qu’un autre ayant conservé sa jeunesse ? Je n’irais pas jusque-là : ) ! Vieillir ensemble est une chose, se rencontrer, se plaire et se séduire en est une autre.

Je dirais ceci : courir après la jeunesse c’est, pour moi, faire fausse route.

À l’inverse, rechercher la vitalité, la beauté, le désir, et faire appel aux moyens de notre époque pour les atteindre : pourquoi pas ?

Là aussi, c’est une question de dosage, et de subtilité. Se rajeunir, volontiers, avoir un visage qui correspond à son énergie intérieure, bien évidemment.

Mais aller toujours plus loin vers l’apparence de la jeunesse totale… attention ! Plutôt qu’être une autre, pourquoi ne pas simplement être soi en mieux ?


Une question de bien-être

En réalité,vous l’avez compris, je recommande plutôt les retouches discrètes. De ne pas prendre ces décisions à la légère —nous parlons, après tout, de santé, or je ne suis pas médecin, donc sachez écouter les professionnels !— mais aussi, à la fois, de s’écouter… Voire de savoir s’arrêter.

La poitrine

Bien entendu, la question de la poitrine est incontournable lorsque l’on aborde ce sujet.

Passons rapidement sur les réductions mammaires, généralement nécessaires pour des raisons de santé (mal de dos) et auxquelles, si besoin, on a procédé beaucoup plus jeune. L’augmentation, ou le raffermissement, est ce qui est généralement demandé.

Là aussi, je pencherais plutôt pour un Oui. Ou, à la limite, un « Oui mais » !

Ce qui attire les hommes, c’est une belle silhouette dont la poitrine fait partie. Bien sûr, ils peuvent dire d’une femme qu’elle a « de beaux seins ».

Même le mot important est « beau ». Autrement dit : ce qui convient au corps de la personne qu’ils trouvent belle.

Certains les préfèrent gros, c’est vrai, mais d’autres les aiment petits. Certains admirent telle forme plus qu’une autre, d’autres… l’autre forme précisément ! Et vous ne pouvez pas savoir ce qui aura la faveur de l’homme de votre vie.

En matière de poitrine, donc, ne vous focalisez pas sur la grosseur ou la taille de bonnet.

Bien sûr, si vous avez toujours eu envie de gagner un peu à ce niveau-là, inutile de vous priver, d’autant que cela devient presque imperceptible au toucher.

Pensez aussi à leur forme et d’une manière générale à l’équilibre de votre silhouette. Nous mettons beaucoup d’emphase, dans notre culture, sur la poitrine.Mais les hommes regardent et aiment tout, chez une femme. La taille, les yeux, les pommettes, les jambes, les pieds, tout !

Le poids

Enfin, le poids peut aussi constituer une demande pressante d’opération cosmétique. Là encore, je penche plutôt pour le oui (il convient de sentir bien et le surpoids peut être très mal vécu).

Et, bien entendu, si vous avez pris du poids de manière ponctuelle, liée à un moment ou un événement de votre vie ou si, tout simplement pour des raisons de confort, à l’occasion, vous décidez d’avoir recours à une liposuccion, grand bien vous fasse !

Si votre poids vous gêne de manière récurrente, si vous souhaitez perdre quelques kilos de manière durable, toutefois, c’est bel et bien sur votre mode de vie qu’il faut jouer. On croit souvent qu’il n’existe pas de régime miracle. C’est vrai : les solutions simples, se focalisant sur un comportement ou un type de produit alimentaire, ont rarement des effets durables.

Mais il en existe un, bien connu : manger équilibré, régulièrement, ce dont a besoin le corps, pas plus, et faire de l’exercice physique.

Ces habitudes ont d’ailleurs bien d’autres vertus, pour le corps comme pour l’esprit, que la chirurgie ne vous apportera pas. C’est pourquoi le mieux est encore de consulter un(e) diététicien(ne).

Ce type d’accompagnement personnalisé et au long cours est parfait pour trouver votre propre hygiène de vie et procure des effets véritablement durables et très positifs pour votre silhouette… mais aussi pour votre tête.

N’oubliez pas non plus que, là aussi, les hommes ont des goûts divers et que le fait que vous soyez bien dans votre peau compte réellement pour eux.

Si toutefois vous souffrez non d’un excès de poids mais d’obésité, que votre santé est en danger, n’hésitez pas à consulter les articles plus spécialisés à ce sujet, ou plus important encore, des professionnels de santé.

Conclusion

En conclusion, vous le voyez, à mes yeux, la chirurgie esthétique, c’est… plutôt Oui, à condition qu’elle soit bien faite ! Et surtout d’y penser pour vous sentir bien dans votre peau plutôt que pour séduire.

Les hommes sont bien plus divers, et aiment les femmes de façons bien plus multiples que simplement s’arrêter à la comparaison de leurs mensurations à celles des mannequins professionnels, contrairement à la caricature qui en est souvent faite.

Cela dit, je l’avoue à leur place et crois pouvoir vous faire une confidence : leur demande d’une femme « au naturel » signifie souvent « joliment retouchée » !

Quoi qu’il en soit, si vous doutez de quoi que ce soit, je vous conseille fortement de faire appel d’abord à un(e) professionnel(le), de l’esprit, de l’alimentation ou tout simplement de la santé afin de soupeser ce choix en disposant de tous les éléments nécessaires et de ne pas agir sur un coup de tête.

5

Comment repérer une personne toxique ?

En amour, se garder des personnalités toxiques est essentiel. À l’usage, une relation avec quelqu’un qui n’éveille en nous que les mauvaises vibrations peut s’avérer authentiquement néfaste, voire dangereuse.

Mais bien sûr, ce n’est pas écrit sur leur visage. Comment les reconnaître et percer, par-delà les apparences qui, de prime abord, peuvent être séduisantes, leur essence redoutable ?


Les Narcisse

Un peu de narcissisme n’a jamais fait de mal à personne et, pour aimer, il faut d’abord s’aimer soi-même et faire la paix avec son ego. Mais un excès de narcissisme peut se révéler destructeur pour l’autre. Voici quelques indices pour éviter ces caractères.

Le pervers narcissique

Personnalité sans doute la plus toxique de toutes, le pervers narcissique souffre d’une authentique maladie qui le ou la rend véritablement incapable d’aimer convenablement.

Cela finit invariablement par provoquer une grande souffrance psychique chez la personne qui a cédé à ses abords séduisants.

Le premier indice du pervers narcissique, hélas, est qu’il ou elle  est « trop beau pour être vrai ». Nous ne parlons bien sûr pas d’apparence physique, mais plutôt des attentions et des manières de faire !

En effet le pervers narcissique a besoin, pour exercer son emprise, que vous soyez absolument séduit ou séduite.

Les premiers temps, il ou elle fera donc tout pour vous séduire, de façon débordante. Des attentions exagérées, que vous n’avez jamais connues auparavant, des compliments hyperboliques, des cadeaux hors-normes (comme le week-end à Rome ou tout simplement excessivement cher, dès les premiers temps), font partie des signaux qui doivent attirer votre attention.

Bien entendu, tout cela est agréable et on a surtout envie de croire à la belle histoire. Restez cependant alerte. Même si la personne n’est pas perverse, il est probable qu’au minimum elle s’attache trop fort, trop vite, et s’installe dans une relation de dépendance qui pourra tout autant vous faire souffrir à plus ou moins long-terme.

Dans le cas du pervers narcissique, c’est bien sûr le premier moment où il ou elle s’avèrera destructeur(trice) qui vous confirmera que vous avez bien affaire à quelqu’un de cette espèce.

Si qui que ce soit vous fait des critiques et des remarques désobligeantes, en public ou en privé, au point de vous faire douter de vous, de vous faire pleurer, ou si ses remarques appuient sur des points saillants dont il ou elle sait qu’ils vous sont douloureux, alors n’insistez pas, mettez fin à la relation au plus vite, fuyez.

Cela peut être difficile, aussi n’hésitez pas à en parler autour de vous, à vos ami(e)s, voire à consulter si vous êtes dans le doute. Vous risquez d’avoir honte et d’hésiter à vous en ouvrir, mais il n’y a absolument aucune raison d’avoir honte d’avoir fait confiance à quelqu’un, c’est au contraire la preuve que vous, vous êtes capable d’amour !

Parlez à vos proches, recueillez leur avis et, si vous avez vraiment mis les pieds dans un guet-apens, mettez fin à la relation au plus vite.

L’égoïste maladif (ve)

Sans être forcément perverses, certaines personnes souffrent malgré tout d’un narcissisme exagéré, ou au contraire défaillant, mais toujours dangereux.

La jalousie maladive, les messages par dizaines, même lorsque vous êtes au travail et que vous ne souhaitez pas être dérangé(e), les crises de colère, qu’elles soient à votre adresse ou non, sont d’autres signaux qu’il convient de ne pas négliger.

L’égoïste n’est pas forcément jaloux(se), mais a certainement besoin d’être le centre du monde et de l’attention. Cela peut au minimum amener à de situations gênantes lors de dîners entre amis par exemple, mais aussi à des scènes de ménage trop fréquentes, voire violentes (la violence verbale peut être absolument intolérable).

Bien sûr, en couple, les « engueulades » arrivent, existent, c’est normal. Mais en général, elles ne vont intervenir qu’à partir d’une certaine durée, quand le couple est installé et, le plus souvent, vit déjà ensemble.

En revanche, les crises dès les premiers temps d’une relation amoureuse indiquent que la situation ne pourra que se détériorer encore si vous tentez, malgré tout, de construire une histoire.

D’une manière générale, n’oubliez pas que l’amour, ou du moins la personne qui vous aime ou dit vous aimer, ne doit pas vous faire souffrir !

C’est une réalité qui peut sembler évidente, mais que l’on oublie pourtant bien trop facilement. Être amoureux ou amoureuse, c’est un cadeau, c’est du bonheur, de la force, de l’énergie, de la joie. C’est avoir envie de retrouver la personne et non pas la craindre.

Quand des gens qui ont eu une histoire toxique s’engagent ensuite dans une relation avec quelqu’un de sincère, de normal(e), capable de les aimer, la différence saute aux yeux. Aussi, si vous souffrez, inutile de prendre sur vous-même.

Une fois de plus, les crises arrivent dans les couples. Mais un couple qui en lui-même vous fait souffrir n’en est pas un. Un amoureux, une amoureuse, c’est un partenaire, pas un tyran, un juge ou un maître !


Les blessé(e)s de la vie

Hommes ou femmes, la tentation de prendre le rôle du soignant, de l’infirmier ou de l’infirmière auprès d’une personnalité blessée peut être attirant.

C’est un rôle qui a ses bénéfices et ses apports, c’est incontestable. Pourtant, il faut là aussi savoir éviter ces situations. Et cela n’est pas être dure que de le dire : c’est aussi parce que vous ne pouvez tout simplement pas réellement l’aider, ou pas de cette façon-là !

La personnalité négative

Une personne peut être exagérément négative au quotidien. On peut penser qu’il s’agit là d’un défaut comme un autre ; que nous avons toutes et tous des failles et qu’aimer, c’est aussi aimer quelqu’un en dépit de cela. Il y a un peu de vrai là-dedans, mais certaines faiblesses font bien trop souffrir pour mériter que l’on s’investisse.

Une personnalité négative, qui voit tout en noir, qui pense que rien ne fonctionnera jamais, qui s’attarde plus sur les défauts des autres, aura vite, croyez-moi, raison de votre bien-être.

Vous pouvez avoir envie de lui ouvrir les yeux, mais ce n’est pas à vous de faire cela et c’est, toujours, peine perdue : les gens ne changent jamais vraiment ce qui est leur personnalité profonde… Et quand c’est le cas, c’est au prix d’un travail sur eux ou elles-mêmes, ce n’est pas parce que leur compagne ou compagnon a su trouver les mots et les convaincre par sa seule logique ou son optimisme.

Il est tout à fait possible aussi que l’individu en question soit avant tout envieux. Ses critiques seront alors constantes, et épuisantes à vivre.

Deux dangers en tout cas feront vite jour : soit vous laisser contaminer, commencer vous aussi à voir le monde en noir ; soit user toute votre énergie à le ou la réconforter, le ou la contredire, et ne plus avoir la force de profiter des joies et moments simples de la vie.

Son énergie négative est inépuisable, car elle fait partie de sa façon d’être. Mais votre force n’est pas illimitée, elle, et doit se régénérer… Notamment par l’amour. Là encore, n’oubliez jamais qu’un ou une partenaire doit vous rendre plus fort(e) et joyeux(se), pas l’inverse !

La personne en souffrance

N’oubliez jamais non plus qu’une rencontre, c’est une personne, mais c’est aussi un moment. Un moment de la vie où la magie peut faire son œuvre de part et d’autre.

Si vous rencontrez quelqu’un en grande souffrance psychique, la tentation peut être grande de vous attacher à elle. Parce qu’elle est peut-être véritablement quelqu’un de bien, tout simplement, et que l’on sait que sa souffrance finira par passer.

Pourtant, quelqu’un en plein deuil, ou qui commet des excès de boisson ou de psychotropes, ou qui traverse une dépression, voire se reconstruit après une crise aiguë de folie, n’est pas quelqu’un pour vous.

Bien entendu, tout le monde traverse des épisodes difficiles dans sa vie. Et si quelque chose comme cela afflige, pendant votre histoire, votre conjoint, il est normal de l’accompagner, le ou la soutenir et, sachant que tout cela finira en effet par passer et se guérir, affronter ensemble le mauvais temps pour ensuite profiter à deux des beaux jours revenus.

Mais si la personne est en pleine souffrance au moment où vous la rencontrez, ou si une enfance difficile a atteint son équilibre mental au-delà du raisonnable, sachez que cette histoire s’avèrera toxique pour vous. Vous donnerez beaucoup plus que vous recevrez, tous les jours. Vous vous épuiserez.

Surtout, vous installerez la personne en question dans une forme de confort provisoire, qui ne repose pas sur ses propres forces, mais sur la vôtre. Vous vous sentirez responsable et serez en réalité dépendant(e) de ses propres avancées, car vous n’oserez probablement pas le ou la quitter par craindre de lui faire plus de mal encore.

Or la personne ne peut s’en sortir que par elle-même, éventuellement accompagnée par un(e) professionnel(le), mais pas par un conjoint. Et presque toujours, une fois remise d’aplomb, elle va avoir besoin d’aimer à nouveau et s’éloignera de vous car vous serez associé(e), pour elle, aux moments les plus sombres de sa vie. 

Vous n’êtes pas médecin, vous êtes quelqu’un qui méritez d’être aimé(e) pour ce que vous êtes, simplement, et non pour le réconfort que votre présence, vos caresses et vos mots doux peuvent apporter !


Conclusion

Vous le voyez, il y a bien des façons pour l’être humain d’être toxique à ses semblables. Et celles-ci doivent être, pour vous, absolument rédhibitoires, quelles que soient les autres qualités que vous pensez trouver chez quelqu’un.

Car ici, le mot important est bel et bien « toxique ». L’amour a ses hauts et ses bas, ses vices et ses vertus, ses difficultés et ses complications. Cela est normal et il faut savoir le surmonter. Mais si un homme ou une femme, par sa façon d’être même, vous tire vers le bas, vous rend triste, amer(ère), abattu(e) et appuie toujours là ou cela fait mal, alors vous risquez de perdre bien plus dans cette relation qu’une histoire potentielle.

Premier rendez-vous : astuces pour ne pas donner suite !

Un premier rendez-vous n’est pas en soi une bonne nouvelle : c’est d’abord l’opportunité de se rendre compte si l’on se plaît, si l’on se comprend, si l’échange entre deux personnes fonctionne véritablement bien et peut annoncer ou amorcer une belle histoire.

Parfois, donc, il peut s’avérer décevant ou déroutant. Voici quelques façons de gérer ce moment délicat.


Pendant le rendez-vous

Ainsi, vous êtes à votre premier « date ». Quelle que soit la raison (il peut y en avoir beaucoup !), la personne ne correspond pas à vos attentes.

Peut-être même passez-vous un mauvais moment, car l’incompréhension et l’ennui ne font que grandir, quand l’autre ne se rend compte de rien et, à l’inverse, semble tout à fait partant(e) pour poursuivre plus longtemps la discussion.

Heureusement, rien ne vous oblige à prolonger cette inconfortable situation !

Gérer le rendez-vous

Très souvent, vous serez convenu de vous retrouver dans un café. Rapidement toutefois, vous avez le sentiment de perdre votre temps : peut-être la personne ne vous plaît-elle pas physiquement, peut-être sa conversation vous ennuie-t-elle (le drame de l’interlocuteur qui ne parle que d’elle ou de lui !) ou peut-être des divergences essentielles apparaissent-elles, portant par exemple sur des valeurs morales, politiques ou simplement sur la façon d’envisager le monde et ou son propre avenir.

Pas besoin de subir l’une des expériences éprouvantes ou ridicules compilées par le blog Tinder Surprise pour avoir parfois envie de décamper avant le temps imparti !

Si vous sentez que vous avez vraiment envie d’abréger le rendez-vous, commencez par vous fixer cette objectif comme priorité ! Par là, nous voulons dire qu’il est inutile de chercher à faire comprendre que vous n’êtes pas intéressé(e), cela sera bien plus aisé à faire après coup.

Toutefois, il ne s’agit pas non plus d’être désagréable : ce serait contre-productif, car pourrait dégénérer en joute verbale ou, en piquant au vif la personne, l’inciter au contraire à « en faire plus » vous réveiller votre intérêt…

En outre, vous auriez du mal, après coup, à esquiver les remords et les mauvais souvenirs.

Abréger le rendez-vous

Dès lors, comment esquiver et prendre la fuite ? Évitez au maximum de mentir ou, plus exactement, d’élaborer des schémas trop complexes.

Mentir n’est pas évident et prétexter un dîner d’anniversaire ou une obligation familiale, ou faire semblant de découvrir un message sur son téléphone n’est pas aussi simple qu’on l’imagine, et risque fort de vous compliquer la vie (certains bars ont même mis en place des systèmes Spécial Date pour soutenir leur clientèle !).

Petite astuce : avant même de vous rendre sur place, donnez-vous un temps limite (une heure par exemple)… En sachant que vous pouvez y ajouter au maximum un quart d’heure ou, dernier carat, une demie-heure.

C’est le temps qu’il faut généralement pour que, entre les premiers signaux que vous envoyez sans même y réfléchir (comme consulter votre montre ou laisser vagabonder votre esprit à ce qui vous attend ensuite), votre rendez-vous s’habitue à l’idée et, en quelque sorte, s’approprie, votre décision et l’accepte sans difficulté.

En ayant deux créneaux limite (un quart d’heure et une demie-heure dans notre exemple), votre impatience se fera clairement sentir à mesure que passera le temps et il sera réellement dans l’intérêt de vous deux de ne pas poursuivre inutilement la rencontre.

Nous avons conseillé de ne pas mentir : cela n’empêche pas d’être poli(e).

Dire que vous avez passé « un bon moment », ou quelque chose d’équivalent, ne vous engage à rien dans le futur (il faut généralement un peu plus qu’un « bon moment » pour avoir envie de construire une vie à deux !) et facilitera là aussi grandement l’acceptation de votre départ par l’autre personne.

Si elle s’enquiert de savoir ce qui vous pousse ainsi à partir —ce qui entre nous n’est pas très bon signe, car votre vie ne regarde, à ce stade, que vous— et qu’il vous paraît hasardeux d’admettre que vous seriez tout simplement mieux chez vous à ne rien faire.

Restez très vague pour ne pas vous enferrer dans un mensonge complexe, prétexter du travail à rattraper pour votre propre tranquillité d’esprit devrait fonctionner : personne ne vous critiquera de travailler si c’est dans votre intérêt et, à notre époque, cela peut se comprendre même un vendredi soir ou un jour de week-end !


Après le rendez-vous

Le problème est que bien souvent un rendez-vous dure… Après le rendez-vous.

La vie serait trop simple si, dans l’immense majorité des, cas les deux personnes s’avéraient aussi satisfaites l’une que l’autre à l’idée de ne jamais se revoir !

Hélas, il est bien plus fréquent, en réalité, que l’un ou l’autre « s’accroche », au moins le temps de quelques jours ou quelques textos…

Comment fermer la porte​​​​

N’oubliez pas que rien ne vous oblige à vous justifier. D’une manière générale, déjà, mais bien plus encore dans ce contexte !

Si vous avez tous les deux eu recours à un service de dating, c’est que vous appréciez aussi le fait qu’il vous simplifie la vie. Oui, vous pouvez ne pas répondre aux messages.

Et si vous recevez au final un SMS bien culpabilisant (du type « Ah ben voilà pas d’explications merci bcp j’espère ne jamais te revoir ! »), n’oubliez pas que la personne parle ici plus d’elle que de vous et ne fait que confirmer votre intuition !

Vous êtes des adultes mâtures, et vous ne vous connaissiez pas voilà quelques jours ou semaines : vous n’avez pas brisé un cœur, vous n’avez pas menti, pas triché.

Le principe même des interfaces de rencontre et de nous aider à ne pas perdre de temps et donc d’aller toujours de l’avant jusqu’à LA bonne personne, qui n’est peut-être pas unique, mais rare par définition ! Vous pouvez aussi prendre les devants et, dès le premier message, faire comprendre que vous n’êtes pas intéressé(e).

Ne vous appesantissez pas : on a toujours envie de plaire à l’autre et, face au rejet la tentation sera grande pour votre interlocuteur(trice) d’essayer de donner des arguments rationnels afin de décrocher un deuxième rendez-vous, ne serait-ce que par fierté !

Pour vous donner toutes les chances de vous épargner cette phase, restez très vague, et ne reprochez rien à la personne : « désolé(e), je ne l’ai pas senti, c’est peut-être moi, je ne sais pas si je suis prêt(e) pour une nouvelle histoire »… Cette tonalité-là a le plus de chances de passer.

Accessoirement, vous vous rendez compliqué(e) aux yeux de l’autre et lui donnerez peut-être même envie de passer aussi à autre chose !

Les tactiques à éviter​​​​

S’il n’y a pas de méthode miracle, il y en au moins dont je suis sûre qu’il faut les éviter. D’abord, ne fuyez pas !

Il arrive en effet qu’un partenaire profite de la pause toilette de l’autre pour simplement disparaître et prendre la fuite en laissant (ou non) la monnaie de sa consommation sur la table.

Là, on tombe franchement dans le manque de respect que l’on se doit entre êtres humains. Et même pour vous, ce n’est pas la bonne solution, croyez-moi, votre amour-propre mérite mieux !

En outre, apprendre à gérer ces situations délicates est toujours préférable à la fuite. Même si l’on espère qu’elles ne se reproduiront pas, cela vous renforce toujours et ne peut que vous aider, dans le futur et dans d’autres contextes, à dire non et à écouter votre intuition.

Évitez aussi de vous lancer dans des débats enflammés. Parfois, l’autre personne nous est tellement insupportable, ou dit des choses qui nous choquent tant, que l’on s’enflamme et décide d’au moins profiter de ce moment pour lui ouvrir les yeux.

Croyez-moi, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Vous n’arriverez pas à faire passer votre idée dans de telles circonstances et n’allez que vous compliquer la tâche.

Et enfin, ne décidez pas non plus de jouer franc-jeu en disant clairement à votre convive qu’il ou elle ne vous plaît pas : là aussi, en plus de blesser inutilement quelqu’un qui n’a d’autre tort que de n’être pas la bonne personne pour vous, vous allez surtout réussir à rendre le moment encore plus désagréable et difficile à gérer… pour vous-même !


Conclusion

Bien entendu, si vous êtes déjà adhérent ou adhérente de notre agence (ou d’une autre), vous savez que ces problèmes sont grandement minorés car nous avons à cœur de gérer l’après rendez-vous à votre place, tout comme nous avons pour principe d’échanger longuement en amont, pour vous permettre de vous épargner ces difficultés !

Toutefois, si tel n’est pas le cas, et que vous êtes passé(e) par un site, une application ou que vous avez fait cette rencontre de manière plus traditionnelle, lors d’un dîner par exemple, gardez toujours en tête que l’objectif de ces instants est de vous sentir à l’aise, de voir si vous vous trouvez bien en sa compagnie et si ce quelque chose d’indéfinissable, qui ne se contrôle pas, s’éveille en vous lors de votre échange.

Vous n’êtes pas là pour plaire, ni pour régler les problèmes d’autrui, vous êtes là simplement pour passer un bon moment. Si tel n’est pas le cas, n’ayez donc aucune culpabilité à un abréger un rendez-vous, et n’oubliez pas que vous vous rendez ainsi service mutuellement !

10

Pour avancer, comment tirer un trait sur son passé sentimental ?

La nouvelle année est le moment privilégié pour les bonnes résolutions en tous genres. Les jours qui rallongent, les moments à venir célébrés en famille et entre amis, les vœux de toutes sortes : tout cela est très propice à une saine énergie pour aller de l’avant !

Et en matière de rencontre amoureuse, c’est de tout cela dont il faut profiter pour réellement tourner le dos au passé afin de se consacrer à sa prochaine belle histoire.

Mais comment y parvenir ? Voici quelques conseils.


Faire taire le passé

Tout le monde connaît ou a connu cela : l’histoire passée qu’on n’arrive pas à dépasser. C’est parfois la dernière en date, parfois une plus ancienne que l’on ne peut s’empêcher de regretter.

Dans tous les cas, les souvenirs agissent de façon plus insidieuse qu’on ne veut bien le croire, en nous accrochant à l’impossible, et en se glissant entre nous et celui ou celle avec qui l’on espère bâtir une nouvelle relation…

Parfois avant même d’avoir fait sa connaissance ! Il est indispensable de tirer un trait sur ces regrets, dont l’influence néfaste est souvent plus forte qu’on ne l’imagine.

C’est heureusement possible, et cela sans se renier pour autant !

Oublier son ex

Quand il s’agit d’oublier son ex, le plus important est de faire le point sur les deux catégories de souvenirs qui peuvent nous empoisonner la vie : les bons souvenirs d’une part, et la relation sentimentale en tant que telle d’autre part.

En effet, ce dernier aspect peut nous manquer tout à fait indépendamment de l’histoire elle-même, avec ses particularités, ses hauts et ses bas.

Commencez donc par faire la part des choses et admettre que ce qui vous manque c’est d’abord le bonheur d’une relation en tant que relation. Que ce qui vous fait d’abord souffrir, c’est l’absence de complicité et d’échange avec une personne.

Puis tâchez, si vous m’autorisez ce néologisme, de vous « dé-focaliser » de la personne, comprendre que, quel que soit votre passé, il est normal d’avoir envie d’une relation, et que celle-ci ne peut se trouver qu’en étant tourné(e) vers l’avenir… Et surtout le présent.

Le seul charme du passé, c'est qu'il est le passé.

Oscar Wilde 

    

Mais la mémoire humaine est sélective et a tendance à retenir les bons souvenirs avant toute autre chose. Cela, bien entendu, peut rendre l’opération délicate.

Là aussi, sachez faire la part des choses. Les bons souvenirs sont là, ils vous appartiennent à vous, en propre, et personne ne pourra vous les enlever : c’est très bien comme cela.

Sachez que tout le monde n’a pas forcément vécu d’histoire forte dans sa vie. Si c’est votre cas, il s’agit bien plus d’une chance que d’une malédiction. C’est aussi ce qui vous permet de mieux vous connaître et de savoir ce que vous cherchez, ou non, chez l’autre.

Ne pas ressasser

Le premier grand piège que tend le passé consiste donc à vous enfermer dans un souvenir embelli, presque travesti, dans lequel vous faites abstraction sans le vouloir tout ce qui n’allait pas, tout ce qui faisait que cette histoire ne pouvait pas fonctionner.

Mais il existe une difficulté plus redoutable : le regret. Quand on se souvient, en matière amoureuse, des événements passés, nous faisons tous et toutes la même erreur.

À savoir, analyser la situation rétrospectivement, le plus souvent en se maudissant sur telle ou telle chose qu’on n’aurait pas dû faire, pas dû dire ou pas dû taire.

Mais croire que nous comprenons mieux ce qui nous a fait défaut alors, ce n’est qu’une illusion : dans ces moments-là nous sommes, précisément, « à froid ».

S’il paraît bien facile d’analyser une situation sentimentale de l’extérieur, toute autre chose est de la vivre !

Vous avez du recul et vos sentiments sont moins forts, plus univoques. Vous n’êtes plus dans le fil de l’histoire, avec ce qui s’est passé la veille ou l’avant-veille, dans votre couple ou votre vie personnelle ; vous n’avez plus les expressions, les moments, les façons d’être de l’autre qui, inconsciemment, jouent sur votre comportement, influence vos paroles comme vos pensées.

C’est pourquoi il est inutile de ressasser. Répétez-le vous : tout ce qui vous paraît soudain si sensé et qu’il aurait fallu faire, ou stupide et dont vous auriez dû vous abstenir, ne vous apparaît, justement, que parce que vous observez la situation d’un point de vue lointain et extérieur, lequel n’existe jamais dans le cours d’une histoire.

Ne vous sentez pas idiot(e), parlez-vous comme vous le feriez à votre meilleur(e) ami(e) : jugez-vous de façon impitoyable le comportement de vos proches, quand ils ou elles sont amoureux(ses) ? Sans doute pas !

En sachant que votre analyse postérieure de la situation est en fait illusoire et fausse, peu à peu vous cesserez d’éprouver le besoin d’examiner sans cesse et sans cesse ce qui s’est produit, pour savourer votre vie au présent, condition sine qua non pour construire un avenir heureux à deux.


Construire l’avenir

Bien sûr, il ne s’agit pas, vous l’avez compris, de nier froidement le passé, de faire comme si rien n’avait existé.

Simplement de le prendre et le comprendre comme ce qu’il est, un bloc, une fondation pour l’avenir. Ne pas le réinterpréter et le reconstruire ad nauseam, mais savoir qu’il existe pour en tirer de la force et une nouvelle capacité à aimer, à vous consacrer à l’autre et à vous-même.


Il n’y a pas d’échec sentimental

Nous avons trop tendance à voir les événements qui nous arrivent comme des victoires ou des défaites.

Si la vie peut parfois apparaître comme un combat face à l’adversité pour trouver le bonheur, ce schéma ne doit cependant pas s’appliquer à notre vie amoureuse. « Il n’y a pas d’amour heureux », écrivait le poète. Mais il n’y a pas d’échec sentimental non plus.

Une histoire, ce sont deux dynamiques personnelles qui jouent chacune de leur côté, et ensemble, en même temps.

Cela entremêle tant d’enjeux passés, présents et futurs, tant de questions, tant d’envies, tant de découvertes sur soi comme sur la vie, que l’on a tort de se croire, ou de croire l’autre, comme entièrement responsable de la durée de vie de son couple, quelle que soit la façon dont il s’est terminé.

N’oubliez jamais cela : l’amour ne se vit que dans la dynamique, il évolue, bouge, avance, revient ; il est toujours en mouvement. Dès lors, ce que vous avez vécu a participé à votre construction et à votre propre évolution. Si personne ne peut vous l’enlever, personne non plus ne peut véritablement le comprendre.

Votre histoire vous appartient : c’est une fondation.

Si vous devez absolument l’examiner de plus près, alors que ce soit pour en guetter les fêlures, ce qui vous blesse encore. N’essayez pas de les réparer : nos cicatrices font partie de nous, et tout le monde en a (même si certains les dissimulent mieux que d’autres, ce qui n’est ni bien ni mal, simplement question de tempérament !). 

Sachez qu’elles sont là, sachez ce qui peut en provoquer d’autres, ou ce qui risquerait de les agrandir, pour mieux éviter les prochaines douleurs et, d’une manière générale, mieux vous connaître.

C’est cela qui vous rendra désirable aux yeux d’autrui : votre confort vis-à-vis de vous-même, et le fait que vous soyez conscient(e) de n’être pas plus « parfait(e) » qu’un(e) autre.

Et c’est cela qui vous donnera la force de profiter de la vie, d’en retrouver la merveilleuse et délectable simplicité, puisque vous saurez que vous n’avez rien à redouter : vous avez connu des difficultés, et à toutes vous avez survécu !

S’ouvrir vers l’autre

Bien se connaître, savoir quelle place réserver à son passé, pour ne pas le porter comme un encombrant boulet, c’est ainsi que l’on peut commencer une nouvelle histoire.

Aimer, c’est tourner le regard vers l’autre. Mais un vrai regard. Pas espérer que le bonheur vous arrive du seul fait de la présence de l’autre, pas compter sur une nouvelle histoire pour se remettre de la précédente : mais être réconcilié(e) avec soi-même pour construire à deux une relation.

Plus vous aurez confiance en vous, plus vous pourrez tendre l’oreille et ouvrir les yeux sur ce qui vous entoure, et remarquer l’incroyable diversité des hommes et des femmes qui nous entourent. 

Ne croyez pas qu’un schéma de personne, ou de relation, se reproduira : sur ces questions intimes, chacune et chacun et fort différent(e) et, là aussi, évolue au fil de ses aventures.

Ne croyez pas que tel ou tel type de caractère est fondamentalement pour vous… ou pas pour vous.

Ne projetez pas sur une nouvelle histoire vos répétitions du passé. Quand vous commencez à anticiper, à appréhender, bref, à penser à la place de l’autre, à imaginer ses paroles ou ses réactions plutôt qu’à les vivre, n’ayez qu’une certitude : vous faites fausse route. 

Croyez-moi : quand on croit savoir à l’avance ce qu’une personne va dire ou penser, on se trompe toujours.

Sans même le vouloir ni le savoir, ce regard neuf porté sur le monde et les humains qui le peuplent tout autour de vous, au travail, parmi vos amis, dans les visites culturelles, les associations, les événements sportifs et les fêtes, sera votre meilleur allié pour bâtir à nouveau une vie à deux.

Ils et elles n’attendent qu’une chose, à dire vrai : que quelqu’un en paix avec son passé, ouvert(e) sur l’autre, curieux(se) de la vie, qui a appris à se connaître, à se faire confiance et donc à leur faire confiance, croise leur route et leur sourit le plus simplement et le plus franchement du monde. À vous d’agir !


Conclusion

Utilisez le passé pour construire l’avenir et profiter du présent.

Ce que vous avez vécu autrefois vous appartient désormais, à condition de le considérer comme une force, un atout pour mieux vous connaître et mieux construire l’avenir, et non comme une perte, un manque, que vous pourriez récupérer d’une façon ou d’une autre.

Ce qui vous attend n’est pas connaissable, n’essayez donc pas de l’anticiper, de l’imaginer outre mesure… du passé ne conservez qu’une seule chose, la force de construire l’avenir !

2

Guide de survie du célibataire pendant les fêtes de fin d’année

On le sait tous et toutes, il y a des moments où l’on peut profiter de son célibat et d’autres où c’est plus difficile.

Parmi ces derniers, les fêtes de fin d’année figurent sans doute au sommet du podium.

Famille, amis et amies, tout le monde s’y met pour vous demander où vous en êtes de la recherche de l’âme sœur, faire preuve d’une curiosité parfois déplacée et vous donner des conseils plus ou moins bienvenus.

Voici quelques conseils pour passer ce cap… Dans la joie et la bonne humeur !


S’occuper de soi

Avant de savoir comment gérer les autres, commencez par penser à vous ! Comment se mettre au clair dans sa tête ? Comment anticiper les moments inévitables et que l’on préfèrerait éviter ? Voici quelques astuces !

Prenez soin de vous

Ne l’oubliez pas : la fin d’année est un moment de repos et de fête, un moment pour reprendre des forces et de la bonne humeur avant d’affronter les péripéties à venir.

Il faut que vous le vous répétiez : c’est l’occasion de penser à vous et de vous occuper de vous, préalable, on le sait, essentiel à toute rencontre amoureuse.

Retrouvez en vous le bonheur qu’il va y avoir à passer du temps en famille, qu’on ne voit vraiment pas assez souvent, et, pour le 31, avec vos amis et amies, si rarement tous et toutes réuni(e)s !

Ou bien, profitez de ces jours de congés, voire de ces soirées si vous n’avez pas de réveillon prévu ou ne pouvez vous déplacer jusqu’à votre famille, pour vous chouchouter, vous reposer, regarder vos films préférés, attaquer ce roman qui traîne sur votre table de chevet ou regarder des vidéos stupides sur Internet. 

laissez de côté les pensées noires sur le célibat (toute l’année, nous vous donnerons de toute façon des astuces pour agir afin qu’il ne s’éternise pas) et occupez-vous un peu de vous… Et surtout… Offrez-vous quelques cadeaux !

Quand vous aurez fait la rencontre de vos rêves, vous en aurez suffisamment à en faire à autrui. Là, faites-vous plaisir ! Mieux encore : jetez donc un œil aux tarifs de séjours en France ou à l’étranger.

En dernière minute, les vols ou hôtels non remplis à ces dates clés peuvent offrir bien de bien bonnes surprises en termes de tarifs. Voyez par exemple Verychic, Lastminute ou Booking pour des excursions à budget limité !

(Ne pas) préparer la rencontre

Mettre de côté les pensées noires ? Plus facile à dire qu’à faire, me direz-vous !

Mais voici une technique des plus importantes : ne pensez pas aux fêtes comme une opportunité de rencontre. De fait, elles en sont ! Cela est évident pour le réveillon de la Saint-Sylvestre, mais peut aussi arriver lors des repas de Noël.

Pour ces événements-ci, certes, il est peu probable que le coup de foudre prenne place autour de la table familiale.

Mais vos convives ont des ami(e)s, des idées d’activités pouvant aussi bien mener à la rencontre que vous permettre de penser à vous, qui peuvent être judicieuses (certes, on n’a pas forcément envie de parler de tout cela avec sa famille… Mais j’aborde ce sujet dans la deuxième partie de l’article !)

Cependant, vous le savez : les rencontres se produisent généralement quand on ne les attend pas. Aussi, si vous arrivez par exemple le soir du 31 à la soirée de vos ami(e)s en ne pensant qu’à cela, vous risquez de dégager, malgré vous, une sensation de malaise ou d’inconfort qui n’est pas toujours la plus appropriée pour vous ouvrir vers l’autre. 

Dites-vous que ce n’est pas pour ce soir, qui sera d’abord l’opportunité de vous amuser. Vous serez alors infiniment plus épanoui(e) et désirable. Et vous vous épargnerez le risque de déprime du lendemain.

Si vous êtes sorti(e) pour faire une rencontre, vous risquez, en cas d’insuccès, de ne penser qu’à cela le lendemain et de vous sentir mal. Si vous n’avez d’autre projet que vous amuser, vous aurez absorbé la bonne humeur nécessaire pour commencer l’année d’un bien meilleur pied.


Gérer les autres

Mais bien entendu, pour ne pas se faire rattraper par la déprime, il y a un élément que l’on ne contrôle pas : les questions parfois inquisitrices et souvent maladroites de la famille comme des ami(e)s !

Heureusement, cette année, vous aurez réponse à tout. Voici comment.

En famille

Donc, cette année encore, votre famille va vous demander : « Alors, toujours pas de fiancé(e) ? ». Sachez-le, ne l’esquivez pas, et répondez d’un ton détendu et franc « non, pas de fiancé(e) en ce moment » (autre alternative : « non, rien de sérieux en tout cas »), comme si cela était volontaire et réfléchi.

Vous avez d’autres choses à faire et, surtout, vous savez que c’est en vous occupant de vous et en songeant à votre propre plaisir de vivre au quotidien que la bonne personne finira par croiser votre route, vous remarquer et s’attacher.

Cela a déjà des chances d’abréger la conversation, ou de vous redonner le dessus, de ne pas la subir, en expliquant tous vos autres projets. Vos proches seront heureux d’en savoir plus là-dessus et auront sûrement plein d’autres questions sur ces divers sujets, jusqu’à oublier l’origine de la discussion !

Bien entendu, cela risque fort de ne pas les empêcher pour autant d’avoir à vous faire part de leurs conseils plus ou moins avisés. « Si tu étais plus docile… Si tu n’avais pas quitté X ou Y… Si tu t’ouvrais un peu vers les autres… ».

Il n’y a rien de plus agaçant, mais pourquoi ? La réponse est simple : parce que, en votre for intérieur, vous savez que votre famille est la plus mal placée pour vous comprendre et juger votre mode de vie. Et cela, sans penser à mal.

Elle ne peut faire que des projections, reposant sur ses propres concepts, quand vous êtes un individu, certes qui leur est lié, mais qui a aussi ses propres façons d’être et priorités. Il n’est donc inutile d’y prêter de l’importance.

Entre ami(e)s

Ne vous y trompez pas : ce genre de discussion peut en réalité être bien plus redoutable entre ami(e)s qu’en famille !

Car avec l’âge, nous apprenons toujours à nous détacher, plus ou moins certes, mais toujours un minimum, de nos familles. Et c’est de nos relations amicales que nous tirons notre énergie et avec qui nous partageons le plus couramment une certaine vision du monde et des relations humaines.

En outre, nous avons en commun des habitudes, des concepts et des convictions qui font que nous avons tendance, plus ou moins consciemment, à recevoir de manière très forte leurs maladresses, leurs indiscrétions et leur conseils pleins de bonne volonté.

Aussi, retrouvez la simple joie de les voir et de partager un moment unique, important et symbolique en leur compagnie.

Si vous êtes d’humeur sombre pour toutes les raisons évoquées, ou si vous ne pensez qu’à la rencontre possible, naturellement, les bavardages risquent de dévier sur ce sujet. Mais si vous êtes là pour rire et vous amuser, vous déportez bien des conversations.

Et comme avec votre famille, ne prêtez pas l’oreille et n’accordez pas trop de temps au sujet, ce n’est de toute façon absolument pas le moment d’éclaircir ces points !

En outre, n’oubliez pas que ce genre de soirée est par excellence un moment, même entre (très) proches, de représentations. Les femmes seront belles, les hommes charmants, et les couples irréprochables. Une vraie image de rêve… Qui ne reste qu’une image.

Dans tous les couples, il y a des difficultés, des scènes de ménage, des empêchements et tous et toutes aussi, une fois en couple, songent par moments qu’ils seraient tellement mieux s’ils étaient célibataires…

Ne l’oubliez pas ! Il n’y a rien à envier. Chaque instant de vie est délicieux, et est fait pour être savouré tel qu’il se présente. Vous êtes là pour cela. Les jours ont commencé à rallonger, et… sentez-vous cette odeur ? Mais oui, c’est bel et bien celle du printemps qui s’annonce. C’est le moment ou jamais de profiter de votre célibat tant qu’il en est encore temps !


Conclusion

le découvrirez bien assez tôt, si vous ne l’avez pas déjà expérimenté : même en couple, il est tout à fait normal de redouter les fêtes de fin d’année.

Elles sont propices à tous les examens de conscience, en solitaire, en famille ou entre copains et copines.

Et pourtant, elles sont le moment le moins approprié pour y procéder ! Les symboles envahissent tout et, en la matière, ils chargent inutilement la barque et font voir les choses —c’est leur fonction— telles qu’elles ne sont pas.

Respirez, et retrouvez le vrai sens de ces événements : profiter des gens que l’on aime.

2

Couple : assumer la différence de taille, c’est possible !

Moins présente dans les esprits et les discussions que la différence d’âge par exemple, la différence de taille en couple pose souvent problème…

Du moins jusqu’à ce qu’on se rende compte que ça ne valait pas la peine de s’en faire ! Voici quelques astuces pour que ce faux problème débouche sur une vraie insouciance.

Quand l’homme est plus petit

C’est le premier cas auquel on pense lorsqu’on évoque les difficultés potentielles d’une différence de taille : un homme plus petit que sa compagne.

Cela bouleverse nos représentations et joue sur de nombreuses attentes et stéréotypes, souvent inconscients. Cette crainte est confirmée par les fiches des sites de rencontre, passées au crible par une étude américaine récente.

