5

Comment repérer une personne toxique ?

En amour, se garder des personnalités toxiques est essentiel. À l’usage, une relation avec quelqu’un qui n’éveille en nous que les mauvaises vibrations peut s’avérer authentiquement néfaste, voire dangereuse.

Mais bien sûr, ce n’est pas écrit sur leur visage. Comment les reconnaître et percer, par-delà les apparences qui, de prime abord, peuvent être séduisantes, leur essence redoutable ?


Les Narcisse

Un peu de narcissisme n’a jamais fait de mal à personne et, pour aimer, il faut d’abord s’aimer soi-même et faire la paix avec son ego. Mais un excès de narcissisme peut se révéler destructeur pour l’autre. Voici quelques indices pour éviter ces caractères.

Le pervers narcissique

Personnalité sans doute la plus toxique de toutes, le pervers narcissique souffre d’une authentique maladie qui le ou la rend véritablement incapable d’aimer convenablement.

Cela finit invariablement par provoquer une grande souffrance psychique chez la personne qui a cédé à ses abords séduisants.

Le premier indice du pervers narcissique, hélas, est qu’il ou elle  est « trop beau pour être vrai ». Nous ne parlons bien sûr pas d’apparence physique, mais plutôt des attentions et des manières de faire !

En effet le pervers narcissique a besoin, pour exercer son emprise, que vous soyez absolument séduit ou séduite.

Les premiers temps, il ou elle fera donc tout pour vous séduire, de façon débordante. Des attentions exagérées, que vous n’avez jamais connues auparavant, des compliments hyperboliques, des cadeaux hors-normes (comme le week-end à Rome ou tout simplement excessivement cher, dès les premiers temps), font partie des signaux qui doivent attirer votre attention.

Bien entendu, tout cela est agréable et on a surtout envie de croire à la belle histoire. Restez cependant alerte. Même si la personne n’est pas perverse, il est probable qu’au minimum elle s’attache trop fort, trop vite, et s’installe dans une relation de dépendance qui pourra tout autant vous faire souffrir à plus ou moins long-terme.

Dans le cas du pervers narcissique, c’est bien sûr le premier moment où il ou elle s’avèrera destructeur(trice) qui vous confirmera que vous avez bien affaire à quelqu’un de cette espèce.

Si qui que ce soit vous fait des critiques et des remarques désobligeantes, en public ou en privé, au point de vous faire douter de vous, de vous faire pleurer, ou si ses remarques appuient sur des points saillants dont il ou elle sait qu’ils vous sont douloureux, alors n’insistez pas, mettez fin à la relation au plus vite, fuyez.

Cela peut être difficile, aussi n’hésitez pas à en parler autour de vous, à vos ami(e)s, voire à consulter si vous êtes dans le doute. Vous risquez d’avoir honte et d’hésiter à vous en ouvrir, mais il n’y a absolument aucune raison d’avoir honte d’avoir fait confiance à quelqu’un, c’est au contraire la preuve que vous, vous êtes capable d’amour !

Parlez à vos proches, recueillez leur avis et, si vous avez vraiment mis les pieds dans un guet-apens, mettez fin à la relation au plus vite.

L’égoïste maladif (ve)

Sans être forcément perverses, certaines personnes souffrent malgré tout d’un narcissisme exagéré, ou au contraire défaillant, mais toujours dangereux.

La jalousie maladive, les messages par dizaines, même lorsque vous êtes au travail et que vous ne souhaitez pas être dérangé(e), les crises de colère, qu’elles soient à votre adresse ou non, sont d’autres signaux qu’il convient de ne pas négliger.

L’égoïste n’est pas forcément jaloux(se), mais a certainement besoin d’être le centre du monde et de l’attention. Cela peut au minimum amener à de situations gênantes lors de dîners entre amis par exemple, mais aussi à des scènes de ménage trop fréquentes, voire violentes (la violence verbale peut être absolument intolérable).

Bien sûr, en couple, les « engueulades » arrivent, existent, c’est normal. Mais en général, elles ne vont intervenir qu’à partir d’une certaine durée, quand le couple est installé et, le plus souvent, vit déjà ensemble.

