Sexe : que dire, que taire ?

Très souvent, c’est le plus grand tabou de la vie de couple : le sexe, on sait qu’il faut en parler, mais on n’ose pas, ou pas beaucoup ; gêné(e) aux entournures, on ne l’évoque que pudiquement, et parfois sans beaucoup de clarté.

Pourtant, une bonne communication sexuelle est indispensable à la vie de couple. Voici quelques conseils pour que cet important sujet ne soit plus une difficulté !


Un sujet primordial

En matière de sexualité comme ailleurs, il est important de bien se comprendre au sein d’un couple.

Or, non seulement les hommes et les femmes sont fort différents, mais de plus les hommes et les femmes sont tous et toutes différent(e)s… les un(e)s des autres !

Dès lors, comment être sûr(e) que l’on comprend son ou sa partenaire ? Et à l’inverse, comment se faire comprendre d’elle ou lui ?

Au début

Mon premier conseil ? Relâchez un peu la pression ! N’oubliez jamais que l’un des grands plaisirs de la sexualité est de se découvrir respectivement, lentement mais sûrement. 

Les premières fois entre deux personnes peuvent s’avérer maladroites ou hésitantes, mais ça ne veut pas dire qu’elles ne sont pas agréables.

Ces moments de tendresse, où l’on se livre pleinement à l’autre, vont en réalité contribuer dès le départ à construire votre histoire.

Car celle-ci ne consistera pas à, tout de suite, tout réussir au lit ; mais bien plutôt à vous respecter mutuellement, grâce à la curiosité et l’empathie que vous éprouverez naturellement pour l’autre.

L’important, ce sera surtout d’aimer, au fond, le partage, la communication et l’échange.

Aussi, les premiers temps, pendant l’acte, ou juste avant, ou juste après, on commencera bien souvent à évoquer une ou deux choses spontanément —si l’autre est d’emblée un peu trop entreprenant, ou si vous avez une envie précise par exemple : ne fuyez jamais ces sujets.

Ils sont important et vous serez surpris(e) de constater combien l’autre vous sera reconnaissant de l’avoir abordé, ou de vous livrer. 

Durant tous ces premiers temps,  écoutez aussi les corps, le vôtre comme celui de votre partenaire.Ceux-ci se parlent. Il faut entendre leur langage.

Jusqu’ici, rien de trop difficile, me direz-vous. Eh oui car, généralement, ce n’est qu’après que les ennuis peuvent montrer le bout de leur nez…

L'amour sexuel procure à l'être humain les plus fortes satisfactions de son existence.

Sigmund Freud 

Après quelques temps

Après quelques temps, les dangers commencent à guetter. La routine, ou d’autres sources de frustration ou d’incompréhension sexuelle, peuvent s’installer.

Il va donc être important de verbaliser tout cela avant que les (mauvaises) habitudes ne soient prises.

Car trop souvent, les premiers moments, on se laisse bercer et vivre, on va de l’avant… Ce qui est très bien, mais ce n’est pas une raison pour commettre l’erreur de ne parler d’éventuelles problèmes ou difficultés que lorsqu’ils ne sont plus agréables ou encore épanouissants !

Si une question ou une envie vous brûle les lèvres, il faut sans doute la sortir de vos préoccupations et, pour cela, il n’y a pas trente-six solutions : il faut dialoguer ! 

On ne peut jamais savoir, dans ce domaine, ce que l’autre pense ou répondra. Donc, il faut oser. La plupart du temps, il s’agit de savoir si l’autre prend du plaisir à telle ou telle pratique, s’il ou elle a des désirs auxquels on n’a pas su répondre, ou que l’on n’a pas compris…

Après l’amour, en reparlant d’un moment en particulier, est un excellent moment pour dissiper ces doutes.

Puisqu’on évoque un instant précis, on s’ôte la peur d’être jugé(e) en tant que tel(le), il n’est question que d’un geste, d’un moment, et pas de sa manière d’être, profonde… Même si la discussion peut dès lors se poursuivre sur ce thème.

Au long-cours

Le sujet de la sexualité n’est jamais clos… Au fil du temps, dans nos vies et du fait de l’alchimie propre à chaque couple, nos envies, nos désirs, peuvent changer et évoluer.

Et c’est là que le vrai défi commence. Il faut résister à l’envie de tout garder pour ses copines ou copains, mais oser poursuivre cette conversation qui, croyez-moi, vaut la peine d’être suivie sur le long-terme !

Il est très important de garder en tête que, en matière de sexualité, il est question d’un sujet qui n’est jamais clos. En fait, vous le verrez si vous ne l’avez pas déjà constaté par vous-même, certaines questions, ou certains désirs, reviendront toujours vous titiller le cerveau et demander une réponse.

Il est difficile de donner un conseil général sur quand et comment en parler, tant chaque personne a son propre rythme, ses moments de disponibilité et d’écoute.

Mais si vous êtes attentif(ve) à l’autre d’une manière générale et si, sur un grand nombre d’autres sujets, notamment sur ce que vit votre partenaire en dehors de votre couple, par exemple au travail, en famille ou avec ses ami(e)s, vous avez pris l’habitude d’échanger, vous savez certainement repérer ces moments.

Lorsqu’un sujet devient trop brûlant, au point que vous avez envie d’en parler à autrui ou par exemple sur un forum, c’est certainement qu’il est temps de profiter d’un de ces moments pour vous ouvrir à votre compagne ou compagnon… C’est vrai pour le sexe comme pour le reste.

Plus que jamais dans ces moments-là, soyez dans les plus parfaits respect et empathie envers l’autre.