Pourtant, cela n’a jamais empêché un couple d’être épanoui ! Voici pourquoi.

À rebours de nos attentes !

On imagine souvent qu’un homme est censé « protéger » sa compagne. Bien que les temps ne soient plus à la vie dangereuse et difficile des forêts préhistoriques ou des chemins campagnards du Moyen-Âge, l’image nous est restée.

Et de fait, de nombreuses femmes —presque toutes— font part de ce sentiment lorsqu’elles évoquent le plaisir qu’elles ont à être en couple avec un homme.

Elles en attendent bel et bien ce sentiment rassurant de se sentir protégées et sécurisées.

Mais, messieurs vous le savez, les femmes sont parfois compliquées ! Ou du moins ne s’expriment-elles pas forcément au premier degré…

Ce sentiment d’être protégée par un être rassurant ne dépend en effet pas de son physique. C’est quelque chose qui se dégage, une sensation qui vient d’un homme qui n’est pas habitée par le doute, qui a confiance en lui, et en vous, qui sait ce qu’il veut, où il va, pourquoi et comment.

Cela suffit largement, vous pouvez me croire !

Faites-en d’ailleurs l’expérience, évoquez le sujet avec des amies : oui, elles diront souvent vouloir un homme « fort », mais s’empresseront de préciser qu’elles ne parlent pas de ses muscles, qui n’ont généralement que peu d’importance. (Cela peut en avoir pour certaines mais, comme une certaine couleur des yeux ou un look, c’est une préférence physique très variable et qui s’évanouit généralement dès que l’on fait une véritable rencontre).


Le regard des autres

Une autre raison qui peut pousser à faire douter hommes ou femmes d’une telle histoire, c’est bien sûr la crainte du regard de l’autre, du ridicule, et cela peut venir aussi bien de Madame que de Monsieur.

Toutefois, avoir peur du regard de l’autre au point de s’interdire une histoire avec quelqu’un qui nous plaît, c’est une fragilité dont il faut absolument se débarrasser !

N’oubliez jamais qu’en réalité, les autres s’en moquent. Toujours… Ou presque mais, s’ils se gaussent de ce qui vous rend heureux(se), c’est qu’ils ne méritent vraiment pas votre attention.

Ce n’est certes pas anormal de redouter cela au début mais, simplement en décidant de n’y plus prêter attention pour privilégier le plaisir que vous apporte au quotidien votre compagne ou compagnon, cela disparaît généralement très vite (et oui, jusqu’à remettre des talons). 

Les fragilités dont il est facile de se débarrasser ne sont pas si courantes : profitez-en !

Une personne petite peut être intelligente, charmante, forte (physiquement comme mentalement), drôle, passionnée et romantique : or que croyez-vous qu’attendent les femmes d’un époux ?

Ah et d’ailleurs, les hommes de petite taille peuvent avoir d’autres avantages ! À en croire le bureau américain de la recherche économique, ceux-ci participeraient plus aux tâches ménagères, auraient généralement de plus gros salaires et divorceraient moins.

Ça fait réfléchir non ?


Quand l’homme est très, très grand

Mais la différence de taille et les craintes qu’elle inspire peut jouer dans les deux sens.

Si beaucoup de femmes comme d’hommes redoutent une différence où monsieur serait plus petit, un écart exagéré peut aussi faire hésiter devant une histoire.

Là non plus, pourtant, pas de quoi s’inquiéter.

Tout commence par s’assumer

Dans ce cas précis, ce ne sont pas tant les clichés qu’on a dans la tête qui peuvent nous empêcher d’avancer, mais vraiment le regard de l’autre, de son conjoint en premier lieu, mais aussi de ses ami(e)s, de ses relations professionnelles voire des inconnu(e)s. À cause de la redoutable crainte du ridicule.

Mais là aussi, c’est une peur archaïque, inutile et totalement hors de propos : il n’y a que dans nos cauchemars que les gens nous regardent, nous détaillent, nous jugent sur ce genre de détails qui ne sont en aucun cas révélateurs de notre personnalité !

En fait, que vous soyez homme ou femme, si une telle angoisse peut vous saisir, c’est qu’ils est vraiment temps de travailler sur vous-même.

C’est sans doute qu’à la base, indépendamment des autres, votre taille, trop petite ou trop grande, est source d’interrogations inutiles ! Heureusement, beaucoup d’exercices peuvent aider à s’assumer tel(le) qu’on est.

Et quand le regard des autres vient s’infiltrer dans votre vie privé et jouer même sur vos désirs, c’est qu’il est urgent d’avancer et se débarrasser de cette hantise !

Et on peut même aller plus loin

En réalité, franchir le cap de commencer une histoire malgré la différence de taille ne peut que vous apporter du bonheur.

À moins que l’autre ne soit complexé(e) d’une façon maladive —mais chacune et chacun a ses failles intérieurs que nous sommes toutes et tous capables, à condition de le vouloir, de dépasser— vous vous rendrez vite compte qu’avoir fait confiance à votre couple plus qu’à vos doutes sera toujours récompensé !

S’affranchir des normes, dépasser ses timidités, abandonner ses freins permet non seulement de réaliser son désir immédiat, mais même souvent d’aller au final beaucoup plus loin.

Et tous les couples inattendus vous le diront : un peu d’efforts au début n’empêche pas d’être heureux, bien au contraire même ! Cela donne de la force, de l’humour, de la tendresse et des souvenirs.

Et les cas, extrêmement rares, où votre situation hors-norme suscitent les rires ou l’hostilité, contribuent plus à cimenter votre histoire qu’à la détruire.

S’assumer tel(le) qu’on est, c’est déjà bien, mais aussi tel(le) qu’on aime l’autre, et tels que nous sommes à deux, est toujours le premiers pas sur le chemin, pas toujours droit mais bien réel, du bonheur en amour.


Conclusion

Suffisamment de clients et clients m’en ont parlé pour que je sache que la différence de taille dans un couple peut constituer un véritable frein à la rencontre, en limitant le champ des possibles ou en faisant hésiter alors qu’il s’agit de véritablement se lancer.

Pourtant, ces craintes n’ont pas lieu d’être et, une fois qu’on est lancé(e) dans une histoire, s’évanouissent souvent comme par magie sans même faire particulièrement d’efforts !

Il s’agit donc, une fois de plus, de faire confiance à ses désirs, et de faire confiance à l’autre, pour bâtir une histoire tout aussi solide que celles en apparence plus normées.

Et surtout, je le répète : pour un homme comme pour une femme, être petit(e) n’a jamais empêché d’être fort(e), stable et solide pour deux… Et c’est tout ce qui compte !


Sexe : que dire, que taire ?

Très souvent, c’est le plus grand tabou de la vie de couple : le sexe, on sait qu’il faut en parler, mais on n’ose pas, ou pas beaucoup ; gêné(e) aux entournures, on ne l’évoque que pudiquement, et parfois sans beaucoup de clarté.

Pourtant, une bonne communication sexuelle est indispensable à la vie de couple. Voici quelques conseils pour que cet important sujet ne soit plus une difficulté !


Un sujet primordial

En matière de sexualité comme ailleurs, il est important de bien se comprendre au sein d’un couple.

Or, non seulement les hommes et les femmes sont fort différents, mais de plus les hommes et les femmes sont tous et toutes différent(e)s… les un(e)s des autres !

Dès lors, comment être sûr(e) que l’on comprend son ou sa partenaire ? Et à l’inverse, comment se faire comprendre d’elle ou lui ?

Au début

Mon premier conseil ? Relâchez un peu la pression ! N’oubliez jamais que l’un des grands plaisirs de la sexualité est de se découvrir respectivement, lentement mais sûrement. 

Les premières fois entre deux personnes peuvent s’avérer maladroites ou hésitantes, mais ça ne veut pas dire qu’elles ne sont pas agréables.

Ces moments de tendresse, où l’on se livre pleinement à l’autre, vont en réalité contribuer dès le départ à construire votre histoire.

Car celle-ci ne consistera pas à, tout de suite, tout réussir au lit ; mais bien plutôt à vous respecter mutuellement, grâce à la curiosité et l’empathie que vous éprouverez naturellement pour l’autre.

L’important, ce sera surtout d’aimer, au fond, le partage, la communication et l’échange.

Aussi, les premiers temps, pendant l’acte, ou juste avant, ou juste après, on commencera bien souvent à évoquer une ou deux choses spontanément —si l’autre est d’emblée un peu trop entreprenant, ou si vous avez une envie précise par exemple : ne fuyez jamais ces sujets.

Ils sont important et vous serez surpris(e) de constater combien l’autre vous sera reconnaissant de l’avoir abordé, ou de vous livrer. 

Durant tous ces premiers temps,  écoutez aussi les corps, le vôtre comme celui de votre partenaire.Ceux-ci se parlent. Il faut entendre leur langage.

Jusqu’ici, rien de trop difficile, me direz-vous. Eh oui car, généralement, ce n’est qu’après que les ennuis peuvent montrer le bout de leur nez…

L'amour sexuel procure à l'être humain les plus fortes satisfactions de son existence.

Sigmund Freud 

Après quelques temps

Après quelques temps, les dangers commencent à guetter. La routine, ou d’autres sources de frustration ou d’incompréhension sexuelle, peuvent s’installer.

Il va donc être important de verbaliser tout cela avant que les (mauvaises) habitudes ne soient prises.

Car trop souvent, les premiers moments, on se laisse bercer et vivre, on va de l’avant… Ce qui est très bien, mais ce n’est pas une raison pour commettre l’erreur de ne parler d’éventuelles problèmes ou difficultés que lorsqu’ils ne sont plus agréables ou encore épanouissants !

Si une question ou une envie vous brûle les lèvres, il faut sans doute la sortir de vos préoccupations et, pour cela, il n’y a pas trente-six solutions : il faut dialoguer ! 

On ne peut jamais savoir, dans ce domaine, ce que l’autre pense ou répondra. Donc, il faut oser. La plupart du temps, il s’agit de savoir si l’autre prend du plaisir à telle ou telle pratique, s’il ou elle a des désirs auxquels on n’a pas su répondre, ou que l’on n’a pas compris…

Après l’amour, en reparlant d’un moment en particulier, est un excellent moment pour dissiper ces doutes.

Puisqu’on évoque un instant précis, on s’ôte la peur d’être jugé(e) en tant que tel(le), il n’est question que d’un geste, d’un moment, et pas de sa manière d’être, profonde… Même si la discussion peut dès lors se poursuivre sur ce thème.

Au long-cours

Le sujet de la sexualité n’est jamais clos… Au fil du temps, dans nos vies et du fait de l’alchimie propre à chaque couple, nos envies, nos désirs, peuvent changer et évoluer.

Et c’est là que le vrai défi commence. Il faut résister à l’envie de tout garder pour ses copines ou copains, mais oser poursuivre cette conversation qui, croyez-moi, vaut la peine d’être suivie sur le long-terme !

Il est très important de garder en tête que, en matière de sexualité, il est question d’un sujet qui n’est jamais clos. En fait, vous le verrez si vous ne l’avez pas déjà constaté par vous-même, certaines questions, ou certains désirs, reviendront toujours vous titiller le cerveau et demander une réponse.

Il est difficile de donner un conseil général sur quand et comment en parler, tant chaque personne a son propre rythme, ses moments de disponibilité et d’écoute.

Mais si vous êtes attentif(ve) à l’autre d’une manière générale et si, sur un grand nombre d’autres sujets, notamment sur ce que vit votre partenaire en dehors de votre couple, par exemple au travail, en famille ou avec ses ami(e)s, vous avez pris l’habitude d’échanger, vous savez certainement repérer ces moments.

Lorsqu’un sujet devient trop brûlant, au point que vous avez envie d’en parler à autrui ou par exemple sur un forum, c’est certainement qu’il est temps de profiter d’un de ces moments pour vous ouvrir à votre compagne ou compagnon… C’est vrai pour le sexe comme pour le reste.

Plus que jamais dans ces moments-là, soyez dans les plus parfaits respect et empathie envers l’autre.

Votre but, dans ces conversations, doit être de comprendre, jamais de le ou la juger et, si certaines incompatibilités se font jour, comme une pratique qui vous ferait envie mais repousserait l’autre, de mettre au clair ces questions, pour savoir où vous situer, et avoir exprimé votre désir.

Avec le temps et le respect mutuel, très souvent, un nouvel équilibre s’instaurera, où les deux personnes pourront s’épanouir, ensemble, différemment peut-être de ce que vous pensiez au début, parce qu’elles se comprennent, et savent qu’elles peuvent s’ouvrir à l’autre sans crainte d’être jugées : c’est le meilleur carburant pour une vie sexuelle pleinement joyeuse et vivante.


Fantasmes : le cas particulier

Le sexe est donc un sujet de conversation comme un autre… Ce qui signifie qu’il a aussi ses règles et ses exceptions !

Parmi celles-ci, bien entendu, se pose la question des fantasmes. On ne parle pas ici des envies particulières, mais des scénarios auxquels on ne peut s’empêcher de penser tout en sachant qu’ils sortent de l’ordinaire et risquent fort d’être uniquement personnels… Comme faire l’amour en public, pratiquer l’échangisme, des formes de fétichisme, etc.

Faut-il parler de ses fantasmes ?

Ici, il convient d’être des plus prudent(e). Car certains fantasmes sont faits pour rêver, non pour être réalisés… Alors que d’autres vous empoisonneront l’existence si vous ne passez pas à l’acte.

Une seule règle : ne pensez pas une seconde que vous avez le droit d’imposer quoi que ce soit à l’autre, même par des méthodes en apparence douce, comme le chantage affectif ou… la supplication.

Ces formes de communication ont leur propre violence, psychique, qui n’apporterait rien de bon à votre couple. Personne en la matière ne contrôle ses désirs, ni vous, ni l’autre. On peut donc écouter, s’exprimer, mais jamais forcer, d’aucune manière.

Aussi, la seule question que vous devez avoir en tête, c’est si l’autre présente un risque de vous juger pour votre désir. Et si cela pourrait mettre en péril votre histoire.

Car, sans forcément avoir les mêmes envies que vous, l’autre peut être tout à fait assez ouvert(e) pour pouvoir vous entendre sans vous juger, et que cette différence ne soit pas un problème.

Le mieux pour cela, même si c’est une méthode connue, est d’évoquer d’abord le sujet en passant dans une conversation, en évoquant d’autres personnes ou un article que l’on aurait lu… Histoire de se faire une idée sur son approche.

Et sinon, qu’en faire ?

Sur ce point précis, donc, c’est à vous seul(e) alors, en votre for intérieur de trouver la réponse à une question : ce fantasme me suffit-il dans mon imaginaire, ou ne puis-je vivre plus longtemps sans le satisfaire ?

Car dans cette deuxième hypothèse, il vous faudra trouver une personne qui le partage (ce qui, soit dit en passant, est de plus en facile grâce aux sites comme aux agences de rencontre).

Mais dans l’autre cas, vous constaterez qu’il est bien possible de garder simplement pour soi ces moments personnels et son jardin secret certains désirs, dont la réalisation pourrait en réalité s’avérer décevante.

Avant toutefois de prendre l’une ou l’autre décision, n’hésitez pas à en parler à un tiers neutre, par exemple à un ou une sexologue, qui saura faire la part des choses, et sera prêt(e) à vous aider à vous épanouir, sans blesser l’autre, mais en pensant d’abord à vous, et à ce qui est possible ou pas. 

Si quelque chose vous obsède, ce n’est qu’une fois au clair sur cette question que vous pourrez sereinement poursuivre la conversation sur tous les autres aspects de la sexualité de votre couple.

Et vous constaterez peut-être que, en vous connaissant mieux mutuellement, en vous faisant chaque jour plus confiance, en sentant que vous pouvez discuter à cœur ouvert avec votre partenaire, le sexe entre vous pourrait bien devenir si bon que vous ne vous sentiez plus du tout obligé(e) de réaliser ce fantasme, tant il y a de plaisir qui vous attend !


Conclusion

La clé, me semble-t-il, est donc de considérer le sexe à la fois comme un sujet comme un autre, que l’on peut aborder tout à fait calmement et simplement entre adultes…

Tout en gardant toujours à l’esprit qu’il peut, à un moment ou un autre, s’avérer particulier : c’est un point sur lequel, pour de multiples raisons, une personne peut se révéler plus fragile, plus en doute, plus en crainte d’être jugée, que sur beaucoup d’autres.

Douceur, tendresse, empathie, respect : plus que jamais, ces valeurs doivent être convoquées, afin de pouvoir aborder les sujets sereinement et ne pas garder pour soi un malaise quel qu’il soit.

Cela peut demander un peu de courage, de forcer un peu sa nature, pour oser l’aborder : mais la confiance mutuelle qui en découlera sera l’un des plus beaux ciments de votre couple pour les années à venir.

4

En couple… chacun chez soi

C’est une forme de ménage qui est entrée dans l’imaginaire collectif avec le couple Sartre/Beauvoir… Mais depuis, les temps et les mœurs ont bien changé.

Être ensemble sans habiter sous le même toit est devenu de nos jours bien plus commun. En cause, bien des choses : de nouveaux modes de vie, de nouvelles aspirations, de nouvelles possibilités.

Mais est-ce que ça marche vraiment ? Et comment se donner toutes les chances ? Faisons le point !

Pourquoi ?

Pourquoi souhaite-t-on être en couple sans pour autant vivre ensemble, et pourquoi cela est-il de plus en plus fréquent ?

La raison tient pour une bonne part à notre vision du couple. Elle a changé. Et derrière cela, de nombreux facteurs expliquent que ce désir soit non seulement, de nos jours, relativement courant, mais aussi tout à fait viable.

Pour s’épanouir

D’abord, donc, notre rapport au couple lui-même a changé. Autrefois, il s’agissait de s’unir pour la vie avant tout, et de construire ensemble une famille nucléaire forte et solide face à un monde souvent rude voire, il n’y a de cela que quelques décennies, dangereux.

Aujourd’hui, le confort moderne, ainsi que les travaux des sociologues et des psychologues, ont largement redéfini notre rapport au couple, qui doit avant tout être une source d’épanouissement personnel, et dont on fuit au maximum (parfois trop, d’ailleurs) les inévitables, lourdeurs.

À cela s’ajoute une espérance de vie considérablement rallongée, mais aussi une entrée plus tardive dans l’âge adulte, qui rendent plus difficile de s’imaginer, se projeter, sur une aussi longue durée.

Ainsi, le sociologue Serge Chaumier parle désormais d’amour « fissionnel » par opposition à l’amour « fusionnel », dans son livre L’Amour fissionnel, le nouvel art d’aimer

Comme il l’expliquait dans le dossier très complet consacré par le magazine Psychologies à cette question : « cet amour fissionnel [par opposition à “fusionnel”, ndlr] est caractérisé par la possibilité d’une vie séparée : le couple se ménage, même sur un mode mineur, le droit de ne plus être en couple. »

En fait, habiter chacun chez soi rend possible le fait de cultiver son jardin intérieur en toute quiétude, son autonomie donc et, dans l’idéal, de savourer mieux encore les moments passés ensemble.

Ne pas subir, avoir le choix, et disposer de son espace personnel bien à soi, en outre, sont des composants essentiels du bien-être personnel.

Or, être bien dans sa tête est indispensable pour être bien… à deux ! Cela permet aussi, éventuellement, quand l’autre nous agace, de « ventiler », de prendre un peu de recul, et d’éviter un certain nombre de crises inutiles.

Parce qu’on se recompose

De plus, chacun et chacun sait bien que le nombre de familles séparées, divorcées ou recomposées n’a cessé de gagner en ampleur ces dernières années.

10%

En 2011, l’Insee estimait à 720 000 familles, soit près de 10 % du total, celles considérées comme « recomposées ».

Et souvent, après un premier mariage, ou une première longue histoire en ménage, on a, d’une part, pris goût à ses habitudes, à son chez-soi et, d’autre part, on va se méfier plus longtemps avant d’à nouveau se lancer dans une aventure exclusive, durable, pour la réussite de laquelle on soit prêt(e) à se battre.

Bien entendu, cela n’est pas vrai de tout le monde, mais j’ai moi-même plus constater que c’était un réflexe extrêmement répandu, et des plus compréhensibles.

À cela s’ajoute bien évidemment la présence, souvent, d’enfants. Même grands et autonomes, lorsqu’ils sont encore jeunes, jusqu’à 20 ou 25 ans, ceux-ci ont, plus ou moins consciemment, et plus ou moins explicitement, leur mot à dire dans la vie sentimentale de leurs parents.

Je conseille souvent de ne pas trop les écouter… Mais je sais qu’il peut être difficile d’y parvenir ! Et bien entendu, leur présence contribue aussi à faire réfléchir votre partenaire quant à un emménagement. La possibilité du couple dit « non co-habitant » constitue alors une solution toute trouvée.

Comment ?

Comme le veut l’expression, tout cela est bel et bon. Mais bien entendu, ce n’est pas non plus la panacée !


Le concept de couple non co-habitant présente ses dangers propres et chausses-trappes inattendues. Voici quelques petits conseils pour en tirer le meilleur parti et bénéficier pleinement de cette expérience.

Les inconvénients à avoir en tête

Avant toute chose, au risque d’écrire une banalité : n’oubliez pas qu’il n’y a pas de solution miracle !


N’attendez pas de ce mode de vie qu’il résolve toutes les difficultés du couple… Et ne croyez donc pas, en cas d’échec, que tout vient de vous. De nombreuses histoires ainsi envisagées ne s’installent pas dans la durée.

Le premier danger, c’est qu’on peut avoir tendance à négliger ce qui pourrait nous être en d’autres circonstances proprement insupportable.


J’ai parlé plus haut du fait de pouvoir éviter des crises ou scènes de ménage. C’est vrai, mais celles-ci ont aussi leur importance dans un couple. Il faut pouvoir affronter les difficultés et s’en ouvrir auprès de son partenaire, pour trouver des arrangements. 


Si vous n’habitez pas ensemble, ne mettez donc pas de côté tout ce qui a tendance à vous ennuyer ou vous énerver, ne fuyez pas les explications ou les problèmes : car ceux-ci finiront toujours par émerger. Et c’est bien lorsqu’on les a niés trop longtemps qu’ils peuvent prendre une ampleur déraisonnable.

Ensuite, il est très important de s’assurer que c’est une décision qu’on a pris à deux, de manière réfléchie, et pour les bonnes raisons.

Prévoyez, lorsque les choses deviennent un peu sérieuses, d’avoir une vraie conversation à ce sujet, entre adultes, et posée.

Et ne considérez pas le sujet comme clos à jamais ! Il est inutile et contre-productif, bien entendu, d’y revenir trop souvent mais, à mesure que l’un et l’autre avancerez dans la vie, il est indispensable de pouvoir réajuster votre situation… si vous sentez que c’est nécessaire.

Comment en tirer parti

Avant de vous dire précisément comment je crois qu’il faut agir pour tirer le meilleur parti d’une vie de couple chacun chez soi, permettez-moi un petit préambule.

J’ai remarqué que, bien souvent, c’est un désir qui vient le plus souvent des hommes. Oui, messieurs, je vous le confirme : il existe de nombreuses femmes indépendantes pour qui l’emménagement n’est pas concevable, du moins pas avant d’avoir véritablement avancé et construit ensemble. Toutefois, il est extrêmement rare qu’elles l’expriment en premier.

Et d’autres femmes attendent avec une envie profonde que vous leur proposiez, à l’inverse, de vous installer pour de bon… Même si, le plus souvent, elles se retiendront longtemps, très longtemps, d’aborder le sujet, sachant que nombre d’hommes sont, par nature peut-être, plus indépendants.

Par conséquent, ce choix peut parfois être vécu de manière imposée par les femmes. C’est pourquoi, messieurs, je ne puis que vous encourager à ne pas fuir cette discussion, et à aborder le sujet si vous sentez qu’il va se poser, tout en faisant preuve de tact et, c’est mon conseil, sans fermer la porte pour l’avenir… Car bientôt, c’est bien vous qui pourriez avoir envie de franchir le pas !

Tirer le meilleur parti du couple chacun chez soi va en réalité, sachez-le, demander une vraie faculté d’adaptation, et une authentique souplesse intellectuelle.

Ce qui fait vraiment le charme de ce type d’existence, c’est la forme d’insouciance qu’il apporte. Respectez cela et savourez-le : profitez-en pour faire plus de choses à deux que l’on ne fait pas forcément lorsqu’on a tendance à se replier sur soi une fois que l’on s’est installé : des balades, des spectacles, des visites, des dîners. 

Restez toujours attentifs(ves) aux difficultés matérielles de l’autre, à son emploi du temps, à ses bagages éventuels à transporter, à ses trajets.

Bref, ce mode de vie peut vous demander, en réalité, encore plus d’écoute et de respect de l’autre que la vie en ménage ! Ne l’oubliez jamais.

C’est ainsi, en vous respectant mutuellement, et en savourant les instants, sans fuir les difficultés, que vous profiterez au mieux de votre histoire et que, si le pas doit se faire, au bout de quelques années, de finalement habiter ensemble, il se fera naturellement, dans la joie de vous connaître mutuellement et intérieurement : vous, vos désirs, vos envies mais aussi vos limites !

Conclusion

La situation de couple non-cohabitant peut ne pas être facile, et parfois être plus subie que voulue, pour des raisons matérielles ou familiales.

Mais elle peut être aussi épanouissante, que ce soit (selon vos caractères) pour un temps ou pour une vie !

Toutefois, il ne s’agit pas de croire que cela résoudra tous les problèmes inhérents à la vie à deux : aux capacités d’écoute et de discussion s’ajoutent en effet celles de souplesse et d’adaptation pour en profiter au mieux.

Mais cela peut être une vraie solution pour retrouver toute la joie des premiers émois, même lorsque l’on a déjà eu des expériences, parfois longues, parfois décevantes ou malheureuses, de l’amour.

En résumé : osez, si vous le voulez, mais surtout écoutez ! Écoutez l’autre et… écoutez-vous.

Enter your text here...

Se donner du temps pour la rencontre

La rencontre est un travail à plein-temps. Cela peut sembler étonnant, mais c’est vrai. Rencontrer quelqu’un, c’est d’abord être disponible à l’autre.

Or, cela ne s’invente pas. Il faut pouvoir penser à soi… et nous sommes ainsi fait(e)s que nous avons tendance à trop souvent remiser de côté l’aspect essentiel de nos vies : nous-même !

Voici quelques conseils pour vous donner le temps afin de pouvoir découvrir et vous rapprocher de quelqu’un, dans l’épanouissement.


Être prêt(e) à 100 %

Souvent, la rencontre se dérobe à nous parce que nous ne sommes pas véritablement prêt(e)s dans nos têtes.

Il ne suffit pas en effet d’avoir envie d’une histoire pour qu’elle advienne, il faut aussi avoir l’esprit libre, disponible, quelles que soient les craintes, héritées du passé, qui nous tarabustent, ou les angoisses qu’on peut se faire sur son propre avenir. Tout commence par là !

Faire le deuil de son an​​​​cienne relation !

La première chose que je conseillerais, lorsqu’on désire sortir du célibat, c’est de faire le point sur son ancienne relation, la dernière à avoir compté, et qui a pu blesser.

Demandez-vous : « Que penserais-je et ressentirais-je si je le ou la vois ? » Il est normal de ressentir des émotions en croisant quelqu’un avec qui on a partagé des moments intimes de sa vie.

Mais si vous pensez éprouver du désir, ou de la colère, c’est que vous n’êtes pas encore tout à fait prêt(e).

Faites le point sur ce que cette relation vous a apporté de positif, dans votre histoire, votre parcours, et rappelez-vous tout ce qui faisait, chez l’autre ou entre vous, que cette histoire n’était pas possible, ou pas bénéfique, en tout cas pas durable.

Trouvez quelques points saillants dans l’un et l’autre domaine : ceux que vous pourrez vous répéter si vous vous sentez parfois douter.

Ce sera l’assurance que vous serez clair(e) dans votre tête, et même que vous pourrez aborder le sujet sans faire peur à l’autre.

Si cela peut vous paraître difficile, voici trois articles que nous avons trouvé très utiles pour avancer : l’un sur Psychologies Magazine, l’autre sur un blog tenu par une thérapeute de couples et un troisième sur Marie-Claire, (c’est un journal féminin mais croyez-nous cet article fonctionne tout à fait pour ces messieurs !), l’interview du passionnant Christophe Fauré.

Attention cependant : si vous étiez dans une relation toxique, avec quelqu’un de manipulateur, ou dans la dépendance affective, cela peut être plus difficile de se détacher pour de bon.

N’hésitez pas à vous faire aider : tout le monde a besoin dans sa vie d’un coup de main professionnel pour avancer.

Savoir ce qu’on veut, mais aussi ce qu’on ne veut pas...

Cela fait, je vous recommande fortement de suivre une seconde étape : faites le même point… Sur votre célibat ! Bien sûr, quand on est seul(e), on a tendance à penser que tout irait pour le mieux avec quelqu’un pour partager le quotidien…

Là aussi, prenez un peu de temps pour faire le tri entre ce que vous aimeriez partager, ce que vous souhaitez garder comme temps personnel, ce que vous aimez et ce que vous aimez moins dans le fait d’être seul(e).

Cela vous donnera une véritable assise personnelle, mais aussi dégagera une authentique confiance en vous lorsque vous rencontrerez une autre personne. Voici d’ailleurs un excellent livre qui pourrait bien vous aider à dépasser ce cap.

Bien sûr, ensuite, il n’est pas question de présenter cette liste à l’élu(e) de votre cœur ! Ni même de l’avoir en permanence dans la tête. Mais ne l’oubliez pas pour autant. Cela vous poussera à consacrer du temps à vos passions, à vos ami(e)s, même dans les débuts d’une relation où l’on a tendance à être plus exclusif(ve). 

Peut-être votre nouvelle histoire partira-t-elle moins sur les chapeaux de roues, mais cela, justement, est souvent important si l’on veut qu’elle soit durable.

La confiance mutuelle, le besoin de vous voir, les moments partagés, se renforceront naturellement, à leur rythme, jusqu’à trouver le meilleur équilibre, entre vous deux, sur lequel bâtir votre couple.


Prendre le temps… et prendre son temps

Prendre le temps, c’est aussi prendre son temps. Pour penser à soi, nous l’avons dit. Mais aussi pour laisser un peu de place à l’autre.

Si vous avez du mal à rencontrer de nouvelles personnes, ou suffisamment de personnes diverses pour pouvoir vous laisser véritablement charmer par quelqu’un, il faut peut-être changer quelque chose dans votre agenda. Voyons tout de suite cela !

Revoyez votre emploi du temps

Dans un premier temps, interrogez-vous sur toutes ces choses que vous aimeriez faire, mais que vous remettez souvent à plus tard.

Inscrivez-vous à des sites, non pas de rencontre, mais d’activités, entre ami(e)s ou non, ou des forums pour discuter avec des personnes partageant votre passion et qui pourront vous donner des « bons plans ».

Repérez les événements qui vous plaisent, sur Facebook ou des sites annonçant ceux de votre région, comme celui-ci ou celui-là (mais il y en a beaucoup d’autres, spécifiques à chaque région, que vous trouverez sans difficulté sur Internet).

Non, ne vous forcez pas à les faire tous ! Mais repérez-les. C’est est important pour la deuxième étape.

Ensuite, allégez votre emploi du temps. Retirez tout ce qui vous paraît superflu, en fonction de cette nouvelle liste de choses que vous avez réellement envie de faire.

Pour cela, forcez-vous un peu : on a souvent tendance à procrastiner ! Acceptez les invitations de vos ami(e)s, systématiquement, et forcez-vous à y aller, ne laissez jamais la flemme l’emporter !

Prenez quelques places pour quelque chose qui vous intéresse (théâtre, danse, expositions, concerts) un peu en avance, et de même, le soir venu, ne vous dégonflez pas !

Cela non seulement améliorera vos chances de faire la bonne rencontre, mais aussi vous poussera à dégager du temps libre, qui peut être réservé à l’improvisation quand quelque chose —quelqu’un— pourrait briser votre quotidien.

Conseils d’ami(e)s

Petit conseil bonus pour la route : Méfiez-vous des conseils d’ami(e)s ! Je crois vraiment qu’on a tendance à leur accorder trop d’importance.

Bien sûr, il est agréable, et souvent utile, de discuter de ses doutes, ses envies, ses craintes, avec ses proches. Et parfois, une phrase inattendue venue de quelqu’un qui vous connaît bien peut débloquer certains empêchements.

Mais n’oubliez pas que, même s’ils ou elles vous connaissent très bien, voire « par cœur », vos ami(e)s n’ont pas toujours raison !

Il arrive souvent qu’ils ou elles projettent des choses sur vous, qui les concerne bien plus que vous, ou qui ne sont tout simplement pas ou plus vraies.

Ils ou elles peuvent avoir de nombreuses certitudes, issues de leur expérience, et qui fonctionnent dans leur cas, mais ne sont pas du tout adaptées à votre personnalité ou votre situation.

Faites-en des allié(e)s mais pas des guides ! Vous seul(e) savez ce qui vous apporte véritablement du bien, ce qui vous convient.

Et ces choses-là, ce sont des sensations, des impressions : ce n’est pas toujours évident à verbaliser, à expliquer (et on peut tout simplement ne pas en avoir envie).

Faites donc confiance à votre instinct, toujours plus en tout cas qu’au regard de l’autre !


Conclusion

Vous le voyez, il est indispensable de prendre son temps pour faire une vraie rencontre, mais aussi de savoir bouleverser ses emplois du temps, et d’apprendre à mieux se connaître —des étapes dont vous tirerez d’ailleurs bien d’autres bénéfices !

Alors, soyez patient(e)s, actif(ve)s, et serein(e)… Croyez-moi, vous n’en serez que plus désirable !

4

Quelle photo pour séduire ?

Que ce soit dans la vie, sur un site de rencontre ou dans une agence comme la nôtre, le premier contact avec une autre personne se fait par le biais de son apparence.

Ainsi, la photo que l’on choisira pour se présenter auprès des autres est plus qu’importante, elle est essentielle. Mais comment être sûr(e) de bien la choisir ?


Photo pour séduire : les indispensables

Je vais essayer ici de vous donner quelques conseils pour que vous puissiez choisir au mieux, voire réaliser ou produire un portrait qui vous donne toutes les chances d’obtenir un premier rendez-vous. Pourquoi est-ce important ? Comment choisir ? Voici quelques pistes.

L’importance d’une bonne photo pour séduire

Lorsque j’évoque auprès de nouveaux(elles) client(e)s la nécessité d’avoir une bonne photo de soi, je sais tout de suite que cela va être, dans une grande majorité de cas, une difficulté.

Peu de gens sont à l’aise avec leur image, et encore moins sont capables de dire, en regardant une photo d’eux, si celle-ci pourrait séduire quelqu’un.

Sur ce point, et sans doute pour des raisons différentes, hommes et femmes me paraissent logés à la même enseigne. Généralement, ces messieurs négligent cet aspect, ne veulent pas y accorder trop d’attention ; et ces dames ont tellement peur de faire le mauvais choix que cela peut tout aussi bien les paralyser.

Toutefois, je crois nécessaire d’insister sur l’importance d’une jolie photo pour se faire connaître.

En effet, lorsque l’on évoque des rencontres potentielles à nos clients ou clientes, le portrait a une importance capitale.

Bien entendu, je ne communique pas de photos si l’adhérent(e) ne le souhaite pas. La discrétion est une de nos valeurs fondamentales, comme vous le savez.

Cependant, que la personne me demande de communiquer une image, ou qu’il ou elle prévoit d’en envoyer selon sa propre convenance, j’estime important d’attirer l’attention sur ce point. Pour celui ou celle qui la recevra, c’est souvent un critère important.

Alors, certes, nous avons confiance dans les profils sélectionnés et, oui, les personnes veulent, le plus souvent, connaître d’abord de nos client(e)s leur façon d’être ou leurs centres d’intérêt.

Mais je crois bon de le rappeler : lorsqu’il faut éliminer, ou choisir, écouter son inclination profonde, c’est bien souvent le critère du portrait photographique qui sera déterminant.

Les bonnes bases

Mon premier conseil quand il s’agit de choisir une photo pour séduire, ce serait… De ne pas en choisir qu’une. Tâchez d’en trouver au moins cinq vous conviennent.

Pour chacune d’entre elles, posez-vous les questions suivantes :

  • Comment est l’éclairage : mon teint n’est-il pas trop blafard, ou trop sombre, voit-on le moins défaut de peau ?
  • Quel est le fond : voit-on un appartement en désordre, un couple s’enlacer sur un banc du parc derrière moi, ou des gens en train de boire dans la fête où a été prise la photo ?
  • Suis-je à l’aise ? Est-ce que je donne l’impression de trop poser, de contrôler mon image ou, au contraire est-ce que je laisse transparaître une sensation de naturel, de confort, autrement dit d’être bien avec moi-même, avec mon amour-propre ?

J’insiste sur l’importance de se poser ces questions, car ce sont elles qui pourront vous pousser à vous concentrer sur les détails importants, et que l’on a tendance à oublier lorsqu’on observe une photo de soi.

Et toutes vont dans le même sens : « Qu’est-ce que je communique comme message ? » Autrement dit : « Est-ce que cette photo montre vraiment qui je suis ? Est-ce que je m’y reconnais ? Est-ce que mes ami(e)s m’y reconnaîtraient ? » Ne cherchez pas tellement à paraître belle ou beau : nous sommes les plus mal placé(e)s pour nous juger nous-mêmes.

Et il y a aura toujours quelqu’un qui vous trouvera belle ou beau. Mais, pour que cela ait une chance de se produire, encore faut-il que vous apparaissiez tel(le) que vous êtes…

Et dans le bon décor, avec la bonne lumière, la bonne attitude.

Pour cela, le mieux est sans doute de demander l’avis de vos ami(e)s du sexe opposé. (C’est pour cette raison que je recommande d’avoir un peu plus de photos que nécessaire pour choisir, au final, la ou les trois meilleures).

Il ne faut pas hésiter à s’enquérir de leur opinion. Au contraire, vous verrez, chacune et chacun est ravi(e) d’aider ses proches à faire la bonne rencontre, d’apprendre que vous avez décidé de prendre les choses en mains, et de vous aider à vous voir… comme ils ou elles vous voient.


Photo pour séduire : l’astuce par excellence

Vous l’avez compris : choisir une bonne photo pour séduire, c’est trouver une photo qui vous ressemble.

Pour que non seulement elle vous ressemble, mais qu’en plus elle vous mette en valeur, et une fois pris en compte les critères ci-dessus (le fond, l’éclairage et votre attitude), voici ma recommandation principale.

 Le petit « plus » à connaître

D’abord, sachez qu’il n’existe pas de recette miracle pour trouver la bonne photo. Selon ce que vous souhaitez communiquer, c’est-à-dire la personne qui vous êtes, et le moment de votre vie, le portrait qu’il vous faut sera différent.

Donc, ne faites pas trop confiance aux sites internet qui vous donnent des listes de critères à appliquer (sourire ou pas, noir et blanc ou couleur, de trois-quarts ou de face, que sais-je encore). C’est aussi une affaire de sensation, ou d’expérience.

Comme je l’ai écrit plus haut, plutôt qu’à des blogs de séduction, faites confiance à vos ami(e)s, aux personnes qui vous connaissent bien, qui seront ravies de vous aider dans cette tâche. Le mieux ?

Demander à un ou une amie du sexe opposé de vous photographier lors du prochain moment que vous passerez ensemble —un café, un dîner, ou à la sortie de votre prochaine sortie cinéma, par exemple. Idéalement, il faut qu’il ou elle en prenne plusieurs, et à divers moments : cela vous aidera à vous sentir à chaque fois un peu plus « naturel(le) », à vous sentir peu à peu à votre aise, et à livrer votre plus beau sourire… Sans même vous en rendre compte.

Ensuite, opérez votre propre sélection et, pour le choix final, proposez-lui de trancher pour vous.

De telles photos auront pour autre avantage de montrer que vous avez une vie sociale, et donne envie à d’autres de partager avec vous des moments de complicité.

Ce seront des clichés pris dans l’instant, sur le vif, donc in fine un portrait de vous tel(le) que vous êtes lorsque vous êtes à l’aise, heureux(se), détendu(e).

Cela est bien plus important que tous les autres conseils « décisifs » que vous pourrez trouver en ligne ou ailleurs, et qui croient qu’une seule et même recette peut s’appliquer à tout le monde, indépendamment des personnalités des uns ou des autres.

La solution Esther Keller : un photographe professionnel à disposition

Bien entendu, si je vous parle des critères à connaître pour choisir une bonne photo, et vous propose une solution pour parvenir rapidement au bon cliché, je sais cependant qu’il peut être difficile de demander à des proches de se livrer à une séance de pose, ou de leur confier qu’on s’est inscrit(e) sur une agence de rencontre… Et que tou(te)s nos ami(e)s n’ont pas forcément un don pour le cadrage et la lumière !

C’est pourquoi je suis très heureuse de vous annoncer la solution que nous avons décidé de mettre en place au sein de l’agence Esther Keller.

C’est, à dire vrai, un partenariat dont je suis même assez fière ! En effet, dès cette année, chacun et chacune de mes client(e)s aura l’opportunité de voir son portrait réalisé par le prestigieux studio Harcourt.

Ses photographes professionnel(le)s seront à votre disposition pour appliquer l’ensemble des règles évoquées, vous détendre et savoir appuyer au bon moment. 

Cela vous permettra de donner dès le premier instant le meilleur de vous-mêmes, lorsqu’ensuite sera présenté votre profil aux personnes susceptibles de vous intéresser.

Depuis bientôt un siècle, ce célèbre studio, auquel les plus grandes célébrités du monde ont fait confiance, cultive l’art du portrait et sait magnifier, sans les dénaturer, les visages de personnes de renom aussi bien que d’anonymes.

Les artistes à l’œuvre au sein du studio Harcourt sauront ainsi vous mettre à l’aise et faire ressortir votre personnalité mieux que personne : ce qui impressionne chez les photographes professionnel(le)s, c’est bien leur capacité à saisir, en un instant, la réalité…

 Et pourquoi pas sous son meilleur jour. Vous aurez ainsi, en résumé, les meilleurs atouts à votre disposition, créés par les talents les plus doués de leur génération, pour susciter l’envie de vous rencontrer et de faire plus ample connaissance avec vous.


Conclusion

Ainsi je crois que, ce qui compte lorsque l’on choisit une photo pour séduire, ce n’est pas tant une liste de critères que le talent, ou la complicité, de l’œil qui saura la saisir.

Pour ma part, j’ai choisi, pour faire ressortir ce que vous êtes, votre façon d’être, et magnifier votre nature, de confier cette tâche aux spécialistes d’un grand studio parisien, peut-être le plus réputé du monde dans le domaine du portrait.

D’ailleurs, je l’avoue, ce partenariat me remplit d’une vraie joie et d’une authentique fierté…

Que j’ai hâte de partager avec vous lorsque vous expérimenterez par vous-même qualité du travail signé Harcourt !

Mais, dans tous les cas, rappelez-vous qu’une photo n’est qu’un aperçu de votre personnalité profonde et que, pour la saisir ou la choisir, rien ne vaut le regard d’un autre être humain… qui, si ce n’est pas son métier, compte peut-être déjà parmi vos admirateurs.

2

Femmes, faut-il aimer un homme plus jeune que vous ?

C’est un phénomène qui est de plus en plus visible et connu depuis quelques années. Mais quelque chose a changé plus récemment. Et une fois n’est pas coutume, c’est un événement politique qui a eu de réelles répercussions sur d’authentiques vies sentimentales. 