En revanche, les crises dès les premiers temps d’une relation amoureuse indiquent que la situation ne pourra que se détériorer encore si vous tentez, malgré tout, de construire une histoire.

D’une manière générale, n’oubliez pas que l’amour, ou du moins la personne qui vous aime ou dit vous aimer, ne doit pas vous faire souffrir !

C’est une réalité qui peut sembler évidente, mais que l’on oublie pourtant bien trop facilement. Être amoureux ou amoureuse, c’est un cadeau, c’est du bonheur, de la force, de l’énergie, de la joie. C’est avoir envie de retrouver la personne et non pas la craindre.

Quand des gens qui ont eu une histoire toxique s’engagent ensuite dans une relation avec quelqu’un de sincère, de normal(e), capable de les aimer, la différence saute aux yeux. Aussi, si vous souffrez, inutile de prendre sur vous-même.

Une fois de plus, les crises arrivent dans les couples. Mais un couple qui en lui-même vous fait souffrir n’en est pas un. Un amoureux, une amoureuse, c’est un partenaire, pas un tyran, un juge ou un maître !


Les blessé(e)s de la vie

Hommes ou femmes, la tentation de prendre le rôle du soignant, de l’infirmier ou de l’infirmière auprès d’une personnalité blessée peut être attirant.

C’est un rôle qui a ses bénéfices et ses apports, c’est incontestable. Pourtant, il faut là aussi savoir éviter ces situations. Et cela n’est pas être dure que de le dire : c’est aussi parce que vous ne pouvez tout simplement pas réellement l’aider, ou pas de cette façon-là !

La personnalité négative

Une personne peut être exagérément négative au quotidien. On peut penser qu’il s’agit là d’un défaut comme un autre ; que nous avons toutes et tous des failles et qu’aimer, c’est aussi aimer quelqu’un en dépit de cela. Il y a un peu de vrai là-dedans, mais certaines faiblesses font bien trop souffrir pour mériter que l’on s’investisse.

Une personnalité négative, qui voit tout en noir, qui pense que rien ne fonctionnera jamais, qui s’attarde plus sur les défauts des autres, aura vite, croyez-moi, raison de votre bien-être.

Vous pouvez avoir envie de lui ouvrir les yeux, mais ce n’est pas à vous de faire cela et c’est, toujours, peine perdue : les gens ne changent jamais vraiment ce qui est leur personnalité profonde… Et quand c’est le cas, c’est au prix d’un travail sur eux ou elles-mêmes, ce n’est pas parce que leur compagne ou compagnon a su trouver les mots et les convaincre par sa seule logique ou son optimisme.

Il est tout à fait possible aussi que l’individu en question soit avant tout envieux. Ses critiques seront alors constantes, et épuisantes à vivre.

Deux dangers en tout cas feront vite jour : soit vous laisser contaminer, commencer vous aussi à voir le monde en noir ; soit user toute votre énergie à le ou la réconforter, le ou la contredire, et ne plus avoir la force de profiter des joies et moments simples de la vie.

Son énergie négative est inépuisable, car elle fait partie de sa façon d’être. Mais votre force n’est pas illimitée, elle, et doit se régénérer… Notamment par l’amour. Là encore, n’oubliez jamais qu’un ou une partenaire doit vous rendre plus fort(e) et joyeux(se), pas l’inverse !

La personne en souffrance

N’oubliez jamais non plus qu’une rencontre, c’est une personne, mais c’est aussi un moment. Un moment de la vie où la magie peut faire son œuvre de part et d’autre.

Si vous rencontrez quelqu’un en grande souffrance psychique, la tentation peut être grande de vous attacher à elle. Parce qu’elle est peut-être véritablement quelqu’un de bien, tout simplement, et que l’on sait que sa souffrance finira par passer.

Pourtant, quelqu’un en plein deuil, ou qui commet des excès de boisson ou de psychotropes, ou qui traverse une dépression, voire se reconstruit après une crise aiguë de folie, n’est pas quelqu’un pour vous.

