2

Les pièges du coup de foudre

C’est un mythe que nous connaissons toutes et tous. L’amour au premier regard, la rencontre qui nous bouleverse et nous chavire… Le coup de foudre. À tous les âges, il est possible de le vivre… Mais aussi, heureusement de se prémunir des dangers bien réels qu’il peut poser !

Le mythe par excellence

Les contes, les dessins animés, les chansons, les films romantiques, les romans, des grands classiques à ceux « à l’eau de rose »… Tout cela, dès notre enfance, a contribué à construire et vanter le mythe du coup de foudre.

C’est pour cela qu’il ne nous quitte jamais vraiment. D’autant que c’est une expérience possible à tout âge.

Y croire

Il n’est pas mauvais de croire au coup de foudre ! De l’espérer quand on est célibataire, de s’y abandonner quand on l’expérimente.

Le tout est de savoir comment le « gérer », pour ne pas tomber dans ses nombreux pièges. Ni d’attendre uniquement cela : toutes les histoires d’amour sont bonnes à prendre, et il existe des milliards (plusieurs par individu et par vie, au fond) de façons de les vivre.

On peut l’attendre, on peut y songer : le tout est de ne pas jamais considérer qu’il ne s’agit là que de la seule manière de vivre l’amour et faire une rencontre.

Bien des histoires qui se construisent lentement, avec le temps, voire avec de personnes qui ne nous attirent pas de prime abord mais qui sauront nous plaire à mesure qu’on les connaît, peuvent être tout aussi puissantes, et durer plus longtemps.

Et s’en méfier

On peut y croire, donc, si l’on n’en fait pas un mythe exclusif. Mais il faut aussi savoir s’en méfier. C’est-à-dire, d’abord, ne pas l’attendre.

Ne pas rejeter de possibles partenaires parce que, « tu comprends, ce n’était pas le coup de foudre… » Il faut savoir écouter ses sentiments, faire confiance à autrui, se laisser aller et surtout se laisser prendre par le charme de la découverte.

Il faut aussi le distinguer de la passion. Un coup de foudre peut être un magnifique début d’histoire. Mais le vrai danger, alors, est de le confondre avec l’amour fou.

Une rencontre, quelle que soit son origine, reste une rencontre : un lent apprentissage de qui est cette personne, et de l’alchimie entre elle est nous.

Il saut savoir « atterrir » et ne surtout pas croire que cet amour au premier regard est par essence le début d’une histoire folle, incroyable, dépassant toutes les frontières et tout ce que nous sommes : il peut être un prélude mais après, comme toujours, il faut commencer à construire… Et à penser à soi.

Le mythe en vrai

Vivre un coup de foudre peut être une expérience déstabilisante, surtout à l’âge adulte. On ne comprend pas, on n’a pas l’habitude.

On peut perdre alors ses meilleurs réflexes, ses certitudes. On court le risque de se perdre, et on l’on veut pourtant continuer à profiter de cette douce folie. Comment en profiter sans s’oublier ?

Le vivre

Nos regards se croisent et tout à coup l’autre emplit tout notre espace, visuel, psychique, sentimental.

On va ensuite discuter, partager la suite du moment et l’on ne va, tout au long par exemple du dîner entre amis, que le ou la regarder, l’écouter et se délecter d’elle ou de lui.

Le lendemain, on y repense, on veut le ou la voir. On ne comprend pas bien ce qui nous est arrivé.

C’est là qu’il faut garder les bons réflexes ! Quand une émotion nous dépasse, la clé est de respirer. Au moins, métaphoriquement.

N’oubliez surtout pas, n’oubliez jamais qu’il est possible de faire vivre et dialoguer les deux parties de vous, celle qui oublie tout et ne veut que « foncer » et l’autre, qui a déjà souffert, qui a de l’expérience, qui sait ce qu’elle souhaite.

Parlez-en à vos ami(e)s, écoutez-les, écoutez-vous dès que vous raisonnez. 