Avec l’élection d’Emmanuel Macron, et l’arrivée à l’Élysée d’une première dame plus âgée que son époux, la différence d’âge dans un couple, et cette différence-là en particulier, a trouvé une nouvelle visibilité, instantanément, dans toutes les couches sociales, et ce aussi bien en France qu’à l’étranger.

Mais, au-delà des histoires atypiques comme celle du couple formé par le plus jeune Président de la V° République et sa femme, qu’en est-il vraiment ? Comment se déroulent ces histoires loin des caméras ?



Un phénomène authentiquement répandu

Au-delà des articles de journaux, vous le savez, je me fie souvent à ma propre expérience pour estimer ce qui relève seulement du titre sensationnaliste ou du réel lorsqu’on parle de « tendances » sentimentales ou affectives.

Mais en l’occurrence, je peux constater le développement de celle-ci au quotidien, dans mon travail ou mon environnement proche.



Des demandes de plus en plus nombreuses

Je l’ai moi-même observé. Le désir d’une femme plus jeune se fait souvent entendre, et depuis longtemps, lorsque les hommes qui me contactent me font part de leurs envies et de leurs projets de vie.

Une différence généralement de 5 à 10 ans, sachant que nombre de nos clients ont de 40 à 60 ans, et ont souvent déjà construit une vie sentimentale, voire une famille, avant de chercher la belle histoire d’amour qu’ils méritent et attendent désormais.

Or désormais, cette demande se formule aussi, du côté des femmes, et de plus en plus fréquemment. Et cela est réellement plus récurrent, et assumé depuis un an et, précisément, l’arrivée sur nos écrans du couple Brigitte-Emmanuel Macron.

Une digue a sauté : cela ne paraît plus ni honteux, ni gênant, ni impossible.

D’ailleurs, une véritable littérature a fleuri sur cette thématique, avec des best-sellers intitulés Femmes cougars, petit guide à l’usage des femmes qui préfèrent les hommes jeunes, de l’Anglaise Kate Mulvey,  ou le plus francophone Osez devenir une cougar, aux éditions de la Musardine. 

Un terme qui d’ailleurs me déplaît (comme les étiquettes en général), mais qui est bel et bien entré dans le langage courant !



Un coup de pouce des stars

Mais bien sûr, il n’y a pas que les premières dames dans la vie. Les stars sont aussi, parfois sous la forme de modèles, parfois de repoussoir, des exemples permanents de l’évolution des mœurs.

Et les histoires où la femme est plus âgée que son compagnon ont été nombreux à défrayer la chronique ces dernières années : le couple Ashton Kushter/Demi Moore a sûrement été le plus célèbre, mais il y a aussi les romances de Hugh Jackman et Debora-Lee Furness, de Claire Chazal et Arnaud Lemaire ou, plus récemment, de Sophie Marceau et Cyril Lignac. Voilà qui contribue à ouvrir les esprits et à libérer les envies… Ou en tout cas la parole.

Une autre habitude des stars (ou du moins de certaines d’entre elles) contribue, je crois, à ce phénomène : c’est la banalisation de la chirurgie esthétique. Autrefois inquiétante, voire dévalorisée, cette pratique est désormais pratiquement sans risques et peut offrir de beaux résultats.

Dès 50 ans, et souvent avant, nombreuses sont les femmes qui souhaitent ainsi rajeunir ou préserver l’apparence de leur visage. Dès lors, comme elles ont le sentiment de faire plus jeune que leur âge, elles hésitent aussi moins à tourner leur regard vers des hommes jeunes, dynamiques et en pleine santé.



Une pratique à soupeser

Bien entendu, en matière amoureuse, rien ne se commande, et personne ne doit se permettre de juger vos choix. Ou du moins vous ne devez pas laisser le jugement d’autrui diriger votre vie sentimentale !

Toutefois, je voudrais vous mettre en garde contre certains dangers qui peuvent découler de choix-là. Ou plus exactement, de l’importance exagérée qu’il peut prendre, je trouve, dans certaines recherches.



Le visage et la silhouette ne sont pas tout 

D’abord, je souhaiterais apporter quelques précisions sur cette question de la chirurgie esthétique.

Bien entendu, c’est là aussi une décision qui vous appartient et dans laquelle il ne m’appartient pas de m’immiscer. Vous seule pouvez savoir si cela est important pour vous.

Mais sachez que ce n’est pas la réponse à toutes les questions. Se sentir bien dans sa peau est une chose, très importante bien entendu. Mais croire que c’est la seule, ou même simplement la meilleure, solution à un problème précis -comme l’envie de séduire les hommes plus jeunes que soi- risque de vous apporter des déceptions.

Oui, c’est certain, les hommes sont visuels, et remarqueront plus facilement dans une foule un visage avenant. Mais quand arrive une rencontre, cela n’a pas du tout la même importance. 

Les hommes aussi évoluent, et leur désir avec. Passés 40 ou 50 ans, c’est selon, la jeunesse n’est plus un Graal pour eux, certainement pas aussi important que la maturité affective, l’honnêteté dans le couple, l’authentique envie de construire une histoire.

Oui, ils s’intéressent toujours à l’apparence. Mais ils savent apprécier la beauté des rides, qui signent l’histoire de chacun et chacune, et préfèrent trouver une femme qui fait attention à elle, qui est peut-être coquette, qui entretient son corps par le sport et une bonne alimentation, à toute autre chose.

Les regards, les sourires, les attitudes, les font tout autant vibrer qu’un visage bien lisse au teint de pêche.

Les hommes aiment les belles femmes, mais les belles femmes aux yeux des hommes sont infiniment plus diverses et nombreuses que le seul « format », si je puis employer ce terme, qu’affichent les magazines jour après jour.

Les hommes aiment les femmes telles qu’elles sont et leur véritable âge, leur parcours de vie, a plus d’importance pour eux que le paraître et le regard de l’entourage.



Méfiez-vous de vos fantasmes !

Mais voici le point sur lequel je souhaiterais surtout insister : méfiez-vous de vos fantasmes !

Bien sûr, hommes comme femmes, nous aimons rêvasser à la rencontre qui nous attend, à notre partenaire idéal : et celui-ci, si c’est un homme par exemple, est forcément beau, sportif, musclé, intelligent, doux, compréhensif et protecteur.

Là encore, il n’y a bien entendu pas de mal à cela. Simplement, il est dangereux de s’arrêter à un détail, car ce peut être l’arbre qui cache la forêt. Qu’est-ce qui est réellement le plus important pour vous, au quotidien ?

Et à l’inverse, qu’est-ce qui est vraiment rédhibitoire ? Avoir des critères, et suffisamment d’estime de soi pour les respecter, c’est très important. Mais en avoir un seul qui écrase tout, c’est dangereux car, le plus souvent, l’amour se cache là où on ne l’attend pas.

Et puisque nous sommes dans les conseils d’amies, j’aimerais aussi vous mettre en garde contre un autre phénomène.

Même si je ne nie pas une authentique dimension de désir et de sincérité, de nombreuses jeunes, voire très jeunes femmes, restent avec des hommes plus âgés pour leur fortune. Cela arrive réellement, on le voit tous les jours.

Eh bien, sachez que l’inverse est aussi vraie ! Les femmes indépendantes, ayant construit une authentique carrière, ayant su gérer leur patrimoine et leurs actifs, existent aussi, même si elles ne sont pas forcément aussi visibles —peut-être simplement plus discrètes— que leurs homologues masculins !

Et si tel est votre cas, méfiez-vous du jeune homme qui lui aussi verrait d’abord de l’intérêt pécuniaire dans une relation.

Ce n’est pas forcément le cas, mais cela peut se produire. J’ai entendu beaucoup de mes clientes me raconter avoir connu ce genre d’histoire avant de faire appel à nous —justement parce que notre casting sourcilleux nous permet d’éviter ce type d’individus, paraissant bien sous tous rapports, mais en réalité dilettante et paresseux, plus immatures que simplement jeunes d’esprit, dont le seul talent es de savoir faire passer leurs propres intérêts avant ceux des autres, même ceux de son couple, même ceux de sa compagne.



Conclusion

Vous l’avez compris, mon propos ici n’est pas de vous dire qui aimer ou comment. Simplement de vous mettre en garde contre un désir qui, parce qu’il est désormais représenté publiquement, sans honte —ce qui est une très bonne chose !— peut prendre trop d’importance, justement parce qu’il est nouveau de pouvoir l’exprimer et le ressentir sans culpabilité.

Oui, rêvez à votre partenaire idéal, et sachez ne pas renoncer aux critères les plus importants pour vous, au quotidien et sur le long-terme.

Mais attention à ne pas mettre trop en avant des exigences trop liées à l’apparence et aux modes de vie (qui sont tous deux passagers), au risque de vous couper des nombreuses et belles histoires qui vous attendent, aussi, dans leur diversité.

12 Nuances d’intimité

Connaissez-vous les 12 étapes de l’intimité ? J’ai découvert en étudiant les blogs consacrés à l’écriture cette façon de voir le rapprochement entre deux personnes, et je crois que la connaître peut être un outil très utile en matière de séduction, que l’on soit un homme ou une femme.


D’où vient cette échelle de l’intimité ?

Les 12 étapes de l’intimité, ce sont les 12 phases qui vont ponctuer le rapprochement physique entre deux personnes. À l’étape 1, elles ne se connaissent pas ; à l’étape 12 elles entrent dans une relation intime… Ou plus précisément, à ce dernier échelon, sexuelle.

Avant de les détailler, il me paraît important de savoir d’où vient cette théorie ou plus exactement, comme je l’ai écrit plus haut, cette façon de voir les choses.

Ces 12 degrés de l’intimité ont d’abord été décrits par le zoologiste Desmond Morris, célèbre pour son livre Le Singe nu, qui dévoilait les nombreuses correspondances entre nos façons d’agir et celles de nos cousins chimpanzés.

Quelques années plus tard, dans son ouvrage Le couple nu : zoologie du comportement intime de l’homme, il codifiait ces 12 étapes, qui semblent très similaires entre les grands singes et les humains, avec quelques nuances bien entendu.

Ce n’est que récemment que cette échelle a été remise au goût du jour, en l’occurrence par une très célèbre autrice américaine de romans d’amour ou à suspense, Linda Howard.

Dans diverses conférences, elle a expliqué comment elle utilisait ce concept pour bâtir les relations amoureuses entre les personnages de ses romans.

Ainsi, ce qui m’a particulièrement attirée dans ces « 12 étapes de l’intimité » —outre le fait que chacune et chacun peut, j’en suis sûre, s’y reconnaître— c’est qu’il est autant le fruit d’études scientifiques, consacrées à notre part animale, que celui des réflexions d’une artiste, dont l’eau de rose et les grands sentiments sont le gagne-pain quotidien.

Cette double origine, je pense, fait la force, la solidité, de ce concept.


Quelles sont les étapes de l’intimité ? 

Présentons donc ces fameuses 12 étapes, parcours progressif et incontournable, précurseur de toute relation intime !

1

De l’œil au corps

Dans un roman comme dans la vie, tout commence par là. On voit une personne, on remarque son aspect physique, son apparence, ce qu’il ou elle dégage.

2

De l’œil à l’œil 

C’est la première véritable interaction entre deux personnes. Pour la première fois, les regards se croisent. Quelque chose de la personnalité, ou au moins du rapport interpersonnel, se fait plus clair.

3

De la voix à la voix 

Le premier moment où les personnes —ou les personnages— se parlent. L’échange commence. Celui ou celle qui va parler en premier, et la façon dont il ou elle le fera : voilà des détails d’une grande importance, précise Linda Howard, avant d’ajouter que, s’il y a contact physique avant tout échange dialogué, la tension de son livre monte instantanément sans que les lecteurs(rices) ne devinent pourquoi !

4

De la main à la main 

Deux mains se serrant ou, éventuellement, une main posée sur un avant-bras, est un contact physique qui ne sera ni invasif ni oppressant, et sans doute agréable, si un premier lien intime —pas forcément amoureux, mais de complicité— s’est noué entre deux personnes.

5

Du bras à l'épaule

Ici, c’est généralement l’homme qui agit, lorsqu’il va passer son bras autour de l’épaule d’une femme, par exemple pour la raccompagner dans la rue. Bien qu’un tel geste puisse encore paraître comme relativement innocent et dépourvu de sous-entendu, il met à l’épreuve la confiance qu’éprouvent deux individus l’un envers l’autre.

6

Du bras à la taille 

Là aussi, c’est un geste généralement masculin… Quoique. Passer son bras autour de la taille, ou de la ceinture, d’une personne (lorsqu’on entre ensemble dans un lieu public par exemple) n’est possible que si s’est opéré un véritable rapprochement. De plus, ajoute notre écrivain, c’est alors aussi signal envoyé aux personnes alentours.

7

De la bouche à la bouche 

C’est le premier baiser ! L’attraction mutuelle est confirmée. Mais suffira-t-elle pour que nos deux amoureux trouvent le bonheur ?

8

De la main à la tête  

Très souvent, cette étape-là va de pair avec la précédente. Lorsqu’un(e) amoureux(se) tient la tête de l’autre, ou caresse son visage, ou sa chevelure, ces deux personnes sont seules au monde.

9

De la main au corps 

Ce sont les premières caresses, tendres plus que sexuelles… Généralement, une fois franchie cette étape, les autres suivent des plus naturellement.

10

De la bouche à la poitrine  

Chacune et chacun aime embrasser la poitrine ou le torse de son partenaire. Nous sommes alors arrivés à un stade extrêmement intime et, désormais, il devient particulièrement difficile de résister aux étapes suivantes !

11

De la main à la poitrine 

Notre romancière précise qu’à ce moment, seul un mot particulièrement malheureux de l’un des partenaires, une révélation, un détail scandaleux ou repoussant, peut encore interrompre le rapprochement.

12

De la main au sexe  

C’est bien entendu l’étape finale du rapprochement intime.


Comment en tirer parti ? 

Est-ce que les 12 étapes de l’intimité vous parlent, ou vous rappellent quelque chose ?

À moi oui ! Et je trouve assez fascinant de voir aussi bien décryptées et analysées ces phases incontournables du rapprochement, de la construction de l’intimité, entre deux personnes.

Surtout, je crois que les connaître peut être un authentique atout de séduction.

Du moins, si l’on apprend à les connaître… pour mieux les oublier.

Je veux dire par là que ce schéma ne vous sera pas très utile si vous essayez de franchir les étapes une à une, mécaniquement, en vous demandant que faire ou que dire pour passer de l’une à l’autre sans encombre.

Y penser, c’est le meilleur moyen de vous couper, précisément, de votre part animale ou du moins, disons, instinctive, et donc de la communication non verbale entre vous et l’autre.

Mais les connaître permet de retrouver un peu de prise sur le jeu souvent complexe et mystérieux de la séduction.

Savoir ce qu’il y a de concret, de simple, d’évident, de progressif mais aussi de codifié dans tout cela, peut aider à ne pas trop se sentir « noyé(e) » au début ou à l’approche d’un rendez-vous, qu’il s’agisse du tout premier… ou de celui qui amènera à un premier contact physique. 

Ce peut être aussi un bon guide sur le(s) moment(s) où forcer sa timidité. Pour savoir que vous ne risquez pas d’aller trop loin… si les degrés précédentes ont été franchies.

Autrement dit, si un début de relation intime s’est installé entre vous, que vous croyez, et plus encore que vous sentez, que l’autre est prêt ou prête à aller au moins un peu plus loin, et que seule votre timidité vous empêche, par exemple, de poser votre main sur son avant-bras, voire de l’embrasser (en respectant là aussi les étapes bien entendu !), c’est sans doute que vous devez faire un peu plus confiance à votre envie.

En résumé, « les 12 étapes de l’intimité » sont à mes yeux un petit vade mecum simple, qui peut s’avérer utile au début d’une histoire, ou lorsque le doute nous empêche d’avancer, tout au long de notre vie. Un concept à méditer et à retenir pour se sentir moins dépourvu(e) lorsqu’il s’agira de construire une prochaine relation intime !

2

Savoir mettre son EGO de côté pour rencontrer !

C’est un refrain connu, qu’ici même nous répétons souvent : pour trouver l’amour, il faut commencer par s’aimer soi-même.

Mais bien sûr, faire une rencontre, c’est aussi aller vers l’autre, découvrir une personne, faire en sorte qu’une authentique alchimie puisse fonctionner.

Donc parfois, aussi, s’oublier (un peu). Comment trouver le juste milieu ? Y a-t-il une « bonne dose » d’amour propre ?

Voyons tout de suite comment savoir mettre de côté son ego pour rencontrer.

Qu’est-ce que l’ego ? 

On utilise souvent ce terme à tort et à travers et, avant de plonger dans le vif du sujet, rappelons-peut-être quelques bases indispensables.

Vous savez peut-être qu’il vient du latin, « ego » signifiant, selon la phrase, « moi » ou « je ». Notons que, comme en espagnol par exemple, dans cette langue le sujet du verbe n’est pas obligatoire. Lorsque le mot « ego » est présent, c’est donc pour renforcer l’aspect personnel de la phrase qui va suivre, ou pour se situer en opposition à autrui.

Plus tard, le terme sera repris par la psychanalyse car, entre le Moi, le Surmoi et autres Ça, il a fallu beaucoup de termes à cette discipline pour désigner ce que nous concevons, au quotidien, comme une seule et même chose, notre identité propre.

Ce qui est important de savoir, c’est qu’en psychothérapie l’ego désigne l’instance qui va équilibrer tout ce qui nous compose, qui va choisir de refouler telle ou telle pulsion et, entre l’inconscient et les idées ou désirs appris de l’extérieur, arbitrer et trancher.

Faire de vous ce que vous êtes vraiment ou, plus exactement, la façon dont vous agissez et conduisez votre vie, en autonomie.

L’ego, donc, au sens original du mot, n’est ni positif ni négatif, tout en étant essentiel.

Il permet aux spécialistes de distinguer ce qui pour eux appartient en propre à une personne, ou ressort de ce qu’elle a appris, des croyances développées au fil de son parcours.

Mais bien entendu, dans le langage courant, ce terme désigne une partie moins flatteuse de notre personnalité !

À savoir, notre Moi le plus égoïste, celui qui aime se mettre en avant, être regardé, flatté, et qui demande à ce qu’on suive ses désirs sans tellement se préoccuper de ceux des autres.

Bienheureux est celui qui arrive à dompter son Ego !

Talal Ghosn 

L’ego et la rencontre !

Mais même dans ce sens, le terme garde un aspect positif.

C’est important de savoir prendre soin de soi, de se chouchouter et surtout, en amour, de ne pas s’oublier complètement, d’être consciente ou conscient de ses désirs, de pouvoir les exprimer, d’attendre qu’ils soient entendus et respectés.

Toutefois, dans la rencontre, l’ego pose à mon sens deux vrais dangers. Le premier, avant de trouver une personne ; le second, pendant la relation ou du moins à ses touts débuts.

Avant la rencontre, l’ego va avoir tendance à prendre toute la place. Normal, puisqu’il n’y a au fond aucune raison de l’en empêcher !

Bien entendu, cela ne signifie pas qu’être célibataire c’est être égoïste avec les autres, les ami(e)s, le travail… Cela n’a rien à voir.

Mais quand on est seul(e), il est ce qui risque de nous convaincre que telle ou telle personne n’est pas assez bien pour nous, ou que de toutes façons les hommes ou les femmes avec qui on se sent bien sont trop rares pour qu’on puisse vraiment avoir l’espoir de trouver quelqu’un.

C’est ce qui peut nous empêcher, par exemple, de sortir dans des lieux qui ne nous ressemblent pas, ou de pratiquer des activités qui ne nous paraîtraient pas « dignes  de nous».

C’est aussi ce qui risque, lors d’un premier rendez-vous, de faire que l’on se pose trop de questions ou que l’on se mette trop d’interdits sur le thème « non, il/elle aime ça ou pense ça, ça ne me conviendra pas, je n’apprécie pas ces attitudes, etc. »

Alors que bien des histoires fortes que j’ai pu voir exister naissent entre deux personnes qui ont su aller au-delà de défauts qui leur paraissaient a priori irrévocable.

Après la rencontre, l’ego peut devenir bien plus pernicieux et dangereux encore. Car par définition, il aime qu’on s’occupe de lui !

C’est pour cela qu’il risque de nous faire projeter sur l’autre des pensées ou des envies qui ne lui appartiennent pas, de lui reprocher des choses avec véhémence quand, sous un autre angle, à tête reposée, on les considèrerait comme « pas si grave », voire qui peut nous pousser à prendre toute la place au détriment de celle de l’autre.

C’est la source de bien des querelles. Quelque chose tout à coup nous paraît insupportable, et la crise commence, quand il aurait suffit de respirer, de laisser passer de temps et ensuite seulement d’aborder le sujet tranquillement, pour que chacun des conjoints communique, apprenne à mieux connaître l’autre et les efforts à faire pour parvenir à un meilleur équilibre dans le couple.

Mettre de côté son ego 

Heureusement, il est possible de lutter contre le trop-plein d’ego !

Car sachons-le : nous sommes toutes et tous capables de ressentir les choses ainsi.

Le thème de cet article n’est pas celui de l’égoïsme maladif, qui peut à l’occasion mériter un authentique traitement thérapeutique.

La question est celle de l’ego tout à fait normal, sain, qui peut toujours nous déborder et nous faire passer à côté d’opportunités.

Avant la rencontre, ou au tout début d’une relation, quand vous n’êtes même pas encore sûr(e) que la personne pourrait vraiment vous convenir, n’écoutez pas trop cette voix dans la tête… Ni vos ami(e)s ou votre entourage familial qui estimeront souvent que vous méritez toujours mieux !

Ne vous arrêtez pas aux détails ni aux impressions, laissez sa chance à la personne et à l’aventure.

Cela vaut aussi pour les possibilités de sorties que vous pourriez dédaigner en vous estimant, à tort ou à raison, « au-dessus de cela ».

Tant qu’on n’a pas essayé, ressenti les choses, on ne peut pas savoir.

Peut-être est-ce le cas et, si une situation vous est vraiment insupportable, vous pouvez toujours en partir.

Mais alors, vous saurez pourquoi vous ne souhaitez pas renouveler l’expérience, vous vous connaîtrez un peu mieux et vous aurez peut-être une anecdote amusante à raconter !

De même, si certaines choses que dit ou fait la personne que vous avez en tête vous pose question, ne prêtez pas trop attention au début. Les débuts, c’est fait pour apprendre à se connaître et essayer.

Combien de personnes, en couple depuis longtemps, avez-vous entendu commencer leur phrase, en parlant de leur conjoint, par « Jamais je n’aurais cru que j’aimerais quelqu’un qui… » ?

Bien entendu, si quelque chose vous fait souffrir, vous met profondément en colère (comme une vision du monde, des hommes ou des femmes, qui choquerait vos valeurs les plus profondes, par exemple), c’est sans doute rédhibitoire.

Mais justement, vous poser la question en ces termes, sans trop écouter votre seule petite voix intérieure ou votre envie de juger, et à l’inverse en faisant confiance au plus important en la matière, c'est-à-dire à ce que vous ressentez en profondeur, vous aurez, croyez-moi, bien plus de facilité à faire le tri.

Enfin, si vous commencez une relation avec quelqu’un, sachez aussi vous concentrer sur ce qui compte vraiment et ne pas prêter trop d’attention au reste.

Lorsqu’on débute une histoire, et surtout si l’on a été célibataire pendant longtemps, on a vite tendance à se sentir étouffé(e) —ou à le redouter— et à mettre un peu trop de barrières. Alors que le plus important est de se faire confiance comme de faire confiance à l’autre.

Ne commencez pas trop de phrases par « Attention, moi c’est comme ça et pas autrement », ne faites pas trop confiance à ces pensées-là. Laissez passer un peu de temps lorsqu’elles viennent, soufflez, et repensez-y tranquillement chez vous, à tête reposée, en voyant l’importance qu’a vraiment tel ou tel détail par rapport à l’ensemble de la relation que vous êtes en train de construire.

Cela pourra vous aider, là aussi, à trier, et à exprimer vos besoins, à verbaliser tout ce que vous voulez faire entendre à l’autre, tranquillement, sans crise inutile. Une bonne communication est particulièrement indispensable à ce stade d’une relation.

Un peu de lecture...

Conclusion

Savoir mettre son ego de côté, c’est ménager l’autre et se ménager soi. La meilleure base pour construire une relation épanouie, heureuse et durable.

Gardez en tête cependant qu’il faut simplement lui accorder sa juste place.

Mettre de côté son ego, ce n’est pas s’oublier complètement, c’est savoir faire la part des choses entre ce qui ne vous convient vraiment pas et ce dont vous croyez que ça ne vous conviendrait pas, mais que vous pourriez vous surprendre à aimer ou à considérer comme mineur. 

C’est la recette pour savoir si vous avez trouvé, ou non, la seule personne qui compte vraiment : la bonne, pour vous.

7 idées pour une Saint-Valentin en célibataire !

La Saint-Valentin est presque là. Et ça peut être un moment difficile. Même quand on la prend avec distance lorsqu’on est en couple, il suffit d’être célibataire pour que ce jour particulier nous agace ou nous déprime.

Les amants heureux et les publicités partout, ça peut être dur à vivre. Mais comme au judo, il faut faire de cette énergie négative une force. Ce n’est ni compliqué, ni épuisant.

Voici quelques astuces pour passer une Saint-Valentin en solo, non seulement sans se sentir seul(e), mais aussi en préparant l’avenir : avec 18 millions de célibataires en France, vous n’êtes pas seul(e) dans cette situation.

C’est l’occasion d’utiliser ce moment de solitude pour en faire le début de la reconquête !

Continue reading
3

Pourquoi la recherche amoureuse est-elle différente entre les hommes et les femmes ?

Ah, les différences entre les hommes et les femmes ! Un sujet qui n’a pas fini d’alimenter les conversations, et sur lequel je n’ai pas fini d’écrire… Mais où s’incarnent-elles le mieux, et nous posent-elles autant question, que dans la recherche en amour ? 


Que cherchent-ils ? Que veulent-elles ?

Sans jamais espérer trouver de réponse définitive, nous nous tracassons toutes et tous pour ce mystère, au quotidien.

Je voudrais essayer de partager ici ce que m’ont appris mes années de mise en relation, passées à écouter les uns et les unes, pour, peut-être, lever au moins un coin du mystère et vous aider à mieux saisir ce qui peut se passer dans la tête de l’autre au moment de la rencontre et de la recherche en amour…


Des désirs différents… Et ​c’est normal !

Nous allons ici voir ce qui différencie les hommes et les femmes dans la recherche en amour. 

Bien sûr, vous savez comme moi que toute généralité est par nature trompeuse, et riche en exceptions.

Toutefois, nous savons bien, aussi, qu’il existe de réelles, et très communes, différences entre les hommes et les femmes, dans leur psychologie, leur comportement, leurs envies…

Tâchons donc de les comprendre , avant de voir, mais oui, ce qui nous rassemble !


Pourquoi ces différences ?

Depuis quelques années, les « gender studies », ou « études de genre », font beaucoup parler, aux États-Unis où elles sont nées, comme en France où elles commencent à prendre leur essor.

Disons-le tout de suite : je n’ai absolument pas les compétences en sociologie, ou en sciences de l’éducation, pour en juger la pertinence !

En fait, je souhaite surtout ici, avant de plonger dans le vif du sujet, préciser pourquoi je ne vais précisément pas en parler dans le reste de cet article.

L’un des enjeux de ces études trouve son origine dans une question qui les précède de plusieurs siècles :

Savoir si les différences psychologiques entre hommes et femmes sont biologiques ou culturelles, innées ou apprises !

Je n’ai pas la prétention d’avoir la réponse à cette question !

Je ne m’arrêterai ici qu’à ce que j’ai pu constater, à savoir que des particularités existent, et la forme qu’elles prennent à notre époque.

Peuvent-elles changer, un peu, beaucoup, passionnément ? Ou ont-elles été si fondamentalement différentes par le passé et dans d’autres cultures ? Je l’ignore, bien entendu.

Ce qui est certain, à l’heure où j’écris ces lignes, c’est que nos corps ne sont pas les mêmes, nos désirs aussi, et également ce qu’attend de nous la société, notre famille, et, d’ailleurs, ce que nous attendons généralement chez un homme ou une femme.

Quelles formes prennent, aujourd’hui, ces nuances ? C’est le seul sujet qui me concerne ici. Donc, allons-y !

Au quotidien, être un homme est une expérience absolument dissemblable d’être une femme.

Nos corps ne fonctionnent évidemment pas de la même façon, nos désirs et nos façons de l’exprimer sont aussi contradictoires que complémentaires. 


Quand nous nous projetons dans le futur, nous y voyons quelque chose de différent.Quand nous nous préparons le matin, quand nous nous réunissons entre femmes ou entre hommes, c’est encore différent. Quand nous grandissons, l’autre sexe est un mystère. 

Voilà quelques-unes des raisons qui font qu’en amour, là où se concrétise de manière immédiate, physique autant que psychique, notre façon de voir l'autre, ces chemins deviennent si vite visibles et peuvent nous apparaître comme des difficultés.


Ce qui nous sépare nous unit

Et précisément, ce que nous cherchons, c’est la complémentarité.

La plupart des femmes cherchent des hommes virils, et les hommes espèrent des femmes féminines. Et il ne s’agit pas de clichés. Un homme viril, ce n’est pas forcément un homme barbu, ou costaud, ou qui ne pleure jamais.

Mais c’est attendre de lui, malgré tout, une certaine façon d’être, un certain positionnement par rapport à la vie, et par rapport aux femmes, qui, si l’on a du parfois du mal à le comprendre, nous séduit. 

De même, une femme féminine n’est pas forcément une coquette ou une femme au foyer dévouée à l’éducation des enfants !

Mais c’est là aussi une certaine manière d’être, indéfinissable, qui fait « craquer » ces messieurs, même ceux qui attendent d’une compagne une femme forte, autonome, indépendante, voire fan de foot ! 

En fait, les mots de féminité et de virilité sont toujours un mélange entre l’idée que s’en fait notre culture, et la vision que nous en avons, inconsciemment, en nous-mêmes.

L’un des malentendus les plus fréquents que j’ai pu constater dans mon expérience est ainsi ce que cherchent en premier lieu les uns chez les autres.

Demandez à un homme de décrire sa femme idéale. Le premier mot qui lui viendra à la bouche sera « belle ». Les autres, (« intelligente, drôle », etc.) arriveront seulement ensuite ! 

Est-ce à dire que les hommes sont superficiels ? Non. Ils sont visuels. Ce n’est pas du tout la même chose !

Quand une femme dit d’un homme qu’il est beau, elles ne parlent jamais de leurs mensurations -même si elles peuvent s’arrêter sur telle ou telle partie de son corps qui leur attire l’œil… Elles ne cherchent pas « un bellâtre ». Écoutez-les : elles parlent en fait d’allure, d’élégance, de charme, de manière d’être, de bouger…

Un homme, lui, est beaucoup plus focalisé sur le corps. C’est pour cela d’ailleurs qu’ils ne diront jamais d’un autre homme qu’il est beau… Mais en revanche, ils pourront reconnaître une certaine élégance, un style, « la classe. »

C’est ainsi que fonctionne leur désir, il est d’abord stimulé visuellement.

Cela ne les empêche absolument pas d’apprécier le reste, et d’en avoir un besoin vital, car aucun homme ne construit une relation durable avec une femme qu’il trouve seulement belle.

Cela veut simplement dire que c’est le premier point qui attirera leur attention, avant de chercher à faire plus ample connaissance, pour savoir si, au-delà de l’attrait physique, une véritable histoire peut commencer.


“La beauté est dans l'œil de celui qui la contemple.”

André Maurois

Les femmes, pour leur part, seront séduites non par leur corps, mais bien par cette manière d’être, et une même femme peut donc avoir du désir pour des hommes aux apparences des plus variées !

Leur désir trouve sa source bien plus dans l’émotion que va susciter un geste, un mot. Et même… plus intimement. 

Ces dames savent bien qu’une jolie parure de lingerie peut immédiatement réveiller le désir d’un homme.

Et ces messieurs ignorent trop souvent -il faut le reconnaître, mais peut-être ne nous leur avons pas assez dit- que ce qui nous fera fondre, ce sera une attention, une déclaration, le fait soudain qu’il imagine son avenir, lointain ou proche (ou mieux encore, lointain et proche !) avec nous et non pas une autre…


Et pourtant, beaucoup de ressemblance

Voilà donc le premier point, le plus frappant, parce que c’est par là que tout commence, de la recherche amoureuse.

Mais cela est souvent, disons, acquis, ou connu, et en fait ne pose pas tellement d’obstacles à la recherche amoureuse au quotidien.

Examinons ces derniers plus en détail et voyons comment, à mon avis, même s’ils semblent nous séparer, ils nous réunissent en fait et sont une dynamique majeure de la rencontre amoureuse…


Comprendre ce qui nous énerve

Mettons les pieds dans le plat. Oui, quand je demande à mes clients et clientes ce qui fait l’objet de leur recherche, beaucoup d’hommes vont parler en premier lieu de la beauté et minceur  de leur partenaire.

Du besoin qu’ils éprouvent que leurs amis, leur entourage, la trouvent belle aussi, et qu’ils puissent se sentir valorisés par le fait d’avoir pu conquérir une belle femme.

Et beaucoup de femmes parleront en premier lieu de leur espoir de rencontrer un homme disposant d’une bonne assise financière, d’une stabilité en fait, et susceptible de lui faire partager des moments, des lieux, des week-ends, parfois hors-normes. 

Ce n’est parfois que le début d’autres subtiles différences, au quotidien qui, jour après jour, peuvent avoir raison de notre patience 

Or nous avons trop souvent tendance à juger l’autre sexe sur ces besoins et ces manières d’être. Ces deux demandes sont souvent exactement celles que nous allons ensuite reprocher aux hommes ou aux femmes en bloc, en leur reprochant d’être superficiel(les). 

Mais il n’y a rien de superficiel, ou d’anormal, ou de médiocre, à cela. C’est comme cela que nous fonctionnons. C’est normal d’être différent dans nos désirs, comment pourrait-il en être autrement ? Et est-ce que cela nous séduirait autant ?

Messieurs, voudriez-vous que les femmes parlent de vous entre elles exactement comme vous parlez d’elles entre vous ? 

Mesdames, voudriez-vous que ces messieurs ne fassent pas attention à votre apparence, et ne soient pas émus, sincèrement, par votre beauté ? 

Et bien sûr, les exceptions fonctionnent au fond de la même manière : quand un homme ne parlera pas d’abord de beauté, quand une femme ne parlera pas d’abord de stabilité, leur façon de décrire leur partenaire idéal ressortira tout de même, toujours, de l’idée qu’ils et elles se font, au fond d’eux-mêmes, de la féminité et de la virilité.

Donc, ce qui nous attirera chez un homme, ou chez une femme, c’est tout ce qui découle du fait qu’il est un homme, qu’elle est une femme, et c’est très bien comme cela !

Arrêtons de nous juger les uns les autres sur ce que nous avons de plus intime, de plus impossible à changer, mais aussi de plus séduisant, car de plus mystérieux. 

Prenons les hommes, et les femmes, telles qu’ils et elles sont. Bien entendu, cela ne veut pas dire tout accepter d’un partenaire.

Chez une personne, par rapport à vous, votre vécu, votre histoire, votre caractère, votre façon de voir le présent et l’avenir, certains points pourront bien sûr, hélas, rendre une histoire tellement compliquée et fatigante qu’elle s’avère intenable sur le long-terme.

Sur ces points, il est important de ne pas renoncer. Mais ce sont bien des traits d’une personne, homme ou femme, qu’il s’agit ici, et non sur sa féminité ou sa virilité.


Un jeu à double-sens…

Un dernier point que je voudrais aborder de cette question, est qu’il s’agit aussi d’un jeu à double-sens.

Car si nous attendons, par exemple, des hommes, qu’ils se comportent de telle ou telle façon, comment s’étonner qu’ils développent précisément les qualités, et même les défauts, qui savent nous séduire ! 

Il faut bien comprendre qu’en la matière c’est un jeu de miroir… J’attends telle chose des hommes, les hommes agissent en conséquence ; je me dis qu’ils sont bel et bien ainsi, et donc j’attends à nouveau telle ou telle chose… 

Savoir qui a commencé revient à se demander qui de l’œuf ou de la poule a précédé l’autre ! C’est une question insoluble et, à dire vrai, je crois, sans grand intérêt. Ou peut-être un intérêt historique, mais pas un intérêt pour nous aider à faire la rencontre amoureuse que nous méritons !

Ce jeu, comme dans un couple, nous le jouons à deux, et nous le jouons parce qu’il nous plaît de le jouer

Ne reprochons donc pas aux hommes ou aux femmes d’être ceci ou cela, sachons que nous avons notre part de responsabilité là-dedans et que, depuis la nuit des temps, nous dansons ensemble de cette même façon. Bien sûr, danser ensemble, ça peut être épuisant, et on peut en avoir marre !

Mais c’est aussi d’ici, précisément, que vient le plaisir. Ce qui nous énerve est souvent ce même détail qui nous séduisait au départ et, en réalité, savoir si nous l’aimons ou si nous n’en voulons plus, dépend avant tout de notre propre énergie.

Et puis, vous savez, j’ai ici parlé des différences… Mais ce qui est le plus frappant, au fond, ce sont bien les ressemblances. Et elles sont cruciales. Les femmes espèrent passer leurs jours (et leurs nuits) ! en compagnie d’un homme ; les hommes espèrent passer leurs jours, et leurs nuits en compagnie d’une femme.

Toutes et tous espèrent un conjoint ou une conjointe qui les comprennent, les respecte, et sache le leur faire comprendre, régulièrement.

Toutes et tous veulent être heureux(ses), rire, garder un jardin secret, partager des moments privilégiés, et pouvoir s’épauler au quotidien.

Quelle importance que l’étincelle qui va provoquer la rencontre si tout ce qui doit faire durer notre histoire repose sur tout ce que nous avons en commun ?


Conclusion

Pourquoi la recherche en amour est-elle différente entre les hommes et les femmes ?

Répétons-le : parce que nous sommes différents, bien sûr ! Et c’est très bien comme cela.

Et il est très bien que nos différences soient ce qui nous étonne, nous charme, nous donne envie, toujours, de faire des rencontres et de les faire durer. Et il est tout à fait normal aussi, que parfois cela nous énerve, et que nous ayons du mal avec l’idée que ce mystère nous dépasse.

Apprenons donc, simplement, à ne pas juger tout ce qui nous sépare de l’autre, pour simplement l’aimer, s’en étonner et s’en amuser ; sans jamais oublier que ce qui nous unit est essentiel pour une histoire longue, heureuse, équilibrée, et pleine d’avenir.


"Pour en savoir plus"...

10 raisons de fréquenter un homme mûr !

Sean Connery, Gérard Darmon, Harrison Ford, Jean Reno, Pierce Brosnan, Julien Clerc, Gérard Lanvin, Richard Gere, Thierry Lhermitte, Francis Huster, … Leur point commun ? Ils ont tous largement dépassé la soixantaine (voire pour beaucoup la dizaine du dessus) et ont, pourtant, toujours un sex-appeal à faire pâlir la plupart des trentenaires !

Il semble que comme le bon vin, les hommes se bonifient avec l’âge. Injuste ? Peut-être, mais voyons plutôt le côté positif. Car ces beaux séniors accomplis n’en ont pas moins besoin d’une partenaire pour faire battre leur coeur et partager toutes les belles années qu’ils ont encore devant eux.

Pour vous convaincre de rechercher les bras d’un homme qui a de la bouteille plutôt que ceux d’un minet inexpérimenté, nous avons listé les 10 raisons de fréquenter un homme mûr. En bonus, nous vous en dévoilons une 11e raison qui devrait finir de vous persuader !


1. L’homme mûr est libre et indépendant

Ils sont bien beaux les quarantenaires, mais vous avez 9 chances sur 10 qu’ils soient livrés en kit avec 2 ou 3 nains de jardin à chouchouter le week-end. Non pas que l’on n’aime pas les enfants, ne nous faîtes pas dire ce que l’on n’a pas dit, mais on a suffisamment donné et celui que l’on a envie de cajoler, c’est plutôt Monsieur !

Passé 50 ans, il est plus probable que la progéniture de votre cher et tendre ait quitté le nid et qu’il soit donc à 100% disponible pour votre petite personne. C’est quand même mieux, un homme indépendant, non ?!


2. L’homme mûr sait ce qu’il veut

“Je ne sais pas si je suis prêt à m’engager”, “je n’ai pas le temps de m’investir à la fois dans mon travail et dans une relation”, “ce n’est pas toi, c’est moi”... Vous avez eu votre dose d’indécis et autres névrosés ?

Tournez-vous plutôt vers un homme qui sait qui il est, où il va et ce qu’il veut (et ne veut plus). Cette lucidité vient avec le nombre des années et plus un homme a fait des erreurs, plus il se connaît et moins il doute dans ses choix. Que ce soit dans sa carrière, ses amitiés ou ses amours, il a fini de se disperser, est ferme dans ses décisions et n’a pas peur de s’engager.

Rassurant pour vous, donc. S’il vous choisit, c’est du solide !


3. L’homme mûr est sérieux

De même, en matière de “coups d’un soir”, il a suffisamment donné. A partir d’un certain âge, on arrête de jouer et d’explorer à droite à gauche, et on ne cherche rien d’autre qu’un relation stable et sereine.

En cherchant les bras d’un homme mûr, vous êtes à peu près assurée de ne pas y passer qu’une seule nuit.


4. L’homme mûr vous traitera comme une Lady

S’il y a bien une qualité qui fond comme neige au soleil à chaque nouvelle génération, c’est bien la galanterie. Et pourtant, vous ouvrir la porte, tirer votre chaise pour vous aider à vous asseoir ou encore prendre votre veste sont autant de petites attentions qui font toute la différence au quotidien et que vous risquez de ne jamais connaître si vous faites le choix de la jeunesse...

L’homme mûr, lui, connaît les codes de la galanterie et saura vous apporter toute la considération que vous méritez !


5. L’homme mûr est stable

Non pas que l’argent soit un critère, on n’est pas des femmes vénales, hein (!), mais s’assurer que l’on ne va pas devoir manger des pâtes à partir du 15 du mois et/ou entretenir notre moitié au quotidien, c’est quand même sécurisant, n’est-ce pas ?

Avec un peu de chance, il vous emmènera même dans de superbes endroits et vous couvrira de cadeaux !

Et au-delà de l’argent, l’homme accompli est à l’aise avec ses émotions et stable dans ses sentiments, ce qui est doublement sécurisant.


6. L’homme mûr a beaucoup à vous apprendre

Le vin, la littérature, l’opéra, les voyages qu’il a faits et les films qu’il a vus... Choisir un homme expérimenté, c’est bénéficier d’une culture construite au fil des années, qui devrait vous permettre d’élargir vos horizons et d’entrevoir de nouvelles passions.

Ecoutez-le vous parler de son amour pour le jazz, suivez-le dans ses parties de golf et tirez partie de son expérience et de ses conseils avisés. En retour, il sera heureux de découvrir ce qui vous fait vibrer et de profiter de vos connaissances. Il est quand même plus fascinant de s’enrichir mutuellement à 60 ans que de se construire ensemble à 20 ans, vous ne croyez pas ?


7. L’homme mûr est à l’écoute

Avec l’âge, vient la raison et la patience.

Après 60 ans, on ne court plus après le temps, on le laisse venir et on l’apprécie. Votre compagnon ne devrait donc pas vous brusquer mais, au contraire, être à votre écoute et prendre le temps d’apprendre à vous connaître, à vous découvrir et à vous écouter. Aaah, quel bonheur !