Bien entendu, tout le monde traverse des épisodes difficiles dans sa vie. Et si quelque chose comme cela afflige, pendant votre histoire, votre conjoint, il est normal de l’accompagner, le ou la soutenir et, sachant que tout cela finira en effet par passer et se guérir, affronter ensemble le mauvais temps pour ensuite profiter à deux des beaux jours revenus.

Mais si la personne est en pleine souffrance au moment où vous la rencontrez, ou si une enfance difficile a atteint son équilibre mental au-delà du raisonnable, sachez que cette histoire s’avèrera toxique pour vous. Vous donnerez beaucoup plus que vous recevrez, tous les jours. Vous vous épuiserez.

Surtout, vous installerez la personne en question dans une forme de confort provisoire, qui ne repose pas sur ses propres forces, mais sur la vôtre. Vous vous sentirez responsable et serez en réalité dépendant(e) de ses propres avancées, car vous n’oserez probablement pas le ou la quitter par craindre de lui faire plus de mal encore.

Or la personne ne peut s’en sortir que par elle-même, éventuellement accompagnée par un(e) professionnel(le), mais pas par un conjoint. Et presque toujours, une fois remise d’aplomb, elle va avoir besoin d’aimer à nouveau et s’éloignera de vous car vous serez associé(e), pour elle, aux moments les plus sombres de sa vie. 

Vous n’êtes pas médecin, vous êtes quelqu’un qui méritez d’être aimé(e) pour ce que vous êtes, simplement, et non pour le réconfort que votre présence, vos caresses et vos mots doux peuvent apporter !


Conclusion

Vous le voyez, il y a bien des façons pour l’être humain d’être toxique à ses semblables. Et celles-ci doivent être, pour vous, absolument rédhibitoires, quelles que soient les autres qualités que vous pensez trouver chez quelqu’un.

Car ici, le mot important est bel et bien « toxique ». L’amour a ses hauts et ses bas, ses vices et ses vertus, ses difficultés et ses complications. Cela est normal et il faut savoir le surmonter. Mais si un homme ou une femme, par sa façon d’être même, vous tire vers le bas, vous rend triste, amer(ère), abattu(e) et appuie toujours là ou cela fait mal, alors vous risquez de perdre bien plus dans cette relation qu’une histoire potentielle.

esther
 

La fondatrice de l'agence Esther Keller a débuté sa carrière entrepreneuriale au début des années 90 dans le secteur du luxe et de la parfumerie. Elle se spécialisera dans les années 2000 dans le conseil en relation amoureuse et publiera des articles pour des magazines suisses et monégasques. Fort des échanges avec ses nombreux lecteurs et consciente de leurs attentes en matière sentimentale, elle crée en 2009 l'agence de rencontre Esther Keller. Sa mission est de permettre à une clientèle privilégiée (niveau culturel, éducation, standing, aisance de vie…) mais souvent très prise professionnellement de trouver l'amour et de construire une vie affective longue et pérenne.

Click Here to Leave a Comment Below 5 comments
Anne Falla - 14 mai 2019

Chère Madame, Cher Monsieur,

Je vous remercie de tous vos articles si intéressants et toujours formateurs.

J’ai eu un souci avec le r-v téléphonique, ne pourriez-vous pas examiner?

Merci infiniment.

Anne Falla

Reply
Pellero - 15 mai 2019

Exacte j’ai rencontre un homme toxique qui m’a fait beaucoup de mal

Reply
esther - 19 juin 2019

Bonjour, le plus simple est de m’appeler au numéro de l’agence

Reply
esther - 19 juin 2019

Bonjour, désolée pour vous l’article vous a t-il aidé ?

Reply
Vincent - 18 juillet 2019

J’ai connu tous ces types de profil et je souhaite en sortir.
Je ne souhaite plus “jouer”a l’infirmière mais au contraire
vivre une relation saine et équilibrée.

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Près de 3140 profils d’exception ont déjà rejoint notre newsletter privée – Rejoignez-les !Cliquez-ici pour vous abonner