Le désir restera fort et gardera votre attention, mais vous pourrez mettre en place les premiers jalons qui vous permettront de le dépasser pour mettre en place une histoire authentique, délicieuse et surtout durable.

Car si vous vivez un coup de foudre, cela doit être votre premier objectif : le dépasser. N’oubliez jamais la complexité et la diversité des êtres humains.

À ce stade, c’est fatal, c’est incontournable, vous idéalisez l’autre. Oui bien sûr, il ou elle est peut-être réellement beau ou belle, drôle, intelligent(e), sensible, partage vos goûts et vos envies… Mais il ou elle est aussi quelqu’un qui a sa propre histoire, ses habitudes, ses défauts, ses curiosités.

Et pour durer, c’est cela avant tout qu’il vous faudra apprendre à aimer ou, du moins, à partager.

Le dépasser

Rappelez-vous vos autres rencontres, celles qui furent dépourvues de cette aura du coup de foudre : vous avez eu besoin de faire plus ample connaissance, de vous laisser charmer (et de séduire).

Eh bien, sachez qu’il en va exactement de même du coup de foudre ! Surtout, ne vous revoyez pas simplement pour revivre et faire durer cette seule sensation, au risque de vous enfermer de plus en plus dans une illusion qui, tôt ou tard, trouvera sa limite et vous fera souffrir.

À l’inverse, prenez le temps. Votre tâche principal, en cas de coup de foudre, est de ne pas tomber amoureux(se) du sentiment, ou de l’idéalisation, mais bien d’un être humain, paradoxal et multiple à sa manière. Revoyez-vous doucement.

Ne vous précipitez pas vers l’amour physique : les endorphines qu’il génère ne vous aideront pas à faire la part des choses !

À l’inverse, si vous prenez le temps de mieux vous connaître, de vous approcher doucement , il n’en sera que meilleur.

De même, apprendre à vous connaître permettra de commencer à vous créer un avenir commun. À penser au futur. À vous imaginer ensemble, dans le quotidien comme dans les projets, et à savoir ce que vous deux désirez, comme type de relation et comme partenaire.

Oui, vous ressentez sans doute déjà de l’amour, et il est fort, et il ne faut pas l’exclure ou l’oublier. Mais au contraire le renforcer, le bâtir. Ça commence le premier jour. Pour nouer une relation sincère et dans la durée avec une personne et non simplement une illusion, une idéalisation.

Conclusion

En réalité, le coup de foudre n’est qu’une façon parmi d’autre de faire une rencontre et de tomber amoureux(se). Elle n’est ni meilleure, ni plus dangereuse que les autres en tant que telle.

C’est un début, dans lequel, comme ailleurs, il faut savoir se méfier de soi-même et aspirer à aimer un être humain pour ce qu’il est, à le découvrir et à faire du temps votre allié, et non un ennemi sur votre épaule perchée.


Oui!

Rejoignez notre newsletter

Des conseils pour améliorer votre approche relationnelle + des contenus exclusifs

esther
 

La fondatrice de l'agence Esther Keller a débuté sa carrière entrepreneuriale au début des années 90 dans le secteur du luxe et de la parfumerie. Elle se spécialisera dans les années 2000 dans le conseil en relation amoureuse et publiera des articles pour des magazines suisses et monégasques. Fort des échanges avec ses nombreux lecteurs et consciente de leurs attentes en matière sentimentale, elle crée en 2009 l'agence de rencontre Esther Keller. Sa mission est de permettre à une clientèle privilégiée (niveau culturel, éducation, standing, aisance de vie…) mais souvent très prise professionnellement de trouver l'amour et de construire une vie affective longue et pérenne.

Click Here to Leave a Comment Below 2 comments
Cayarcy - 14 janvier 2020

Excellent article , plein de bon sens.

Mme Noëlle Cayarcy

Reply
Brunet - 24 janvier 2020

Quelle finesse !

Excellent, merci.

Marie-Pierre Brunet

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Près de 3140 profils d’exception ont déjà rejoint notre newsletter privée – Rejoignez-les !Cliquez-ici pour vous abonner