8. L’homme mûr est sage

Fini la fougue et les excès, les soirées trop arrosées et les vacances de casse-cou où vous avez l’impression d’être au mieux transparente, au pire un véritable boulet.

A vous les soirées télé cocooning blottis l’un contre l’autre, les week-ends en thalasso et les longs barbecue d’été, avec juste ce qu’il vous pour les arroser !


9. L’homme mûr a de la conversation

“Slt, sa va?”, “J temN diné?”... Si votre compagnon est né avant la génération SMS, il devrait savoir s’exprimer sans émoticônes, avoir un avis forgé ailleurs que sur Facebook et tenir une conversation passionnante et passionnée.

Surtout, il a passé l’âge de tourner autour du pot et sait aller droit au but quand il vous parle.

Au diable l'ambiguïté et les sous-entendus, à vous les échanges construits et constructifs.


10. L’homme mûr n’est pas jaloux

Il sait ce qu’il est et ce qu’il vaut. Il sait aussi que si vous l’avez choisi, c’est parce qu’il le mérite. Il a depuis longtemps laissé son égo et son emportement ridicule au vestiaire et sait que vous l’aimez pour ce qu’il est.

Pour cette raison, il est très peu probable que votre compagnon vous fasse une scène de jalousie au restaurant ou qu’il s’empare de votre téléphone au moindre bip pour procéder à une fouille en bonne et due forme. On compte sur vous pour faire de même, n’est-ce pas ?!


Bonus. L’homme mûr sait vous faire grimper aux rideaux

On a gardé le meilleur pour la fin !

S’il y a bien un domaine dans lequel la pratique est importante, c’est bien dans tout ce qui se passe sous la couette.

Il est donc fort probable que votre amant se soit bonifié avec l’âge et qu’il ait atteint un niveau qui devrait vous faire oublier la raison ! Il est à l’aise avec son corps, connaît par coeur celui d’une femme et, surtout, sait comment lui apporter toute son attention. Chanceuse, va !


De nous à vous

Si, avec tout cela, vous lorgnez encore sur les petits jeunes, on ne peut plus rien plus vous !

Si au contraire, vous êtes désormais convaincue que c’est dans les bras d’un homme d’expérience que vous pourrez couler des jours heureux, n’hésitez pas à nous contacter pour être mise en relation avec des hommes mûrs qui devraient, nous l’espérons, coller admirablement avec ce descriptif !

Et si enfin vous êtes un homme égaré sur cette page et que vous vous reconnaissez parfaitement dans ce portrait robot, faites nous signe également, nous devrions avoir moultes femmes acquises à votre cause à vous présenter !


Vous souhaitez avoir plus d'informations sur l'agence matrimoniale Esther Keller !

Contactez-nous au : 

+33 (0) 1 82 28 77 27

Fuis-moi je te suis… Pourquoi ça marche et comment en sortir ?

Tout le monde connaît cette expression : « Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis », qui semble applicable si souvent en amour. Elle m’a longtemps laissée dubitative.

Certes, je sais qu’elle décrit une réalité, j’ai déjà vu ce processus à l’œuvre. Mais est-elle aussi généralisable qu’on le dit ?

En me renseignant sur Internet, j’ai vu beaucoup de sites de séduction proposant des méthodes pour l’appliquer, afin de séduire un homme ou une femme. Mais ce ne sera pas mon propos aujourd’hui.

Au contraire, je préfère examiner comment s’en libérer quand un tel « jeu » s’est installé dans une relation, afin d’aller de l’avant. Voyons cela tout de suite !


Comment ça marche ? 

D’abord, confirmons-le tout de suite : oui, la règle du « Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis » décrit de fait une dynamique souvent bien réelle dans la relation amoureuse comme de séduction.

C’est un des mystères de la psyché humaine. Je ne vais pas ici plonger dans les arcanes de notre inconscient, mais décrypter pourquoi, comment, nous obéissons sans le vouloir, parfois même sans le savoir, à ce phénomène.


Pourquoi ça marche ? 

D’abord, n’oubliez pas le principe n°1 de la relation amoureuse : elle se joue à deux !

C’est bien sûr évident mais pourtant, quand on a la tête dans nos problèmes ou angoisses, on a trop souvent tendance à l’oublier, à se demander en quoi on est « le problème »…

En réalité, l’autre a ses propres envies, besoins, peurs, façons d’agir et de réagir.

C’est ce qui fait la complexité, mais aussi le charme d’une relation : qu’elle soit installée ou encore dans une phase de rencontre, elle est avant tout une dynamique !

Et comme nous avons chacun(e) notre fierté (« il ou elle ne va pas me résister quand même ? »), et ce que qui est inaccessible est toujours, pour cette raison même, désirable, la notion de défi qui s’ajoute alors rend parfois presque insurmontable ce mouvement sans fin…Il n’est donc pas, en réalité, si étonnant que le « Fuis-moi je te suis… » s’applique si souvent à nos relations.

Au quotidien, même quand nous ne sommes pas enfermé(e)s dans ce maudit précepte, nous l’appliquons, légèrement, naturellement, et simplement.

Du temps passé ensemble, c’est bon. Mais cela appelle aussi un besoin de se retrouver, seul(e) ou avec ses ami(e)s.


Plus le besoin de vous voir est exprimé par quelqu’un, plus celui-ci risque de sembler étouffant. En réalité, le « Fuis-moi je te suis » n’est donc ni pathologique, ni incompréhensible.C’est quand il empêche de construire une relation, qu’il faut en prendre conscience et le désamorcer au plus vite.

C’est ce dont je vais discuter de manière un peu plus approfondie plus bas.


Combien de temps ça peut durer ?

Le vrai souci, c’est que cela peut durer longtemps ! En effet, il ne faut jamais oublier qu’une relation non encore aboutie apporte également un certain plaisir. On rêve de la personne, de ce qu’on pourrait faire ensemble, on se projette.

C’est aussi ce qui se passe quand, par exemple, on a rompu avec quelqu’un, mais qu’on imagine pouvoir se remettre ensemble et repartir, enfin, du bon pied.

Le temps passé à réfléchir, examiner, discuter, passe sans en avoir l’air. 

On ne voit pas, on ne ressent pas qu’en réalité, rien ne se passe, ou tout se passe seulement dans notre tête et jour après jour, mois après mois, on vit une relation, par procuration, en imagination, avec ces fameux papillons dans le ventre qu’il est si bon de ressentir, sans pourtant que rien de solide ne s’établisse.

Je connais des personnes, ou devrais-je dire des couples, qui sont resté(e)s enfermé(e)s des années durant dans ce véritable système !

C’est là bien sûr que la situation est grave et… C’est avant qu’il faut agir. Car là où cela devient piégeux, c’est que le « Fuis-moi je te suis… » met en place une véritable alternance plaisir (quand on croit que ça va enfin fonctionner) et douleur (quand à nouveau plus rien ne paraît possible). Et cela peut se répéter indéfiniment !

Ça ressemble d’ailleurs au cycle de l’addiction, ou à un cercle vicieux à tout le moins. Dès que vous vous sentez prisonnier(ère) de ce schéma, agissez !                        



" L'amitié, c'est l'antichambre de l'​amour." André Gide



Comment en sortir ? 

Vous l’avez compris, je me fais clairement l’avocate d’une action en vue de s’extraire de cette dynamique quand elle s’est installée. Mais le propre du cercle vicieux, c’est qu’on ignore comment en sortir. Par quel bout le prendre pour le détordre ? Où est la sortie ? Faut-il tout casser subitement ?


Aller de l’avant?

Non ! Non, il ne faut pas tout casser subitement. Le plus important, le plus difficile aussi, c’est d’abord de prendre conscience de la situation. Si quelque chose de négatif comme cela s’installe, commence à durer, et que vous éprouvez un doute, posez-vous la question, posez-la à vos ami(e)s.

C’est dans ce genre de situation que leur regard extérieur et bienveillant peut être absolument déterminant. Et s’il vous semble en être là, tentez d’abord d’inverser la situation !

Si vous étiez plutôt dans la demande, faites-vous moins présent(e). Si vous étiez au contraire dans la fuite, la peur d’être étouffé(e), prenez le risque, rapprochez-vous.

Le plaisir de la relation pourrait suffire à vous rassurer.

Les fantasmes, au sens des fruits de l’imagination, ne sont parfois que cela, que des fantasmes, reposant sur d’anciennes peurs, parfois infantiles, ou juste issues d’une histoire précédente.

La personne n’est peut-être pas réellement autant en demande que vous le craignez, elle peut juste avoir besoin, occasionnellement, d’être rassurée.

De toute façon, il n’y a qu’une manière de le savoir : se rapprocher, doucement et progressivement, et voir comment vous vous sentez. Si vous vous posez la question, c’est malgré tout que vous ressentez quelque chose pour cette personne, pourquoi ne pas tenter le jeu ?

Mais songez aussi tout simplement à prendre véritablement de la distance.

Quel que soit votre rôle, le « Suis-moi », qui est souvent la partie oubliée de l’équation, peut avoir d’authentiques effets bénéfiques. Bien entendu, nous ne vous recommanderons jamais sur ce blog d’entamer un jeu pervers ou même simplement malicieux avec votre partenaire.

N’essayez pas de calculer, d’alterner le chaud et froid, de vous faire lointain(e) si cela n’est pas votre envie. Simplement, pensez à vous, avant de penser à la relation. Envoyez moins de textos, voyez-vous moins souvent, sachez que vous n’êtes pas obligé(e) de passer la soirée ensemble quand vous vous retrouvez.

Donnez-vous des rendez-vous, comme une soirée ou une sortie cinéma avec des ami(e)s que vous ne voulez pas rater. 

Pensez à vous, consacrez du temps à vos loisirs et vos passions. Cela vous permettra de vous sentir moins en prise avec le piège en question, de ressentir plus précisément ce que cette personne vous inspire.

Et en vous rendant plus rare, plus désirable, mais aussi en faisant prendre conscience à l’autre qu’il ou elle risque de vous perdre pour de bon, vous pourriez bien créer, finalement sans chercher à les provoquer, les réactions spontanées que vous attendiez !

C’est souvent quand on ne fait pas ressentir son propre besoin que l’autre éprouvera tout à coup le besoin de répondre à vos attentes…


Un cas particulier : la rupture?

Avant de conclure, j’aimerais m’arrêter sur le cas particulier de la rupture. Car en effet, c’est une situation qui invoque très souvent ce jeu redoutable du « Fuis-moi, je te suis, Suis-moi, je te fuis ».

Quelle que soit sa raison, une rupture est toujours douloureuse, des deux côtés. Il suffit que quelques jours passent pour que remontent en mémoire les bons souvenirs.

L’esprit humain est ainsi fait que, même d’une période pénible, nous retenons majoritairement les bons souvenirs et sommes très doué(e)s pour effacer les autres impitoyablement !

Ce qui est bien sûr une très bonne chose. Mais par conséquent, très souvent, on languit de l’histoire passée, et on caresse un espoir, plus ou moins secret, plus ou moins avoué, de pouvoir tout recommencer.

Et plus l’autre s’éloigne, plus on a le sentiment que quelque chose nous échappe de manière définitive plus, pas toujours mais souvent, on peut avoir envie, à l’inverse, de se battre pour reconstruire quelque chose.

Cela peut être déterminant, notamment, quand nous voyons notre ancien partenaire en quelque galante compagnie, ou apprenons qu’il ou elle a redémarré une autre histoire. J’ai pu remarquer combien ce simple fait pouvait réveiller les émotions et besoin de réconciliation amoureuse avec cet(te) « ex ». Jalousie ? Peut-être, mais pas seulement.

Le désir de renouer une relation qui nous apporté du bonheur, avec quelqu’un pour qui on avait des sentiments, est bien légitime. Bien sûr, savoir si cela est une bonne idée dépend tellement des cas particuliers que je ne me prononcerai pas ici. En revanche, ce qui est certain, c’est qu’après une rupture, moins se voir ne fait qu’augmenter le l’envie de se voir.

De deux choses l’une : soit c’est une prison, soit c’est une chance pour tout reconstruire. En tout état de cause, mon conseil ici sera, pour toutes ces raisons, le même que précédemment : prenez du champ, occupez-vous de vous ! Mettre de la distance ne peut qu’être bénéfique.

Cela vous permettra aussi de faire le point, de rencontrer d’autres personnes et, partant de là, d’être plus au fait de vos sentiments réels, et non pas seulement motivés par la nostalgie ou la jalousie, tout en renforçant vos chances de vous rendre plus désirable aux yeux de l’être aimé.

En un mot, ou plutôt deux : avancez, toujours.


Conclusion 

Vous l’avez compris, à mes yeux le « Fuis-moi je te suis… » est une dynamique bien réelle et surtout cela, une dynamique. C’est donc quelque chose dont on peut s’extraire, à condition d’en avoir conscience, de le vouloir, par des actions et des décisions certes souvent difficiles à engager, mais pourtant salutaires.

Ne restez pas dépendant(e) de ce jeu dangereux pour votre équilibre personnel, agissez, dans un sens ou dans l’autre, selon votre nature, mais toujours en vous éloignant de votre zone de confort. Rarement l’expression « Il n’y a que le premier pas qui coûte » ne m’a paru aussi appropriée que pour venir à bout d’un « Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis ».

Détachez-vous, ou attachez-vous, mais gardez-vous quoiqu’il arrive du mouvement perpétuel qui, s’il n’existe pas dans la nature, peut en revanche bien (trop) de relations sentimentales.

2

L’amitié homme et femme faut-il y croire ?

Ah, l’amitié homme-femme, quel sujet ! Sans doute vieux comme le monde, et qui a encore de beaux jours devant lui. Elle nous inquiète, nous intrigue ; on peut avoir peur de souffrir ou de faire souffrir l’autre ; on peut y laisser des plumes comme y trouver certaines de ses plus grandes joies, et de fait, elle ne va pas de soi.

Elle a ses propres règles. Au point qu’on ignore parfois si on est réellement en train d’en vivre une, ou si c’est le début de l’histoire d’amour, ou si l’autre soupire pour vous en secret, ou si ce n’est qu’une façon d’éviter la difficulté du couple…

Examinons donc les ressorts de ce type de relation, et voyons comment la construire et l’entretenir de la meilleure façon possible !


L'amitié homme/femme est-elle possible ?


Bien entendu, lorsqu’on aborde le sujet, c’est la question qui revient le plus fréquemment. Une réelle et forte amitié, durable, entre un homme et une femme est-elle seulement possible ? Ou bien l’ambigüité, la jalousie, le désir, l’amour viendront-ils toujours se manifester et parasiter la relation ?

Ce qui rend l’amitié si unique, c’est bien qu’elle est durable et que rien ou presque ne peut l’entamer. Au contraire, le couple est bien souvent sujet à toutes sortes de difficultés, d’incompréhension, d’enjeux.

Ces difficultés nécessitent bien souvent des efforts pour le maintenir en vie et épanoui, quand l’amitié, elle, coule de source. C’est pourquoi il ne faut pas faire fausse route !


Oui....Mais à certain​es conditions

Disons-le franchement : oui, l’amitié homme-femme est possible, et elle peut apporter de grandes joies. Mais dans mon expérience, il est rare qu’elle naisse spontanément dénuée de toute attirance d’un côté ou de l’autre. Certains cas excluent certes d’emblée toute possibilité de relation et même de désir, mais ils sont très spécifiques.

Presque toujours, l’amitié homme-femme aura à un moment ou un autre à affronter la question de l’amour entre les deux personnes. Une fois celle-ci évacuée, alors un tout nouveau champ peut s’ouvrir à vous. Car dans la plupart des cas, tôt ou tard, la question se posera.

Une grande différence d’âge, un lien familial lointain, le fait d’avoir vécu ensemble certaines épreuves, comme le décès d’un proche dans un groupe, jouent des rôles inconscients très puissants. Mais il s’agit plutôt d’exceptions.

Presque toujours, l’amitié homme-femme aura à un moment ou un autre à affronter la question de l’amour entre les deux personnes. Une fois celle-ci évacuée, alors un tout nouveau champ peut s’ouvrir à vous. Car dans la plupart des cas, tôt ou tard, la question se posera.

Parfois, le désir était inconscient, refoulé. Parfois, on a cru pouvoir s’en débarrasser (par exemple parce que telle personne est en couple avec un ou une ami(e) proche), mais il revient, malgré tout, de façon inattendue. 

Certaines fois, on pense tout simplement, presque rationnellement « je suis si bien avec lui (elle), et si c’était la bonne personne ? », et on veut « tenter le coup »


Combien de garçons m’ont raconté avoir eu le cœur brisé en entendant leur amie dire cette phrase fatidique : « Ce que j’adore, chez toi, c’est qu’entre nous il n’y a aucune ambiguïté. »

Pourtant, ces situations ne sont pas insolubles. Simplement, il faut les affronter, à un moment, pour de bon.

Le plus souvent, ouvrir son cœur à l’autre conduira à un éloignement, puis à un rapprochement, plus apaisé, duquel pourra jaillir une grande et authentique amitié.

Parfois, le temps, aussi, et les rencontres, suffisent à faire en sorte qu’on détourne le regard, tout en conservant cette amitié, après avoir rencontré l’amour ailleurs.

Encore pour cela faut-il être prêt à faire d’abord le deuil de l’histoire qu’on a imaginé dans sa tête : pour qu’une rencontre advienne, il faut toujours commencer par faire un pas dans sa direction.

Autre possibilité, très fréquente d’ailleurs : ces couples d’amis qui ont d’abord été… un couple tout court. L’histoire a pu être belle, forte, mais les deux ont compris qu’elle ne pouvait pas marcher, pour des raisons souvent liées à leur personnalité même.

Si elle n’a pas duré trop longtemps, qu’on n’a pas accumulé les griefs, souvent s’il n’y a pas encore eu d’enfant, cette histoire d’amour impossible peut donner lieu à de très belles amitiés, durables, où l’un et l’autre se connaissent parfaitement, s’apprécient, se comprennent et souhaitent sincèrement voir l’autre trouver leur bonheur.


Les joies de l'amitié homme/femme

Dans tous ces cas-là, ces amitiés vous donneront d’immenses satisfactions.

Bien sûr, on pense d’abord, au bénéfice immense qu’il peut y avoir à échanger avec quelqu’un de l’autre sexe pour de strictes raisons psychologiques : parce que ça peut aider à comprendre comment fonctionne cet autre monde que sont les hommes, ou les femmes, à nos yeux, de même qu’avoir un œil pertinent pour décrypter certaines réactions de son partenaire amoureux, ou certaines de nos réactions quand nous sommes confronté(e)s à l’autre sexe.

Ce supérieur ou cette collègue me fait-il ou elle des avances ? Ai-je eu raison de me mettre en colère contre cette copine ou ce copain ? Comment vit le genre opposé la drague en soirée, ou la nuit décevante, ou nos petites manies qui nous paraissent insupportables ? Et puis, quoi puis-je offrir à mon compagnon ou ma compagne pour son anniversaire ?

Mais les joies de l’amitié homme-femme ne s’arrête pas là. Bien sûr, pouvoir échanger en toute confiance quand on est une femme avec un homme, et vice-versa, a un côté éminemment pratique dont nous aurions tort de nous priver !

Mais il y a d’autres bénéfices.

D’abord, on a plus de facilités parfois à échanger honnêtement, avec moins de pudeur peut-être, avec un représentant du sexe opposé.

Les hommes n’ont pas à faire semblant d’être le plus fort, les femmes sont débarrassées du besoin de faire rire les copines ou de se voir défendues envers et contre tout. Certaines amitiés homme-femme peuvent être des plus honnêtes, et pour cela des plus bénéfiques.

Et puis, bien entendu, si on a besoin de nos moments entre copines, ou entre copains, changer d’air fait toujours du bien !

Les hommes nous font rire, nous apaisent, nous aident à prendre de la distance, de l’assurance à nous sentir belles, nous font découvrir de nouveaux genres de films, de musique, de magazines, de passions.

A l’inverse, sachez-le mesdames, contrairement à une idée encore trop répandue, non, les hommes ne nous aiment pas que pour notre physique !

Notre légèreté, notre regard unique sur les rapports humains, notre douceur, notre envie de les voir ne pas se laisser faire quand ils sont empêtrés dans une histoire d’amour ou de bureau qui leur paraît insurmontable, et même simplement le bien-être que semble leur procurer la simple présence de cette féminité toujours aussi mystérieuse à leurs yeux…

Voilà ce dont ils ne peuvent se passer. Aussi, les joies que peuvent procurer ces rapports amicaux justifient pleinement que, si nécessaire, on affronte le non-dit.


On n’est point l’ami d’une femme lorsqu’on peut être son amant.
Honoré de Balzac



L'amitié homme/femme et la jalousie ...

Mais la vie n’est pas qu’un long fleuve tranquille, comme vous savez. Les spécificités de l’amitié homme-femme peuvent aussi apporter leur lot de difficulté. Bien sûr, il peut y avoir la jalousie de votre partenaire amoureux.

Toutefois, s’il n’y a vraiment aucune ambiguïté entre vous et votre ami(e), et que vous avez besoin de la compagnie de cette personne, cette jalousie n’a pas lieu d’être, et si elle est récurrente, vous empoisonne la vie, vous empêche de voir qui vous voulez quand vous le voulez, c’est sans doute qu’elle est une jalousie problématique qui se manifeste de biens d’autres façons.

En revanche, si elle repose sur un fond de vérité, peut-être faut-il se poser d’autres questions…


L'amitié homme/femme ambigüe 


Je l’ai dit plus haut, il y a souvent au cœur d’une amitié de ce type, à un moment ou à un autre, un fond de désir. Presque toujours, en fait. Mais je voudrais m’attarder un peu sur ce point, trop souvent négligé, et qui peut apporter beaucoup de difficultés et de souffrances.

D’abord, pour dire que l’ambigüité, en la matière, peut survenir à bien des moments de la vie, se manifester très tard même si le début de l’histoire était vierge de tout sentiment de part et d’autre.

Souvent, elle peut apparaître après une rupture, quand on est un peu perdu(e), qu’on a besoin d’amour et qu’on tente de se raccrocher à tout ce qu’on peut. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à aborder le sujet, en douceur, de préférence dans un lieu public pour limiter les épanchements, dans un café autour d’un verre par exemple.

Car l'ambiguïté peut durer longtemps, on peut même y prendre son plaisir, puisqu’il n’est jamais désagréable de se sentir désiré(e)…Mais en sortir ne peut qu’apporter un mieux.

Ensuite, parce qu’elle peut prendre de multiples formes. Il peut arriver que l’amour de l’un pour l’autre soit proprement inconscient, qu’on le nie avec force et sincérité… Quand en réalité on présente tous les symptômes de l’amour.

Il peut arriver aussi qu’on en ait conscience, mais qu’on n’en fasse pas grand cas, qu’on l’accepte en pensant que quand on aura rencontré la bonne personne, tout se résoudra de soi-même.

Mais éprouver un tel sentiment empêche les rencontres, on est moins disponible, on laisse croire par son comportement qu’on n’est pas célibataire, on compare, on se dit qu’on ne trouvera pas mieux (naturellement, puisqu’il n’y a pas dans cette relation les défis propres au couple lui-même).

Si tel est votre cas, je ne puis que vous encourager à enfin vous délester de ce sentiment, soit en vous en ouvrant auprès de la personne, soit en vous éloignant quelques temps (même s’il reste toujours préférable de s’expliquer).

Vous aurez tout le temps de reconstruire ensuite une relation apaisée et infiniment plus agréable et équilibrée avec la personne si les sentiments qu’elle avait pour vous étaient sincères.

Seule la trahison peut véritablement tuer une amitié. Pas le fait d’avoir eu besoin, à un moment, de vous retrouver tel(le) qu’en vous-même.


L’amitié homme-femme forte ou fusionnelle

Une autre cause potentielle de jalousie de la part de votre partenaire, ou même tout simplement de souffrance potentielle, est le cas de l’amitié forte ou fusionnelle. Avez-vous tendance à partager avec cette personne plus de choses qu’avec votre compagne ou compagnon ? 

 

Même si cela est une tradition, pour ne prendre qu’un exemple, d’aller faire des « Nocturnes » de musée avec votre ami(e), il est bien légitime que votre conjoint souffre de ne pas pouvoir partager ces moments en votre compagnie.

Il peut être dangereux en effet pour votre couple de trop séparer les différentes phases de votre existence. Tout comme votre amoureux(se) peut avoir envie de participer à un dîner en compagnie de vos ami(e)s de manière occasionnelle, il ou elle peut souhaiter passer des moments très différents avec vous.

Souvent, l’amitié homme-femme se renforce quand l’un ou l’autre est célibataire : on a au moins quelqu’un avec qui aller au cinéma, faire un dîner ou aller danser en soirée. 

Mais si vous ne réservez ces moments qu’à votre ami(e), il faut changer d’habitude !

Vous trouverez d’autres moments, d’autres façons de vous amuser, et rien ne dit que vous n’irez plus jamais danser, ou au "restau", ou au cinéma avec lui ou elle.

Simplement, apprenez à vous partager. Croyez-moi : la vie, par ses surprises, saura vous en récompenser.

En outre, l’amitié fusionnelle, indépendamment de la jalousie d’un conjoint ou de l’existence plus ou moins assumée d’un sentiment amoureux peut être problématique en soi.

Il s’agit là, d’ailleurs, d’un problème qui existe même dans les amitiés entre garçons ou entre filles (peut-être plus fréquent chez ces dernières, surtout à l’adolescence, mais , ces messieurs ne sont pas épargnés !).

Cela ne peut durer qu’un moment avant de se régler tout seul, c’est le cas le plus fréquent. On a besoin d’expérimenter, ou on est à un moment de sa vie qui nécessite cela, et puis… Ça passe.

Mais parfois, c’est aussi qu’on est engagé(e) dans une relation toxique, ou l’autre vous demande toujours plus d’amour, de présence, d’exigence. Eh oui, le trouble narcissique ne fait pas des ravages qu’en amour.

Si vous avez le moindre doute, mettez de la distance, au moins deux ou trois mois.

Vous verrez vite si vous vous sentez mieux ainsi ou plus mal, et si l’autre est dans un rapport compulsif où il ne supporte pas de voir quiconque s’éloigner de lui ou elle et le prend comme un affront personnel.

Or il est normal d’avoir des moments dans la vie où l’on se voit moins et l’on se perd presque de vue. Cela ne veut pas dire que l’amitié est morte !

Vous savez ce qu’on en dit : un(e) vrai(e) ami(e), on peut ne pas le voir pendant des années, et quand on se retrouve, c’est comme si on ne s’était jamais quitté.

Voilà le signe indubitable que vous êtes dans un rapport sain et même mutuellement bénéfique. N’oubliez jamais cela !


Conclusion

Comme je l’ai dit, il faut éviter à tout prix l’ambigüité dans les rapports humains. Aussi, je vais le répéter sans équivoque : oui, l’amitié homme-femme est possible et elle peut être source d’un grand bonheur !

Mais si on a le moindre doute sur ce qu’on vit, il faut l’affronter. Je crois que l’amitié de ce type qui éclot spontanément vierge de tout sentiment amoureux (ou sans manipulation dans le cas de l’amitié fusionnelle et toxique), dès le début et jusqu’au bout, est bien plus l’exception que la règle en la matière (et d’après certaines études, je ne suis pas la seule !

Si vous aimez les hommes ou les femmes au point de vous sentir bien rien qu’en leur compagnie, c’est parfait. Mais cela peut aussi contribuer à vous rendre amoureux ou amoureuse plus vite que vous ne pouvez l’imaginer !

Faites le point avec vous-même, et avec votre ami(e), si vous avez le moindre doute. Dites par exemple que d’autres vous posent la question. Soyez bienveillant(e), franc(he) et compréhensif(ve).

C’est sur l’honnêteté que se construisent les plus belles histoires d’amour comme d’amitié, dont celles entre homme et femme qui recèlent, quand elles sont sincères, une authentique source de bonheur et de confiance en soi.


Quelques livres !

4 astuces pour sortir de la dépendance amoureuse !

Il existe des milliers, si ce n’est des milliards, de façons d’aimer. Hélas, certaines d’entre elles, toxiques, peuvent nuire à l’épanouissement affectif et au couple lui-même.

Parmi celles-ci, la dépendance amoureuse est une des plus fréquentes. Sans qu’on le réalise forcément, elle peut s’installer rapidement au sein d’une histoire qui commence généralement pour le mieux.

Comment faire pour en sortir, y compris lorsqu’elle s’est bel et bien installée ? Ou pour sortir enfin d’une relation déséquilibrée, afin de renouer avec des histoires où l’on puisse exister pleinement pour soi, sans dépendre du regard de l’autre ?


 1-Admettre la situation

Etre dépendant en amour, ce n’est pas seulement faire dépendre son propre bonheur de son conjoint. C’est penser, en permanence, à l’autre, non pas de cette forme inconsciente et légère avec laquelle on pense à ceux qu’on aime. Mais en essayant d’anticiper ses réactions, en se demandant ce qu’il ou elle aime, ce qu’il ou elle va dire quand on lui proposera telle ou telle sortie.

C’est accepter, parfois sans même que ce soit une demande de sa compagne ou son compagnon, de se mettre dans des situations impossibles, simplement par peur de le ou la décevoir, peur que l’on confond souvent avec la possibilité de le ou la perdre.

Le premier pas pour se sortir de la dépendance amoureuse, c’est admettre qu’on en est victime et que ce n’est pas une situation saine.

Reconnaître que l’amour que l’on a pour l’autre est peut-être trop fort, ou se manifeste d’une façon trop puissante, pour que l’on puisse vivre ce déséquilibre des années durant.

Refusez-vous des rendez-vous avec vos ami(e)s parce que vous redoutez, sans même l’avoir consulté(e), que ce soit un problème pour votre conjoint ? Même si vous aimez passer du temps avec lui ou avec elle, si vous commencez à renoncer à des activités sociales, à vous éloigner de votre cercle amical, c’est un premier signe inquiétant.

Bien sûr, dans une vie, surtout au début d’une histoire par exemple, cela arrive de manière très naturel(le) et n’est pas forcément problématique. Mais si vous commencez à perdre les autres de vue, à rater systématiquement tel anniversaire, telle pièce de théâtre, tel week-end à la campagne avec vos ami(e)s de toujours, c’est que vous faites passer votre bonheur après celui de votre conjoint. Et on ne peut pas être heureux(se) à deux si on n’est pas heureux(se) seul(e). Si tel est le cas, c’est qu’il est temps d’agir.


2- Retrouver confiance en soi

Très souvent, le problème de la dépendance amoureuse est que l’on demande trop à l’autre. Soit qu’on manque de confiance en soi, soit qu’on redoute de décevoir l’autre, ou qu’on fait tout pour éviter les scènes de ménage -qui arrivent forcément dans toute histoire d’amour.

Bref, ce n’est pas simplement la peur de voir l’autre partir, c’est une peur plus puissante, celle de l’abandon, qui nous guide dans ces moments-là. Cette peur d’une solitude dans laquelle on se sentirait comme amputé(e) ou mutilé(e), incomplet(ète) en tout cas, peut vous empêcher de vivre votre histoire avec la douceur qui convient.

Il n’y a, bien sûr, pas de solution miracle pour retrouver d’un coup une saine image de soi ou se débarrasser d’une crainte de l’abandon qui peut venir de très loin, même si certains exercices quotidiens peuvent être réellement bénéfiques.

Un conseil simple serait de se forcer, absolument, à prendre une semaine de vacances avec des ami(e)s sans votre conjoint. Sans dire que vous avez besoin de faire le point, simplement pour passer une semaine sympathique avec vos proches !

Il peut suffire de deux, trois jours, pour se rendre compte que l’on peut profiter de la vie sans sa compagnie et que ces quelques jours séparés ne l’amèneront pas à vous quitter ou vous faire la tête (sinon, il s’agit sans doute d’une personnalité maladivement narcissique où vous n’êtes absolument pas le problème).

Puis quelques jours encore pour se rappeler combien la vie, sa propre vie, est belle quand on peut en profiter. Et enfin pour réaliser, en retrouvant l’autre au final, que l’éloignement temporaire n’est pas un handicap à la construction de votre couple, bien au contraire.

En d’autres termes, ne laissez pas la peur de le ou la perdre vous envahir. De même qu’il faut s’aimer pour pouvoir aimer les autres, il faut savoir savourer sa vie seul(e) pour pleinement profiter d’une histoire d’amour.

En sachant que, même seul(e), vous pouvez goûter les plaisirs de l’existence, avoir des activités, une vie sociale, un équilibre et trouver votre bonheur, vous redouterez moins de décevoir l’autre et, par conséquent, vous pourrez prendre toute la place qui vous revient dans le couple.


3- Apprendre à se découvrir

Mais si cela ne suffit pas ou, surtout, si vous répétez dans vos histoires, le même genre de situation et vous retrouvez toujours en dépendance amoureuse, il peut être bénéfique d’aller un peu plus loin. Nous ne parlons pas ici de la longue et coûteuse psychanalyse -qui certes peut convenir à certaines personnes.

Consulter un professionnel de l’écoute ou du bien-être peut grandement aider, sans avoir besoin de remonter jusqu’à son enfance. Ce peut être un vrai atout pour prendre du champ, pour envisager la situation sous un autre angle ; pour réfléchir, avec quelqu’un d’à la fois neutre et bienveillant, à ce que l’on peut faire pour s’affranchir de ce rapport de dépendance.

Mais apprendre à se découvrir, cela peut aussi passer par prendre plus de temps pour soi. Chez l’ostéopathe, l’acupuncteur, l’esthéticienne, ou simplement chez soi à lire ou regarder une bonne série.

Le corps a une mémoire, et savoir que non seulement vous pouvez être bien sans la présence immédiatement physique de l’autre, mais aussi qu’il ou elle ne vous rejettera pas pour autant, peut contribuer à installer dans la durée un sentiment de sécurité, vous aider à tenir à l’écart cette situation de dépendance qui vous nuit au quotidien.

Vous pouvez même prendre le risque (qui, si votre amoureux(se) est quelqu’un de vraiment bien, n’en est pas un), en vous ouvrant auprès d’elle ou de lui. Cela l’aidera peut-être à décoder certains de vos messages, mais aussi et surtout à vous rassurer et vous encourager à vivre pleinement de votre côté.

Et si à l’inverse la personne réagit en appuyant là où ça fait mal, en vous faisant culpabiliser, en vous en demandant plus, c’est sans doute que vous êtes tombé(e) sur une personnalité manipulatrice dont il convient de s’éloigner aussi vite que possible !


4- Apprécier l'autre et soi-même plutôt que le couple

Une autre source fréquente, ai-je remarqué, de dépendance amoureuse, est une certaine façon d’idéaliser le couple. Non pas son couple, mais le couple, d’une manière générale. On vit selon certaines croyances, une certaine image, et on a le sentiment que s’en écarter ne serait-ce qu’un peu met en péril tout ce qu’on a construit ou veut construire ensemble. Mais il n’en est rien.

Un couple est une dynamique, c’est quelque chose de vivant, plus ou moins stable selon les moments, mais qui ne dépend que la solidité des liens entre deux personnes, deux individus. Etre « en couple » n’est pas une fin en soi. C’est un bonheur partagé, un échange.

C’est presque un partenariat, dans lequel nous sommes deux pour avancer sur le chemin de la vie, en affronter les épreuves autant que se satisfaire de ses délices. L’autre existe à part entière, et c’est toute cette part de lui, ou d’elle, qui est là pour vous, à côté de vous, en votre compagnie.

C’est pourquoi vous ne devriez pas redouter qu’une histoire se termine, craindre en permanence la fin de l’aventure. Car en réalité, elle se renouvelle, et se poursuit d’elle-même, chaque jour. Si, ce qu’à Dieu ne plaise, votre histoire devait s’arrêter, cela ne viendrait pas de vous, parce que vous auriez pu « décevoir » l’autre. Ce serait, simplement, que vous ne vous complétez plus assez, qu’à une nouvelle étape de votre vie correspondra une autre personne. Bref, ce sera le fruit de vos évolutions personnelles, auxquelles l’autre ne peut rien.

Sachez donc que ni votre couple, ni votre bonheur personnel, ni votre avenir, rien en fait, ne dépend de l’autre.

Sa présence, son soutien, ses câlins, et ces milliers de moments à deux qui vous attendent, ne vous apporteront jamais une quelconque validation personnelle ou confiance en vous. N’attendez donc pas cela.

Ce que vous trouverez, ce sera simplement du bonheur, du bien-être, de l’énergie et de la pure et simple joie de vivre. C’est déjà beaucoup, non ?


Conclusion 

Si vous craignez de souffrir de dépendance amoureuse, commencez par l’admettre et vous en ouvrir auprès de vos proches.

Discutez avec elles et eux, comparez vos expériences, écoutez leurs conseils et faites tout ce qui est en votre pouvoir, petite étape par petite étape, pour réapprendre à profiter de la vie pleinement même sans être en compagnie de votre amoureux(se).

Si vos histoires ont tendance à répéter le même schéma, si vous sentez que votre peur de la solitude, voire de l’abandon, vous suit depuis des années et ne fait que grandir en force, ou qu’elle repose sur un ancien et réel traumatisme, n’hésitez pas à chercher de l’aide auprès de thérapeutes professionnels qui pourront vous aider à vous en affranchir.

Mais surtout, n’attendez pas de l’autre qu’il vous valide, que son regard suffise à vous valoriser de manière durable si vous n’avez déjà pas confiance en vous. Prenez du temps pour vous-même, apprenez à mettre quelques distances, et vous verrez que le plaisir de se retrouver n’en sera que meilleur.

Si simplement vous avez le sentiment d’être un peu trop dans le besoin auprès d’une personne en particulier, que cela ne nuit pas à votre vie professionnelle, amicale ou familiale, cultivez votre jardin, votre liberté, appréciez-les et n’oubliez jamais que l’autre tient probablement à vous autant que vous tenez à lui… Ou elle.


Pour aller plus loin... Séléction de livres sur la dépendance affective !

Comment séduire un homme ?

Séduire un homme, rien de plus facile… Surtout quand il ne nous plaît pas. Mais quand on en rencontre un dont le moindre sourire nous fait craquer, et que l’on s’imagine déjà si bien dans ses bras, tout devient subitement beaucoup plus compliqué !

Voici quelques astuces à garder en tête pour charmer en toute circonstance.


Avoir confiance en soi

La confiance en soi, pour paraphraser Claude François, « Ça s’en va et ça revient »…

On a beau être une femme épanouie et accomplie, certaines situations ont le chic pour nous désemparer et nous laisser désarmées comme une ado.

Rassurez-vous : il n’y a rien de plus normal !

C’est de l’instant d’après qu’il faut se méfier, quand on commence à se juger et s’analyser sans même pouvoir se corriger, à cause précisément de l’émotion… Alors, attaquons-nous à la racine et voyons comment se faire confiance… Même quand on doute !


S’aimer comme on est

S’aimer comme on est, en général on y arrive ou, si on n’y arrive pas vraiment, on arrive à vivre avec. Au quotidien, ça n’est pas forcément dérangeant.

Mais dans certaines circonstances, et notamment dans la séduction, il peut suffire d’un micro-doute pour ébranler cette belle confiance en soi qu’on a bâtie à travers les années.

C’est là votre pire ennemi, quand ce micro-détail vient parasiter votre pensée et vous empêcher de profiter du moment.

Aussi, si vous commencez à vous sentir ridicule, ou gênée, tout d’un coup. Surtout, ne paniquez pas. Tout le monde dit tout le temps des bêtises, et c’est le sel de la vie !

Ne prêtez pas trop attention à cette voix héritée de l’enfance qui tente de vous juger

Sachez que l’homme que vous cherchez à séduire ne vous perçoit certainement pas comme ça.

Les femmes sont impitoyables avec elles-mêmes, alors que les hommes ne demandent qu’à les aimer, telles qu’elles sont. Le fait d’être spontanée et naturelle n’est pas quelque chose qui repoussera ou dégoûtera un homme à qui vous commencez à plaire, bien au contraire.


Ne pas l’étouffer

Ce peut être un second effet de ce manque de confiance en soi, ou de la peur de ne pas être à la hauteur… Ou un effet secondaire de l’amour tout simplement !

Mais c’est sans doute votre pire ennemi en matière de séduction : le risque de le noyer sous les textos ou les demandes de rendez-vous !

C’est peut-être un cliché, mais j’ai pu le constater plus d’une fois, croyez-moi. Les hommes sont réellement jaloux de leur indépendance ou, du moins, nombreux sont ceux qui ont été « traumatisés » par une histoire dans laquelle ils ne pouvaient pas s’exprimer.

S’il ne répond pas tout de suite à vos sollicitations, s’il vous paraît parfois un peu plus loin que vous le voudriez, c’est sans doute simplement un reflet de son besoin d’autonomie.

Cela ne veut pas dire qu’il ne vous aime pas, ni qu’il sera un compagnon absent ou lointain. Mais au contraire que vous pouvez lui faire confiance pour être au quotidien un « vrai homme » et non pas un garçon qui a encore un peu trop besoin d’être materné pour rester aussi séduisant au fil des années !

Donc, surtout, même si vous êtes un peu accro, acceptez de passer du temps loin de lui, et laissez-le répondre plusieurs heures plus tard à vos messages, voire le lendemain s’il n’était pas urgent (alors qu’il a pu avoir lui une urgence) sans le relancer autrement que, par exemple, d’une question polie et discrète !

Savourez les moments ensemble mais n’essayez pas de l’avoir pour vous chaque jour de la semaine. Rassurez-vous, ça viendra. Et ce sera encore meilleur !


Savoir où l’on va

On a le droit de tomber amoureuse dès le début ou presque d’une histoire, voire dès les premières rencontres (encore heureux !). Mais le danger est que cette délicieuse sensation vienne nous faire perdre le nord.

Bien sûr, on peut s’égarer, s’oublier, rêvasser. Mais il est important de ne pas perdre le cap, et de savoir ce que l’on veut, quand on veut séduire un homme.


Savoir qui on veut être

Vous l’avez compris : ce n’est pas dans cet article que l’on vous donnera des conseils pour vous faire belle, ou savoir au bout de combien de rendez-vous il convient d’accepter un rendez-vous au restaurant !

Non seulement car nous sommes toutes différentes, mais aussi parce que toutes les histoires sont différentes. Et parce que nous considérons que nos lectrices savent déjà à laquelle de leurs amies demander des conseils précis sur ces sujets fatidiques…

En revanche, je pense que pour ces questions comme les millions de petits doutes et incertitudes qui viennent pointer le bout de leurs nez quand on cherche à séduire quelqu’un, il est crucial de ne jamais perdre de vue qui on veut être.

Savoir ce qu’on attend de quelqu’un ou d’une histoire, c’est compliqué, c’est incertain, ça se découvre au fil du temps.

Mais savoir qui on veut être est la meilleure piste pour savoir à quel rythme prendre une histoire, quels atours utiliser pour le séduire. Ai-je envie de me donner très vite, dans l’insouciance, à lui ? Ou d’éprouver plus longuement sa personnalité ? De me poser des questions sur le lendemain, les années à venir ? Ou de vivre au jour le jour, en savourant l’instant ?

Ces questions doivent toujours primer sur celles que vous vous poserez pour résoudre le mystère de comment lui plaire. En vous permettant de rester sur les bons rails au jour le jour, elles vous aideront à garder une spontanéité séduisante et, en prime, à être aimée pour vous-même.


Le regarder vivre

Mais faites attention tout de même ! Penser à soi d’abord, c’est important, c’est un repère essentiel, mais séduire, c’est aussi faire fonctionner une alchimie entre deux êtres. Donc, faites attention à lui.

Quand j’écris « regardez le vivre », cela veut dire deux choses : bien sûr, savourez le plaisir de le contempler, lui et sa manière d’être, au quotidien ! Mais aussi soyez attentive à lui.

