Que faire lorsqu’on a honte de chercher un partenaire ?

Lorsque l’on est en recherche de partenaire affectif, il est important de pouvoir communiquer tranquillement, à cœur ouvert, sur le sujet.

En effet, les ami(e)s, les agences, les relations de travail, peuvent vous aider dans cette démarche et vous ouvrir de nouveaux horizons.

Mais parfois, un sentiment de honte peut s’avérer plus fort, et l’on n’ose pas admettre autour de soi que l’on souhaite faire une rencontre. Comment dépasser cette difficulté ?


Avancer

Ce sentiment de honte, qui peut être un véritable frein, est souvent le fruit d’une trop grande exigence vis-à-vis de soi, et il peut se manifester dans de nombreux domaines de l’existence.

Mais c’est un handicap qui peut bel et bien être surmonté.

Changer son regard

« La honte est l’une des émotions les plus destructrices et affaiblissantes », décrypte pour nous la coach de vie Céline Gourlay « Elle apparaît lorsque vous ne vous sentez pas à la hauteur des standards des autres et/ou de ceux de la société. Il est donc important de réaliser qu’une relation amoureuse ou un mariage ne sont pas le mode de vie par excellence ».

En effet, l’une des premières sources de ce genre d’embarras vient d’une fausse image de soi, des autres ou de la société.

Croire qu’être célibataire est synonyme d’échec, de failles personnelles, voire que l’on n’est « pas assez bien ». Mais il s’agit là d’une vision tronquée. 

À notre époque, et singulièrement en occident, les vies sont longues, remplies de contraintes, mais aussi de loisirs, de travail et d’opportunités. Les personnes qui restent en couple des décennies durant sont en réalité rarissimes.

Les célibataires, de tous les sexes, de tous les âges, sont particulièrement nombreux, et même deux fois plus qu’il y a 40 ans.

Être célibataire, ce n’est que traverser un moment de vie parfaitement normal et des plus courants. C’est aussi le signe que l’on sait penser à soi, à se construire, plutôt qu’à se sacrifier sur l’autel d’une norme qui n’est tout simplement plus en vigueur, qu’on le veuille ou non, sous nos latitudes.

En réalité, rien n’est plus banal qu’être seul(e) pendant une période plus ou moins longue… Et, dans ces moments-là, de souhaiter la rencontre qui nous rendra pleinement heureux(se).


Se poser les bonnes questions

Pour se débarrasser de la honte et de la paralysie qu’elle peut entraîner, Céline Gourlay recommande d’admettre qu’elle est là, et de s’en affranchir par la parole et les réflexions : 

« « La honte se vit le plus souvent dans le silence, on s’en cache autant qu’on la cache et pourtant seule sa verbalisation permet de s’en défaire. Aussi, je vous invite à vous interroger sur les raisons de votre honte pour identifier vos axes d'amélioration. Posez-vous également la question suivante: suis-je heureux(se) ou ai-je du mal à accepter l’image négative que certains semblent voir en moi ? Parce que ce qui compte au final c’est comment vous vous sentez et non pas ce que les autres pensent. »

Prenez le temps de réfléchir un peu à votre vie, au choix que vous avez pu faire, à toutes les satisfactions que vous connaissez ou avez connues, pour réaliser que vous avez bel et bien construit quelque chose.

Vous existez, vous avez des passions, des proches, un certain confort, des projets. Vous êtes d’abord tout cela, avant d’être simplement « célibataire ». N’oubliez pas votre valeur. Soyez votre meilleur(e) ami(e), et non votre juge ! 

Et surtout, comme le recommande notre coach, sachez en parler. À vos ami(e)s les plus intimes, à un(e) accompagnant(e).

On oublie trop souvent que parler de ses émotions aident à les alléger, voire, parfois, à la faire disparaître totalement. Et la confiance que les autres vous témoignent, ce qu’ils et elles voient de vous, qui est souvent bien plus élogieux que la façon dont on se perçoit soi-même, peut avoir les vertus du meilleur des médicaments.

Vous serez sans doute gêné(e) au début : c’est normal. Mais lancez-vous. Les autres verront simplement que c’est un sujet sérieux pour vous, et n’en seront que plus attentifs(ve)s et bienveillant(e)s.

Bientôt, votre difficulté à vous confier semblera s’envoler d’elle-même, complète Céline.

 « Aux personnes qui vous le demandent, vous pouvez expliquer sincèrement ce que vous recherchez : de la tendresse, de l’intimité physique, de l’échange ou encore un(une) partenaire pour affronter ou partager la vie à 2. »


Agir...