Votre but, dans ces conversations, doit être de comprendre, jamais de le ou la juger et, si certaines incompatibilités se font jour, comme une pratique qui vous ferait envie mais repousserait l’autre, de mettre au clair ces questions, pour savoir où vous situer, et avoir exprimé votre désir.

Avec le temps et le respect mutuel, très souvent, un nouvel équilibre s’instaurera, où les deux personnes pourront s’épanouir, ensemble, différemment peut-être de ce que vous pensiez au début, parce qu’elles se comprennent, et savent qu’elles peuvent s’ouvrir à l’autre sans crainte d’être jugées : c’est le meilleur carburant pour une vie sexuelle pleinement joyeuse et vivante.


Fantasmes : le cas particulier

Le sexe est donc un sujet de conversation comme un autre… Ce qui signifie qu’il a aussi ses règles et ses exceptions !

Parmi celles-ci, bien entendu, se pose la question des fantasmes. On ne parle pas ici des envies particulières, mais des scénarios auxquels on ne peut s’empêcher de penser tout en sachant qu’ils sortent de l’ordinaire et risquent fort d’être uniquement personnels… Comme faire l’amour en public, pratiquer l’échangisme, des formes de fétichisme, etc.

Faut-il parler de ses fantasmes ?

Ici, il convient d’être des plus prudent(e). Car certains fantasmes sont faits pour rêver, non pour être réalisés… Alors que d’autres vous empoisonneront l’existence si vous ne passez pas à l’acte.

Une seule règle : ne pensez pas une seconde que vous avez le droit d’imposer quoi que ce soit à l’autre, même par des méthodes en apparence douce, comme le chantage affectif ou… la supplication.

Ces formes de communication ont leur propre violence, psychique, qui n’apporterait rien de bon à votre couple. Personne en la matière ne contrôle ses désirs, ni vous, ni l’autre. On peut donc écouter, s’exprimer, mais jamais forcer, d’aucune manière.

Aussi, la seule question que vous devez avoir en tête, c’est si l’autre présente un risque de vous juger pour votre désir. Et si cela pourrait mettre en péril votre histoire.

Car, sans forcément avoir les mêmes envies que vous, l’autre peut être tout à fait assez ouvert(e) pour pouvoir vous entendre sans vous juger, et que cette différence ne soit pas un problème.

Le mieux pour cela, même si c’est une méthode connue, est d’évoquer d’abord le sujet en passant dans une conversation, en évoquant d’autres personnes ou un article que l’on aurait lu… Histoire de se faire une idée sur son approche.

Et sinon, qu’en faire ?

Sur ce point précis, donc, c’est à vous seul(e) alors, en votre for intérieur de trouver la réponse à une question : ce fantasme me suffit-il dans mon imaginaire, ou ne puis-je vivre plus longtemps sans le satisfaire ?

Car dans cette deuxième hypothèse, il vous faudra trouver une personne qui le partage (ce qui, soit dit en passant, est de plus en facile grâce aux sites comme aux agences de rencontre).

Mais dans l’autre cas, vous constaterez qu’il est bien possible de garder simplement pour soi ces moments personnels et son jardin secret certains désirs, dont la réalisation pourrait en réalité s’avérer décevante.

Avant toutefois de prendre l’une ou l’autre décision, n’hésitez pas à en parler à un tiers neutre, par exemple à un ou une sexologue, qui saura faire la part des choses, et sera prêt(e) à vous aider à vous épanouir, sans blesser l’autre, mais en pensant d’abord à vous, et à ce qui est possible ou pas. 

Si quelque chose vous obsède, ce n’est qu’une fois au clair sur cette question que vous pourrez sereinement poursuivre la conversation sur tous les autres aspects de la sexualité de votre couple.

Et vous constaterez peut-être que, en vous connaissant mieux mutuellement, en vous faisant chaque jour plus confiance, en sentant que vous pouvez discuter à cœur ouvert avec votre partenaire, le sexe entre vous pourrait bien devenir si bon que vous ne vous sentiez plus du tout obligé(e) de réaliser ce fantasme, tant il y a de plaisir qui vous attend !


Conclusion

La clé, me semble-t-il, est donc de considérer le sexe à la fois comme un sujet comme un autre, que l’on peut aborder tout à fait calmement et simplement entre adultes…

Tout en gardant toujours à l’esprit qu’il peut, à un moment ou un autre, s’avérer particulier : c’est un point sur lequel, pour de multiples raisons, une personne peut se révéler plus fragile, plus en doute, plus en crainte d’être jugée, que sur beaucoup d’autres.

Douceur, tendresse, empathie, respect : plus que jamais, ces valeurs doivent être convoquées, afin de pouvoir aborder les sujets sereinement et ne pas garder pour soi un malaise quel qu’il soit.

Cela peut demander un peu de courage, de forcer un peu sa nature, pour oser l’aborder : mais la confiance mutuelle qui en découlera sera l’un des plus beaux ciments de votre couple pour les années à venir.

esther
 

La fondatrice de l'agence Esther Keller a débuté sa carrière entrepreneuriale au début des années 90 dans le secteur du luxe et de la parfumerie. Elle se spécialisera dans les années 2000 dans le conseil en relation amoureuse et publiera des articles pour des magazines suisses et monégasques. Fort des échanges avec ses nombreux lecteurs et consciente de leurs attentes en matière sentimentale, elle crée en 2009 l'agence de rencontre Esther Keller. Sa mission est de permettre à une clientèle privilégiée (niveau culturel, éducation, standing, aisance de vie…) mais souvent très prise professionnellement de trouver l'amour et de construire une vie affective longue et pérenne.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Près de 3140 profils d’exception ont déjà rejoint notre newsletter privée – Rejoignez-les !Cliquez-ici pour vous abonner