1

Sommes-nous tous égaux en amour ?

Même si les anthropologues affirment que l’amour est un sentiment universel, il est bien difficile pour certaines personnes de s’en persuader ou de continuer à y croire. Au fil des déceptions, elles finissent par se dire que leurs échecs amoureux sont un mauvais coup du sort, voire qu’elles ne sont pas faites pour aimer et être aimées.

En matière amoureuse, y aurait-il réellement des individus plus aptes à éprouver des sentiments que d’autres ? Quels sont les facteurs qui peuvent expliquer que certains semblent très doués pour vivre de belles histoires ?


Les difficiles équilibres de l’amour

Vivre une relation d’amour est un défi parfois difficile à relever. Passés les premiers émois de la rencontre, il faut arriver à composer avec un ou une partenaire et son histoire pour se sentir bien avec lui ou elle.

Nos propres contradictions internes viennent aussi entraver ce qui devrait être un beau fleuve tranquille.

L’amour provoque bien entendu des émotions. C’est d’ailleurs à ces vibrations que l’on peut identifier ce qui se passe dans notre cœur. Mais vivre une histoire d'amour est plus complexe que ces ressentis.

En effet, selon les spécialistes du couple, l’amour se définit comme une expérience affective composée d’attitudes spécifiques visant à procurer du plaisir.

Une relation ne peut donc se contenter de sentiments ; des comportements doivent les montrer et dire à l’autre qu’il est important pour nous.


Faire tenir ensemble l’altruisme et le narcissisme

Les premiers signes se passent dans les yeux de l’autre. Le regard admiratif et empli de désir qu’il ou elle porte sur nous procure un sentiment de bien-être. Ainsi, nous percevons l’être aimé comme la personne capable de répondre à nos besoins de réassurement narcissique, mais aussi de sécurité affective.

En effet, pour être heureux, l’individu doit se sentir considérer comme quelqu'un de grande qualité pour son partenaire. De fait, pour réussir une relation amoureuse, cette attitude d’admiration est nécessaire, mais encore faut-il être en mesure de repérer dans les comportements de l’autre cet aspect.

De plus, avoir du plaisir à être en amour passe parle désir de prendre soin de l’autre. L’altruisme est un sentiment qui s'éprouve dans le partage d’émotions, d’idée et de moments de vie.

Ainsi, pour réussir une histoire d’amour un juste équilibre doit se trouver entre la satisfaction du besoin narcissique et l’altruisme. Si se sacrifier entièrement à l’autre est néfaste à son épanouissement personnel, vouloir être en permanence être admiré par l’être aimé amène aussi à la rupture.

Ces deux attitudes sont souvent inconscientes. Elles résultent d’habitudes de comportements relationnels. Leur origine se situe la plupart du temps durant une enfance insécurisante affectivement.


Des dispositions psychiques construites pendant l’enfance

En effet, percevoir l’amour de l’autre et montrer ses sentiments sont des compétences qui se construisent très tôt. De même, savoir choisir un partenaire qui nous correspond dépend de la façon dont chacun a vécu ses relations dès le plus jeune âge, et notamment avec ses parents.

Pour décrire ce mécanisme, Mary Ainsworth parle de styles d’attachement

Lors de la petite enfance, la manière dont les adultes répondent aux besoins de leur bébé détermine en grande partie la sécurité affective qu’il ressentira tout au long de sa vie.

L’insécurité affective

Si des parents n’ont pas été suffisamment disponibles, l’enfant va construire ce que les spécialistes appellent un attachement insécurisant. Certains adultes, de par leur propre histoire, sont en difficulté pour adopter des réactions justes pour répondre aux besoins de leur jeune enfant.

Face à ces comportements peu rassurants, l’enfant développe une insécurité profonde. Deux types d’attitudes peuvent alors se manifester. Certains vont être des enfants « collants » ; d’autres vont, à l’inverse, être dans l’évitement.

À l’âge adulte, un enfant collant sera une personne en recherche fréquente de l’approbation de son partenaire. Sa faible confiance aura tendance à provoquer chez lui des sentiments de jalousie. En permanence, il sera dans le doute de la sincérité de l’amour, et ce quel que soit les messages que son conjoint pourra lui donner.

Inversement, l’enfant qui a cessé de solliciter ses parents deviendra un adulte qui évitera toute proximité affective. De tempérament très indépendant, il mettra de la distance avec son partenaire se privant alors de son soutien et de son réconfort.

Avoir confiance en soi pour faire confiance à l’autre

Au contraire, les enfants ayant vécu avec des parents fiables aux attitudes rassurantes, constantes et cohérentes auront un style d’attachement sécurisant.

La proximité qu’ils ont eue avec des adultes leur a donné la possibilité de construire une sécurité affective interne. Ils ont acquis de la confiance dans les liens qu’ils tissent.


Adultes, ces individus ont une bonne estime de soi. Ils manifestent à l’égard des autres de l’empathie et de la curiosité. Ces traits de personnalité donnent envie aux gens d’aller vers eux.

Dans les relations amoureuses, ces adultes posent facilement un regard positif sur leur partenaire. En effet, leur bagage affectif a suffisamment été rempli d’apaisement, de sécurité et de satisfaction pour qu’ils s’engagent spontanément dans une histoire sereine. Ce sont souvent eux qui sont perçues comme les chanceux en amour.


Conclusion

Le style d’attachement est certainement ce qui détermine le plus la capacité à s’épanouir au sein d’une relation amoureuse. L’attachement insécurisé est bien souvent responsable des doutes, des inquiétudes et de la difficulté à supporter les frustrations.

Trop fréquemment, on entend dire que tout se joue avant six ans. Pourtant, l’être humain sait faire preuve de réorganisation psychique à n’importe quel moment de sa vie.

Les relations qu’il va vivre à l’âge adulte peuvent l’aider à développer de la confiance et à restaurer l’estime de soi.

La rencontre avec des personnes bienveillantes, que se soit dans le cadre amoureux ou amical, sont des éléments importants pour construire une sécurité affective. On parle alors de résilience. 

Ainsi même si ce qui se passe dans l’enfance ne nous rend pas tous égaux en amour, gardons à l’esprit cette phrase de Boris Cyrulnik, célèbre neuropsychiatre spécialiste de la résilience « Un coup du sort est une blessure qui s’inscrit dans notre histoire, ce n’est pas un destin. »



Oui!

Rejoignez notre newsletter

Des conseils pour améliorer votre approche relationnelle + des contenus exclusifs

esther
 

La fondatrice de l'agence Esther Keller a débuté sa carrière entrepreneuriale au début des années 90 dans le secteur du luxe et de la parfumerie. Elle se spécialisera dans les années 2000 dans le conseil en relation amoureuse et publiera des articles pour des magazines suisses et monégasques. Fort des échanges avec ses nombreux lecteurs et consciente de leurs attentes en matière sentimentale, elle crée en 2009 l'agence de rencontre Esther Keller. Sa mission est de permettre à une clientèle privilégiée (niveau culturel, éducation, standing, aisance de vie…) mais souvent très prise professionnellement de trouver l'amour et de construire une vie affective longue et pérenne.

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Mourad Ghattas - 10 décembre 2019

classe, subtilité et surtout sobriété étaient de mises pour vous Keller esther

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Près de 3140 profils d’exception ont déjà rejoint notre newsletter privée – Rejoignez-les !Cliquez-ici pour vous abonner