Tous ces efforts, qui s’avèreront rapidement bien moins pénibles que vous l’imaginez, ne sont toutefois qu’une partie de la solution. Pour avancer encore, le mieux, comme dans bien d’autres domaines, est encore agir

Renforcer sa confiance en soi

Bâtir votre estime de vous-même est une étape indispensable sur ce parcours. Non seulement cette démarche vous permettra de dépasser votre honte, et ainsi de vous aider à trouver la bonne personne, et à la séduire par votre tranquillité d’esprit le moment venu, mais elle vous apportera aussi un bien-être personnel.

C’est un point sur lequel insiste notre coach : 

 « N’attendez pas d’avoir un(une) partenaire pour vous réaliser, ni pour que votre vie commence vraiment, et profitez de cette période pour apprendre à vous connaître, passer du temps avec vous-même, appréhender vos désirs pour mieux vous épanouir ; pour découvrir qui vous êtes et ce que vous aimez, vous ouvrir à de nouvelles expériences… »

Vous occuper de vous est une activité incontournable. Et pour cela, lancez-vous dans ces défis qui vous font rêver mais que vous remettez toujours à plus tard : une activité sportive originale et « challengeante », comme le saut en parachute, la plongée ou l’alpinisme, ou artistique, comme le dessin, le chant ou le piano.

Tout cela semble parfois réservé à une élite, à des individus exceptionnels. Or il n’en est rien. Ça s’apprend. La pratique, les bons professeurs, les méthodes suivies avec application vous font toujours progresser. C’est une excellente cure d’amour-propre… et de bonheur personnel.


Savoir attendre

 « Lors des psychothérapies, dans mon entourage et dans ma vie personnelle, j'ai pu constater que les rencontres se font souvent au moment où on ne les attend pas, ou plus ! », rappelle de son côté le psychologue Michael Mestre.

Pensez donc à vous d’abord, ne vous morigénez pas après un rendez-vous raté, ou une soirée avec un couple d’amis qui, bien involontairement, vous ont renvoyé(e) à votre solitude.

Tout ceci est, n’hésitons pas à le répéter, parfaitement normal, mais aussi le fruit d’un parcours individuel, et de votre travail pour d’abord vous construire en tant qu’être.

N’abandonnez certes pas vos efforts pour rencontrer quelqu’un, mais sachez les relativiser, n’oubliez pas qu’elles ne viennent qu’en second après votre premier devoir, qui est d’être heureux(s) seul(e). En d’autres termes : inutile de vous presser ! La vie prend parfois son temps.

Patrick Louis Richard

Prendre son temps, c'est gagner du temps sur le temps passé à le perdre !

Pensez donc à vous d’abord, ne vous morigénez pas après un rendez-vous raté, ou une soirée avec un couple d’amis qui, bien involontairement, vous ont renvoyé(e) à votre solitude.

Tout ceci est, n’hésitons pas à le répéter, parfaitement normal, mais aussi le fruit d’un parcours individuel, et de votre travail pour d’abord vous construire en tant qu’être.

N’abandonnez certes pas vos efforts pour rencontrer quelqu’un, mais sachez les relativiser, n’oubliez pas qu’elles ne viennent qu’en second après votre premier devoir, qui est d’être heureux(s) seul(e). En d’autres termes : inutile de vous presser ! La vie prend parfois son temps.


Conclusion

Bien des méthodes, vous le voyez, vous aideront à parler autour de vous, à vaincre votre honte de rechercher un(e) partenaire, pourront ôter de vos épaules une certaine pression qui peut parfois accompagner la recherche amoureuse.

Ainsi, vous entrerez dans un cercle vertueux qui vous aidera à faire la connaissance de personnes toujours plus nombreuses, en sachant ce que vous souhaitez, où vous souhaitez aller, et à quel rythme.

Cette honte encombrante et inutile ne sera bientôt plus qu’un mauvaise souvenir. Et, en prime, vous l’aurez vaincu seul(e), et ne serez donc pas dépendant(e) du regard ou de la validation de l’autre pour vous respecter pleinement.

Rejoignez notre club de célibataires 

Postulez dès maintenant !

esther
 

La fondatrice de l'agence Esther Keller a débuté sa carrière entrepreneuriale au début des années 90 dans le secteur du luxe et de la parfumerie. Elle se spécialisera dans les années 2000 dans le conseil en relation amoureuse et publiera des articles pour des magazines suisses et monégasques. Fort des échanges avec ses nombreux lecteurs et consciente de leurs attentes en matière sentimentale, elle crée en 2009 l'agence de rencontre Esther Keller. Sa mission est de permettre à une clientèle privilégiée (niveau culturel, éducation, standing, aisance de vie…) mais souvent très prise professionnellement de trouver l'amour et de construire une vie affective longue et pérenne.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Près de 3140 profils d’exception ont déjà rejoint notre newsletter privée – Rejoignez-les !Cliquez-ici pour vous abonner