Croyez-moi : les hommes remarquent ce genre d’attention et ils y sont très sensibles.

Les hommes sont très souvent habitués, tellement habitués qu’ils le remarquent plus, à devoir être à la hauteur en permanence, à toujours faire leurs preuves, à montrer qu’ils sont le meilleur, dans tous les domaines de la vie.

Et c’est comme cela aussi qu’ils ont fréquemment appris à séduire (c’est aussi ce qui peut les bloquer au lit !).

En l’écoutant, en retenant ce qu’il aime ou pas, dans tous les domaines de la vie, en lui en reparlant, vous lui montrerez que vous êtes une femme pas comme les autres, qui l’aime pour ce qu’il est avant de l’aimer d’abord pour son plaisir à elle.

Vous commencerez aussi à construire une histoire, au-delà de la simple rencontre, pas forcément solide, qui peut suivre une séduction réussie. Les hommes aiment les femmes, ils aiment séduire et être séduits. Mais se sentir aimé, comme vous le savez peut-être, c’est rare et irrésistible.


Conclusion

Vous voyez, séduire un homme n’est pas qu’une question de choisir le bon décolleté ou de savoir minauder au bon moment.

Certes, se faire belle est important pour séduire, mais pour séduire durablement, pour marquer un homme, pour lui donner envie de vous revoir et pas simplement de vous séduire pour le principe ou pour la nuit, et pour être surtout sûre que c’est bien vous qu’il désire et non pas une image qu’il se fabriquera tout seul, bref, pour être littéralement « craquante », il est crucial de ne pas oublier qui on est, ce qu’on veut et où on souhaite aller.

Ainsi, non seulement vous arriverez à séduire un homme, mais aussi, c’est en tout cas notre but, à construire une relation durable, équilibrée et sincère de part et d’autre.

La trentaine, l’âge rêvé pour une femme célibataire !

Ah, les temps ont bien changé depuis que l’on organisait dans tous les villages de France des bals exceptionnels pour vite marier les jeunes filles encore célibataires à 25 ans !

Aujourd’hui, il fait bon pour une femme d’être encore célibataire à 30 ans. Pourquoi ? Parce que c’est le moment où le regard des autres n’a jamais aussi peu compté, et parce que, si on est nombreuses à se marier plus tard, ce n’est pas sans avoir connu au moins une « relation importante »… Ce qui permet de mieux se connaître !


On est plus belle que jamais

Si vous croyez encore que, passés 25 ans, les hommes ne vous regardent plus… C’est que vous avez moins de 25 ans ! Pensez-y : si les stars les plus iconiques de la beauté féminine ont été révélées durant leur vingtaine, c’est bien à 30 ans qu’elles atteignent le statut de mythe qu’elles conservent encore…

Marilyn Monroe a 29 ans quand elle tourne, dans 7 ans de réflexion, la célèbre scène où sa robe se soulève sur une bouche de métro, 30 quand elle épouse Arthur Miller, 33 quand sort au box-office le triomphe absolu de Certains l’aiment chaud ;

Brigitte Bardot, que la France découvre à l’âge de 22 ans dans Et Dieu… créa la femme, reste dans la mémoire collective comme une l’icône absolue de la deuxième moitié des années 60. Née en 1934, elle a 33 ans quand elle chante « Je n'ai besoin de personne » dans le tube de Serge Gainsbourg « Harley Davidson » et résume parfaitement l’état d’esprit des femmes de 30 ans !

Celles qui ont compris le fonctionnement du monde et des relations sentimentales ont apprivoisé leur désir et leur sexualité, et savent jouer de leurs charmes comme personne.

Les femmes de 30 ans seraient donc les plus belles ? Oui, d’après un sondage réalisé en 2013 aux États-Unis sur plus de 2000 de ces messieurs !


On est plus indépendante

Fini d’obéir à papa et maman ! Dans les débuts de la vingtaine, on s’affranchit lentement mais sûrement du cocon familial, en terminant ses études, en commençant à travailler.

Après 25-26 ans, on fait ses premiers jobs, on se rôde aux impératifs de la vie professionnelle, on apprend encore son métier. Mais à 30 ans, on gagne sa vie !

On a trouvé son appart ou sa maison, sa routine matinale et quotidienne, ses goûts en cinéma, en musique, en sorties, ses copines et ses amis. Ce sont les fondations idéales pour construire une vie personnelle - et bien sûr sentimentale - épanouie.

On n’a plus besoin de plaire à ses figures parentales (réelles ou symboliques) pour être heureuse, on ne cherche plus dans le regard de l’autre une confirmation de sa propre valeur. Ça n’est que comme ça, en s’affirmant, ou même en s’étant affirmée, en ayant perdu le besoin de se prouver quoi que ce soit, qu’on découvre à quel point la vie peut être délicieuse, quand on est vraiment libre !


La carrière pro est en place

Corollaire immédiat de ce qu’on vient d’affirmer : on a commencé à se construire une carrière pro sur des bases solides ! On connaît son métier, ses contraintes comme ses avantages, on travaille plus vite, on a atteint un stade respectable, et respecté, dans la hiérarchie…

On sait où on veut aller, et surtout ce qu’on n’est définitivement pas prête à accepter !

Par conséquent, il est temps de penser véritablement à soi. Le salaire acquis patiemment mais sûrement permet de s’offrir les week-ends, les balades, les voyages, les soirées au théâtre ou à la danse dont on rêvait ado, que ce soit seule… Ou à deux… Ou à plusieurs pour des excursions entre copines où l’on sait définitivement se faire plaisir et où notre gang de filles marquera la mémoire des habitants !

Et puis, on n’a plus peur de faillir, on a fait des erreurs, on est tombée et on s’est toujours relevée. Les boss tyranniques nous impressionnent moins et on a même appris à ignorer ou calmer le collègue un peu "relou" (à part bien entendu les véritables psychopathes, contre lesquels il est impératif d’agir ! ).

Ainsi, comme le dit l’un des plus importants proverbes de la langue française, « Y’a plus qu’à ». Construire le reste de sa vie comme on le souhaite, et non guidée par la peur de ne pas « réussir » ou l’obsession de faire plaisir à l’autre, c’est enfin entre nos seules mains !


On sait ce qu’on ne veut plus chez l’autre

Ah, ça ! En amour, c’est le nerf de la guerre. Si beaucoup d’hommes ont tendance à s’enfuir ou s’effacer au premier tangage, nous, on a souvent trop tendance à s’accrocher. À tort ? Pas forcément, encore faut-il savoir pourquoi on le fait. Donc pourquoi, parfois, ça ne sert à rien de le faire.

On sait désormais qu’on ne change pas l’autre et que, quand bien même il serait prince, et charmant, il ne serait pas parfait ! L’amour, c’est fait d’incompréhensions, de questions, d’engueulades aussi, et de heurts. Et bien sûr de bons moments, inoubliables et précieux ! C’est parfois dur à découvrir, mais c’est bon quand c’est découvert.

La balance entre les deux est le véritable enjeu d’une relation. Or, à 30 ans, on a compris ce qu’on tolère ou pas, ce qu’on ne peut supporter, ce qu’on apprécie, ce contre quoi il est inutile de se battre. Résultat, cela ne laisse que plus de place pour aimer l’autre tel qu’il est vraiment, l’apprécier pour ce qu’il est, avec qualités et défauts… Et aussi se faire aimer telle qu’on est, avec nos qualités et nos défauts !


" La femme de trente ans, c'est une femme de vingt qui n'en a pas quarante "

Philippe Labro


On a déjà vécu en couple

Si vous êtes célibataire à 30 ans, on parie que vous avez déjà vécu une ou deux histoires importantes dans votre vie ! Et même sans doute tenté l’installation en ménage ou, au moins, connu la vie de couple avec ses merveilles et ses difficultés…

Tout comme les joies et les peines du célibat. Pour le dire plus simplement : en matière de couple, vous vous êtes trouvée ! Vous avez déjà « joué au couple », reproduisant plus ou moins consciemment les schémas que vous aviez dans la tête, et vous les avez mis à l’épreuve de la réalité.

Dorénavant l’histoire, la vraie, c’est à vous, avec votre partenaire, de la construire véritablement, sereinement, pour une relation qui non seulement dure mais, surtout, soit bel et bien la vôtre. Vous savez de quoi la vie à deux est faite, vous vous énerverez moins contre l’autre, vous ne paniquerez pas à la première difficulté, vous le laisserez vivre sa vie, tout comme vous ne le laisserez pas vous empêcher de vivre la vôtre.

Vous savez vous dépatouiller de plus d’une incompréhension, parce que vous avez cultivé les méthodes qui font leurs preuves : écouter, s’exprimer, chercher à comprendre, se faire comprendre.

En bref, le couple n’est plus cette mystérieuse entité, ce mythe inatteignable tel qu’il a été chanté par les contes de fée (lesquels s’arrêtent, opportunément, juste avant les embûches inévitables qui jalonnent toute histoire d’amour sincère), mais bien un mode de vie, une façon d’être, avec laquelle vous savez manœuvrer… Et dans quelle direction.


Conclusion

Vos 30 ans seront vos plus belles années !

C’est l’âge où l’on a appris l’essentiel de sa vie : on sait qui on est ! Et se connaître, savoir non seulement comment se faire belle et ce qui fait craquer les mecs mais, surtout, ce qui nous touche, ce qui nous plaît, ce qu’on refuse et les risques qu’on est prête, ou pas, à prendre, c’est le premier pas. Celui qui coûte, le plus compliqué à faire, mais celui qui mène le plus loin.

Alors mesdames, n’hésitez plus ! Voguez tranquillement vers la vie, vous êtes au moment où elle est prête à vous faire ses plus beaux cadeaux !

2

Pourquoi les femmes qui s’assument font peur aux hommes

J’entends souvent des femmes me dire la chose suivante : « Je crois que les hommes ont peur de moi. Je crois qu’ils trouvent que je suis TROP sûre de moi. » Mais qu’est-ce que cela signifie, au juste ?

Très souvent, il s’agit de femmes intelligentes, avec une forte personnalité, des positions sociales valorisantes… Or, s’assumer, savoir ce qu’on veut et savoir l’exprimer est un atout fortement recommandé pour faire une vraie rencontre et réussir sa vie de couple. Comment se sortir de ce dilemme ?

D’abord, non, ces femmes, autonomes, qui peuvent se passer d’un compagnon au quotidien, n’ont pas besoin de renoncer à quoi que ce soit de leur nature. Certes, il est vrai qu’elles peuvent faire reculer un homme au moment de l’engagement.

Mais il existe bien des solutions pour s’éviter ce fâcheux résultat, sans avoir besoin de se travestir ou se renier. Examinons tout de suite de plus près la situation. Quelles sont donc ces pistes de sortie ?


Ces femmes qui font peur aux hommes !

Nous les femmes, nous connaissons la peur de l’engagement qui peut saisir certains hommes quand une relation s’installe, devient « sérieuse ».

Mais ici, ce n’est pas de cela dont on parle : en effet, les femmes qui s’assument peuvent faire peur aux hommes mâtures, à ceux qui cherchent, eux aussi, à construire une histoire stable et dans la durée, bref, qui ont suffisamment vécu pour savoir que l’engagement n’est pas en soi quelque chose de redoutable. Alors, que se passe-t-il dans leur tête ?


Qui sont ces femmes ? 

D’abord, il faut relever certains traits communs que nous remarquons chez les clientes qui se trouvent confrontées à ce problème. Ce sont des femmes qui osent dire ce qu’elles pensent et qui ne craignent pas la critique.

Indépendantes financièrement, elles ne reculent pas face aux épreuves, savent séduire, mais aussi trancher et prendre des décisions. Et elles ne craignent généralement pas de se retrouver toutes seules.

Disons-le tout net : ces traits sont des atouts certains dans la vie professionnelle. Mais en plus, ils peuvent tout à fait ne pas constituer d’obstacles dans une relation sentimentale

En effet, ces qualités sont même souvent séduisantes pour les hommes, en tout cas ceux qui nous plaisent, c’est-à-dire qui s’assument aussi !

Pour un homme, commencer une histoire avec une femme qui ne dépende pas de lui, que ce soit financièrement ou pour les aléas des vies quotidiennes, sociales et professionnelles, ça peut même, au contraire, être rassurant.

Une femme qui n’est pas dans le besoin ou dans la plainte, qui ne se repose pas sur lui en permanence, et pour qui la vie de couple ne constitue pas la seule source de bonheur ou d’amour-propre : croyez-moi, ils sont un certain nombre à rechercher au contraire ce genre de profil !


Pourquoi font-elles peur aux hommes ? 

Il faut donc prendre garde à poser le bon diagnostic : ces femmes ne font pas forcément « peur » aux hommes. Le souci est plutôt qu’ils peuvent avoir le sentiment de ne pas trouver leur juste place. Se sentir considérés presque comme des accessoires de votre vie.

Car sachez-le, mesdames : notre expérience nous permet d’affirmer que les hommes aiment vraiment apporter du bonheur aux femmes. Pour eux, une partie essentielle dans une histoire réside dans leur capacité à se sentir, non pas utiles (ou pas forcément) mais, en tout cas, importants pour vous. Ils ont besoin de sentir que leur présence et les moments que vous partagez contribuent fortement à votre propre épanouissement.

Même si certains diront peut-être, pour expliquer leur éloignement, « tu me fais peur », cela est souvent dû à ce que cette expression est, en quelque sorte, dans l’air… Ou, tout simplement, pour ne pas blesser, pour rejeter la faute sur eux en vous faisant ce qui est, au fond, un compliment déguisé. Mais si on les fait parler un peu plus, c’est bien cette notion de « trouver sa place » qui ressort presque toujours.

Ainsi, le véritable problème de la relation peut s’expliquer autrement : ces hommes n’arrivent pas à trouver leur place dans un couple, voire se sentent inutiles, et cette sensation peut être terrible pour eux.

Si les temps ont changé depuis que le monsieur dans un couple est censé ramener la pitance à la maison et se battre l’honneur de leur belle, cela ne signifie pas que leurs besoins ont changé, pas plus que les nôtres. Ils se sont transformés, se situent sur un plan plus abstrait.

En un mot : ils doivent sentir que ce qu’ils font, ce qu’ils sont, vous fait sourire de bonheur. Sinon, la frustration qui en découle peut s’avérer terrible, insupportable au point qu’ils iront ailleurs, dans le seul but, plus ou moins conscient, de se sentir « utile », « à la hauteur », et ce quel que soit l’amour ou le désir qu’ils éprouvent pour vous.

S’ils n’ont pas le sentiment de vous apporter plus que leur simple présence, ils n’ont pas le sentiment de jouer leur rôle d’homme. Et ils iront le chercher ailleurs.


Comment ne plus faire peur aux hommes ? 

Comme nous l’avons dit plus haut, le remède ici n’est pas de vous changer, de chercher à devenir quelqu’un d’autre : même si c’était possible, ça ne marcherait pas.

Le seul enjeu consiste à oublier cette idée selon laquelle les femmes qui s’assument feraient peux aux hommes, pour réaliser que la vraie question est : « comment lui laisser la place ». Ou, c’est selon, « comment lui faire comprendre, sentir, qu’il a une place pour moi, et ce qu’elle est ? »


Prenez du temps

Prendre du temps est un conseil valable dans de nombreux domaines ! Tout le monde le sait : savoir par moments relâcher la pression, profiter de ces moments où le temps semble s’écouler plus lentement que lorsque nous sommes débordées ou tout simplement débordantes d’énergie, c’est important. Et c’est ce qui vous permettra de donner à votre compagnon sa juste place dans votre relation.

Trouvez des moments pour être ensemble et profitez-en, notamment pour l’écouter. Et surtout, sans juger. Bien souvent, nos hommes n’aiment pas raconter leur vie, familiale ou de travail, par pudeur. Mais quand quelque chose les tracasse, si vous les écoutez, ils prendront bien vite l’habitude de vous faire part des événements qu’ils vivent et des questions qui les traversent.

À ce moment-là, surtout, n’essayez pas de résoudre leur problème !

Bien sûr, et vous le savez, quelques questions de bon aloi, des conseils, un regard extérieur, peuvent dénouer bien des difficultés. Mais ne leur dites surtout pas ce qu’ils doivent faire, ou alors sur l’air de la question, non de la certitude.

Ne leur faites pas remarquer qu’ils auraient résolu telle ou telle difficulté depuis longtemps s’ils avaient appliqué votre « plan » : admettez que vous n’avez pas tous les tenants et les aboutissants de ce qui les touche. Que certaines choses arrivent le moment venu, que l’aventure fait partie de la vie : soutenez-le si besoin, écoutez-le toujours !

Mais ne soyez ni son coach de vie, ni son thérapeute ou, horreur, sa maman bis. C’est ainsi qu’il aura le sentiment de passer avec vous des moments reposants, qu’il sentira votre empathie.

Or, c’est bien cela qui signifie qu’il compte pour vous, que vous vivez ensemble une histoire avec des moments communs, des espoirs partagés : bref, que vous êtes un couple. Et en la matière, ce n’est pas le point d’arrivée qui compte, c’est bien le chemin.


Laissez-lui la place

Lui laisser la place, cela signifie aussi accepter que tout ne sera pas parfait, ou du moins pas forcément parfait à vos yeux. Il a décidé d’organiser un week-end surprise, et vous trouvez que l’hôtel n’est pas de votre standing ? Que s’il s’était renseigné un peu plus, même discrètement, auprès de vous, il aurait su que la montagne, c’est pas vraiment votre truc ? Inutile de le lui faire remarquer !

Bien sûr, il faut lui dire. Mais il faut veiller à y mettre les égards que votre agacement vous empêcher d’exprimer. « On est vraiment bien, il faudrait en faire d’autres, la prochaine fois j’aimerais / j’aurais envie de… » Une recommandation qui s’applique aussi pour les nombreux autres moments (petits cadeaux, sorties, dîners, soirées télé…) dont il sera à l’initiative dans le but de vous faire plaisir et de vivre avec vous un moment privilégié.

En d’autres termes, laissez l’aventure du couple et de la vie se dérouler. N’essayez pas de contrôler tout cela. Oubliez ce qu’il faudrait, demandez-vous ce que vous aimeriez, et exprimez-le ainsi plutôt qu’en rangeant votre homme dans votre agenda comme on le fait de ses rendez-vous professionnels ou médicaux.

On irait presque jusqu’à dire : en sa compagnie, pensez à voix haute ! C’est-à-dire : n’hésitez pas à lui faire part de vos questions quand il vous arrive de douter de vous ou d’une décision à prendre, voire que vous avez prise.

Vous n’apparaîtrez pas comme fragile -si vous avez construit votre vie de manière autonome et déterminée, il n’y a, croyez-nous aucun risque ! Mais vous lui montrerez que, si vous avez confiance en vous, vous avez aussi confiance en lui. En son écoute, en son intelligence, en son humour, en sa générosité, en son être et en son amour. Que, si vous l’avez choisi lui, ce n’est pas par hasard, ce n’est pas parce qu’il fait bien dans le tableau, c’est parce qu’il vous apporte quelque chose, ce petit quelque chose d’indéfinissable, qui fait que vous seriez prête à en faire votre compagnon pour longtemps.


Conclusion

Vous l’avez compris : ces hommes ne demandent qu’à vous aimer et, eux aussi, à vous aimer pour longtemps. Et s’ils ont choisi une femme qui s’assume, c’est bien qu’ils ont, eux aussi, une force et une vie intérieures suffisamment riches pour ne pas s’imaginer dépassés par un couple dans lequel la femme est forte, autonome, et capable d’en remontrer aux autres.

Simplement, on apprend peu aux hommes à communiquer, à prendre d’eux-mêmes la place pleine et entière qui leur revient dans un couple : être viril, c’est souvent, croit-on ou croient-ils, savoir se taire et encaisser quoiqu’il arrive.

Donc, le premier pas ne viendra pas d’eux. S’ils ne se sentent pas à leur place, ils partiront. À vous de lui montrer que, oui, vous avez réellement besoin et envie de lui. De l’entendre et de faire du miel avec ce qui pourrait, l’un, l’autre ou tous les deux, vous tracasser et se devenir un obstacle à votre bonheur en commun.

Ouvrez la porte ! Il ne demande que ça. L’objectif ? Ne pas simplement avoir un homme auprès de vous, mais un homme heureux d’être avec vous. Une sacrée bonne base de départ pour une relation épanouie !

1

Messieurs, 7 astuces cachées pour rendre une femme amoureuse !

Comment rendre une femme amoureuse ? Question difficile, croit-on : il suffit d’avoir vu un film romantique ou ouvert un magazine féminin pour s’en persuader : la séduction, c’est une affaire de femmes !

Bien qu’elles soient, en réalité, souvent aussi désarmées que n’importe quel homme lors d’un premier rendez-vous, elles ont certainement de l’avance pour savoir se faire belles et rendre les messieurs fous d’elles.

Mais heureusement, elles aussi aiment être séduites, et en la matière, il y a aussi quelques astuces simples qui feront qu’elle ne vous oubliera pas de sitôt. Pour cela, pas besoin de manipuler, de tricher ou de se déguiser, bien au contraire !

Pour la rendre amoureuse, le mieux est encore d’être vous-même et de faire passer ce que vous êtes. Ça paraît déjà difficile, voire insurmontable ? Pas de panique, la séduction au masculin n’aura plus de secret pour vous dès que vous aurez lu nos 7 astuces pour rendre une femme amoureuse !


Avant le rendez-vous

Un rendez-vous, ça se prépare. Oh, pas comme un match de boxe ou un entretien professionnel. C’est un domaine où il faut au contraire cultiver et apprécier la légèreté de l’esprit !

Mais tout de même, il faut le prendre au sérieux. Presque toujours, c’est à l’homme qu’il revient de convaincre, de séduire, au premier rendez-vous.

Ça peut paraître injuste, mais c’est ainsi ! Pour cela, donc, préparez-vous un minimum. Voici comment.

1 -Faites attention à vous

Les femmes aiment le corps des hommes. Mais ce n’est pas tellement les détails physiques qui les séduisent que la prestance, l’allure, une forme de chic. Quel que soit votre physique ou votre style, s’il dégage une forme de confiance en vous, de bien-être, vous pourrez lui plaire.

Pour cela, donc, préparez-vous avant, en n’oubliant jamais un détail : les femmes sont très, très souvent, plus sensibles aux odeurs que les hommes. On ne dit pas cela que pour l’hygiène : c’est une manière de ne pas perdre de vue que ce qu’il faut chercher, ce n’est pas l’esbrouffe, c’est une forme de subtilité, presque invisible, dans votre apparence.

Donc, prenez une bonne heure, chez vous si possible, pour vous préparer au rendez-vous. Une petite douche, déodorant, un soupçon d’eau de toilette (mais vous pouvez vous en passer si vous n’avez pas l’habitude), un brossage de dents : vous voilà paré, non pas à l’idée de vous faire beau, que de savoir que vous êtes frais comme un gardon et à l’aise dans votre corps : c’est le plus important. Bonus : un peu de « grooming » ne fait de mal à personne.

Si vous n’en avez pas déjà, n’hésitez pas à vous acheter un rasoir électrique avec les accessoires qui vous permettront d’entretenir votre pilosité faciale. Regardez-vous dans le miroir, et en 20 secondes supprimez les quelques poils de barbe qui ont poussé de manière un peu aléatoire (sans insister, il vaut mieux un peu de désordre qu’un rasage raté) ou, bien sûr, rasez-vous de près si c’est votre habitude.

Et grâce à l’accessoire ad hoc de votre kit de grooming, n’hésitez pas à faire la chasse aux poils de nez !

Vous pourrez alors vous sourire dans la glace et vous sentir prêt à passer un bon moment en la compagnie d’une jolie femme. Car c’est avant tout le but, non ?

2 - Habillez-vous !

Nagez entre ces deux écueils : mettre le pantalon et le t-shirt qui vous passent sous la main sans vous poser de questions, ou au contraire épuiser toutes les ressources d’Internet à la recherche du look « parfait » qui, bien sûr, n’existe pas.

Portez ce qui vous plaît, et surtout ce qui vous ressemble : hors de question de se déguiser pour un premier rendez-vous, puisque le seul enjeu de cette rencontre est de voir si vos personnalités respectives se plaisent et se trouvent ! Alors, certes, le costume plaît beaucoup aux femmes mais, si vous n’en portez jamais et n’en avez qu’un pour les grandes occasions, laissez-le au placard !

Baskets, souliers, peu importe (mais dans ce second cas, n’hésitez pas à passer un coup de cirage s’il s’impose, ne serait-ce que pour éviter d’y penser pendant le rendez-vous !). Chemise, t-shirt, idem, à une exception près : si toutes vos copines vous disent d’une pièce d’habillement que « ça, c’est vraiment pas possible », même si c’est votre fétiche, sans doute faut-il l’oublier !

Toutefois, pour vraiment la rendre amoureuse, faites attention : contrôlez-vous dans la glace. On sait, on sait : vous n’êtes pas une fille, vous ne savez pas si tel chose va bien avec tel autre… Mais ce n’est pas ce qu’on vous demande !

S’il y a un détail qui vous choque -par exemple si vous avez pris un peu de poids et que, avec cette chemise-là, ça se voit- ou si vous avez mis une veste d’hiver sur un t-shirt (ça ne se voit pas forcément, mais ça devrait se sentir !), on ajuste un peu. Et on vérifie que tout « tombe » à peu près bien.

Quelques conseils de bon aloi, cependant : évitez le costume noir chemise blanche, on risque de vous prendre pour un serveur ; checkez la météo sur le Net, on ne sait jamais ; la ceinture, c’est (quasiment) obligatoire ; et surtout, surtout, jamais plus de trois couleurs ! Au-delà, ça fait clown…

Et voilà, vous êtes prêt. Ah si, juste encore une astuce : à moins que vous soyez du genre à ne vraiment pas tenir en place, prenez vingt minutes pour vous. À boire un verre (sans alcool de préférence, pensez à votre haleine !) ou à passer un moment sur le canapé à faire un peu d’introspection ou à regarder deux-trois vidéos YouTube, à jouer ou écouter un peu de musique ou vous faire une partie rapide de jeu vidéo, bref votre truc, quoi !

Juste histoire de vous détendre un peu, ou de faire un peu le point sur votre journée, bref, de vous reconnecter quelques minutes avec vous-même pour ne pas partir en rendez-vous frustré ou stressé… et maintenant, on y va !


Pendant le rendez-vous

Vous arrivez donc en rendez-vous, dans l’état d’esprit qui est le vôtre. C’est un premier conseil, d’entrée de jeu : ne vous mettez pas en mode « rendez-vous » ! Bien sûr, et c’est ce dont on va parler ci-dessous, séduire demande quelques efforts, et il va être très important de faire attention à votre rencontre.

Mais si vous ne pensez qu’à cela, si vous vivez la situation comme un défi (du type « je dois absolument obtenir son numéro de téléphone, ou la raccompagner chez elle, ou la rendre folle de moi d’entrée de jeu »), vous ne ferez que vous mettre des bâtons dans les roues !

Arrivez comme vous êtes : vous avez ensuite tout le rendez-vous pour séduire (et vous laisser séduire, n’oubliez pas qu’elle aussi doit savoir vous plaire) et laisser la magie de la rencontre opérer…

3 - Gentleman, sans forcer 

Oui, les temps ont changé depuis l’époque de l’amour courtois où il fallait vénérer une femme quitte à s’en laisser dépérir mais, non, on ne se comporte pas avec une femme comme avec un copain !

Il y a des gestes, des attentions qui sont indispensables, parce que, croyez-nous, elles en remarquent la présence comme l’absence.

Ne le prenez pas comme un code de savoir-vivre, où tout impair serait catastrophique, juste comme une façon de témoigner votre respect, sans avoir besoin de faire de grande démonstration ; comme une preuve aussi que vous connaissez les femmes, n’êtes pas déstabilisé en leur présence (si vous l’êtes un peu trop, c’est justement une bonne façon de le masquer !).

Sachez aussi qu’une femme prendra ces attentions comme une preuve de maturité, et non comme le signe que vous agiriez en automate qui aurait bien appris sa leçon…

C’est pourquoi il ne faut pas trop en faire, juste assurer sur quelques détails. Lesquels ? Ceux-ci !

D’abord, pour le premier rendez-vous, quoi qu’il arrive, c’est vous qui réglez. N’oubliez pas de prendre un peu de « cash » en poche, histoire d’éviter le « ah mince, on peut pas régler par carte, désolé, j’ai rien sur moi… »

Ne posez même pas la question : au moment de régler, vous réglez pour les deux, naturellement… Elle sortira son porte-monnaie et le rangera en vous voyant agir, en appréciant le geste. Et si elle veut absolument régler son verre, qu’elle insiste au moins deux fois, bien sûr acceptez !

Ce n’est pas, une fois de plus, une question de principe, mais d’attention à elle. Autres points-clés : laissez-lui la banquette si la question se pose, laissez-la commander en première -si vous vous êtes mis d’accord et que vous sentez que c’est à vous de parler, passez sa commande en vous assurant en même temps qu’elle est juste. Et la porte ? Faut-il tenir la porte ? Réponse : sur le papier, oui.

Mais maintenant, dans une entrée exiguë, ou avec un peu de monde, ou pour un tas d’autres raisons, ça n’est pas forcément possible de façon naturelle. La règle d’or, c’est que vous êtes là pour lui simplifier la vie.

Si vous lui passez devant, évidemment qu’il faut tenir la porte pour la laisser sortir sans faire d’efforts. Mais lui tenir la porte ET la faire passer devant, ça peut être compliqué, ou un peu surjoué. Le cas échéant, faites juste une blague sur le thème, histoire de dire que vous êtes conscient de ce que vous auriez dû faire… Et de la laisser exprimer ses préférences la prochaine fois.

4 - Soyez attentif 

Être un gentleman, c’est surtout être attentif à l’autre. Écoutez-la, intéressez-vous à elle. Souvent, pour un premier rendez-vous, on est un peu stressé et, pour compenser, on peut avoir tendance à beaucoup parler, en espérant plus ou moins consciemment masquer sa gêne… C’est comme ça qu’on a de grandes chances d’ennuyer l’autre.

Une règle d’or : sachez quoi dire et quoi taire. Il y a des sujets, en ce moment, qui vous tiennent à cœur, vous intéressent, vous interpellent. Sur ceux-là bien sûr, exprimez-vous, sans hésiter à lui demander son avis ou lui poser des questions auxquelles vous aimeriez une réponse sincère.

Pour ce que vous ne tenez pas à aborder, n’hésitez pas à évacuer le sujet, pas en fermant la porte définitivement à toute discussion, mais juste en laissant entendre pourquoi vous n’avez pas envie d’en parler ce soir ou à cet instant. C’est la source de la fameuse « part de mystère » qui plaît tant aux femmes : ne livrez pas tout, tout de suite. Laissez-lui le temps et la curiosité de vous découvrir.

Et surtout, intéressez-vous vraiment à elle ! Vous ne savez rien ou presque de personne. Qu’est-ce qu’elle aime, dans la vie, que ce soit avec ses amies ou quand elle est toute seule ? Vous êtes là pour séduire, mais aussi pour être séduit.

La rendre amoureuse, c’est bien, mais lui donner une chance de vous plaire, ça n’est pas mal non plus ! Ce serait dommage de plaire à quelqu’un et de vous rendre compte après quelques temps que quelque chose, ses centres d’intérêt peut-être, mais aussi sa manière d’être, sa façon de voir le monde, ne vous correspondent en rien.

Sans la sonder, bien sûr, sans essayer de tout savoir, intéressez-vous à sa vie, ses sentiments, ses sensations. Attention à ne pas vous placer pour autant comme un confident ou un psy !

Faites juste preuve de curiosité pour qui elle est, faites sentir que vous prenez du plaisir à vous laisser charmer par elle, son sourire, ses réactions, ses remarques, mais ne tâchez pas à résoudre ses problèmes, juste parfois à donner votre avis, si elle le sollicite : elle cherche un compagnon, pas un médecin.

5 - Assumez-vous 

Vous êtes un homme : vous avez de la chance, le temps joue pour vous. Plus le temps passe, plus vous plairez aux femmes. Cette tranquillité d’esprit doit vous habiter quand vous êtes en rendez-vous.

Autrement dit : ne soyez pas, surtout pas, dans le besoin. Ne cherchez pas de but particulier le premier soir, si ce n’est à faire connaissance et lui plaire au passage (mais prenez quand même un préservatif avec vous, on ne sait jamais !).

Montrez que vous êtes indépendant, en évoquant vos projets, même banals, vos envies (de sorties, de ciné, d’expo…), même si vous n’êtes pas sûr d’y aller : cela prouve que vous avez déjà une vie bien remplie, avec des possibilités ouvertes… Et lui permettra du même coup de se projeter avec vous.

Sans jouer au gamin, n’hésitez pas à faire preuve d’un peu d’insouciance, de légèreté de vivre, qualités des plus viriles. Cela contribuera aussi à vous rendre un peu plus mystérieux pour elle… Et lui donner envie de mieux vous connaître.

Cette tranquillité d’esprit vous permettra, cerise sur le gâteau, d’être naturellement drôle et positif. Par positif, nous voulons surtout dire qu’aucune femme (on allait ajouter « ou presque », mais entre nous, peut-être vraiment aucune !) ne tient à porter « son » homme. Elle peut l’accompagner dans des moments délicats, embellir sa vie par sa présence, mais si c’est à elle de vous faire voir la vie du bon côté, de vous répéter « mais si, tu peux y arriver » parce que vous doutez de vous (et, grande erreur, que vous lui faites part trop souvent ou ouvertement de vos doutes), elle vous fuira à toute vitesse.

C’est ainsi, aussi, avec un esprit apaisé, confiant, insouciant, curieux et joyeux que les blagues vous viendront le plus facilement à l’esprit. Et aucune femme non plus, croyez-nous, ne résiste bien longtemps aux charmes d’un homme drôle et souriant.


Après le rendez-vous

Le rendez-vous se termine ? Peut-être déjà vous n’arrivez plus à vous quitter et allez finalement dîner ensemble, mais le plus probable est que tout simplement vous conveniez de vous revoir bientôt, en reprenant contact, sans doute par texto. C’est parfait !

Vous lui avez plu, vous avez attisé sa curiosité. Maintenant, encore deux astuces pour savoir comment la rendre amoureuse et, peut-être, commencer une histoire ensemble…

6 - Prévenant, mais indépendant !

C’est à vous, monsieur, que revient la lourde tâche de reprendre contact avec elle. Laissez passer une bonne journée, deux peut-être, guère plus, afin de lui laisser le temps de vous désirer doucement : si vous la pressez trop, réflexe naturel, elle remettra de la distance ! Et envoyez votre message.

Un détail qui n’en est pas un : demandez-lui comment elle va et, si elle vous a par exemple parlé de ce qu’elle devait faire ces deux jours (un dîner entre copines, un rendez-vous pro important par exemple), demandez-lui comment ça s’est passé ! Ça vous fera tout de suite sortir du lot et instaurera l’idée que vous n’êtes pas comme les autres.

Puis, proposez-lui un rendez-vous susceptible de vous plaire à tous les deux -il est à souhaiter que vous vous soyez trouvé au moins un point commun à ce stade- qui évacue -pour l’instant- la question de la sexualité : pour le dîner, c’est encore un peu tôt !

Alors qu’une balade en fin d’après-midi laissera tout le temps au désir de s’instaurer, un verre ou un restau près de chez vous pourrait plutôt la mettre sur ses gardes… Et rien ne vous interdira de prolonger la soirée, ou d’échanger un premier contact physique après un premier moment passé à vous amuser ensemble !

Mais surtout, prévoyez aussi d’autres rendez-vous avec vos propres connaissances dans les jours qui viennent. Sans surcharger l’agenda, il est important, quand vous tâcherez de trouver le bon moment pour vous revoir, qu’elle sente que vous avez une vie bien remplie, que votre équilibre ne dépend pas d’elle, que vous êtes entouré, que vous avez des opportunités de toutes sortes, qui d’ailleurs pourraient mener (pas besoin de le dire, hein !) à d’autres rencontres.Là aussi, pour créer le manque -de vous ; ).

Et montrer que vous êtes un mâle, et donc un être qui a sa propre indépendance. Ne soyez pas sa « carpette » !

Évitez les « Ah, j’avais prévu un ciné avec les potes, mais je vais annuler pour qu’on se voit » et autres formules qui lui donneraient trop de responsabilité sur votre vie et vos emplois du temps. Vous êtes là pour la rendre amoureuse, pas pour planifier vos vacances avec les enfants. C’est à chacun, désormais, de faire un pas vers l’autre… Et vous avez déjà fait beaucoup d’efforts !

7 - Projetez-vous 

Enfin, montrez que, si vous êtes insouciant et léger, vous n’êtes pas pour autant perdu dans votre existence. Vous avez des plans, des envies pour l’avenir, seul ou à deux : vous pouvez les évoquer. Cela lui permettra aussi de se projeter, de savoir si une relation sérieuse avec vous lui laisserait une place, et laquelle. Comment comptez-vous construire votre avenir ?

Bien sûr, vous ne pouvez pas le savoir vraiment, mais vous avez certainement entamé des projets, ou des rêves encore à réaliser, de voyage par exemple, dans un coin de vote tête. Et elle ? Oui, demandez-lui aussi ! Être attentif à l’autre, ce n’est pas valable seulement pour un premier rendez-vous… Et restez positif : montrez que vous avez confiance en elle, en ses capacités de réussite, et de bonheur.

Une dernière chose : si la question se présente, montrez que vous n’êtes pas en guerre avec votre passé. D’une manière générale, n’évoquez pas spontanément vos histoires précédentes. Cela ne la regarde pas, ou pire, risque d’instituer un rapport d’amitié qui n’est pas celui que vous voulez !

Mais si elle vous interroge à ce sujet -ça finira par arriver- privilégiez dans vos réponses les enseignements réels que vous en avez tirés.Les erreurs que vous ne feriez plus, par exemple, ou mieux encore, ce que vous ne supporteriez plus, ou pas de la même façon, chez une compagne.

Ne laissez pas transparaître d’éventuelle amertume au sujet de vos anciennes conquêtes (sauf une, peut-être, si elle vous a vraiment fait du mal), montrez que vos histoires sont digérées, comprises, et que vous êtes capable de prendre de la distance. Qu’elle ne risque rien en tombant amoureuse de vous, car vous ne serez pas comme cet « ex » horrible (elle en a sûrement au moins un !) qui mettra son énergie à lui gâcher la vie si ça ne tient pas entre vous.

Racontez deux ou trois événements marquants, calmement, en laissant parler vos émotions avec pudeur (ça la touchera !), et puis changez de sujet. Demandez-lui, ou demandez-vous ensemble, plutôt, ce que vous comptez faire après, ce soir, demain, ou dans les jours et semaines qui viennent !

Bref, songez vite à revenir aux deux seuls choses qui vaillent vraiment : le présent, et l’avenir.


Conclusion 

Soyez vous-même, mais juste en faisant un peu plus attention à vous, à ce que vous faites, à ce que vous dites, car vous êtes en présence d’une femme qui ne demande qu’à se laisser séduire.

Assumez votre nature masculine : insouciance au quotidien, sérieux en profondeur, élégance, amour des femmes, bonheur de séduire, envie de construire. C’est en mettant toutes ces qualités en valeur, en privilégiant celles qui sont les vôtres sans essayer de surjouer ce qui ne vous ressemble pas, que vous donnerez à une femme la chance, non seulement de tomber amoureuse, mais de tomber amoureuse de vous, vraiment, et non pas d’une image.

N’oubliez pas aussi de vous laisser séduire, c’est-à-dire de chercher à savoir si c’est avec elle, vraiment, que vous avez envie de passer encore plus de temps. Et peu à peu, plus aucun rendez-vous ne devrait vous faire peur !

Au fond, méditez peut-être cette parole du philosophe Vincent Cespedes : « Qu’est-ce qu’un homme viril ? En fait, les hommes dont les femmes disent qu’ils sont virils, ce sont les hommes bien dans leur peau ».

8

16 raisons de fréquenter un golfeur célibataire

Lorsque l’on cherche à refaire sa vie, on a souvent une liste de critères que l’heureux élu doit ABSOLUMENT remplir (vade retro les frileux de l’engagement, les inconstants et autres éternels bougons).

Mais alors, comment savoir au premier coup d’œil si vous êtes tombée sur un homme cochant toutes les cases ? Surtout, où rencontrer un tel spécimen aussi rare que précieux ?

Notre expérience nous a appris que le sport est un bon moyen de révéler la personnalité des gens.

Les golfeurs, plus précisément, présentent un certain nombre de traits de caractère qui se traduisent ensuite dans leurs relations amoureuses; et on parie qu’elles correspondent pas mal à votre fameuse liste !



1 - Les golfeurs n’ont pas peur de l’engagement, au contraire, ils aiment la constance.

Un golfeur vous le dira mieux que nous : c’est la constance qui fait le succès, la réussite arrive sur le long terme et requiert une grande régularité. Ça tombe bien, c’est la même chose dans les relations amoureuses !

Donc non mesdames, Tiger Woods n’est absolument pas représentatif : le golfeur s’engage et est fidèle !


2 - Les golfeurs sont persévérants

Jamais vous n’entendrez un golfeur vous dire qu’il est arrivé au sommet qu’il s’était fixé : même s’il a atteint un handicap négatif, il continuera de vouloir s’améliorer.

De même, vous ne verrez jamais un golfeur quitter un parcours pour quelques gouttes de pluie : il va toujours au bout !

Attention, on n’a pas dit buté et obstiné, mais au contraire, battant et courageux ! Et un homme qui sait gérer ses frustrations, c’est une pépite, non ?


3 - Les golfeurs savent faire la part des choses

Lorsqu’un golfeur arrive sur un parcours, il ne doit pas se laisser déconcentrer par les problèmes qu’il a pu rencontrer durant la semaine dans son travail, faute de quoi il risque de passer totalement à côté du parcours.

Et c’est pareil dans sa vie personnelle : le golfeur sait laisser ses soucis à la porte de la maison et vous retrouver dans la sérénité et la bonne humeur.


4 - Les golfeurs apprennent de leurs erreurs

Même après trois sorties de bunker ratées, un bon golfeur ne va pas jeter son club en jurant qu’on ne l’y reprendra plus à jouer à ce sport ridicule ! Au contraire, la principale qualité du golfeur est d’apprendre de ses erreurs, de faire en sorte de ne pas les reproduire sans pour autant ressasser le passé.

N’est-ce pas un trait de caractère que vous appréciez, que de savoir laisser les erreurs du passé derrière soi et avancer ? Nous oui !


5 - Les golfeurs sont ponctuels

Si un golfeur arrive en retard à une compétition, il est disqualifié. La ponctualité est donc une qualité inhérente à tout golfeur, plutôt appréciable au quotidien n’est-ce pas ?


6 - Les golfeurs sont des gentlemen élégants

Entre nous, un polo de golf est tout de même plus chic qu’un tee-shirt de football en lycra, non ? Votre compagnon golfeur peut tout à fait vous retrouver pour boire un verre après un parcours tout en ayant un look d’enfer !

En plus, les valeurs prônées par ce sport font des golfeurs des hommes élégants, honnêtes et galants, que demander de plus !


7 - Les golfeurs sont prévoyants

Avant une compétition mais aussi une simple sortie, le golfeur va regarder la météo, vérifier les prévisions de vent, de pluie, etc., afin d’évaluer tous les risques et de se préparer au mieux. Tout le contraire des éternels assistés que l’on fuit comme la peste !


8 - Les golfeurs sont patients

Un parcours de 18 trous, c’est long (4 heures environ). Il faut marcher d’un trou à l’autre, attendre que ses partenaires mais aussi les personnes jouant juste avant aient fini leurs coups, s’adapter à la météo, etc.

