1

Savoir mettre son EGO de côté pour rencontrer !

C’est un refrain connu, qu’ici même nous répétons souvent : pour trouver l’amour, il faut commencer par s’aimer soi-même.

Mais bien sûr, faire une rencontre, c’est aussi aller vers l’autre, découvrir une personne, faire en sorte qu’une authentique alchimie puisse fonctionner.

Donc parfois, aussi, s’oublier (un peu). Comment trouver le juste milieu ? Y a-t-il une « bonne dose » d’amour propre ?

Voyons tout de suite comment savoir mettre de côté son ego pour rencontrer.

Qu’est-ce que l’ego ? 

On utilise souvent ce terme à tort et à travers et, avant de plonger dans le vif du sujet, rappelons-peut-être quelques bases indispensables.

Vous savez peut-être qu’il vient du latin, « ego » signifiant, selon la phrase, « moi » ou « je ». Notons que, comme en espagnol par exemple, dans cette langue le sujet du verbe n’est pas obligatoire. Lorsque le mot « ego » est présent, c’est donc pour renforcer l’aspect personnel de la phrase qui va suivre, ou pour se situer en opposition à autrui.

Plus tard, le terme sera repris par la psychanalyse car, entre le Moi, le Surmoi et autres Ça, il a fallu beaucoup de termes à cette discipline pour désigner ce que nous concevons, au quotidien, comme une seule et même chose, notre identité propre.

Ce qui est important de savoir, c’est qu’en psychothérapie l’ego désigne l’instance qui va équilibrer tout ce qui nous compose, qui va choisir de refouler telle ou telle pulsion et, entre l’inconscient et les idées ou désirs appris de l’extérieur, arbitrer et trancher.

Faire de vous ce que vous êtes vraiment ou, plus exactement, la façon dont vous agissez et conduisez votre vie, en autonomie.

L’ego, donc, au sens original du mot, n’est ni positif ni négatif, tout en étant essentiel.

Il permet aux spécialistes de distinguer ce qui pour eux appartient en propre à une personne, ou ressort de ce qu’elle a appris, des croyances développées au fil de son parcours.

Mais bien entendu, dans le langage courant, ce terme désigne une partie moins flatteuse de notre personnalité !

À savoir, notre Moi le plus égoïste, celui qui aime se mettre en avant, être regardé, flatté, et qui demande à ce qu’on suive ses désirs sans tellement se préoccuper de ceux des autres.

Bienheureux est celui qui arrive à dompter son Ego !

Talal Ghosn 

L’ego et la rencontre !

Mais même dans ce sens, le terme garde un aspect positif.

C’est important de savoir prendre soin de soi, de se chouchouter et surtout, en amour, de ne pas s’oublier complètement, d’être consciente ou conscient de ses désirs, de pouvoir les exprimer, d’attendre qu’ils soient entendus et respectés.

Toutefois, dans la rencontre, l’ego pose à mon sens deux vrais dangers. Le premier, avant de trouver une personne ; le second, pendant la relation ou du moins à ses touts débuts.

Avant la rencontre, l’ego va avoir tendance à prendre toute la place. Normal, puisqu’il n’y a au fond aucune raison de l’en empêcher !

Bien entendu, cela ne signifie pas qu’être célibataire c’est être égoïste avec les autres, les ami(e)s, le travail… Cela n’a rien à voir.

Mais quand on est seul(e), il est ce qui risque de nous convaincre que telle ou telle personne n’est pas assez bien pour nous, ou que de toutes façons les hommes ou les femmes avec qui on se sent bien sont trop rares pour qu’on puisse vraiment avoir l’espoir de trouver quelqu’un.

C’est ce qui peut nous empêcher, par exemple, de sortir dans des lieux qui ne nous ressemblent pas, ou de pratiquer des activités qui ne nous paraîtraient pas « dignes  de nous».

C’est aussi ce qui risque, lors d’un premier rendez-vous, de faire que l’on se pose trop de questions ou que l’on se mette trop d’interdits sur le thème « non, il/elle aime ça ou pense ça, ça ne me conviendra pas, je n’apprécie pas ces attitudes, etc. »

Alors que bien des histoires fortes que j’ai pu voir exister naissent entre deux personnes qui ont su aller au-delà de défauts qui leur paraissaient a priori irrévocable.

Après la rencontre, l’ego peut devenir bien plus pernicieux et dangereux encore. Car par définition, il aime qu’on s’occupe de lui !

C’est pour cela qu’il risque de nous faire projeter sur l’autre des pensées ou des envies qui ne lui appartiennent pas, de lui reprocher des choses avec véhémence quand, sous un autre angle, à tête reposée, on les considèrerait comme « pas si grave », voire qui peut nous pousser à prendre toute la place au détriment de celle de l’autre.

C’est la source de bien des querelles. Quelque chose tout à coup nous paraît insupportable, et la crise commence, quand il aurait suffit de respirer, de laisser passer de temps et ensuite seulement d’aborder le sujet tranquillement, pour que chacun des conjoints communique, apprenne à mieux connaître l’autre et les efforts à faire pour parvenir à un meilleur équilibre dans le couple.