La patience est la clé du succès dans le golf et, vous savez quoi ? Dans les relations amoureuses aussi !


9 - Les golfeurs savent mener une conversation

Sur les 4 heures de jeu, seule une très faible part est passée à taper dans une balle. Le reste du temps, le golfeur marche, échange avec ses partenaires et donc, discute !

Les golfeurs sont de bons communicants, sociables, ils savent engager une conversation avec des inconnus (on ne joue pas toujours avec des personnes que l’on connaît) et sont capables de combler un long silence.

N’est-ce pas là votre plus grande crainte lors d’un premier rendez-vous ? Le golfeur devrait vous sauver du moindre blanc gênant !


10 - Les golfeurs connaissent leurs forces et leurs faiblesses

Le principe du golf est que l’on se bat contre soi-même, pas contre un adversaire. Le golfeur a donc eu le temps d’analyser tous ses défauts et de réfléchir à la façon de les combattre. Il est honnête avec lui-même et ne possède pas un esprit de concurrence et de compétition exacerbé.

Honnêtement, c’est une GRANDE qualité dans la vie quotidienne, croyez-en notre expérience !


11 - Les golfeurs savent que les détails comptent autant que les gros coups

Même s’il a fait un premier drive excellent, un golfeur peut ruiner sa partie en manquant son approche sur le green. De même, un léger coup de vent peut dévier sa balle de plusieurs mètres.

Le golfeur apporte la même attention aux petits détails qu’aux événements importants et il en fait de même dans sa vie quotidienne : il ne devrait pas se moquer car vous êtes déprimées par votre nouvelle coupe de cheveux. Enfin en principe. On ne promet rien tout de même…


12 - Les golfeurs savent qu’il y a des jours avec et des jours sans

La plus grande frustration dont vous parlera un golfeur est qu’il peut exceller un jour et jouer piteusement le lendemain. Mais il le sait et fait la part des choses. C’est le jeu et il ne s’en alarme pas.

Vous êtes vous aussi dans un “jour sans” ? Il devrait normalement être plutôt tolérant. Bon là encore, on reste prudents et on ne s’engage pas !


13 - Les golfeurs sont des personnes stables et concentrées

S’il a une compétition le dimanche matin, votre compagnon golfeur ne devrait pas partir faire les 400 coups avec ses amis dans les bars du coin le samedi soir. Il sait que sa capacité de concentration est primordiale pour bien jouer et, en conséquence, il évite les débordements.

Bon, c’est néanmoins un bon vivant, mais dans la mesure : l’idéal non ?


14 - Les golfeurs ne portent pas de jugement hâtif

Un joueur peut avoir un handicap pas terrible et battre votre amoureux super bien classé. Et il le sait. Il ne juge donc jamais les personnes sur les apparences ou sur les normes établies.

Rassurant avant un premier rendez-vous, n’est-ce pas ?


15 - Les golfeurs vous feront voir du pays !

Surtout, fréquenter un golfeur signifie que vous pourrez l’accompagner sur les parcours le week-end et, croyez-nous, marcher au grand air au milieu de la nature est nettement plus agréable que de poireauter dans un stade de football qui sent la transpiration !

Et ce n’est pas tout ! Le golfeur aime en général voyager pour découvrir de nouveaux parcours, dans des endroits toujours plus exceptionnels. A vous les vacances à Hawaï, en Californie ou même en Ecosse !


16 - Les golfeurs vivraient plus longtemps

Cerise sur le gâteau, une étude suédoise a prouvé que le taux de mortalité des golfeurs est de 40% inférieur à celui des personnes du même sexe, âge et situation socio économique. Leur espérance de vie est donc supérieure de 5 ans par rapport à la moyenne.

Vous devriez donc couler de longs jours heureux avec votre bien-aimé golfeur !


Vous êtes convaincue et rêvez désormais de rencontrer un golfeur ? Vous êtes vous-même un golfeur célibataire et trouvez cet article particulièrement juste et drôlement bien écrit ?! N’hésitez pas à nous contacter pour être mis en relation avec des golfeurs célibataires sérieux qui devraient, nous l’espérons, remplir un maximum de ces critères 🙂


Ne partez pas sans votre exemplaire de notre célèbre guide :

Vous souhaitez plus d'informations sur Esther Keller ?

​Esther keller reste à votre disposition par formulaire de contact sur le site ou par téléphone au : +33(0)1 82 28 77 27

2

Comment gérer une déception amoureuse ?

Comment se remettre d’une déception amoureuse ?

L’amour, c’est connu, nous apporte nos plus grandes joies comme nos plus grandes peines. Au rang de ces dernières, la déception amoureuse peut donner le sentiment que notre vie s’est arrêtée, qu’on ne retrouvera jamais le bonheur et avoir de graves répercussions sur notre estime personnelle.

Pourtant, comme le prouve sans cesse la vie, il n’en est rien.

Une déception, voire plusieurs au cours d’une vie, cela fait partie des étapes qui vont jalonner notre parcours affectif et qui sont presque impossibles à éviter dès lors qu’on fait preuve d’un peu d’exigence en matière de rencontre et de sentiments (comprenez par-là que les seul(e)s qui n’auront pas à en souffrir sont celles et ceux qui décident de rester pour la vie avec une personne même quand la vie à deux leur paraît impossible voire insupportable !).

Le tout donc, face à ce genre d’épreuve, est de réussir à s’en remettre pour ne pas (trop) souffrir. Nous avons cherché à savoir comment, à vous trouver les meilleurs trucs basés sur l’expérience de professionnels et sommes pour cela allés consulter deux experts des relations sentimentales :

Patrick Harris, coach en séduction depuis 22 ans, auteurs de nombreux ouvrages ( dont le best-seller Drague et Séduction aux éditions Dreamland) et Nathalie Parein, psychologue clinicienne et sexologue, psychothérapeute. C’est parti !

Patrick Harris 

Nathalie Parein 



Diagnostiquer la déception amoureuse

D’abord, rappelons-le : une déception amoureuse, c’est normal !

On a toutes et tous connu ces sentiments, de s’enflammer pour quelqu’un qui ne nous aime pas de retour, ou de commencer une histoire avec une personne dont, peu à peu, nous nous rendons compte qu’elle n’est pas celui ou celle que l’on croyait.

Ou tout simplement qu’il y a trop de différences entre nous, voire quelque chose de plus indicible, de plus mystérieux, qui ne « passe » pas.

Or, en matière amoureuse, il n’y a pas de bonne / mauvaise façon d’être, pas de bonne ou mauvaise raison de se réunir ou au contraire se séparer : tout ce qui compte, c’est l’alchimie entre deux personnes.

C’est pour ça que l’entente amoureuse est si rare… Et qu’une déception peut faire aussi mal.

« C'est vraiment dur » rappelle Nathalie Parein, en parlant de ce moment où l’on est « au fond ».

Il peut y avoir de la tristesse, de la colère , ajoute-t-elle :

« On se dit « c’est fini, cette histoire ne se fera pas », on se dit qu’on ne retrouvera jamais « quelqu’un comme ça ».

Mais, justement, c’est ça qui est important, on ne retrouvera jamais exactement la même chose, et il faut l’accepter, car c’est une bonne chose ! 

Accepter que cette histoire se termine et qu’il n’y aura, certes, plus jamais exactement la même chose, mais parce qu’il y aura autre chose. Une autre personne, une autre complicité.

« Il ne faut jamais oublier que le cerveau est divisé en deux parties, le conscient et l’inconscient » rappelle quant à lui Patrick Harris, quand on lui demande de décortiquer les effets d'une déception amoureuse.

Or, c’est bien l’inconscient qui décide de nos émotions. Tel un ordinateur, il enregistre toutes nos informations depuis notre naissance, n’oublie rien, stocke tout et, en même temps, il suit un programme.

Il est programmé pour qu’on mange, qu’on dorme et pour nous pousser à la procréation.

Pour nous faire atteindre ces objectifs, il utilise des hormones et des neurotransmetteurs : les endorphines qui, pour le dire vite, rendent heureux, font se sentir « bien », la dopamine, qui agit sur la motivation et le désir, et l’ocytocine, moins connue mais qui a beaucoup d’effet, qui rend plus généreux et favorise l’empathie.

Les endorphines, qui sont aussi produites par la consommation des drogues les plus puissantes (et donc les plus dangereuses), comme l’opium ou l’héroïne, procurent un grand plaisir... Or ce sont elles qui vont s’arrêter brutalement en cas de déception amoureuse. C’est ce qui crée cette sensation de dépendance.

« Mais comme la dopamine, elle, est toujours sécrétée, car l’inconscient veut toujours se reproduire, ne comprend pas les enjeux particuliers d’un couple, on désire toujours. En résumé, on est triste mais on désire encore.

C’est cela, cette dichotomie, qui fait si mal. »

Au cœur de l’orage, donc, gardez en mémoire qu’il y a un après. Ce n’est pas, d’ailleurs, si difficile à croire que ça en a l’air, la vérité c’est souvent qu’on ne veut pas y penser.

Attention, nous ne vous disons pas qu’en un claquement de doigts et un peu de méthode Coué, on ne souffrira pas ou s’en sortira d’un simple effort de volonté.

Simplement qu’il faut savoir, garder en mémoire que la souffrance, toujours (non pas le plus souvent, mais bien toujours) s’arrête et que les nouvelles rencontres, toujours là aussi, se font.

Dans l’étape, on aura, de fait, simplement appris à mieux se connaître, à savoir ce que l’on aime… Et ce que l’on n’aime pas.


Sortir de la déception amoureuse

« C’est quelque chose de tragique », relève Patrick Harris : « Quand l’autre s’en va, il prend d’autant plus de valeur. Là encore, vous pouvez blâmer vos inconscient », poursuit-il.

« L’inconscient croit dur comme fer que ce qui est rare a de la valeur, parce que pour l’être humain, tout ce qui est rare est cher, tout ce qui est difficile à obtenir, quelle que soit sa véritable valeur ou son utilité, on ne veut absolument pas le perdre.

Les mêmes mécanismes sont à l’œuvre vis-à-vis des personnes. C’est ce qui fait, en cas de déception amoureuse, qu’on ne garde tout à coup de l’autre que les bons moments et qu’on ne se souvient que de ce que l’on aimait. »

« Comme dans un deuil », renchérit Nathalie Parein « on va traverser un certain nombre de phases dont on ne peut pas faire l’économie : la colère, la tristesse, l’acceptation…

Et puis on remonte petit à petit, en se disant « Je vais reconstruire quelque chose, je vais ressortir, faire des choses qui me font du bien… »

Donc, il peut y avoir après d’autres rencontres, d’autres personnes… Avec des choses qui iront bien et des choses qui iront moins bien. Le tout est de savoir se situer par rapport à elles.

C’est bien cela qu’il faut comprendre, c’est que c’est avec ces éléments, avec ce qu’on a appris qu’on peut construire, ensuite, une histoire durable.

Mais en attendant, que faire ?

Difficile de répondre à cette question de manière généralisée, tant chaque individu est différent.

On sait ce qu’il ne faut pas faire : 

  • s’enfermer ;
  • ruminer ; 
  • espionner l’autre sur Facebook (et encore moins dans la « vraie vie » !) ;
  • se repasser le film en boucle ;

Bref, se dire que tout est de sa faute quand en réalité une histoire comme une déception est, toujours, une question d’alchimie et surtout, ne pas se taire.

Oui, il faut parler.

  • À vos amis, à vos proches, ou à un(e) professionnel(le).​

Même, au moins, à vos ami(e)s.

Le tout est de pouvoir le faire sans scrupules, sans censure.

Souvent, une simple question, un simple regard décalé, une observation, une remarque, suffit à vous sortir de cette sensation de « film en boucle », vous permet de vous rappeler quelque chose que vous ne supportiez pas et peut vous redonner la sensation de respirer quand tout vous étouffe.

  • Enfin, tâchez donc d’avoir un peu d’égards pour vous-même. Traitez-vous comme vous traitez vos meilleurs amis, ne soyez pas votre pire juge, critique et ennemi.

La déception amoureuse, ça arrive, c’est difficile et ça n’est pas de votre faute, si l’accord ne se fait pas, si le timing de vos parcours respectifs n’était pas le bon, si quelque chose -sexuellement par exemple- cloche entre vous.

C’est une grande tentation de s’accuser d’un bloc (ou d’accuser l’autre de manière tout aussi unilatérale). C’est même, dans bien des situations, une phase nécessaire.

Mais alors, il vaut mieux la vivre en conscience, en sachant que c’est une phase, précisément.

Qu’on a le droit d’être en colère. Il est même, dès lors, conseillé de l’exprimer auprès de ses proches, ou d’un élément extérieur comme un psychologue ou un coach, pas auprès de l’être aimé, au risque de faire du mal, de culpabiliser, et de repartir « pour un tour » tout comme de garder en mémoire qu’elle n’a qu’un temps, qu’elle passera.

  • La déception amoureuse n’est qu’une étape sur le chemin de la connaissance de soi, qui seule peut mener à une rencontre authentique, sérieuse, épanouissante et durable.

Conclusion 

Et après ?

On a tendance à l’oublier, mais les joies sont toujours plus fortes que les chagrins. Ce sont elles qu’on garde, au fond de nous, jusqu’à la fin de nos jours.

Ce sont elles qui restent.

Et un seul instant de bonheur peut suffire à effacer des années de souffrance.

Mais comment faire ? « Le plus important pour sortir de la déception amoureuse », conseille Patrick Harris, « c’est de parler à votre inconscient, de lui rappeler que, non, ça n’est pas la dernière fois, la seule fois possible, et que vous ferez d’autres rencontres ».

Donc il faut prendre soin de votre amour-propre, de votre confiance en vous, et ne pas hésiter, dès que possible, à cultiver un esprit de rencontre.

Pas forcément tout de suite pour trouver l’amour, non, mais pour entretenir votre cerveau reptilien dans l’idée que ça n’est pas fini.

« Sortez, parlez à du monde, inscrivez-vous à des sites de rencontre, même si vous n’y croyez pas encore, même si vous n’avez pas vraiment envie, prenez-le comme une gymnastique cérébrale. »

« Il faut être clair sur soi, ce que l’on veut, ses attentes, ses valeurs », complète Nathalie Parein. « Être au clair là-dessus. Et si on répète éternellement un schéma, par exemple de rencontrer des gens qui sont proprement nocifs, il faut comprendre le comment et le pourquoi -et là ça peut être doublement important de parler à un professionnel ».

Mais ensuite ?

Se dire « J’ai vécu, je me suis enrichi(e) » !

Dès lors, on va rencontrer, précisément, une autre personne, une autre personnalité, avec des choses intéressantes à découvrir, aussi bien physiquement qu’humainement, retrouver cette joie de la découverte, de la complicité.

C’est le plus important, cette envie de découvrir une nouvelle personne, de partager d’autres choses, nouvelles. En somme, de retenter l’aventure.


  • Vous avez déjà vécu une déception amoureuse ?
  • Avez-vous réussi à la surmonter ?
  • Qu’est-ce qui, tout à coup, vous a sorti du gouffre, de la sensation que c’était la fin, la seule et unique bonne personne, la seule et unique possible, pour vous ouvrir à nouveau à l’autre et à retrouver cette inestimable confiance en vous ?
  • Ou au contraire, avez-vous encore des questions sur le sujet ?

N'hésitez pas à nous en faire part en commentaire ou à nous envoyer vos témoignages…

Je serai heureuse d’en faire bénéficier mes lecteurs et lectrices dans un prochain billet sur ce blog. D’ici-là, n’oubliez pas que l’on grandit, partout et toujours.

Merci à Patrick Harris et à Nathalie Parein pour leur temps et leur aide précieuse.

7

Refaire sa vie amoureuse après 50 ans

Refaire sa vie à 50 ans… (et plus) !

Avoir 50 ou 60 ans aujourd’hui, c’est une chance. On se connaît, on s’est établi, on a construit sa vie, on sait ce qu’on veut, enfin surtout ce qu’on ne veut pas !

C’est un moment idéal pour se prendre en main, pour utiliser à bon escient la confiance en soi qu’on a accumulé au fil des succès comme des épreuves.

Le tout, c’est encore de savoir comment faire, et surtout par où commencer. Justement, on va vous expliquer tout juste plus bas, comment refaire votre vie sentimentale…

Ou simplement penser enfin un peu à vous -sachant que, tout à fait entre nous (mais vous le savez déjà), l’un va rarement sans l’autre !

​Téléchargez le guide complet 

Refaire sa vie à 50 ans et plus ...

Faites-vous du bien à la tête

Petite précision : vous allez trouver dans ce guide beaucoup d’astuces simples et concrètes pour refaire votre vie. L’ordre dans lequel vous les suivrez (et il n’est évidemment pas obligatoire de toutes les suivre) n’a guère d’importance.

Aussi, si vous sentez plutôt qu’il faut vous occuper de l’autre partie (le corps), commencez ce texte par la deuxième partie !

L’essentiel est d’amorcer une démarche globale : vous verrez que bien souvent, les effets s’entraînent les uns les autres. Allez maintenant, c’est partie !


Occupez-vous de vous !

agence de rencontre

A 50 ans, bien souvent, on a consacré une sacrée partie de sa vie aux autres : au travail, à la famille, à l’être aimé… Et c’est très bien comme ça ! Pas de bonheur possible sans relations humaines.

Et c’est encore meilleur sur ce passé de commencer, au bout d’un moment, à s’occuper de soi. Notre conseil ? Suivez le rêve que vous avez toujours eu.

Oui, ça a l’air bateau dit comme ça, mais c’est parce qu’on vous fait confiance, à 50 ans ou plus, pour ne pas tout simplement tout lâcher du jour au lendemain et partir au bout du monde avec votre guitare en bandoulière.

Non, on vous parle bien de vous occuper de vous, en commençant par trouver et apprendre votre hobby.

Ce truc que vous avez toujours gardé de côté dans un coin de votre tête, en croyant que vous ne pourriez jamais vous y mettre, et même si déjà vous aviez gardé le loisir de pratiquer une passion à vos moments perdus.

L’exemple parfait, c’est l’instrument de musique. Vous ne savez pas le plaisir que l’on peut avoir à apprendre un instrument quand on n’en a pas de vocation ou d’ambition autre que s’épanouir, jouer pour soi ou pour les amis, se cultiver et peut-être rejoindre un groupe ou un orchestre au bout d’un moment.

Aussi, vous savez ce qu’est une discipline, et la valeur du travail.

Pour prendre l’exemple du piano, et de ses gammes tant redoutées par les enfants, vous découvrirez qu’elles ne sont plus un souci quand on s’entend progresser régulièrement, et que le but à atteindre n’est pas la perfection (quand on est plus jeune on veut souvent être le meilleur de sa catégorie), mais simplement de jouer bien, aussi bien qu’on peut, un morceau qu’on aime depuis toujours.

Rencontre senior

Ca fait un bien fou à la tête (et pas seulement au sens figuré, c’est réellement bon pour le cerveau), et en plus c’est bon pour les rencontres !

Il y a des tas de formations en ligne ou d’annuaires de professeurs, que l’on parle du piano, de la trompette, de la guitare, du violon ou du reste !

Mais cette activité qui vous manquait peut regrouper tellement d’autres choses que simplement de la musique.

Pourquoi ne pas apprendre une langue, ou pousser et diversifier vos compétences culinaires, ou encore vous plonger, par exemple, dans l’histoire, d’un continent ou d’un autre, d’une époque particulière, ou des cultures, ou des sciences ? Vous mettre à la philosophie (pas dans votre coin, mais à la fac’ par exemple, aux mathématiques, au dessin, à la couture, à la médiation.

Agence de rencontre senior

Vous l’avez compris, le tout est de s’imposer une discipline, mais pas dans le vide : une qui réponde à un besoin profond, donc qui vous procure du plaisir, et dans laquelle il n’y ait pas de petit progrès, où vous serez régulièrement récompensé de vos efforts.

Et qui vous pousse ou au minimum vous permette de rencontrer du monde, de façon détendue et différente de tout ce qui fait ou a fait votre quotidien.

Là aussi, regardez les annuaires en ligne, cherchez les pratiques qui se font en groupe et n’optez pas, ou pas seulement, pour l’écriture par exemple, qui peut être une activité enrichissante, mais reste très solitaire !

Trouvez-vous un prof, ou un groupe, commencez éventuellement dans votre coin pour vous familiariser avec votre nouvelle activité, mais ensuite profitez-en pour sortir de chez vous !


Allégez-vous et aérez-vous !

Ajouter une activité à votre planning vous fait peur ? Pas de panique, on a pensé à tout. Car si vous entamez une activité qui vous donne du plaisir, rapidement, et surtout, on tient le pari, spontanément, vous éprouverez le besoin de faire un peu de place dans votre emploi du temps, ou dans votre bureau histoire de stocker vos méthodes et partitions !

Cela tombe bien, car faire un peu de place dans sa vie, au sens propre comme au sens figuré, est aussi une nécessité pour qui souhaite refaire sa vie.

Donc, jetez ! Allez-y, triez moi tout ça. Croyez-nous : il y a toujours de la place à faire dans ses placards, et des affaires à jeter.

Refaire sa vie sentimentale

Et au bout d’un moment, il faut passer à l’acte ! Vous connaissez le plaisir qu’il y a à contempler son chez soi vide de tout un tas d’objets inutiles, la place à récupérer, les horizons dégagés. Profitez-en !

Vous craignez de vous plonger dans la boîte à souvenir ? Il ne faut pas. D’abord, parce que ça fait partie du deal. Choisir ce qu’on jette, c’est aussi choisir ce qu’on garde et cette étape est pratiquement indispensable quand on veut refaire sa vie.

N’ayez pas peur de revivre vos souvenirs en tombant sur une vieille photo, vivez le moment, laissez-le passer, jetez ou gardez, en tout cas triez, cette épreuve contribuera, bien plus qu’elle ne l’empêchera, au plaisir que vous ressentirez au final !

(Et si vous ne voulez pas vous attarder sur certains d’entre eux -tout le monde connaît cela- il vous suffit de le rajouter dans la pile à garder ou à jeter (mais on vous conseille dans ce cas la première) sans y regarder à deux fois !

Vous aurez tout le temps d’y revenir un jour… Ou pas d’ailleurs. Dans ce domaine aussi, d’ailleurs, il existe des coachs professionnels ou des auteurs experts qui seront ravis de vous donner quelques conseils en librairie ou en ligne 

Petit bonus en passant : cela concerne aussi vos affaires financières. Faites donc un peu le ménage là-dedans aussi !

Consultez attentivement vos comptes, vérifiez que vous n’avez pas un prélèvement indu qui traîne et vous ponctionne d’une petite somme tous les mois, une assurance qui fait doublon, des cartes ou des services divers oubliés depuis longtemps mais qui n’ont pas oublié votre numéro de compte. Explorez cela en professionnel, là aussi pour vous sentir ensuite plus léger(ère).

Une fois votre espace aménagé, et que vous vous sentirez bien plus léger, il sera temps de vous aérer un peu la tête. En un mot comme en cent : sortez !

Vous verrez comme vous serez content(e) ensuite de rentrer dans un bel appartement ou une jolie maison bien éclaircie.

Mais donc, sortez, baladez-vous. Allez au musée, au concert, à la danse, au théâtre.

Allez dans les cafés, quand un petit groupe joue ou qu’un universitaire ou historien local y donne une conférence. Ou juste pour y lire le journal en écoutant les conversations au comptoir, ou bouquiner en terrasse accompagné(e) d’un bon verre de vin ou d’un chocolat chaud !

Agence haut de gamme

Vous habitez dans une petite ville, sans grande vie culturelle, ou à la campagne ? Eh bien, ça tombe bien ! Profitez de la nature à côté, et aussi, dans les villages pas loin, il y a toujours un musée local, un château, des parcours, des randonnées, bref des balades à n’en plus finir !

Vous n’êtes pas obligé(e) de le faire seul(e) (on vous dit plus bas comment élargir votre cercle de rencontres), mais l’important à ce stade est déjà de s’aérer, et de prendre un peu de temps pleinement pour soi, sans autre objectif que rendre encore meilleur le retour au foyer à la fin de journée.


Prenez soin de vous

Chacune et chacun connaît cela : ce petit quelque chose qui lui empoisonne la vie, l’alourdit au minimum, dont on se passerait bien, mais en même temps dont on s’est habitué. Eh bien, on a un petit tuyau pour vous : ça ne sert à rien, et on peut s’en débarrasser !

Ou au moins l’atténuer, grandement. Il suffit de s’y attaquer, et on ne saurait trop vous le recommander. Vous voulez arrêter de fumer, ou perdre du poids, ou vous avez la phobie de l’avion, vous êtes maladivement timide, vous ne savez pas dire non ?

Rencontre senior
Rencontre haut de gamme

Allez, on s’y colle ! Psychanalyse, méditation, Fleurs de Bach, EMDR, hypnose, yoga, diététiciens, naturopathes, ostéopathes, coachs de vie : le tout est de se faire aider, de ne pas croire qu’on peut vivre toute une vie sans jamais se faire aider, et ne surtout pas avoir honte.

Consultez donc les annuaires de thérapies alternatives renseignez-vous auprès de votre entourage ou sur les sites spécialisés : il y a forcément une solution simple et qui va vous paraître faite pour vous. N’ayez pas peur et jetez-vous à l’eau !

Vous ne risquez rien. Tout au plus de vous connaître un peu mieux, au pire d’avoir des anecdotes drôles et intéressantes à raconter à votre entourage. Un conseil encore : sachez que vous ne trouverez pas forcément du premier coup.

N’hésitez pas à changer de soutien si celui-ci ne vous convient pas, même sans autre raison que « ne pas se sentir en affinités ». C’est largement suffisant pour décider de qui vous accompagnera (presque) au quotidien dans cette nouvelle étape de votre vie !

Mais surtout, dans cette hypothèse, prenez-le à la légère. Ainsi, prenons l’exemple d’une addiction : le pire serait de vous mettre martel en tête, avec un objectif de résultat qui soit forcément immédiat et durable.

C’est une façon de procéder qui ne convient qu’à certains caractères. Si ça n’est pas le vôtre, surtout acceptez-le !

Le but ici n’est certainement pas de vous morigéner au quotidien parce que, encore cette fois, vous n’avez pas réussi l’impossible d’un claquement de doigts !

Site de rencontre haut de gamme

L'objectif, c’est de mieux vous connaître, d’apprendre à faire un peu plus attention à vous, de rester raisonnable sur ce qui est pour vous un plaisir ou un compagnon indispensable sans forcer dans un sens ni dans l’autre ! Souvenez-vous de ce proverbe espagnol :

« En cheminant il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en cheminant »

 (« Caminando no haycamino, el camino se hacecaminando »).

Le plaisir n’est pas d’arriver, mais bien de voyager ! De se confronter, sans le moindre danger, à l’inconnu. Peut-être déciderez-vous que vous êtes très bien comme vous êtes, et que toutes ces aides, coachs et docteurs sont des charlatans ou, en tout cas, pas adaptés à votre propre mode de vie.

Si c’est le cas, c’est très bien comme ça aussi ! Tout ce qu’on vous recommande, c’est d’agir, d’avoir l’audace de tenter quelque chose, pour avoir ce tout petit mieux confiance en vos désirs, vos peurs, vos limites et vos envies, et d’apprendre à aller à la rencontre du mystère !

Et puis, soignez-moi un peu ce style. Oui, même vous, messieurs !

Agence de rencontre

Attention : on ne vous parle pas, homme ou femme, d’être forcément à la dernière mode, ou d’essayer de ressembler aux bellâtres de la télévision qui sont, sachez-le, avant chaque émission habillés par un styliste professionnel, avec des robes ou costumes de grands couturiers prêtés pour l’occasion.

Et donc, non, on ne vous conseille pas non plus de vous ruiner pour cela. Juste de faire attention un peu à vous, un peu plus, là aussi pour le plaisir. Là encore, la clé est de faire confiance aux professionnel(le)s, sites et livres spécialisés sur le sujet bonnegueule.fr et tendances-de-mode.com

  • De jeter -vous les connaissez- ces quelques vieux vêtements que vous ne mettez plus depuis longtemps, mais que vous gardez malgré tout « au cas où » (jeter ou déposer dans les containers prévus à cet effet, bien entendu).
  • ​D’acheter une petite crème hydratante pour le matin (oui on vous parle là aussi, messieurs), à s’appliquer chaque matin, pour affronter l’air toujours un peu trop sec, ou trop humide, ou trop pollué. Demandez conseil à votre pharmacien !
Agence matrimoniale

Ou mieux encore, allez voir un dermatologue, il vous connaîtra et vous comprendra bien (et peut-être vous indiquera que votre peau vous autorise à vous passer de ce soin).

Apprenez, ou réapprenez, à vous apprécier tel(le) que vous êtes, à trouver, pas forcément du premier coup, le look qui vous correspond, qui vous ressemble, où vous vous reconnaissez, et découvrez, ou redécouvrez, le plaisir de sortir bien habillé, de se sentir bien dans ses baskets, ses escarpins ou ses souliers !


Faites-vous du bien au corps

Maintenant que vous vous sentez un peu plus léger(e) et en forme et prêt(e) à aller un peu plus loin pour vraiment vous épanouir et faire des rencontres, voire trouver l’amour, il est temps de travailler (encore) un peu et de vous occuper de votre corps !

Quoi ? Vous êtes déjà en forme ? Bravo ! N’hésitez pas à sauter les parties qui ne vous concernent pas. Mais si vous avez eu tendance à négliger un peu cet aspect de votre personne, vous pouvez suivre cette méthode pas à pas qui vous aidera à vous sentir en meilleure forme au quotidien.

Commencez doucement

​Surtout, quand on veut se mettre ou se remettre en forme, le secret est de commencer doucement. C’est l’erreur que font la plupart des débutants : commencer direct par une demi-heure de jogging matinal, c’est l’assurance de se blesser un genou ou une cheville au bout de deux semaines, d’arrêter et de ne jamais recommencer.

Donc, commencez par simplement faire attention à vous, et pourquoi pas par votre régime alimentaire. Non, on n’a pas dit « faites un régime », on a juste dit « surveillez ou réexaminez votre régime alimentaire quotidien ».

Rappelons les règles simples, idéales. Une fois de plus, vous n’êtes pas obligée de tout suivre, mais en fait, ça devient très rapidement facile et agréable :

  • 3 repas par jour, à heure fixe, assis, en compagnie ou seul mais sans distraction (halte à la télé !).

Le matin, du pain, du beurre, un produit sucré, un yaourt ou un petit morceau de fromage, et un fruit ou une compote. Ca n’a pas votre préférence ?

Agence de rencontre

Consultez les nombreux blogs spécialisés pour trouver le petit-déjeuner qu’il vous faut !

Le midi, un tiers de protéine animale (ou votre équivalent et ses compléments alimentaires si vous êtes végétarien(ne)), un tiers de légumes, un tiers de féculents, un peu de pain.

En dessert, un yaourt et un fruit. Le soir, plutôt une moitié de légumes, un sixième de viande, et le reste en féculents, un peu de pain, un peu de fromage ou un yaourt et, une fois encore, fruit ou compote !

En dessert, un yaourt et un fruit. Le soir, plutôt une moitié de légumes, un sixième de viande, et le reste en féculents, un peu de pain, un peu de fromage ou un yaourt et, une fois encore, fruit ou compote !

Mais là aussi, n’hésitez pas à consulter un spécialiste ou au moins des sites Internet pour trouver votre régime de croisière (sans mauvais jeu de mot !).

Consultez aussi le tableau des indices glycémiques pour apprendre à réduire doucement votre consommation de sucre. C’est bon les fruits, non ?

Ensuite, soignez votre sommeil et votre activité physique. Commençons par le premier : il faut dormir !

D’abord parce que, quand on est fatigué, on fait de mauvais choix alimentaires. Ensuite, parce qu’il faut dormir, tout simplement !

C’est bon pour la tête, mais aussi pour le corps, c’est le temps durant lequel le cerveau traite les informations de la journée et le corps reconstitue ses muscles. Pour cela, le mieux est de calculer votre temps de sommeil idéal et d’ajuster votre coucher en fonction.

Un but : vous coucher à heure fixe, et que le lit reste un lit, pas un bureau ! Préférez un bon livre ou magazine au surf sur Internet ou au film sur l’ordi posé sur le lit (et pour les emails, c’est hors de question !).

Rencontre matrimoniale

Si vous ne pouvez vraiment pas vous en passer, assurez que votre appareil favori dispose d’un mode de réglage sans lumière bleue, votre sommeil n’en sera que meilleur. Quant à l’activité physique, pour commencer doucement, il faut déjà marcher.

Oui, on vous a recommandé déjà de faire des balades et de visiter des musées pour vous aérer la tête, mais il faut aussi marcher un minimum au quotidien, quoiqu’il arrive.

Une demi-heure par jour, avec au moins un ou deux jours par semaine où vous marcherez une heure et demie dans la journée (cumulée sur la journée), c’est le minimum.

Des millions d’années durant, nous avons été des nomades et chasseurs-cueilleurs qui marchaient tous les jours. Notre corps s’en souvient encore. Et c’est la recommandation numéro 1 de Michel Cymès dans son livre très recommandable « Vivez mieux et plus longtemps »

Et puis, faites-donc un petit bilan. Oui, on sait, à 50 ans, et bien au-delà même, à notre époque, on est encore jeune… C’est précisément pour ça qu’il faut s’occuper de soi maintenant !

Prenez un rendez-vous chez votre médecin traitant. Oui, oui, vous avez bien lu : pour une fois, allez le voir en étant en bonne santé !

Il appréciera, vous verrez. Vous aurez le temps de parler de vos doutes, si vous en avez, lui pourra vous ausculter en détail au mieux de votre forme, vous donner quelques conseils personnalisés, vous guider sur la nature et la fréquence du sport que vous allez commencer (on vous le conseille en tout cas dans le paragraphe juste après !), voire vous signer un certificat d’aptitude si nécessaire et éventuellement vous prescrire un bilan sanguin.

Il est probable qu’il vous dise que tout va bien, que vous n’avez à vous inquiéter de rien, et que vous êtes reparti pour 25 ans !

Ou si vous avez la moindre faiblesse, vous pourrez d’ores et déjà attaquer le problème avant qu’il ne devienne grave et vous fasse mal, trouver le bon spécialiste qui vous accompagnera si besoin, adapter votre hygiène de vie…

Et puis, allez, on pousse un peu ? Un bilan ophtalmologique fait aussi le plus grand bien et, si vous voulez assurer à fond, allez donc chez le dentiste !

Refaire sa vie à 50 ans

Là, si vous n’avez pas fait votre rendez-vous annuel depuis un moment, vous aurez peut-être une ou deux mauvaises surprises.

Mais aussi des bonnes :

  • la première, c’est que le dentiste, ça ne fait plus mal du tout (sinon, c’est un mauvais, et surtout s’il refuse de vous faire une anesthésie même pour une opération bénigne, fuyez !).
  • Et la deuxième, c’est que quand on traite avant la douleur, ça se fait facilement, et c’est une affaire de trois fois rien !

Maintenant, on pousse un peu.

Donc, c’est décidé, vous voulez aller plus loin ? Première astuce : faites un peu de renforcement musculaire et/ou d’assouplissements le matin. 10 minutes pour prendre le plus c’est très bien, 20 minutes c’est un bon objectif, avec une heure supplémentaire chaque semaine, vous serez au top ! Là aussi, vous trouverez beaucoup de vidéos et de livres plein d’idées d’exercices.

Surtout, n’oubliez pas le conseil des pros : il faut surtout bien faire les mouvements, le but n’est pas d’aller le plus vite possible.

C’est comme ça qu’on se blesse et qu’on se lasse. Commencez donc par le faire avec mesure, calme et concentration ! En n’oubliant pas de vous échauffer auparavant -là aussi suivez les conseils des pros- et de vous étirer ensuite, c’est là que le corps travaille le plus et que les muscles se reconstituent !

Le mieux est enfin d’intégrer ces séries d’exercices dans une routine matinale bien réglée. Faites toujours les mêmes choses dans l’ordre, et dans celui qui vous réveille de plus en plus doucement.

Très vite, vous ne pourrez plus vous en passer !

Enfin, choisissez-vous un sport. Bon, après, ça n’est pas obligé : si vous faites un instrument de musique, de la marche, de la musculation matinale, c’est déjà très, très bien !

Mais le sport (qui peut remplacer avantageusement les exercices matinaux), ça peut être encore mieux ! Surtout, pensez aux sports qui ne sont pas forcément les plus évidents.

Agence matrimoniale

Bien sûr que courir (en commençant doucement et en portant des chaussures adaptées), c’est bien, que la salle de gym (en demandant conseil aux coachs sur place sur le bon rythme pour chaque appareil), c’est parfait, que les sports collectifs ou de duels comme le foot ou le tennis vous apporteront leur lot de joie et de forme, mais il y a aussi bien d’autres options !

Les arts martiaux, pour la confiance en soi, la natation pour le dos et l’expérience sensorielle, l’escalade, pour ensuite aller pratiquer un peu dehors…

Et, on l’oublie trop souvent, la danse !

Rencontre haut de gamme

Un moyen idéal de faire des rencontres de l’autre sexe (surtout pour vous, messieurs, ou pour une fois vous serez probablement -comme pour le chant d’ailleurs- en minorité) ou de se faire remarquer en soirée sur la piste (en y allant gentiment), de se muscler, de travailler son sens du rythme, d’affiner sa silhouette et de s’amuser, tout à la fois !

Si vous êtes timide, n’hésitez pas à vous faire accompagner d’un ou d’une amie, qui n’est pas obligé(e) de revenir, au contraire de vous !

Aussi, n’hésitez pas à vous équiper. Bon rassurez-vous, on ne va pas vous dire comment choisir un survêtement ou une paire de basket, on voulait juste vous dire un mot des objets connectés.

Ceux-ci deviennent très abordables, très très bien faits et simples d’utilisation, y compris pour des personnes peu familières avec la technique. Que ce soit les Français de Withings, pour des objets de qualité, très esthétique mais un peu chers, ou les Américains de Jawbone ou de FitBit, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets.

Agence de rencontre
Agence rencontre seniors

Accompagnés d’une application qui vous connaîtra bien vite par cœur, ces objets qui se portent au poignet ou tout simplement clippés à la poche ou aux passants de ceinture vous encouragent au quotidien à accomplir vos objectifs, peuvent aussi vous permettre de garder trace de vos choix alimentaires, voire ou encore, pour les plus perfectionnés, mesurer votre rythme cardiaque, étudier votre sommeil et vous aider à l’améliorer, voire mesurer vos performances dans votre sport préféré.

C’est très accessible (dès 25 euros pour le JawboneUpMove souvent très esthétique (FitBit a énormément de choix ) et modulable (Withings peut se relier à une balance de précision, un tensiomètre, un système de réveil en douceur ...). Avec ça, plus possible de reculer ! 


Et puis, sortez

Bien sûr, pour faire des rencontres, il faut sortir ! Mais avant, un dernier petit mot : parlons de sexe.

Rencontre senior

En effet, même à 50, 60 ans et plus, nous avons remarqué que beaucoup de personnes, hommes et femmes, ont encore beaucoup de questions sur le sujet, ou du moins des angoisses, des appréhensions, des envies peu voire pas assumées, des doutes…

Et là vraiment, à 50 ans et plus, pas question ! Vous pouvez bien sûr en parler à votre médecin traitant (car vous avez prévu de faire ce rendez-vous, n’est-ce-pas ?), mais ce sera peut-être plus facile d’aborder la question avec quelqu’un de plus extérieur, dont c’est le métier, comme un sexologue ou un coach de vie (si vous ne pouvez pas aborder ce sujet avec un coach, il faut peut-être en changer !).

Repérez un praticien près de chez vous, prenez rendez-vous -oui, là, tout de suite- et vous verrez, après il n’y a plus qu’à vous y rendre et parler en toute liberté ! Surtout, n’ayez pas honte. Au risque de nous répéter on vous le redit et on vous confirme que tout le monde a ses craintes, ses questions et ses petites gênes sur le sujet.

Il est temps de les résoudre, ou de vous en débarrasser !

Cette question résolue, plus rien ne devrait vous brider pour aller à la rencontre de l’autre en toute sérénité. Mais comment faire ?

Déjà, si vous suivez tous les conseils plus haut, vous augmenterez mécaniquement vos opportunités de rencontre, et très certainement vous dégagerez une plus grande confiance en vous, un plus grand amour de la vie, qui se fera sentir par celles ou ceux que vous croiserez sur votre route.

Mais vous pouvez aussi utiliser Internet pour aller un peu plus loin.

Alors certes, sans doute avez-vous déjà tenté un site de rencontre, et la piètre qualité des rendez-vous qu’on y obtient trop souvent, le temps que cela prend de construire son profil, de choisir les personnes, de matcher, de discuter, sans parler des boulets de service, qui ne vous ont pas forcément donné envie d’y retourner.

Mais bien utilisé, ce peut être un outil puissant, au moins à un titre transitoire, pour retrouver la curiosité de l’autre, le plaisir du rendez-vous, de redécouvrir comment on se sent, comment on parle de soi, bref, qui on est et qui on est pour l’autre.

Rencontre haut de gamme

Vous pouvez aussi rejoindre les nombreux forums dédiés à votre nouvelle passion, que ce soit un instrument de musique, le tricot, l’histoire, un sport, la diététique et ainsi de suite, sachez qu’il existe un forum pour ça !

Et qu’on y fait aussi parfois des rencontres plus spontanées et étonnantes -y compris amicales, ça ne fait pas de mal non plus !- qui peuvent s’avérer épanouissantes ou surprenantes, sans même chercher à séduire de prime abord (toutefois, n’y allez pas d’abord pour ça, mais bien avant tout par passion, sans cela vous vous ferez remarquer, et pas dans le bon sens du terme !)

Agence de rencontre

Bref, allez-y, embrassez la vie, ouvrez-vous à la surprise et à l’autre -à 50 ans ou plus, on ne doit plus avoir peur des déceptions- c’est une condition requise pour que la vie vous sourit ! Le tout est de sortir de sa zone de confort, de la routine qui s’est installée au fil des ans, de changer quelques habitudes, pour refaire votre vie simplement !

N’écoutez pas trop votre entourage, dans le domaine sentimental, les enfants ne sont sans doute pas vos meilleurs conseillers, et méfiez-vous de cet(te) ami(e) qui n’a peut-être pas tant que ça, au fond, envie que vous fassiez la bonne rencontre et de se retrouver la seul(e) célibataire de vous deux ; )…

Mais à part cela, foncez ! Désormais, vous êtes invincible.

1

Refaire sa vie amoureuse après 40 ans

Le briefing

À , 40 ans et plus  les conclusions sont souvent les mêmes : on sait clairement ce que l’on ne veut plus … et ce que l’on souhaite désormais !

C’est bien sûr un atout considérable, mais connaître son but ne répond pas à la question essentielle, qui reste : comment s’en approcher ?

Et surtout, par où commencer ? En fait, il n’est pas si difficile de refaire sa vie à 40 ans. Pour une seule bonne raison : parce que l’on se connaît mieux soi-même et qu’il faut agir dans le plaisir, sans se mentir, en restant soi-même !

Téléchargez le guide complet 

Refaire sa vie amoureuse après 

40 ans !

Mais commençons tout de suite par les conseils que je préconise :

  • Agir par petites étapes
  • Avoir des objectifs simples, avec des mesures faciles à mettre immédiatement en pratique.

Aujourd’hui les divorces, "les crises de milieu de vie", et les familles recomposées font partie intégrante du paysage social. De nombreuses personnes se retrouvent célibataires après une relation parfois assez longue. Inutile donc de se croire en marge de la société !

Nombreux sont ceux qui vivent cette expérience. Refaire sa vie amoureuse, est souvent le signe d’une ambition saine, une détermination à vouloir être aimé pour ce que l’on est.

Assumons nos désirs pleinement !

Démarrons par le thème qui nous apparaît comme le plus important : se reprendre en main ! Il vous faudra tout d'abord vous remettre sur les rails et soigner les égratignures de votre vie passée pour reprendre le dessus. Voyons cela ensemble...


I / Stop au doute !

Ne plus douter incite à passer à l’action. Pour se lancer, il est donc nécessaire de comprendre et d’identifier les causes réelles du manque de confiance en soi.

La crainte des critiques, l’indécision, voire peut-être même un petit reste de complexe d’infériorité, une sensation de mal-être, le regard des autres, peuvent être l’une des multiples raisons de votre problème. Rassurez-vous, des solutions existent pour les résoudre.

Christophe André médecin psychiatre explique que la peur a une importance cruciale dans la relation à soi. Elle détermine notre comportement au sein même de la société. Pour combattre cette anxiété, il faut se rassurer en prenant conscience de son problème et, pour lutter contre, se prendre en main quotidiennement : la confiance en soi s’apprend avec des gestes simples.

Voici ​trois astuces faciles à mettre en place et qui vous permettront de travailler votre confiance en vous .

Faire face à l'autre

Lors d’un rendez-vous, si vous fuyez le regard de votre interlocuteur, ou si vous n’êtes plus dans l’instant et que vous commencez, en quelque sorte, par timidité, à "rentrer" en vous-même, et à vous auto-analyser, n’hésitez pas à vous ressaisir et, à chercher le regard de l’autre !

Ne voyez pas cela comme une incitation à trop en faire, bien au contraire, c’est le meilleur moyen de vous libérer !

Vous constaterez aisément que vous n’avez rien à craindre et que la conversation se poursuivra le plus naturellement du monde.

Un échange de sourire en dira bien plus qu’un long discours… La communication se fait aussi bien par le langage que par les réactions. N'oubliez pas que l’attitude comportementale représente 80 % du message que nous délivrons.

Si malgré ces indications vous n’arrivez toujours pas à être à l’aise, le livre de Debras Fine, “Le grand art de la petite conversation” devrait être pour vous la solution miracle.

Un soupçon de style

Le style... Dans ce domaine les femmes ont souvent une avance considérable sur les hommes. Mes conseils s’adressent aux deux sexes ! L’important n’est pas de vous vêtir à la dernière mode, de vous affubler d’accessoires onéreux pour masquer votre timidité, ou encore de chercher à séduire à tout prix par votre look incontournable.

Il faut avant tout vous sentir à l’aise, en vous regardant dans la glace, et bien sûr arborer un style qui reflète les facettes de votre vraie personnalité (que vous soyez en chaussure de ville ou en escarpin Louboutin !).

trouver son style à 40 ans

Le blog mode de Coline, une mine d'informations pour trouver votre style.

Donc, oubliez les suggestions ou les diktats, portez tout simplement une attention particulière à votre tenue, en vous habillant avec élégance, sans sophistication. Et souvenez-vous que le miroir ne vous dira jamais ce que les autres pensent de vous.

En grande majorité, hommes et femmes confondus (les femmes surtout) n’aiment pas leur reflet et focalisent leur attention sur les défauts -ou ce qu’ils supposent être des défauts réels ou imaginaires. Donc, un seul critère, une seule question : est-ce que je me reconnais, est-ce bien "moi" dans ce reflet ?

Si oui, alors vous êtes prêt(e) pour le rendez-vous… ou même juste tout simplement pour sortir dans la rue !

  • Besoin de concret ? 

Vous êtes un homme ? Pour un style classique "in" nous vous conseillons d'investir quelques heures à la lecture du blog de BonneGeule.fr. Besoin d'idées de looks ? Consultez le blog des C******* en Rayban, un véritable succès sur Paris.

Vous êtes une femme ? Laissez-vous tenter par les Blogs de The brunette et celui de Et pourquoi pas Coline. En à peine 30 minutes de navigation vous devriez repartir avec des dizaines d'idées de looks élégants et tendances.

La session shopping devrait être fructueuse… Faites-nous confiance !

Attaquer le sport

Autre bon conseil, le sport "aère" l’esprit et permet certes de travailler ses muscles et sa silhouette, mais aussi et surtout d'acquérir une importante confiance en soi. 

Pourquoi ?

Tout simplement parce que l’effort vous aidera à retrouver une bonne estime de vous-même. Vous serez ainsi plus apte à définir vos capacités et vos limites. L’activité sportive est également une excellente opportunité pour rencontrer des personnes partageant ce type de loisir.

​Vous manquez de motivation pour vous mettre au sport ? Afin de ne pas vous laisser avec de beaux discours voici 5 conseils qui vous permettront de mettre le pied à l'étrier.

Rappelez-vous : un esprit sain dans un corps sain !  Anima sana in corpore sano.


5 Astuces pour prendre soin de son corps 

 1- Laissez de côté les contraintes 

Sport après 40 ans

La plupart du temps, nos objectifs de nutrition, de remise en forme, de beauté sont contraignants, donc difficiles à atteindre. Exiger trop de soi, c’est se montrer trop exigeant. Arrêtez-vous sur une ou deux activités physiques dont les bénéfices vous conviennent. Un peu de jogging, surveiller son alimentation, c’est déjà très bien !

Une fois ces bonnes habitudes prises, sans doute aurez-vous naturellement envie d’aller plus loin… Si vous tentez de perdre du poids, d’arrêter de fumer, de vous mettre à la relaxation, au cardio, en allant deux fois par semaine au musée, en plus de vos occupations quotidiennes vous aurez l’impression de trop courir, de vous oublier, et de ne pas profiter de votre temps libre et d’être toujours loin du compte !

Donc, imposez-vous : des objectifs simples, en petit nombre, qui vous procurent du plaisir… une chose après l’autre.

Un exemple ? Au bureau nous nous motivons pour marcher un minimum de 6 KM par semaines avec les équipes. Pourquoi ne pas vous fixer de faire 1 tour du parc d'à côté de chez vous par semaine ?

Si vous vous ennuyez en marchant il existe de nombreux Podcasts (émissions de radios) à écouter durant votre séance, vous verrez cela occupe l'esprit et le temps passe à une vitesse folle... Voici une liste de podcasts forte intéressante pour débuter.

2-Prenez conscience de vos qualités 

En vous levant, en travaillant, durant le déjeuner, en vous préparant pour une soirée, ralentissez votre rythme et prêtez attention à vos qualités. Plus nous agissons en automate, plus nous oublions notre corps et plus nous le négligeons.

Pour vous aider, le livre de Mélanie Fennell "Surmonter la faible estime de soi" vous permettra de mettre rapidement le doigt sur vos problèmes.

3- Trouvez votre rythme

Refaire sa vie amoureuse après 40 ans

Dans son livre "Le meilleur médicament c’est vous" , le cardiologue et nutritionniste, Frédéric Saldmann écrit : "Les excuses que l’on se fait à soi-même sont toujours les mêmes : je n’ai pas le temps, quand je serai en vacances je m’y mettrai ".

La procrastination n’a jamais permis d’avancer et il est essentiel d’atteindre ses objectifs. Il faut savoir se prendre en main selon ses envies et ses besoins.

Que ce soit faire un jogging, du yoga, de la boxe, du fitness ou encore de la marche rapide : le principal c’est de bouger à son rythme.
Il n’y a qu’une seule façon de prendre soin de soi : s’écouter et se respecter.

4 - Pratiquez en groupe

faire du sport en groupe après 40 ans

Seule, la motivation peut-être compliquée à maintenir, mais à deux ou en groupe, on est porté par l’envie des autres. Course à pied, piscine ou danse … Grâce aux réseaux sociaux (facebook, twitter ou autres sites spécialisés) vous pouvez intégrer facilement un groupe de sport dans votre ville.

Ce qui permet de profiter à la fois d’une activité tout en se socialisant. Envie de débuter chez vous et au calme ? Voici 10 astuces pour faire du sport chez soi et sans matériel.

5 - Félicitez-vous !

Chaque étape franchie est une victoire. Il faut donner de l’importance à ces moments. Ils symbolisent un pas de plus vers vos objectifs. Bien se traiter, c’est le début du bonheur.

​Vous avez repris du poile de la bête ? Vous sentez revenir votre confiance en vous ? Il est maintenant temps de passer à la seconde étape de notre guide pour refaire sa vie amoureuse après 40 ans : renforcer votre sociabilité !


II/ Échangez, sortez, rencontrez

L’absence de Social Time (temps de parole en société) peut mener à mal une personne célibataire. Aujourd’hui, je constate que les personnes ne se rencontrent plus physiquement, ils ne s'intéressent plus à l'autre ou seulement d'une manière très superficielle.

Il faut donc souligner que rien ne remplace la spontanéité et l’attention portée à l’autre dans une rencontre fortuite.

rencontrer et sortir après 40 ans

il est important de prendre en compte ces différentes étapes :

Il suffit d’observer le comportement des invités lors d’une soirée ou d’un apéritif festif : les hommes et les femmes restent entre eux. Ils n’essaient que rarement de rencontrer d'autres personnes en dehors de leur cercle relationnel.

Alors comment entrer en contact avec des personnes extérieures ? Pour réussir à engager la discussion avec un/une inconnu(e), 

On fait un tour ?

Éteignez votre ordinateur et profitez de votre temps libre pour faire de nouvelles rencontres.

Participez à des activités extérieures, allez faire du sport, rejoignez une association (il y en a vraiment pour tous les goûts et dans tous les domaines !) ou encore, inscrivez-vous à un atelier … Il y a de multiples possibilités pour tisser des nouvelles relations.

  • Besoin de concret ? 
  1. Rendez-vous sur le site : Meetup
  2. Entrez une activité dans le champ des recherches (ex: marche / jogging ) ou bien consulter les activités proposées sur la page d’accueil. Vous n’aurez plus aucune excuse pour rencontrer du monde 🙂

rencontrer des personnes lorsqu'on est timide

La timidité, une existence compliquée, ou encore les mauvaises expériences peuvent entraîner un mal-être, n’hésitez pas à vous faire aider. Personne ne peut traverser l’existence en portant toujours tout, tout(e) seul(e). Certains seront tentés par une psychanalyse et pour eux, beaucoup de sites et d’annuaires en ligne les aideront à choisir un praticien confirmé.

D’autres se méfieront de cette méthode ou préféreront résoudre rapidement un problème précis (une phobie par exemple). Pour eux, les thérapies comportementales (TCC, EMDR notamment) seront sans doute plus appropriées.

Mais il existe aussi des coachs, des diététiciens, des ostéopathes et des masseurs (souvent, adopter un bon régime alimentaire fait aussi beaucoup de bien, prendre soin de son corps est bien sûr indispensable), de multiples activités comme le yoga, l’apprentissage d’un instrument de musique, le chant, la photo peuvent vous aider. Lancez-vous !

L’erreur serait de ne rien entreprendre.

L’essentiel est de vous sentir bien auprès de votre coach/thérapeute/conseiller/professeur, et d’accéder au bien être !

Laissez vos questions à la maison

refaire sa vie

Faites abstraction de vos problèmes lorsque vous faites une nouvelle rencontre. Positivez un maximum ! Les personnes que vous rencontrez ont envie de passer un moment agréable avec vous et ce n’est pas en parlant de vos soucis quotidiens que vous les séduirez.

Envisagez les choses d’un point de vue plus constructif ! Vous vous poserez, plus tard, les questions existentielles :


"vais-je lui plaire ? " ou " y aura-t-il un second rendez-vous ? ".

Cela nous évitera de perdre le fil de la discussion ! Par la même occasion, vous montrerez à votre interlocuteur l’intérêt tout particulier que vous lui portez.

Comment briser la glace ?

Il convient de se débarrasser de préjugés et de toujours anticiper le meilleur. Imaginer une situation idéale, permet de se préparer mentalement avant de faire de nouvelles rencontres.

Refaire sa vie à 40 ans

Prenez le temps de choisir des sujets de conversation. Si vous êtes en manque d’inspiration, observez la décoration, les photos, les objets, les personnes présentes … Certains détails vous permettront d’enclencher le dialogue.

Le plus dur est fait ! Après les présentations d’usages, il importe de rendre la discussion intéressante pour formaliser votre relation avec votre interlocuteur. Si ce dernier vous fait part de ses passions, de son weekend dans le sud ou encore de sa semaine de travail, essayez de rebondir sur les sujets évoqués pour donner corps à la discussion.

Afin d’entretenir l’échange, posez des questions (et vous obtiendrez des réponses). Rappelez-vous : plus vous manifesterez de l’intérêt à l’autre, plus vous susciterez une interactivité prometteuse.



À éviter !

  • Les questions dignes d'un interrogatoire ( vous ne faites pas une enquête)  ,
  • Parler uniquement de soi ,
  • ​Étaler sa vie, en la présentant comme une réussite ultime
  • ​Les interruptions inopinées : laissez votre interlocuteur finir avant de raconter cette anecdote tellement passionnante et drôle ,
  • Les "je sais tout" , "je fais mieux" et le faire savoir.

Et surtout, souriez ! 

souriez pour rencontrer !
souriez pour rencontrer !

Donner une bonne image de soi permet de retenir l’attention. Si vous inspirez confiance à vos interlocuteurs ces derniers seront plus enclins à aborder tous les sujets avec vous (y compris ceux vous concernant).

Sourire facilite le contact, il doit tout simplement être adapté à vos émotions, et au message que vous souhaitez transmettre à ceux qui vous entourent.

Inversement, l’absence de sourire rend le contact plus difficile. Alors souriez quand vous voulez être agréable à l’autre. En plus, cela ne coûte rien !

La clé : s'intéresser sincèrement aux autres

Les hommes et les femmes aiment que l’on s’intéresse à eux ! Le pouvoir des compliments est illimité. Être capable de faire des compliments ou de les recevoir est un élément essentiel qui montre votre assurance et votre sociabilité.

Essayer de séduire, c’est bien… Mais vous donner une chance de vous laisser séduire, c’est encore mieux ! Ne perdez pas votre temps à vous demander pourquoi on vous a complimenté.

Appréciez juste le fait que quelqu’un à penser à vous faire plaisir !

Refaire sa vie

Et bien sûr n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos impressions ou préoccupations, nous lisons tous vos messages et y répondons, souvent par le biais d’un article de blog comme celui-ci !


III/ Facilitez les rencontres 

Maintenant que vous vous sentez prêt (ou prête) à refaire votre vie sentimentale, que vous avez repris le goût de sortir, voici comment multiplier considérablement vos chances de faire des rencontres, qu’elles soient amicales ou plus constructives !

Trouvez votre "truc" !

se mettre à la danse après 40 ans

Le sport vous a été conseillé, une activité culturelle, au sens large du terme (c’est-à-dire incluant aussi les hobbys manuels, l’artisanat, l’engagement bénévole en association…) est également une excellente initiative. Cela vous apportera beaucoup et, vous permettra également de faire des rencontres. Vous aurez ainsi un but, des rendez-vous et de nouveaux objectifs.

L’apprentissage d’un instrument de musique est une piste qui va vous donner l’occasion d’assister à des concerts, d’échanger sur des forums, ou des sites spécialisés et de lier connaissance dans un contexte autre, que celui des sites de dating, où tout est toujours trop orienté…

Une activité collective, (comme la lecture à haute voix est un formidable vecteur de découverte théâtrale) et une excellente occasion de se faire des ami(e)s, qui ont eux-mêmes des amis, organisent des dîners, vont prendre un verre… Et, qui sait ?

Un conseil ?  Lancez-vous dans la danse, contemporaine de préférence (rock, tango, salsa,, etc…). La danse est une belle façon de s’exprimer et de se divertir.

Contactez le site On Y Danse, dont la mission est véritablement de vous aider à débuter et d’exprimer vos émotions par le mouvement. La section “Débutants” est très bien faite ), ainsi que leur FAQ  et le programme de danses insolites.

Toujours un peu d'air !

marcher pour rencontrer du monde

La marche est bonne pour la santé et aussi l’esprit,  c’est aussi la garantie de s’ouvrir à une pratique qui a des effets hautement bénéfiques sur le bien être, et qui permet aussi d’élargir son cercle relationnel entre passionnés…

Qui a-t-il de mieux que de faire une petite marche à la fin de la journée, se rendre à pied dans une librairie, un musée, au restaurant en adoptant de nouvelles habitudes.

Très agréable : découvrir des sites de marcheurs avec lesquels partager sa passion (les timides auront d’emblée un sujet de conversation)…

Si vous n’habitez pas dans une grande ville, des clubs de randonnée pour les débutants comme pour les marcheurs confirmés vous ouvriront leur porte. À lire absolument l’article du blog enviedemarcher.com , et surtout n’oubliez pas de bien choisir chaussures et  matériel !

Ayez le bon état d'esprit 

Inutile d’appréhender une rencontre, il est primordial de prendre le temps de découvrir l’autre et de voir si la personne correspond à vos attentes. Abordez toujours la conversation de manière très ouverte. Bien sûr, il faut veiller aux signes avant-coureurs pour anticiper et éviter tout comportement inattendu. Il y a, c’est vrai, des gens insaisissables.

En décodant le sens caché des gestes et du regard vous "sentirez" les choses, et vous pourrez ainsi limiter les imprévus. Au fond, peut-être s’agit-il tout simplement d’une légère timidité, auquel cas, bonne nouvelle !

Vous trouverez sur le site un monde pour les introvertis  tous les conseils qui vous aideront à analyser et dépasser votre appréhension. Enfin n’oubliez pas : il y a forcément quelque part, quelqu’un fait pour vous. Il vous faut juste créer des opportunités pour favoriser cette rencontre (et nous espérons vous avoir donné assez d'idées à ce sujet !).

Voyagez

voyager et faire des rencontres

Tout le monde ne peut pas sur une simple envie se rendre à Copacabana ou réaliser un trek dans les massifs de l’Annapurna. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’au cœur de l’Europe, nous vivons dans un pays magnifique, où les villes ont un charme à nul autre pareil. En plus de tous les sites que nous connaissons comme lastminute ou expedia il existe, des bons plans de "dernière minute" qui facilitent considérablement les séjours touristiques.

Si vous n’avez pas l’esprit suffisamment aventureux, plusieurs sites spécialisés dans les voyages organisés, proposent la découverte d’Amsterdam, Londres ou Barcelone. L’occasion vous est également donnée, en voiture ou en train de découvrir les casinos de Deauville ou les circuits touristiques du bordelais avec Thomas Cook ou encore Les Maisons du Voyage, qui offrent de multiples choix d’escapades en groupe.

Une fois de plus, l’idée n’est pas tant de faire une rencontre durant le voyage, mais d’assouvir votre curiosité, de découvrir des lieux inédits, bref, voyager à l’envi : premier pas indispensable pour réfléchir à sa vie et envisager de la refaire, à 40 ans ou plus…


Conclusion 

Rassurez-vous : pour refaire sa vie amoureuse à 40 ans, nul besoin d’appliquer à la lettre l’ensemble des conseils préconisés dans notre article… L’essentiel est de faire le premier pas sur un chemin dont vous ignorerez précisément où il mène ! Se lancer, plutôt que de tourner en rond en solitaire. Vous avez l’énorme chance de savoir désormais (l’expérience aidant) ce que vous voulez et ne voulez plus, ce que vous aimez et ce que vous ne supportez plus venant d’autrui.

Profitez-en ! Tournez-vous uniquement vers ce que vous aimez, cultivez votre jardin secret, prenez de nouvelles habitudes et multipliez les occasions de rencontre.

Par ailleurs, n’oubliez pas de:

  • Développer votre confiance en vous. Faites du sport, prenez soin de vous, veillez à votre alimentation.
  • Renforcer votre sociabilité. N’hésitez pas à sortir, à élargir votre cercle relationnel, et profiter des multiples activités culturelles ou sportives organisées dans votre ville. La sociabilité, est une aptitude qui augmentera considérablement vos chances de trouver / retrouver l'amour.
  • Changer vos habitudes et ne partez pas du principe que toute nouvelle rencontre doit aboutir à un dénouement heureux. Le plus important pour refaire sa vie amoureuse à 40 ans est de penser à vous, d’y croire, et de garder à l’esprit que toutes les opportunités sont bonnes à saisir…
Esther Keller

Alors n’attendez plus, prenez en compte ces conseils judicieux et partez à la conquête de la vie épanouissante qui vous attend. Par ailleurs, n’hésitez pas à commenter et à échanger avec nous dans le champ commentaire ci-dessous.

Partagez cet article avec un / une amie !

Envie d'en savoir plus sur Esther Keller ? 

Comment attirer une femme ?

Comment attirer une femme ?

J’aimerais qu’à la lecture de ce billet, vous puissiez (enfin) comprendre comment attirer une femme et la séduire, bien sûr. Mais plus comme vous le faisiez avant (dans l’unique but de conclure…). Je voudrais simplement qu’une sorte de fil rouge vous guide désormais à travers mes conseils, vers un intéressant début de réflexion !

Comment gagner ensemble ou pas du tout.

  • Satisfaire son besoin de communiquer.
  • Interpréter plus justement ses réactions.

Quelques explications…

Le comportement masculin est simple et pragmatique –du moins de prime abord- et tout devient d’une folle complexité quand il s’agit d’une femme. Ne gérez qu’une étape à la fois si elle a un "truc à vous dire", en écoutant vraiment ce que vous avez à répondre et sans que ce soit une formulation directe (elle déteste !).                                                                                                                                                                                                                                               Inutile de prétendre décrypter ses agissements et l’image qu’elle croit offrir. Ne vous demandez plus comment attirer une femme. Si vous demandez à la revoir et qu’elle fait mine d’hésiter. Rassurez-vous, avant d’interpréter (à tort) un comportement quelque peu distant comme de l’indifférence. Le plus dur est fait, la suite n’est qu’une question de coquetterie.

La théorie féminine

  • Prêcher le faux pour savoir le vrai.
  • Avoir toujours (et encore) raison.

Quelques explications…

La communication féminine est vaste, légère ou tragi-comique. Par réflexe d’autoprotection une femme dit toujours le contraire de ce qu’elle pense et s’ingénie à ne jamais exprimer clairement ce qu’elle veut. Ce qui l’oblige à contrôler astucieusement tout ce qu’elle dit et souhaite montrer d’elle !             À qui le dernier mot ? La femme parle pour le plaisir de parler, elle préfère les chemins de traverse, que d’aller droit au but. Ne vous faites pas d’illusions, dans tous les cas, elle conservera une bonne longueur d’avance puisqu’elle s’ébroue comme une reine en son domaine dans l’art et la manière de pratiquer la persuasion.

3 conseils judicieux

  • Essayez de comprendre le message
  • Répondez à son besoin de s’épancher
  • Ne vous interposez pas en juge ! (sinon gare à vous)

Conclusion

Parler suffit, généralement à la détendre, l’écouter c’est déjà, exister à ses yeux. Alors, comment attirer une femme ? Misez tout sur les sentiments, soyez chaleureux. L’opportunité de nouer ensuite un bon contact se fera alors sans aucune difficulté.

Vous souhaitez avoir plus d'informations sur l'agence matrimoniale Esther Keller rendez-vous sur notre site, page: Qui sommes-nous


Les photos : nodezhda1906 et Syda production



Oser parler d’amour à une femme

Parler d'amour...

Il n’y a aucune méthode infaillible, ni de phrases magiques pour parler d’amour et conquérir une femme pour la simple raison qu’aucune d’elles ne réagit de la même façon. Difficile donc de savoir à l’avance ce qui la fera succomber. J’aime l’idée de l’homme, qui séduit sans mode d’emploi. C'est-à-dire, qui renonce à la gestion de la rencontre et se rend à un rendez-vous, sans en attendre davantage qu’un possible plaisir.

Pourquoi l’homme ne sait-il pas toujours comment s’y prendre ?

  • Échanger sur les sentiments qu’il éprouve n’est pas son fort.
  • La peur de manquer de virilité, encore et toujours.

Quelques explications…

Au final, l’homme cherche à se ménager une porte de secours toujours ouverte bien sûr. Cependant, une porte ouverte ne suffit pas à investir la place !   Il procède donc par essais, réitère ses tentatives, recules pour mieux avancer sans jamais se départir de son rôle valeureux et protecteur. Il doit donc, pour ne pas faire vaciller ses codes masculins, comprendre que, pour être prêt à conquérir une femme : l’initiative de l’approche passe aussi par le romantisme et le vrai parler d’amour.

Ce que la femme attend d’un homme ?

  • Qu’il ose prendre l’initiative, sinon rien !
  • Qu’il soit authentique, aimable et rassurant

Quelques explications…

Séduire une femme est un cheminement fait d’essais ratés, de succès et de rechutes, où tout reste toujours possible ! Si vous êtes honnête avec vous-même, vous savez parfaitement ce qui prédispose une femme. En sa présence, montrez-vous aux petits soins et sachez saisir les perches qu’elle vous tend. Ce n’est pas à elle de changer et de s’adapter, c’est à vous de lui parler d’amour, de répondre à ses besoins et d’adopter la bonne stratégie pour lui plaire. C’est dans votre intérêt de faire les efforts nécessaires pour la comprendre, la rassurer et lui donner envie de vivre heureuse avec vous.


Quelques astuces à suivre

  • Regardez-la (toujours) dans les yeux
  • Faites-lui un compliment discret
  • Trouvez-vous un point commun
  • Posez-lui des questions
  • Écoutez-la ...et écoutez-la encore


Conclusion:

Soyez authentique, aimable et rassurant, procéder par petites tentatives (à défaut d’être compris, chaque chose en son temps !) sans vous départir de la diplomatie requise. Et c’est seulement à cette condition que vous aurez toutes les chances de vous rapprocher, d’avoir une bonne entente et de pouvoir lui parler d’amour.

Le billet de Blog suivant pourra certainement vous intéresser, venez le découvrir: Déclaration d'amour


Les photos: mineria Studio et Vadymudrobot



Ce qu’aiment les hommes

ce qu aiment les hommes

ce qu aiment les hommes

À la question ce qu’aiment les hommes  ? Je réponds sans la moindre hésitation : les hommes apprécient qu’une femme soit séduisante, féminine, plus que sexy. Et ce qu’il apprécie par-dessus tout, c’est qu’elle s’intéresse à lui sans l’envahir.

Séduire un homme, c’est avant tout lui donner envie de vous revoir. Amusez le, par la qualité de vos rencontres ( passer de vrais bons moments à échanger, à discuter, à refaire le monde et à rire ensemble). Surprenez le (de façon positive, évidemment !) par votre allant, votre façon d’être, de réagir, de penser…. Soyez entreprenante… Et, faites lui surtout comprendre (sans exagération aucune), que vous êtes intéressée. Ça, c’est ce qu’aiment les hommes !

Inutile donc, de vous présenter « glamoureuse » et stratégique à souhait pour embellir et enrichir une rencontre. De façon générale, n’affichez pas votre séduction de façon trop ostentatoire, sinon il n’y a plus de place pour le charme… Tout repose sur votre spontanéité !

Mon conseil : soyez souriante, souriez encore et toujours ! Mais n’en faites pas trop quand même. Affichez votre gaîté. L’homme est friand de  bonne humeur. Gardez toujours en sa présence cette notion d’envie et de plaisir. Et, surtout ne vous mettez pas la pression sur ce qu’aiment les hommes, ou pas. Ne perdez jamais de vue, que lui aussi rêve sans doute de vous conquérir…

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

2

Le sexe coaching.

Sex content concept

sexe coaching

 

Le coaching se décline sous de multiples formes, qu’il soit  professionnel, de vie, sportif , ou encore lié au développement personnel.  Il ne manquait plus pour compléter le panel déjà bien fourni, que celui consacré à la libido. C’est chose faite! Le sexe coaching ouvre la voie aux épanchements et aux confidences en tout genre. En effet, bien que la sexologie soit un domaine réservé aux médecins, les questions liées à la sexualité sont fréquentes. Dans   la rencontre, les confidences sur le sujet vont bon train (feedback compris).

Le but recherché du sexe coaching  : permettre au couple de bénéficier d’une sexualité épanouie. Je parle là d’un coaching sans voyeurisme aucun, qui consiste tout simplement à parler des “choses de la vie” dans un but précis, celui de s’épanouir sexuellement.

Qu’attendre du sexe coaching ? Un mieux-être, assurément. Le coach propose un accompagnement aux personnes qui font appel à ses services pour faire face à leurs difficultés. Il pourra s’agir d’aider une femme à révéler sa féminité et sa sensualité. De vivre pleinement sa virilité ou d’améliorer ses performances pour un homme. Dans les deux cas, apprendre à mieux utiliser son corps, libérer son esprit pour éprouver plus de plaisir… à condition d’en accepter l’idée, bien sûr!

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Croire en soi pour avancer.

Eyewear glasses woman closeup portrait. Woman wearing glasses ho

croire en soi

C’est en travaillant sur soi que l’on parvient, chacun à son rythme, pas à pas, à trouver la sérénité et à vivre pleinement son épanouissement. Encore faut-il croire en soi et se faire vraiment confiance.
Connaître ses atouts et en avoir conscience aide, c’est la première étape, à avancer et à croire en soi. Il est également important de savoir identifier les points positifs qui ont jalonné votre existence (par exemple ce que vous avez réalisé de positif et de négatif dans votre vie amoureuse). Posez-vous les bonnes questions : Quels sont les hommes qui vous ont marquée ? Quel est votre but dans votre quête de l’autre ? Ce bilan vous aidera à comprendre ce à quoi vous aspirez réellement, élément indispensable à l’estime de soi.

.
Rien n’est gagné d’avance, à plus forte raison si le poids de vos interrogations est lourd à porter. Commencez par apprendre à vous accepter. Comment y arriver quand le regard de vos partenaires n’a pas toujours été bienveillant ? Acceptez l’échec et, surtout, commencez par ne plus vous sentir en position de fragilité, peu sûre de vous, déstabilisée. À vous de trouver des outils, des béquilles en quelque sorte qui vous aident à reprendre confiance. L’important est de relativiser, au lieu de dramatiser, et de surmonter ses doutes.

Lancez-vous des challenges, quels qu’ils soient, rencontrez par le biais d’une agence, au lieu de ressasser votre envie de trouver un partenaire (sans bouger le petit doigt). Mieux vaut penser à un nouveau défi, mais à un défi raisonnable, susceptible d’être remporté sans trop de difficulté.

Enfin, pour croire en soi, se réaliser et avancer, il faut changer et s’évaluer. Et pour s’évaluer, il faut agir.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Femme seule : nouveau départ après 50 ans…

Beautiful woman. watercolor illustration

Être une femme seule après un divorce, un veuvage, les circonstances de la vie… n’est en rien facile de nos jours. Les femmes qui se confient à moi n’ont pas toujours choisi leur solitude, et un grand nombre d’entre elles avouent péniblement que leur ex-mari est parti avec une femme plus jeune. Souvent exclue du cercle relationnel, elles expriment généralement un double malaise : celui de l’affront, difficile à supporter, et celui généré par le manque de perspectives.

À cela je réponds que la solitude ne doit pas être vécue comme un handicap, mais comme une pause imposée par la vie. Facile à dire, me répondrez-vous ? Non, nombreuses sont celles qui mettent à profit cette période pour se questionner sur elles-mêmes, se reprendre en main, se donner l’opportunité d’un nouveau départ… Vivre seule, ce n’est pas pour autant vivre à moitié. En revanche, une femme peut tout à fait se sentir seule aux côtés d’un homme qui ne l’aime plus.

Quels rêves agitent le cœur d’une femme seule en quête d’un nouveau bonheur ? Prendre une revanche sur l’existence ? Décider de ne plus faire la moindre concession à un homme ? Bien sûr, elle est en droit de se poser des questions et d’éprouver des désirs parfois contradictoires. En prendre conscience est souvent le premier pas à faire pour accéder à la vraie reconstruction, choisie et assumée.

Enfin, il y la femme seule qui n’assume pas et se torture l’esprit pour comprendre ce qu’elle appelle les « échecs » successifs de sa vie amoureuse. Il suffit pourtant de l’entendre énumérer ses a priori sur les hommes pour s’apercevoir que c’est son comportement qui est à l’origine de sa solitude. D’autres lancent pour se convaincre la petite phrase qui tue : « Quand je regarde autour de moi, il n’y a pas un seul couple qui me fasse envie ! ». Et puis, bien sûr, il y a celles qui se renseignent sur les possibilités de rencontre en affirmant n’avoir plus rien à prouver, mais qui sont, pourquoi pas, encore prêtes à y croire…

À vous de jouer, maintenant !

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Aux USA les cours de sexe, font rage !

men's health problem

cours de sexe

Aux États-unis, les cours de sexe se pratiquent de manière ludique et conviviale, dans des ateliers où les femmes viennent apprendre les variations nombreuses de la sexualité (orgasmes, bondage, tantrisme, positions sexuelles, tendresse) sans tomber pour autant dans la vulgarité : l’objectif de ces cours est de donner des enseignements explicites (avec leçons filmées et débats dirigés, bien sûr) sur les choses de la vie, de façon très pédagogique, en parlant ouvertement de sexe.

SOS pédagogie sensuelle ou cours de sexe

Au programme, les positions, les massages érotiques, les pratiques… car personne n’ignore que l’épanouissement sexuel passe par l’apprentissage. Qui plus est, ces ateliers permettent à certaines femmes de se désinhiber, d’accepter leur corps pour mieux vivre leur sexualité. Bien sûr, des réticences subsistent de la part de sexologues qui pensent que le partage de l’acte érotique doit se faire simplement dans le respect et l’acceptation du couple. Et si apprentissage il doit y avoir, celui-ci ne peut s’obtenir que par la communication et le dialogue entre les deux partenaires.

MAIS, à l’heure où l’on nous vante l’orgasme généralisé, tout démontre qu’il n’en est rien. Nombre de femmes découvrent tardivement le plaisir; et pas toujours (rarement?) dans le creux du lit conjugal. En témoigne le plein essor de la sexologie (ou cours de sexe ), qui, il faut bien le reconnaître, avance toujours avec la même argumentation : « tout est dans la tête » ou l’éternel conseil du « lâcher prise ». Est-ce la solution ?
PAS TOUJOURS… On fait rarement l’amour pour se reproduire, mais plutôt pour donner du plaisir et ça, c’est le plus compliqué… car quoi qu’on en dise, donner et recevoir du plaisir ne va pas de soi. Cela s’apprend.

La rubrique SOFT (je précise bien soft …) « séduction & intimité » de mon blog peut vous aider à voir plus clair dans les relations homme/femme.
Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Choisir une agence matrimoniale.

femme moderne flirt au bureau

choisir une agence matrimoniale

Est-ce facile de choisir une agence matrimoniale pour trouver l’homme ou la femme de sa vie ? La question mérite d’être posée, car s’engager dans un processus de recherche affective implique de combattre les préjugés souvent liés à tort à cette profession. Et pourtant… qui de nos jours rencontre seul ?

On peut être sceptique à l’idée d’avoir recours aux services d’une agence matrimoniale et préférer laisser faire le hasard et le temps. Plus facile à dire qu’à faire ! Les contraintes de la vie actuelle en sont les principales raisons. Le fait est là : 47 % des personnes seules se tournent vers ce « nouvel art d’aimer » sur Internet (58 % sont des femmes). Cependant, entre l’écran et le réel, la ligne reste vague et se dessine souvent en pointillés. 73 % des internautes avouent qu’un profil en ligne reste une machine à fantasmes souvent très éloignée de la vérité. 53 % pensent que choisir une agence matrimoniale reste une solution plus sûre, car une belle rencontre n’arrive jamais par hasard. Donner un coup de pouce à la vie est incontestablement une excellente décision !

Choisir une agence matrimoniale rassure et reste une valeur solide ! Elles ne sont nullement désuètes ou en disgrâce, ni même englouties par la multiplication des sites de rencontres ou le flot des trouvailles saugrenues du Web pour dénicher l’âme sœur, que nenni ! Les agences résistent et se portent même plutôt bien. Et si certains célibataires hésitent encore à franchir le pas, c’est souvent par manque d’information, voire en raison d’idées reçues… Tant pis pour eux !

Une belle rencontre n’arrive jamais par hasard. Il convient donc de provoquer le destin ! Favoriser les circonstances, en quelque sorte… Qu’y a-t-il de plus prometteur pour un couple que de partager les mêmes désirs et valeurs ? On n’a encore rien trouvé de mieux que d’aider deux personnes à se trouver et à se reconnaître.

Mais tous les adhérents ne se plient pas à l’exercice et ne veulent plus entendre parler de leur « entremetteur » une fois trouvée chaussure à leur pied… Eh oui, l’ingratitude est souvent le lot des agences pourvoyeuses de bonheur !
Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

L’amour passionnel ou rien du tout !

Sex equality

amour passionnel

Voici comment le Petit Larousse définit la passion : « Mouvement violent, impétueux de l’être vers ce qu’il désire ; émotion puissante et continue qui domine la raison. »

L’amour passionnel pèse lourd dans la balance du coeur et survient dans les moments les plus forts de la relation. Ce qui le caractérise, c’est l’incertitude et la crainte. Être envahie, exaltée, submergée est une délicieuse sensation, mais l’angoisse que tout s’arrête brusquement peut tourmenter certaines femmes jusqu’à l’obsession. Et, comme toute addiction, un tel comportement engendre des hauts et des bas, facteurs de nombreux accrochages.

Alors pourquoi tant de personnes souhaitent-elles vivre ce grand chambardement  qu’est l’amour passionnel ? Sans doute est-ce dû à l’époque, où tout doit se vivre dans la démesure : aimer intensément, se consumer pour l’autre, être experte en amour, se sentir hors du temps quand on croit reconnaître l’âme sœur, comme l’affirment de nombreux magazines féminins…

L’amour passionnel est associé au coup de foudre, à la passion dévorante. On ne parle pas d’amour raisonné, en tout cas pas du type d’amour sur lequel on peut bâtir une relation durable. Ceux qui sont touchés par la passion le savent, on se sent pousser des ailes ! Tous en parlent avec fascination et méfiance. Or, s’il y a une certitude avec la passion, c’est qu’elle ne dure pas. Il arrive inévitablement un moment où la réalité rattrape tout le reste. Alors, peut-on se prémunir de la passion ? Oui. En admettant qu’elle ne dure qu’un temps et en cessant de l’idéaliser ou de l’assimiler à l’Amour.

Enfin, le coup de foudre pèse lui aussi très lourd dans la balance. Il est considéré comme le but à atteindre dans les rencontres haut de gamme. Rappelons seulement ceci : la plupart des relations amoureuses qui durent ne commencent par forcément par un coup de foudre!

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Doit-on oser le libertinage ?

jambes bas resille

libertinage

Bien sûr ! Ne sommes-nous pas tous (plus ou moins) enclin au libertinage ou ne rêvons-nous pas, au détour d’un fantasme, de s’y adonner ? Et, si on ne badine pas avec l’amour, on apprécie parfois la fantaisie ; la pratique d’un libertinage soft

À tort, les « libertins » passent bien souvent pour des hommes ou des femmes désireux d’avoir des relations multiples, avec des partenaires qu’ils ne connaissent pas, le temps d’une soirée. Cependant, il convient de ne pas faire d’amalgame entre le libertinage et l’échangisme, qui autorise l’échange total de partenaires. J’ajoute qu’il n’est en rien obligatoire d’avoir des pratiques sexuelles hors-norme pour être réellement et profondément libertin.

Il est en effet difficile de définir les us et coutumes du libertinage, car il n’y a pas de règles définies en dehors du respect des fantasmes d’autrui et de son consentement. Être libertin, c’est être anticonformiste, libre de mœurs, profiter de l’amour sous toutes ses formes, sans aucun jugement moral. C’est-à-dire des rencontres entre adultes, où la sexualité est sans tabous et peut se goûter librement. L’amour peut aller de pair avec la découverte de ses fantasmes.

Si vous êtes d’humeur coquine et désirez rencontrer d’autres acolytes désireux, comme vous, de jouer avec les sens, il est préférable de vous entretenir avec eux, d’assimiler leurs codes, plutôt que de vous rendre dans un club prendre un verre sans savoir à quoi vous attendre. Il est également conseillé de se renseigner sur le type de club et le thème de la soirée, sachant qu’il est tout à fait possible de s’y rendre sans participer, par appréhension, absence d’envie, simple curiosité.

Lors des soirées privées, les couples sont là pour libérer leur sensualité, et plus si affinités… Toutefois, la pratique du« speed sex » n’est pas majoritaire ; le « one shot » n’est pas le fantasme dominant du libertinage. La grande majorité des couples présents privilégient les relations suivies, donc les jeux de séduction érotiques. Les présentations se font le plus souvent autour d’une coupe de champagne, les couples discutent, puis décident s’ils souhaitent se revoir ou aller plus loin.

Du badinage au libertinage, il n’y a souvent qu’un pas à franchir, alors… tenter l’expérience… ou pas ?

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Comment différencier l’Amour et le désir sexuel

Hot Sexy Woman in Lingerie

désir sexuel

Par quel heureux hasard arrivons-nous à tomber dans les bras de l’autre ? Le désir sexuel est-il une histoire d’hormones ou de vibrations ? Sans doute les deux. Ce qui est certain, c’est que l’excitation qu’il procure, elle, est toujours la même.

Amour et désir sexuel sont deux sentiments à la fois très liés et distincts. Il n’est pas toujours simple de les différencier :

Qu’est ce qui rend le désir particulier ?

L’élan sexuel se traduit par l’envie de faire l’amour, d’éveiller le corps de son ou sa partenaire et de lui apporter du plaisir : donner et recevoir.

À quoi sert de différencier désir et amour ?

À mieux se comprendre, s’analyser et à agir en conséquence. Lorsque nous tombons amoureux, nous avons tous tendance à confondre le désir avec l’amour. Le désir sexuel est parfois si fort que nous le prenons pour de l’amour, alors qu’il n’en est rien. Et, dans une telle euphorie, la confusion nous pousse à croire que cet attrait si fort que nous ressentons envers l’autre est le signe que nous aimons vraiment. Or, il est tout à fait possible de désirer sans aimer. La relation est alors possible, mais mieux vaut ne pas trop se leurrer. L’Amour, le vrai, ne se base pas essentiellement sur le désir physique, je m’en rends compte quotidiennement dans le cadre des rencontres haut de gamme. Il prend parfois du temps pour se construire.

En réalité, il est rare d’aimer totalement sans désirer, ou de désirer sans aimer ! Et l’amour n’est en rien platonique… Alors, heureux sont ceux qui savent concilier les deux !

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Comment surmonter une déception amoureuse

red heart in the trap

déception amoureuse

En amour, les plus heureux ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Et si vous en finissiez avec la tyrannie des sentiments, pour ne plus souffrir d’une déception amoureuse  ? En volant dans les plumes de Cupidon et en tordant le cou, avec un enthousiasme non dissimulé, à la dépendance émotionnelle et au grand mythe de l’Amour Éternel !

Je suis de celles que les méthodes sur le développement personnel laissent sceptiques. En effet, il convient de s’aider par soi-même, en amour comme pour le reste. Personne ne peut le faire à notre place et je reste persuadée qu’il vaut mieux, en cas de déception amoureuse, se reprendre énergiquement et trouver une solution plutôt que de s’en remettre à des recettes miracles du style «Comment surmonter une peine de coeur en moins de 30 jours», qui n’ont d’alléchant que le titre et aucun résultat !

Il convient d’apprendre enfin à ne plus souffrir inutilement par amour, même si la passion est devenue le fil conducteur de votre vie. Tout s’apprend !