Mettre de côté son ego 

Heureusement, il est possible de lutter contre le trop-plein d’ego !

Car sachons-le : nous sommes toutes et tous capables de ressentir les choses ainsi.

Le thème de cet article n’est pas celui de l’égoïsme maladif, qui peut à l’occasion mériter un authentique traitement thérapeutique.

La question est celle de l’ego tout à fait normal, sain, qui peut toujours nous déborder et nous faire passer à côté d’opportunités.

Avant la rencontre, ou au tout début d’une relation, quand vous n’êtes même pas encore sûr(e) que la personne pourrait vraiment vous convenir, n’écoutez pas trop cette voix dans la tête… Ni vos ami(e)s ou votre entourage familial qui estimeront souvent que vous méritez toujours mieux !

Ne vous arrêtez pas aux détails ni aux impressions, laissez sa chance à la personne et à l’aventure.

Cela vaut aussi pour les possibilités de sorties que vous pourriez dédaigner en vous estimant, à tort ou à raison, « au-dessus de cela ».

Tant qu’on n’a pas essayé, ressenti les choses, on ne peut pas savoir.

Peut-être est-ce le cas et, si une situation vous est vraiment insupportable, vous pouvez toujours en partir.

Mais alors, vous saurez pourquoi vous ne souhaitez pas renouveler l’expérience, vous vous connaîtrez un peu mieux et vous aurez peut-être une anecdote amusante à raconter !

De même, si certaines choses que dit ou fait la personne que vous avez en tête vous pose question, ne prêtez pas trop attention au début. Les débuts, c’est fait pour apprendre à se connaître et essayer.

Combien de personnes, en couple depuis longtemps, avez-vous entendu commencer leur phrase, en parlant de leur conjoint, par « Jamais je n’aurais cru que j’aimerais quelqu’un qui… » ?

Bien entendu, si quelque chose vous fait souffrir, vous met profondément en colère (comme une vision du monde, des hommes ou des femmes, qui choquerait vos valeurs les plus profondes, par exemple), c’est sans doute rédhibitoire.

Mais justement, vous poser la question en ces termes, sans trop écouter votre seule petite voix intérieure ou votre envie de juger, et à l’inverse en faisant confiance au plus important en la matière, c'est-à-dire à ce que vous ressentez en profondeur, vous aurez, croyez-moi, bien plus de facilité à faire le tri.

Enfin, si vous commencez une relation avec quelqu’un, sachez aussi vous concentrer sur ce qui compte vraiment et ne pas prêter trop d’attention au reste.

Lorsqu’on débute une histoire, et surtout si l’on a été célibataire pendant longtemps, on a vite tendance à se sentir étouffé(e) —ou à le redouter— et à mettre un peu trop de barrières. Alors que le plus important est de se faire confiance comme de faire confiance à l’autre.

Ne commencez pas trop de phrases par « Attention, moi c’est comme ça et pas autrement », ne faites pas trop confiance à ces pensées-là. Laissez passer un peu de temps lorsqu’elles viennent, soufflez, et repensez-y tranquillement chez vous, à tête reposée, en voyant l’importance qu’a vraiment tel ou tel détail par rapport à l’ensemble de la relation que vous êtes en train de construire.

Cela pourra vous aider, là aussi, à trier, et à exprimer vos besoins, à verbaliser tout ce que vous voulez faire entendre à l’autre, tranquillement, sans crise inutile. Une bonne communication est particulièrement indispensable à ce stade d’une relation.

Un peu de lecture...

Conclusion

Savoir mettre son ego de côté, c’est ménager l’autre et se ménager soi. La meilleure base pour construire une relation épanouie, heureuse et durable.

Gardez en tête cependant qu’il faut simplement lui accorder sa juste place.

Mettre de côté son ego, ce n’est pas s’oublier complètement, c’est savoir faire la part des choses entre ce qui ne vous convient vraiment pas et ce dont vous croyez que ça ne vous conviendrait pas, mais que vous pourriez vous surprendre à aimer ou à considérer comme mineur. 

C’est la recette pour savoir si vous avez trouvé, ou non, la seule personne qui compte vraiment : la bonne, pour vous.

esther
 

La fondatrice de l'agence Esther Keller a débuté sa carrière entrepreneuriale au début des années 90 dans le secteur du luxe et de la parfumerie. Elle se spécialisera dans les années 2000 dans le conseil en relation amoureuse et publiera des articles pour des magazines suisses et monégasques. Fort des échanges avec ses nombreux lecteurs et consciente de leurs attentes en matière sentimentale, elle crée en 2009 l'agence de rencontre Esther Keller. Sa mission est de permettre à une clientèle privilégiée (niveau culturel, éducation, standing, aisance de vie…) mais souvent très prise professionnellement de trouver l'amour et de construire une vie affective longue et pérenne.

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Florence Bartolo - 9 avril 2018

Et bien si je commençais à penser partager ma vie!!!

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Près de 3140 profils d’exception ont déjà rejoint notre newsletter privée – Rejoignez-les !Cliquez-ici pour vous abonner