La rupture amoureuse est vécue différemment par l’homme ou la femme. L’homme se complait dans un rôle de protecteur et s’interroge davantage. Il se sent responsable et se pose de nombreuses questions : était-il assez inventif, attentionné, performant ? La rupture est pour lui le moment de faire le point sur ce qui n’a pas marché dans la relation. La femme, par contre, est intraitable : « Quand c’est fini, c’est fini. » Elle tourne plus facilement la page. Toutefois, elle a un grand besoin de se confier à son entourage afin d’évacuer sa peine.

La question est de savoir comment dépasser cette déception amoureuse sans se charger de culpabilité. Pour cela, il faut commencer par faire le deuil de son histoire, désacraliser son image en quelque sorte. On voit souvent des personnes se ruer sur Internet ou faire appel à un organisme spécialisé dans la recherche amoureuse toute suite après la rupture. Ce type de réaction est normal, mais ne fonctionne que si la séparation est acceptée. L’analyse des causes est une étape obligée pour rebondir et envisager une relation stable avec quelqu’un d’autre. Je vous conseille donc de lire mon blog, où de nombreux articles traitent du sujet.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

L’infidélité masculine

Break Up

infidélité masculine

L’infidélité est vieille comme le monde. Elle survient à tous les âges de la vie, et aucun couple n’est à l’abri. Souvent traumatisante, l’infidélité masculine, découverte ou révélée, est le signe d’une relation qui se cherche ou s’éteint.

Cet article s’adresse surtout aux personnes qui sont aux prises avec cette éprouvante situation, ou qui sont elles-mêmes instigatrices de cette transgression. Mes réflexions sur l’infidélité masculine concernent aussi quiconque a un proche confronté à ce type de crise et, enfin, à ceux et celles qui s’intéressent par simple curiosité à ce délicat sujet et qui trouveront ici des réponses.

Occasionnelle ou prolongée, voulue ou irréfléchie, secrète ou affichée, l’infidélité masculine – quelle qu’elle soit – remet en cause la place de l’autre dans sa vie. Rien ne sera plus pareil. Un ressort s’est cassé dans la machine bien huilée du couple uni jusqu’alors. Panne provisoire ou irréversible, comment faire face à un tel bouleversement ? Savoir où l’on va et ce que l’on veut faire désormais ?

Premier conseil : Trouver sa propre réponse sans se détruire ou tout détruire. Verbaliser la situation, prendre du recul, et sortir d’une position de victimisation/accusation pour rebondir, se reconstruire et reconstruire éventuellement le couple.

Je conseille sans a priori ni préjugés de nombreuses personnes ayant été confrontées à ce problème. De toute évidence, il leur faudra reconstruire – une autre vie ou un couple plus fort -, et retrouver l’entente et la réciprocité. Bien sûr, des jalons sont à poser pour réussir ce parcours. Attentive et bienveillante, la rencontre de qualité en agence apporte réconfort et force. Elle permet souvent de trouver une réponse, celle qui vous convient le mieux, parce que VIVRE À DEUX, c’est la vie. Ne restez pas, surtout, sur un échec…
Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Astro du couple, doit-on y croire?

Tarot cards and crystal ball (3)

astro

Astro du couple : l’amour est au cœur de toutes les préoccupations. En effet, la quête de l’âme sœur prend parfois du temps et des chemins divers ; Internet, agence matrimoniale, bureau, voire simple hasard !

En établissant et comparant les thèmes astraux, un astrologue peut décrypter la psychologie du couple, et déterminer les affinités comme les points sensibles, éventuels sujet de discorde. Certains pensent ainsi trouver des réponses à leurs interrogations, et ainsi construire une relation sur des bases plus harmonieuses.

Quel crédit accorder à l’astro du couple ?

À ceux et celles, ils sont rares il est vrai, qui me disent désirer rencontrer une personne de tel ou tel signe et ascendant, je réponds que l’astrologie est un outil pour celui qui y croit, mais ne doit pas faire oublier l’essentiel. Sans porter de jugement sur cette discipline, je pense que le réflexe de la compatibilité astrologique du couple aide ceux qui ont besoin de se rassurer face aux incertitudes de la recherche amoureuse.

Mais est-ce vraiment une question de croire ou de ne pas croire ? Ne serait-il pas plus sage d’observer, en toute impartialité, les résultats ? Sans essayer d’expliquer ou de rationaliser ? À ma grande surprise, les hommes de pouvoir que je côtoie sont souvent entourés d’astrologues.

Enfin, que les prédictions astro se réalisent ou pas n’altèrent en rien les croyances. Chacun ne retient que les prédictions accomplies, qui effacent le souvenir des autres ! Et puis, la vérité ne fait pas toujours rêver. Si l’on vous dit que vous n’avez qu’une une chance sur mille de faire une rencontre sérieuse et de trouver  l’homme idéal, vous serez moins attentive que si l’on vous annonce qu’en sortant un soir de pleine lune, vous allez faire la rencontre de votre vie… La raison est toute simple, quel que soit le domaine, nous ne retenons que les réponses séduisantes. Et chacun n’entends que ce qu’il veut entendre.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Définition du couple idyllique

Male and female hands holding big red heart

couple idyllique

Personne ne peut prédire la suite d’une rencontre amoureuse… les sentiments dominent et nous entrainent. Le couple idyllique, tel qu’on nous le présente au cinéma ou dans les pages d’un roman, m’amène à conclure que fiction et réalité sont bel et bien différentes. En effet, les couples représentés sont du type fusionnel. Concrètement ; un couple qui s’aime et dont les partenaires ne font jamais rien l’un sans l’autre.

Petite réflexion sur le couple idyllique : pour être sûr de rester en harmonie sur la durée, quelques précautions s’imposent, dans le cadre de la rencontre luxe ou fortuite, à commencer par préserver son autonomie. Vivre à deux ne signifie pas tout faire à deux.

PRUDENCE ! Les partenaires fusionnels qui ne peuvent se séparer perdent leur indépendance en se nourrissant l’un de l’autre. Ils oublient que l’éloignement éveille le désir, élément essentiel des couples épanouis.

Quant aux célibataires qui sont en quête d’une relation amoureuse sincère, je les incite à s’interroger sur les concessions qu’ils sont prêts à faire. En aucun cas ils ne doivent rechercher un partenaire en tout point similaire ; chacun possède son caractère, son expérience, et ces différences peuvent parfois favoriser l’attirance d’une personne envers une autre. À condition de posséder des valeurs sociales similaires. Des personnalités complémentaires ont de meilleures chances de bâtir une relation de couple idyllique que ceux qui n’ont rien en commun.

Une relation qui dure implique de faire des compromis, de respecter l’autre, et de l’aimer pour ce qu’il est sans vouloir le changer à tout prix ! Est-il besoin de préciser que prendre le temps de comprendre son couple, c’est s’offrir le luxe qu’il dure ? Il ne faut pas faire l’impasse sur l’essentiel : l’estime de soi. Charité bien ordonnée… Cette image de soi valorisée permet de valoriser l’autre… qui assurément saura bien vous le rendre.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Rencontre : réussir une vie à deux !

Target Heart On Laptop Showing Passion

vie à deux

Comment optimiser un désir de vie à deux ? Je vais faire simple : dans le cadre d’une rencontre sérieuse, trois points sont importants :

1.    S’assurer que l’on est prêt à vivre ensemble
Si la décision a été prise d’un commun accord, sans aucune pression ni contrainte, assurément vous êtes prêt à franchir le pas. Dans le cas contraire, prenez le temps de réfléchir aux conséquences qui pourraient découler d’une décision trop hâtive. Créer et entretenir une relation positive et enrichissante permet à l’amour de s’épanouir au fil du temps, et au couple de se renforcer de jour en jour.

2. Préserver sa vie de couple
Une vie à deux se cultive, il importe donc de tenir compte des désirs et des besoins de l’autre afin de surmonter tous les obstacles, petits ou grands. Essayez de transformer vos querelles ou vos désaccords de manière constructive. Jouez-vous de vos différences. Transcendez le quotidien. Le plus important n’est-il pas la réconciliation et le retour à l’harmonie du couple ?

3. Vivre son engagement
En amour, s’engager est non seulement une marque de confiance, mais également un grand pari sur l’avenir. Ne vous noyez pas dans un verre d’eau, sachez affronter les événements simplement, sans stratégie, à l’instinct. Ressentez l’instant présent, obligez-vous à relativiser. Bref, refusez de faire de votre vie à deux une succession de mini-drames qui empoisonneront votre existence sentimentale.
Décidez de connaître le bonheur, de vous réaliser pleinement à travers lui, et vous réussirez pleinement votre couple.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Soirée en amoureux: les signes

Ballroom dancers - invitation

soirée en amoureux

L’homme fait preuve de beaucoup de prétention dans les objectifs qu’il se fixe, et il a raison : il est en position de force en agence et adore passer une soirée en amoureux. Tous sont des beaux parleurs qui désespèrent de trouver chaussure à leur pied. De ce fait, ils cumulent les aventures, butinent d’une femme à l’autre et refusent de s’engager, dans l’espoir caché de tomber sur la perle rare, la femme correspondant exactement à leurs critères d’exigence.

Faut-il laisser du temps à un homme qui est instable ? Non. Si le début de relation n’est pas très concluant, la prise de décision risque de perdurer ou de passer aux oubliettes. Et INUTILE de se jeter sur tous les magazines traitant du sujet dans l’espoir de récupérer « cœur sérieux75 ». Il est préférable de changer d’orientation, car LA MAGIE D’INTERNET NE FAIT PAS TOUT : derrière une annonce aux abords sérieux se cache souvent un homme qui veut profiter des gentillesses d’une femme sans s’engager davantage.

Il y aussi des débuts d’histoires idylliques. Nombreux sont les témoignages de femmes qui se persuadent alors que cette nouvelle rencontre est « la bonne » et qu’elle va se transformer en histoire sérieuse. Mais, du jour au lendemain, elles se retrouvent sans nouvelles, dans l’attente d’un appel ou d’une prochaine soirée en amoureux qui ne viendront jamais

Alors, comment trouver un homme sérieux ? En agence matrimoniale bien sûr, le rôle de l’équipe étant de vous guider de la prise de décision, à la première soirée en amoureux.

Dans mon activité j’adore les signes de l’amour naissant et plus encore quand les coeurs balbutient au début d’une rencontre, bien qu’il soit difficile de savoir si le couple parle bien le langage de l’amour. Certains indices mettent toujours sur la voie : les marques de tendresse, l’attention apportée, les concessions, la soirée en amoureux qui s’achève par une belle déclaration…

Eh oui, l’amour est beau quand il est nouveau, mais il l’est davantage… quand il est vrai !

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Pourquoi les femmes aiment les grands ?

Parents character cartoon style vector illustration

les femmes aiment les grands

Les femmes aiment les grands, les hommes captivants, qu’elles peuvent admirer. Et leur stature participe également à ce charisme. L’université de Groningue (Pays-Bas) vient de publier une étude à ce sujet. Elle démontre que  (l’homme idéal mesurerait 1m90, une taille qu’elles considèrent comme évocatrice de puissance et de virilité) et qu’elles se laisseraient volontiers conter fleurette par des partenaires ayant 20 centimètres de plus qu’elles.

Ce n’est un secret pour personne, le physique d’un homme n’est pas l’élément déterminant pour une femme. En matière de corpulence, il en va de même. À choisir, la majeure partie des femmes craque pour des hommes dont la musculature est « normale ». Les femmes aiment les grands, certes, mais l’humour, lui, règne en maître ! En effet, celui qui en est pourvu nouera plus facilement un contact (son pouvoir d’attraction augmente même de 33 %), ce qui n’est étonnamment pas le cas chez une femme, pour laquelle c’est même plutôt contre-productif.

Enfin, avoir de la hauteur semble être un indicateur de sécurité et de protection. À noter qu’un homme grand est considéré (biologiquement) comme plus fertile. Néanmoins, nombreuses sont celles qui s’accordent à dire qu’une fois amoureuses, la taille importe peu, car ce qu’elles recherchent avant tout dans une rencontre de qualité, c’est l’Amour, et surtout éviter les « coqs » (commentaire désabusé d’une internaute après une mauvaise expérience sur un site Internet classique) qui ne recherchent que des aventures sexuelles, les vouant ainsi à une recherche sans fin.

Si les femmes aiment les grands, les hommes, eux, préfèrent les femmes plus petites (ils seraient tentés par des partenaires mesurant 7 centimètres de moins qu’eux).

En amour, l’essentiel n’est-il pas d’être à la hauteur… ?

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Tarifs agence matrimoniale.

Smart phone with money concept. Euro.

tarifs agence matrimoniale

Différents facteurs influencent le coût des tarifs agence matrimoniale. Il convient donc de clarifier les écarts tarifaires en comparant les différentes prestations offertes avant de s’engager.

L’agence matrimoniale est un lieu privilégié pour faire des rencontres sélectives : comportement, centres d’intérêt, apparence physique et vision de la relation de couple sont les éléments qui permettent de situer chaque candidat(e). Les critères doivent également « correspondre » aux objectifs fixés (« qui vous êtes » et « ce que vous recherchez ») car il ne s’agit pas de faire une simple rencontre, mais de déterminer le potentiel de recherche de chacun pour arriver à transformer positivement leur vie amoureuse.

Les tarifs agence matrimoniale ne sont pas les SEULS éléments (sur mon site, ils sont explicitement indiqués) à prendre en considération ; la qualité de la clientèle, la durée de l’adhésion sont également des données importantes. Sachez repérer les agences aux prestations multiples et alléchantes mais complètement inutiles : tests divers, affinités astrologiques, études en tout genre, etc.

Si l’abonnement mensuel sur les sites de rencontre classique est beaucoup moins onéreux que les tarifs agence matrimoniale, les probabilités de rencontrer un homme ou une femme fiables sont BEAUCOUP plus faibles. Le SUR-MESURE, dans la rencontre haut de gamme, ne consiste pas à pianoter avec des inconnus, mais au contraire à engager la conversation lors d’un rendez-vous « préparé » avec des partenaires choisis, c’est-à-dire préalablement présélectionnés et reçus.

La relation avec un postulant est primordiale, dans notre activité. Écoute, dévouement et attention sont les qualités indispensables qu’une consultante relationnel se doit de posséder pour communiquer facilement et librement avec un futur candidat et l’aider dans sa démarche.

L’implication a un coût : toute la différence est là.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

6

Agence matrimoniale internationale

A woman at the cellular

agence matrimoniale internationale

Comment prenez-vous vos décisions ? Savez-vous vraiment vous « écouter » ? Confier son avenir sentimental à une tierce personne par le biais d’une agence matrimoniale internationale, ne plus faire ses propres choix et se laisser guider peut décontenancer !

Regardons de plus près le rôle que jouent vos émotions dans les initiatives qui sont les vôtres.
Rappelez-vous votre dernière décision. Dans quel état d’esprit étiez-vous lorsque vous l’avez prise ? Arrêtez-vous sur l’instant où vous avez choisi de cliquer sur rencontres haut de gamme et imprégnez-vous bien de cet instant.

ATTENTION de ne pas agir dans l’urgence (très vite, après une rupture…) car ce genre d’impulsion peut vous jouer des tours : mauvaises décisions prises sous le coup de la colère, à la suite d’émotions en montagnes russes, etc.

Ainsi, si vous vous êtes inscrit dans une agence matrimoniale internationale, n’acceptez de rendez-vous que si vous êtes totalement convaincu(e). Pas de précipitation ! Vous qui cédez facilement au désir impulsif ou qui ne savez pas dire non, prenez le temps de réfléchir. Par exemple, demandez un délai supplémentaire ou exprimez votre souhait d’être recontacté(e). Cela vous permettra notamment de vérifier la solidité de vos motivations de vie à deux.

Agence matrimoniale internationale ou autre, vous l’aurez compris, un rendez-vous s’honore (ou se décommande à l’avance et dans les formes). Pas de faux prétexte (se tromper dans la date ou l’heure du rendez-vous, oublier le rendez-vous…). Ne répondez pas non plus à une invitation « pour voir » ou encore pour « passer votre temps », à plus forte raison lorsque l’entretien est proposé à titre gracieux, notamment par égard envers la consultante qui travaille… pour vous !

Esther
N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Nouvelle rencontre amoureuse

img_defaut3

nouvelle rencontre amoureuse

Suffit-il de dégainer ses talons aiguilles, d’enfiler une robe moulante et d’essayer de faire fi de ses tabous pour gérer une nouvelle rencontre amoureuse  ? Ce n’est pas aussi simple, même dans la rencontre luxe. Malgré les conseils prodigués sur mon blog, être toujours en phase sur cette question qui nous concerne toutes, la SÉ-DUC-TION, peut sembler difficile. Et si bien vivre sa féminité est légitime, il est également important de se poser les bonnes questions.

Les deux techniques pour jouer de son charme avec élégance

La façon CASH… de s’adonner à une nouvelle rencontre amoureuse, consiste à aller au-devant de l’intéressé en lui faisant subtilement comprendre que vous n’êtes pas insensible à son charme. Cette démarche audacieuse n’est pas sans risque, car les hommes sont souvent décontenancés par les femmes qui font preuve d’une trop grande assurance (le chasseur, c’est lui).

La manière CLASSIQUE… mais Ô combien féminine, qui propose une approche plus modérée, où un simple battement de cils suffit parfois à inciter l’homme à s’approcher. Être soi-même, savoir ressentir, choisir, désirer et exprimer sa féminité avec juste ce qu’il faut de retenue, voilà ce qui plaît aux hommes.

Est-il besoin de préciser que la séduction est en chacune de nous ? Cette prédisposition féminine est la clé d’une nouvelle rencontre amoureuse . Nous devons en user et en abuser, car le seul obstacle qui empêche une femme d’être audacieuse provient souvent de sa difficulté à OSER être elle-même.

Apprendre à se connaître, c’est aussi apprendre à écouter ses émotions, ses désirs et accepter d’abandonner certaines habitudes. Si vous ressentez un besoin de changement, de nouveauté, d’exploration de votre propre pouvoir de séduction, libre à vous de vous y adonner ! Une chose est cependant certaine : aller au devant d’un homme, c’est affirmer sa féminité pas à pas.

Rencontre luxe ou pas, le bonheur vaut bien qu’on se donne un peu de mal pour l’atteindre, non ?

Esther
N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Choisir un site de rencontre ?

Social Media Concept.Online Love Button on Keyboard.

choisir un site de rencontre

Les sites envahissent la Toile. Une façon rapide et ludique de trouver l’âme sœur pense-t-on ? Pas si simple. Si vous vous demandez comment choisir un site de rencontre, voici quelques règles d’usage qu’il est préférable de connaître et de ne surtout pas négliger avant de vous lancer dans la quête de l’autre.

Alors, comment choisir un site de rencontre ?

Règle n°1 : Conserver l’anonymat. Se préserver de toute forme d’indiscrétion sur son profil (ne mentionner ni prénom, nom, numéro de téléphone ou votre adresse).

Règle n°2 : Ne pas brûler les étapes, prendre le temps de découvrir l’autre à travers la rédaction de vos courriels respectifs. Aborder tous les sujets (intimes ou courants) pour savoir si vous avez envie d’aller plus loin… ou pas !

Règle n°3 : Demander une photo avant le rendez-vous et se parler au téléphone pour éviter toute mauvaise surprise.

Règle n°4 : Se rencontrer de préférence dans un lieu public.

Règle n°5 : S’adresser à une agence réputée pour ne plus s’interroger sur votre devenir sentimental et choisir un site de rencontre.

En effet, ces interrogations n’ont pas cours dans mon agence. L’approche à la fois conviviale et confidentielle de mon site invite à se retrouver entre personnes choisies où modes de vie et goûts culturels identiques priment. Le concept Esther Keller plaît aux internautes fortunés qui ne souhaitent pas s’inscrire sur des sites trop accessibles au grand public. Contrairement aux sites classiques, qui sont basés sur des critères et un rapport plus frontal et peu discret, LES CANDIDAT(e)S NE PARTENT PAS A L’AVENTURE ! Les membres sont filtrés et reçus systématiquement, ce qui évite les erreurs d’aiguillage et augmente les chances de compatibilité.

L’idée : créer un concept simple et discret, mais en y ajoutant un côté prestige et luxe. J’OSE PROPOSER des services haut de gamme sur Internet, qui attire de plus en plus de gens fortunés.

Mes secrets : la confidentialité et l’efficacité.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

S’inscrire sur un site de rencontre ?

Site de rencontre - amour sur internet

s’inscrire sur un site de rencontre

S’inscrire sur un site de rencontre peut sembler simple. Cependant, et quel que soit le mode d’échange utilisé (annonce, téléphone, SMS…), l’observance d’un certain nombre d’usages est une marque de respect et de bonne éducation, qui favorisera plus facilement les facteurs-clés d’une bonne communication. La poursuite d’une relation épistolaire, préalable à toute rencontre, exige des notions de tact et de correction, tant sur la forme que sur le fond.

Aujourd’hui, quels que soit l’âge, le niveau social ou la localisation, des milliers de célibataires, en quête du grand amour se posent la question sur la façon de s’inscrire sur un site de rencontre ?. Agir et interagir en quelques clics n’est en rien compliqué, pour jeter son dévolu sur celui ou celle qui qui sera peut-être le/la partenaire de sa vie.

Sans ignorer pour autant les nouvelles technologies (messagerie instantanée, chat, webcam), mon agence n’en reste pas moins adepte de méthodes plus conventionnelles. En agissant avec discernement, en prodiguant des conseils avisés et en observant systématiquement la règle de validation téléphonique, je réponds aux attentes des postulant(e)s, sélectionnant avec rigueur le candidat apte à rejoindre mon carnet d’adresses évitant ainsi les innombrables déconvenues du Net.

À toutes ceux qui se lancent dans cette cyber-quête, mon blog peut apporter des  solutions. Long est le processus menant à la concrétisation d’une quête sentimentale, de la prise de décision initiale au rendez-vous final, en passant par les premiers coups de fil, les présentations…  grâce à mon expérience en coaching relationnel, je vous offre toutes les clés de la réussite amoureuse pour trouver l’amour, le vrai !

Ne vous leurrez pas !  Internet reste avant tout un simple outil de communication, pas un gentil Cupidon qui va transformer votre vie, sans que vous fournissiez le moindre effort ! L’aboutissement d’une recherche amoureuse se mérite et la Net addiction est un problème réel qui touche plutôt les hommes. Pourtant, le grand amour, qui semble parfois si loin, n’est peut-être qu’à quelques clics de vous. Pensez à toutes ces personnes qui trouvent l’âme sœur par le biais d’une agence matrimoniale. Plutôt que de vous perdre dans le désormais célèbre village global, faites confiance aux professionnels.

Alors,  s’inscrire sur un site de rencontre ? Avec espoir et détermination.

Esther
N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Site de rencontre seniors

Site de rencontre seniors

Site de rencontre seniors

C’est quoi, être heureux en amour pour un senior? Assurément, avoir (RE)trouvé l’homme ou la femme de sa vie et ne plus avoir le cœur entre deux chaises…

Contrairement aux hommes, les femmes s’interrogent beaucoup lorsqu’elles entament une relation sur un site de rencontre seniors . Elles ont la fâcheuse tendance à poser LA question qui perturbe au moment où les hommes s’y attendent le moins… mais elles sont ainsi faites ! Comme lorsqu’une femme dit : « Ce n’est pas comme ça que je rêve ma vie » après un premier rendez-vous. Il y a « rêve » et « rêve ». Il faut savoir s’extraire de l’illusion, que la présentation soit organisée ou fortuite, pour développer une énergie positive que l’on saura transmettre, non pas à coup d’explications, mais par des expériences heureuses. Tant que vous serez à la recherche du partenaire idéal et ne prendrez pas la vie du bon côté en apprenant à vous nourrir de petits plaisirs, vous ne reboosterez pas votre capital réussite ! Être heureux en amour, via un site de  rencontre seniors ce n’est pas compliqué. Attention cependant à ne pas tomber dans le piège du bonheur à tout prix !!! Même avec Esther Keller, il n’y a pas de résultats miracles en la matière. Car il est de la rencontre comme du reste : tout dépend de vous.

JE M’EXPLIQUE… pour connaître le bonheur, il faut oser et y aller ! Dans certains cas, comme je donne beaucoup de conseils pratiques, il s’agit même d’un véritable assistanat amoureux, car la moitié des couples qui font appel à mes services pour un site de  rencontre seniors  ont tout simplement des problèmes de communication relationnelle ! Ils ne savent pas comment faire, ou même n’ont pas conscience que les hommes et les femmes évoluent sur deux modes différents. Et pour éviter de passer à côté de son destin, mieux vaut apprendre le plus tôt possible à se comprendre.

Dernier conseil : dans tous les domaines, notez vos objectifs et récompensez-vous à chaque fois que vous en atteignez un. N’oubliez pas que le plaisir et la gratification sont un puissant moteur de vie, de désir et donc de changement.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Comment trouver l’âme sœur

nuage de mots bulles silhouette : saint valentin amour

trouver l’âme sœur

Y a t-il une recette miracle pour savoir comment trouver l’âme soeur, bonheur  et promesses idylliques ? Je ne crois pas. Cette recherche croisée sur le Web, qui ne peut pas se définir en quelques clics… les attitudes à adopter et celles qui doivent vous interpeller afin de repérer puis reconnaître un candidat susceptible de vous convenir nécessite de posséder un 6ème sens fortement développer.

Trouver l’âme soeur, des affinités ciblées et un partenaire BSTR (bien sous tout rapport) apte à satisfaire une rencontre serieuse . S’affranchir des codes du marché de la recherche amoureuse et en créer de nouveaux, à travers le consulting relationnel pour plus  d’efficacité est indéniablement un rôle qui me plaît.

Sur le Net, veillez à l’implication

C’est le point sur lequel vous pouvez d’emblée et sans risque juger vos réponses. Si lors de vos échanges mail votre correspondant aborde des sujets aussi importants que celui de refaire sa vie, sa façon de concevoir le bonheur en couple, les valeurs qui lui sont chères, et vous donne de surcroît l’impression que votre début de relation a un avenir, il est incontestablement un candidat « à considérer ». Et peut être avez-vous une chance ? Les Net lovers (ou spécialistes du genre) connaissent d’emblée les phrases qui font mouche pour séduire les cœurs à prendre.
Les points de divergence trop prononcés peuvent menacer l’entente sur le long terme. Ne répondez qu’aux personnes qui vous intéressent vraiment, celles avec lesquelles vous avez le plus d’affinités et qui correspondent à votre sensibilité et à vos attentes personnelles.

Attention ! Les hommes ne sont pas dupes.

Ils avouent être moins habiles que les femmes pour entamer une relation qui comporte trop de conditions, et craignent de n’être qu’un éternel chevalier servant ou un simple accompagnateur pour aller au restaurant. En effet, beaucoup d’hommes visent le long terme et l’attachement vrai, ce qui n’est pas toujours le cas de certaines femmes qui recherchent davantage une présence dévouée à leurs côtés. Ces comportements nuisent à tout échange et se traduisent par des échecs notables lorsque l’on souhaite ne plus s’interroger sur la manière de trouver l’âme soeur, une complicité partagée et une vie à deux heureuse.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

1

Site de rencontre haut de gamme

3d Silver tray with romantic red heart

site de rencontre haut de gamme

Contrairement aux sites classiques, le site de rencontre haut de gamme (ou matrimonial) veille à l’équilibre socioculturel des couples dont il se fait l’intermédiaire. La validation téléphonique systématique des postulants permet un ciblage précis des interlocuteurs visés et d’écarter toute tentative hasardeuse.

En utilisant Internet pour rencontrer l’âme sœur, vous pouvez tomber sur n’importe qui ! Sur le web, j’ai tout à la fois eu vent de mésaventures et de belles histoires d’amour nées par ce média. Bien que les modérateurs excluent les personnes aux propos trop audacieux, épicés ou carrément limites, l’utilisateur « bien sous tout rapport », drôle, gentil, nanti mais qui se montre trop pressant existe. Sans parler de prudence excessive, il convient d’en être consciente et informée. Certes, Internet est un moyen formidable, mais qui, a ses limites. Le site de rencontre haut de gamme  Esther Keller propose  une « INVITATION » à tout postulant sélectionné. En effet, si un rendez-vous n’est pas accordé de visu à chaque candidat comment se faire une opinion précise de la personne.

Il existe un climat favorable à l’amour. Avant tout, il faut être d’humeur amoureuse pour trouver un(e) partenaire de vie et, ainsi, être en mesure d’attirer à soi. L’envie de tomber amoureuse doit vous pousser à l’action. Cela vous permettra de repartir plus forte de l’enseignement de votre vécu. Quoi que vous découvriez, l’exercice vous redonnera confiance, car il vous livrera les armes de la connaissance. Le plus important est donc de revisiter vos expériences passées et d’écouter cette petite voix qui vous raconte…

Assurément, il existe quelque part quelqu’un fait pour vous sur mon site de rencontre haut de gamme. Mais attention : en voulant toujours mieux, vous risquez de passer à côté de l’essentiel.

Un conseil : prenez un temps de réflexion sur vous-même, en essayant d’avoir un regard lucide et constructif et, sans exclure la bonne surprise, attendez-vous simplement à vivre des moments sympathiques et amicaux. Ce n’est qu’en renouvelant l’expérience que vous finirez par rencontrer la personne souhaitée.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Faire une rencontre serieuse suisse ?

St. Moritz - Schweiz

rencontre serieuse suisse

Aujourd’hui, quels que soit l’âge, le niveau social ou la localisation, des milliers de célibataires se tournent vers les pays limitrophes , en quête du grand amour. Agir et interagir en quelques clics n’est en rien compliqué, pour jeter son dévolu sur celui qui sera peut-être l’homme de sa vie.

Sans ignorer pour autant les nouvelles technologie (messagerie instantanée, chat, webcam), envisagez une rencontre serieuse suisse n’en reste pas moins adepte de méthodes plus conventionnelles. En agissant avec discernement, en prodiguant des conseils avisés et en observant systématiquement le cas de chaque personne, nous répondons aux attentes de ceux et celles désireux d’aimer sous d’autres cieux,  sélectionnant avec rigueur lors de l'”invitation” le candidat apte à construire une relation durable et éviter ainsi les innombrables déconvenues d’une décision impulsive.

À toutes ceux qui se lancent dans la rencontre serieuse suisse, mon blog peut apporter des  solutions. Long est le processus menant à la concrétisation d’une recherche sentimentale éloignée, de la prise de décision initiale au rendez-vous final…  grâce à mon expérience en coaching relationnel, je vous offre toutes les clés de la réussite amoureuse et vous aide à traverser les étapes du changement, afin de trouver l’amour, le vrai !

Ne vous leurrez pas ! tapez rencontre serieuse suisse ne vous apportera en rien la solution… le web reste avant tout un simple outil de communication, pas un gentil Cupidon qui va transformer votre vie, sans que vous fournissiez le moindre effort ! L’aboutissement d’une recherche amoureuse se mérite et se prépare avec l’agence  Esther Keller .  Pensez à toutes ces personnes qui trouvent l’âme sœur par ce biais. Pourquoi  en seriez-vous exclu  ?
Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

L’aventure sans lendemain.

mobile phone

aventure sans lendemain

Après avoir évoqué la mise en relation sous toutes ses formes et les présentations homme/femme, il reste encore à aborder un autre type de recherche :l’aventure  sans lendemain, très éloignée des prérogatives que prônent mon agence de rencontre serieuse.

Qu’est ce qu’une aventure d’un soir ?

L’expression one-night stand – sex buddies, liaisons éphémères… est en elle-même parfaitement explicite : un seul soir et sans lendemain. Les personnes se croisent, partagent une nuit ensemble sans aucune intention de se revoir. Sous l’influence ou non d’une « coupette de champ’ », certaines femmes s’y adonnent sans trop réfléchir et ont ensuite un sentiment de culpabilité ; d’autres assument pleinement et revendiquent haut et fort le hook up (relation sans engagement), arguant que les hommes ne sont pas les seuls à avoir le monopole du papillonnage. Il convient cependant de ne pas se laisser trop étourdir sous l’influence des bulles !

Comment repérer un homme qui ne cherche qu’une aventure sans lendemain ? Ce n’est pas toujours facile. Lui, en revanche, se rend très vite compte si l’autre ne répond pas à ses élans et s’efface de lui-même.

La relation purement sexuelle n’a qu’un seul but : la recherche d’un acte libéré de toute intention autre que l’acte en lui-même. Ce batifolage permet de mieux savoir ce que l’on veut et de prendre de la distance par rapport à la pression inconsciente que l’on met dans sa quête de l’Amour. En attendant de le trouver et de faire (enfin !) une vraie une rencontre, se faire plaisir sans contrainte est aussi un moyen de se réaliser !

Ricardo Salvador a dit : « Quoi qu’on puisse en dire, une aventure sans lendemain vaudra toujours mieux qu’un lendemain sans aventure. »

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Penser à un autre en faisant l’amour.

heart in cage

Penser à un autre

Coeur prisonnier ne demande qu’à s’échapper…

Les femmes m’avouent penser à un autre ou à autre chose lorsqu’elles font l’amour : un autre homme, des inconnus, d’anciens amants ou même des stars de cinéma (aussi parfois à leurs rondeurs, à leurs bourrelets dans telle ou telle position, etc., mais c’est un autre sujet). Elles ont besoin de partir dans un fantasme pour renforcer leur désir. Quelle influence cela a-t-il sur leur relation ? Les fantasmes, mais aussi les remords et les regrets, ouvrent la porte à l’imaginaire.

Les psychologues prétendent que penser à un autre pendant l’acte amoureux n’est en rien une perversion ni même une tromperie, mais relève tout simplement du fantasme. Si vous pensez à quelqu’un lors de vos ébats, cela ne sous-entend donc pas que vous désirez vivre votre sexualité avec cette personne. Pas forcément en tout cas. Car il peut arriver que les sentiments s’émoussent (aime-t-on toujours ?). Alors, lorsque durant l’acte penser à un autre implique t-il de s’interroger sur le devenir de sa relation.
S’il existait un moyen pour faire savoir aux hommes ce qui traverse parfois l’esprit des femmes quand elles font l’amour avec eux, je suis sûre qu’ils feraient beaucoup plus attention à elles !

La rencontre sérieuse comme l’amour font tourner les têtes. Ne parlons pas chimie : endorphine, ocytocine (hormone de l’amour), véritables messagers du plaisir dont on nous rebat les oreilles. Il m’arrive souvent en consulting de toucher à l’intime et d’interroger mes interlocuteurs(trices) – ceux que le petit côté réservé incite à « décoincer » – sur leurs préférences sexuelles, car la  rencontre amoureuse donne aussi la priorité au plaisir.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Partenaire rencontre, décryptage.

Paris&eyes

partenaire rencontre

Mon équipe et moi-même le constatons au quotidien, les sentiments amoureux et la tendresse sont ce que les femmes préfèrent en amour. Par « tendresse », j’entends gestes doux et caresses, sans promesse de relation sexuelle. Évidemment, être dans le contrôle de ses sentiments, mais aussi de ses sensations, n’encourage pas à s’abandonner. Le bon compromis ? Être réceptive et à l’écoute, profiter de l’instant présent, là, tout de suite. Et ne pas se demander si « ça va le faire » avec tel ou tel partenaire rencontre… Vous le saurez après.

Les prémices sont avant tout une histoire de partage, de rencontre. Qu’entend t-on par partenaire rencontre ? Deux protagonistes qui se trouvent en situation de conquête de l’autre, mais ils doivent veiller à ne pas tomber dans le piège de la conquête tout court. Il convient donc pour eux de dissocier sexe et amour, vivre par exemple une expérience sexuelle épanouie sans s’impliquer personnellement, et donc sans trop y mettre de sentiments amoureux. Seulement, s’investir apporte aussi du sel à la relation. Alors, au risque de paraître cliché, quand les deux sont réunis, oui, c’est certainement beaucoup mieux !

Dans le cadre d’une rencontre sérieuse, rien n’est interdit ou presque. La seule condition à observer : être en confiance et en accord avec son ou sa partenaire. Le plus important est en effet de respecter les sensibilités de chacun. Il ne faut donc jamais rien brusquer ni imposer sans son consentement. Et pour l’obtenir, il n’y a qu’une solution : le dialogue ! À partir de là, tout est permis…

Ne sous-estimons pas l’évolution de la sexualité. Elle s’épanouit avec le temps et l’expérience, se nourrit de sentiments, se transforme et s’enrichit d’expériences, de fantasmes ou… de tentations ! Construire un couple, c’est aussi construire son intimité.

Mon conseil à une femme : faites le parler votre partenaire rencontre, l’amour se fait à deux… Ensuite, forte de ses confidences, vous pourrez partir à la recherche de l’autre et de son plaisir propre.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

L’agence matrimoniale paris

silence sign

agence matrimoniale paris

Oser être une débutante en amour permet de sortir du jeu de l’égo et ainsi d’évoluer dans la connaissance de soi et de l’autre, en se rendant disponible aux échanges qu’offrent les rencontres haut de gamme via une  agence matrimoniale paris. Les relations en deviennent plus authentiques. Dans le cadre de mon activité, il importe de prendre de bonnes résolutions, d’examiner ses choix et de cultiver la stabilité ; ne pas s’éparpiller, ni suivre l’exemple de ceux qui, bien qu’ayant trouvé un(e) partenaire de choix, s’imaginent qu’ils trouveront mieux ! Dire simplement « ce candidat me plaît » lorsque c’est le cas, sans chercher pourquoi. L’attirance ne s’explique pas, elle se vit.

L’agence matrimoniale paris vous présentera des candidats séduits par votre profil mais ne jouez surtout pas un rôle lors des présentations. Renoncez aux stratégies conseillées dans les magazines et censées vous permettre d’harponner l’homme de votre choix, perchées sur vos Louboutin. À vouloir paraître trop affriolantes et sexy, vous risquez de passer pour des croqueuses d’hommes (restez classiques, si vous l’êtes habituellement). Ce qui occasionne le déclic amoureux échappe à toutes les règles, et aucune femme n’est en mesure de savoir ce qui séduira l’homme en face d’elle. Présentez-vous spontanément. Et surtout ayez ce petit truc en plus qui plaît tant aux hommes et qui ne s’apprend pas car inné… la légèreté, classique, chic.

J’ose même dire que vous devez vous rendre à un premier rendez-vous avec gourmandise, en affichant votre gaieté et votre appétit de vivre. Et cela, aucune technique de séduction ne saurait vous l’apprendre.

Enfin, si l’homme vous attire, n’adoptez pas pour autant un ton trop libéré. Faites de votre tête-à-tête un moment de vrai plaisir plutôt qu’un défi à relever. Proposez-lui de vous revoir. Déjeunez amicalement ensemble durant le week-end, cela n’a rien de compromettant, et cela permet de conserver gentiment le contact. Et, qui sait… ces bonnes résolutions vous apporteront elle le bonheur ?

La recette miracle n’existe pas.  Trouver l’âme sœur est compliqué l’équipe de l’agence matrimoniale paris vous proposera dans cette recherche croisée de définir les attitudes à adopter et celles qui doivent vous interpeller afin de reconnaître un candidat  susceptible de vous convenir.

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Le blog rencontre amoureuse

blog rencontre amoureuse

Télévision, livres, sites Internet… tous les supports dispensent l’art et la manière d’avoir des rapports épanouissants (j’en parle également dans mon blog rencontre amoureuse). Les femmes sont supposées être sexuellement libérées. En réalité, elles subissent toutes l’injonction du « plaisir à tout prix », qui les empêche durant l’amour d’être vraiment elles-mêmes. Car la principale préoccupation des femmes avant le premier acte sexuel, c’est de savoir comment les hommes vont réagir en découvrant leur corps.
La sexualité n’est pas telle qu’on la décrit dans les magazines, et l’épanouissement ne dépend pas des dictats, il est propre à chacune.

Rencontre sélective ou fortuite ? Oubliez tout, oubliez-vous !

En matière de sexualité, certaines idées reçues sur la sexualité, la notion d’interdit, le poids de la morale peuvent encore peser lourd dans la balance . D’un autre côté, la vision stéréotypée du désir et de l’accomplissement féminin (véritable tyrannie du plaisir) engendre des confusions et des doutes, notamment sur ce qu’il « convient » de ressentir et sur ce qu’il est « juste » d’accepter ou de refuser de son partenaire, si la relation offre des perspectives d’avenir. Les femmes se perdent dans des considérations purement sexuelles (pratiques, expériences nouvelles, positions acrobatiques), qui ne font que les éloigner d’elles-mêmes. Or la sexualité et je l’explique dans mon blog rencontre amoureuse s’appréhende, s’apprend, se construit pas à pas dans l’exploration, l’écoute et la reconnaissance que l’on s’accorde. Ce n’est qu’à cette condition que l’on pourra enfin aborder une sexualité sereine.

Dans la sexualité, le culte de la performance, l’obsession de la jouissance peuvent conduire à s’enfermer dans des schémas stéréotypés, où la spontanéité et l’imagination n’ont que peu de place. Dans une société où il faut réussir et être le meilleur en tout, on oublie souvent de revenir aux choses essentielles, celles qui sont les plus simples, et de vivre, tout bêtement, l’instant présent.

Un conseil aux hommes souvent donner dans mon blog rencontre amoureuse : se renouveler, c’est le secret des bons amants. Cela implique dans l’intimité de penser « autrement » à sa partenaire et de faire preuve d’imagination !

Esther

N’hésitez pas
à contacter Esther
+ 33 (0)1 82 28 77 27

Gérer une relation amoureuse …

Devil and angel hearts together at silver glitter background. Va

gérer une relation amoureuse

À l’heure où les femmes sont de plus en plus nombreuses à être impliquées dans des fonctions et postes à responsabilités, gérer une relation amoureuse  et  pratiquer l’amour doux et choisi peut s’avérer ardue pour elles, et pas uniquement par manque de temps entre deux réunions ou deux avions.

En effet, les femmes sont beaucoup plus compliquées que les hommes, il faut bien l’avouer, et notamment dans la rencontre sélective, où leurs exigences dépassent parfois tout entendement. Savoir ce que l’on veut et avoir l’habitude de l’obtenir est une chose, l’amour en est une autre. Être dominante, carriériste, centrée sur soi ou trop autoritaire peut décourager un homme qui attend généralement d’une femme une relation amoureuse, faite d’harmonie et d’écoute.

Selon une étude récente, gérer une relation amoureuse ou « porter la culotte » affecte fortement la vie sexuelle. Ainsi apprend-on que les femmes de pouvoir ont jusqu’à cent fois moins de relations sexuelles que les autres (revue scientifique Journal of Sex) ! Pourtant, pour nombre d’entre elles, signifier leurs désirs n’est en rien exiger une soumission ni même tenter d’exercer une pression sur les candidats, c’est au contraire dire franchement ce qu’elles veulent et ne veulent plus, tout simplement. L’objectif étant de construire une relation égalitaire.

Les « vraies » autoritaires

Dans le cadre de mon agence, nous les repérons vite lors du casting. Elles se positionnent avec supériorité et avancent des interprétations construites au fil de leurs expériences et érigées en « principes de vie ». Plus une personne est vulnérable et angoissée, plus elle puisera dans ces principes pour se rassurer et se positionner dans la vie. Ces postulantes ne trouveront jamais un partenaire, et nous les  écartons d’emblée.

Si certains hommes aiment les femmes ayant de la personnalité, cela ne veut pas dire qu’ils apprécient les attitudes dirigistes. Il faut faire valoir son point de vue avec calme et détermination. Autrement dit, s’affirmer et exister autrement que par l’autorité abusive et le rapport de force à l’égard des autres. Rester dans une obéissance inconditionnelle n’est pas mieux. À nous de faire les bons choix pour gérer une relation amoureuse. L’amour doux est